En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 43 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 44 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 9 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 23 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 19 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 32 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 9 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 8 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 23 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 47 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Bonne année... ou pas

Les vœux de François Hollande : un zeste de mea culpa, deux ou trois engagements, et toujours tout pour l’emploi !

Publié le 01 janvier 2014
Comme chaque année, le président de la République s'est livré à l'exercice traditionnel des vœux présidentiels aux Français après une année faite d'une impopularité historique et de promesses pour le moins surprenantes. Anita Hausser nous livre son analyse sur la prestation et les souhaits de François Hollande.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme chaque année, le président de la République s'est livré à l'exercice traditionnel des vœux présidentiels aux Français après une année faite d'une impopularité historique et de promesses pour le moins surprenantes. Anita Hausser nous livre son analyse sur la prestation et les souhaits de François Hollande.

Présenter ses veux aux Français est un des exercices les plus délicats du mandat présidentiel, car les paroles prononcées le 31 décembre à 20H deviennent la référence absolue pendant toute l’année qui suit. En ce début 2014 François Hollande est un Président sous pression. Les objectifs qu’il s’était fixé pour 2013, (inversion de la courbe du chômage et véritable amorce d’une baisse de la dépense publique), n’ont pas été atteints... Parce que "la crise est plus longue et plus profonde qu’il l’avait prévu", et peut-être aussi parce que les remèdes appliqués n’étaient pas les bons. Pourtant, s’il veut, comme cela est probable, et en dépit de son impopularité actuelle, briguer un second mandat, le chef de l’État a, cette année, une obligation de résultats. Qu’il cherche à s’en donner les moyens pour y parvenir, rien de plus normal .Qu’il y parvienne et que ces remèdes soient efficaces, est une autre affaire! Et c’est là que la politique reprend ses droits : son camp approuve (dans un premier temps du moins, ) et ses opposants critiquent , voire dénigrent, parce que c’est la loi du genre.

Hier François Hollande n’a pas manqué d’habileté en esquissant un mea culpa avant de présenter des propositions dont certaines constituent de véritables révisions doctrinales pour un président qui a assis son ascension sur l’appui des élus locaux. A l’erreur d’appréciation qu’il reconnait sur l’ampleur de la crise, il a ajouté, en la reprenant à son compte, l’idée de « ras le bol fiscal » énoncée abruptement par son ministre des Finances l’été dernier. "Les impôts sont lourds, trop lourds", ose celui qui assumait jusqu’alors les hausses de la fiscalité.  

Ce constat  l’amène à  dire clairement qu’il  veut parvenir à faire baisser  les impôts. Un propos moins anodin qu’il n’y parait, puisqu’il recadre ainsi la remise à plat de la fiscalité  lancée par le Premier Ministre, dont l’objectif n’était pas clairement défini.  

Mais cette baisse ne pouvant  intervenir qu’après que la France ait réduit ses déficits, François Hollande  prône un certain nombre de réformes structurelles auxquelles il s’était toujours refusé jusqu’à présent : "L’Etat (…) doit se concentrer sur ses missions essentielles, (…) les collectivités locales (…) doivent voir leurs compétences clarifiées ; et la Sécurité sociale, qui est notre bien le plus précieux (…) doit en terminer avec les excès - nous les connaissons - et les abus. Parce qu’ils mettent en cause l’idée même de solidarité". Vaste programme, encore flou, mais qui, pour être mis en œuvre,  exigera à la fois une grande cohésion de la majorité (pour voter les réformes structurelles ) et une adhésion des syndicats, car ces réformes devraient logiquement passer par des réductions d’effectifs dans les collectivités territoriales.

Or,  pour François Hollande la bataille pour l’emploi reste "la mère des batailles". Le "pacte de responsabilité" qu’il s’apprête à proposer aux entreprises (embauches contre réduction des charges), semble logique en théorie, mais en théorie seulement .Pas sûr que les entreprises, qui se plaignent d’être écrasées de charges et de règlementations en tous genres , et qui sont contraintes dorénavant de mettre en place des contrats de génération, applaudissent à ce donnant-donnant qui sera inscrit dans la loi. François Hollande aura le loisir de préciser ses intentions tout au long de la séquence des vœux du mois de janvier, ainsi qu’à l’occasion de sa conférence de presse . On l’attend aussi sur l’initiative qu’il entend prendre avec Angela Merkel "pour donner plus de force à notre Union". Une confirmation du réchauffement des relations franco-allemandes, pivots de la construction européenne . Sur l’attractivité de l’Europe, il faut rendre cette justice à François Hollande : il s’est toujours élevé contre la politique d’austérité  infligée aux Européens. A quelques mois du renouvellement du Parlement européen, l’annonce n’est pas anodine. François Hollande se sent "légataire de toutes les  générations qui se sont battues pour l’Europe", et en déclarant  qu’il ne "laissera  pas faire ceux qui nient l’avenir de l’Europe, qui veulent retourner dans les vieilles frontières en pensant qu’elles les mettraient l’abri, qui veulent sortir de l’euro", il annonce qu’il se mêlera à  la bataille des élections européennes, pour contrer l’offensive des anti-européens qui rencontrent un écho grandissant dans le pays. On le verra peut-être aussi à la manœuvre pour les municipales de mars… Comme l’ont fait ses prédécesseurs à leur époque. Normal, non ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (35)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
capitaine enzo
- 06/01/2014 - 12:16
Quand un Président n'est plus CRU, ... il est CUIT!
Les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait ! et bien oui il a osé. Il continue à mentir de plus belle et ce, même lors de son allocution pour les voeux du 31 décembre à la télé. Il s'étonne des hausses d'impôts qu'il a lui-même ordonnées !!! Serait-il en train de comprendre qu’il est responsable de tous les échecs. Le « président normal » qui voulait avant tout incarner une République irréprochable et qui s’était engagé à remettre la France dans « les clous budgétaires » s’est enfermé progressivement dans un déni de réalité et surtout dans une série de promesses irréalistes. Plus personne ne comprend où est sa ligne économique et politique, le comprend-il lui-même quand il peut soutenir en quelques heures tout et son contraire. Y aurait-il eu un miracle au soir du 31 décembre 2013 ? Après avoir augmenté de plus de 30 milliards les prélèvements fiscaux, il vient de découvrir que nous payons trop d’impôts et a pris la décision de les baisser et c’est lui-même qui va suivre le chantier durant tout le quinquennat. Combien y a t-il de français prêt à croire ce menteur ?
http://capitaineenzo.blogspot.com.br/2014/01/quand-un-president-nest-plus-cru-il-est.html
capitaine enzo
- 06/01/2014 - 12:14
Quand un Président n'est plus CRU, ... il est CUIT!
Les français ne comprennent pas Hollande, pourtant l’inversion des courbes, c’est simple à comprendre : « l'inversion des courbes des impôts et taxes, comme celle du chômage, c’est quand elle augmente moins vite que si c'était plus, tout comme celle des dépenses publiques qui baisse car elle augmente moins que l'an passé ».

http://capitaineenzo.blogspot.com.br/2014/01/quand-un-president-nest-plus-cru-il-est.html
gliocyte
- 02/01/2014 - 09:41
Verbe?
Il faut lire "démissionniez " et "présenteront". Le post est parti trop vite. Nous ne sommes que le 2 et nous avons tout le mois de janvier pour présenter nos voeux. Ceux-ci seront sans doute repris par d'autres commentateurs avant la date à marquer d'une pierre blanche: Le 26 janvier. Tous à Paris, ce jour là.