En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 20 min 14 sec
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 1 heure 49 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 3 heures 7 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 5 heures 27 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 7 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Exemple taïwanais

Taïwan : les leçons médicales et politiques d’une stratégie réussie face au Coronavirus

il y a 11 heures 58 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 1 heure 6 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 2 heures 26 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 4 heures 51 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 7 heures 3 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 9 heures 8 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 9 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Voeux dangereux

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

il y a 12 heures 40 min
Bas de laine

Baisse du taux d'épargne des Français : confiance en l'avenir ou épuisement des matelas anti-crise ?

Publié le 27 décembre 2013
Passé de 15,9% à 15,7% au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français inquiète certains prévisionnistes. Une baisse qui est en partie due à la stagnation des revenus professionnels et à la hausse des prélèvements.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Passé de 15,9% à 15,7% au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français inquiète certains prévisionnistes. Une baisse qui est en partie due à la stagnation des revenus professionnels et à la hausse des prélèvements.

Atantico : Alors que les indicateurs économiques laissent envisager une croissance atone pour 2014, la baisse de l'épargne des ménages en inquiète certains. Passé de 15,9 à 15,7 % au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français laisse penser que l'un des derniers matelas financiers de l'Hexagone tombe en désuétude. Qu'en est-il concrètement ?

Philippe Crevel : Avec les Belges et les Allemands, les Français figurent parmi les fourmis de l’Union européenne. La baisse enregistrée au cours de l’année 2013 n’est en rien catastrophique. Sur ces vingt dernières années, le taux d’épargne a varié de 15 à 16,4 % du revenu disponible brut. Il avait atteint un maximum de 16,4 % en 2009 en pleine crise financière. Après une légère décrue, il était reparti à la hausse en 2011 et 2012 avec le problème des dettes souveraines. Sa baisse depuis quelques mois est liée à la politique du gouvernement qui joue du bâton fiscal et de l’arme des taux. L’assujettissement au barème de l’impôt sur le revenu d’un grand nombre de produits financiers et le relèvement des prélèvements sociaux à 15,5 % ont conduit certains ménages à réduire leur effort d’épargne.
 
Par ailleurs, le gouvernement a réduit le taux de rendement du Livret A qui est passé de 1,75 à 1,25 %. Même si cette baisse est imputable à la diminution de l’inflation, les épargnants sont assez sensibles à la valeur faciale du rendement de leur épargne et se détournent depuis l’automne du Livret A. Un rendement à 1,25 % a, en effet, conduit de nombreux Français à laisser une partie de leur argent sur leurs comptes courants.

Le recul du pouvoir d’achat constitue l’autre grande raison du recul de l’épargne. Mais dans les faits, il n’y a pas de réel divorce entre les Français et leur épargne. 95 % des Français ont un Livret A. 62 % des ménages ont un contrat d’assurance-vie. L’encours du premier s’élève à 260 milliards d’euros et celui du second s’élève à plus de 1 450 milliards d’euros. Depuis le début de l’année, la collecte du Livret A et du Livret Développement Durable reste positive pour plus de 18 milliards d’euros et celle de l’assurance-vie atteint 12 milliards d’euros.
 

Peut-on paradoxalement voir dans cette annonce un fait plutôt positif, puisque cela sous-entendrait que la consommation résiste en dépit de la baisse du pouvoir d'achat   ?

Le gouvernement attend beaucoup de la baisse du taux d’épargne pour maintenir la consommation qui représente près de 60 % du PIB. En effet, cette baisse permet de compenser la diminution du pouvoir d’achat qui a atteint 0,9 % en 2012 et qui a été de 0,1 % au troisième trimestre de 2013. Du fait de la stagnation des revenus professionnels, du fait de l’augmentation des prélèvements, les Français n’ont pas d’autre solution que de puiser dans leur bas de laine pour maintenir autant que possible leur niveau de vie.
 
Cette baisse de l’épargne obère l’avenir car aujourd’hui, la France souffre d’un problème d’offre. Au troisième trimestre 2013, le taux de marge des entreprises est de 27,7 %, soit le niveau le plus bas depuis 1985. Elles ne peuvent pas investir et donc bâtir la croissance de demain. Or, elles manquent de fonds propres et elles éprouvent de plus en plus de difficultés pour accéder aux crédits bancaires. La diminution de l’épargne restreint donc la capacité de financement des entreprises. La politique du gouvernement est schizophrène, car d’un côté il dissuade les Français d’épargner en pesant sur les taux et en augmentant les impôts ; de l’autre il demande à ces mêmes Français de placer leur argent sur un contrat d’assurance-vie, sur un PEA voire sur un Livret A en relevant le plafond à 22 950 euros.
 
Il est certain que le dopage artificiel de la consommation contribue à perpétuer le déficit commercial de la France ; le consommateur primant sur le producteur.

Existe t-il malgré tout un seuil que le taux d'épargne français ne devrait pas dépasser ? (10 % ou moins ?)

Le taux d’épargne des ménages comporte deux composantes, le remboursement du capital des emprunts immobiliers qui pèse environ 9 % du revenu disponible brut et l’épargne financière qui tourne autour de 6 %. La première composante n’est pas flexible car les Français ne peuvent pas arrêter de rembourser leurs emprunts immobiliers.

En outre, avec le renchérissement du coût du logement, les montants à rembourser ont tendance à augmenter. L’ajustement s’effectue donc sur l’épargne financière qui varie assez fortement en fonction de la conjoncture. Depuis 1993, le taux d’épargne financière a fluctué du simple au double. Il est peu probable que les Français se dégarnissent trop fortement. En période de fort taux de chômage, les ménages tentent de conserver un niveau minimum d’épargne de précaution. Le taux plancher se trouve, actuellement, entre 14 et 15 %. Il faut signaler que l’INSEE ne prévoit pas pour 2014 une forte baisse du taux d’épargne, qui devrait se stabiliser à 15,6 %.
 

Si l'on prend un large recul, on réalise que le taux d'épargne a fortement progressé en France pendant les Trente Glorieuses avant de décroître progressivement à partir de 1974, époque où il dépassait les 20 %. Faut-il voir finalement cette baisse de l'épargne comme un mécanisme profond de transformation de l'économie française ?

Le taux d’épargne atteignait 21 % du revenu disponible brut en 1978. Ce taux a progressivement décliné au cours des années 80 pour atteindre un minima de 11,1 % en 1987. Dans les années 60 et 70, les Français ont bénéficié de forts gains de pouvoir d’achat et se sont fortement endettés pour acquérir leur résidence principale. De ce fait, le taux d’épargne financière et les remboursements des emprunts immobiliers étaient au plus haut. Les banques prêtaient assez facilement car le taux de chômage était faible et que les augmentations de salaire augmentaient les capacités de remboursement des ménages ; en outre, l’inflation rongeait le montant des emprunts année après année.

Cette situation s’est complètement inversée avec la désinflation, avec la stagnation de la masse salariale et l’augmentation du taux de chômage. En revanche, les Français ne sont pas devenus des Américains, qui se caractérisent par un très faible taux d’épargne et un recours important au crédit à la consommation. Les Français restent très prudents en matière de crédits et conservent un fort volant d’épargne qui reste liquide et investi sur des produits sans risque. Il y a, en la matière, une grande continuité.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nok
- 28/12/2013 - 09:52
IL VAUT MIEUX TENIR QUE COURIR !
Si les banques ferment leurs portes comme en 1929 ou comme en mars dernier à Chypre, il est évident que l'Etat fera main basse sur l'épargne des français, avec le droit totalitariste (qui le caractérise de plus en plus) car l'Etat lorgne sur l'épargne des français ! Mieux vaut tout retirer car l'épargne n'est plus rémunérée à sa juste valeur (1 à 2 % maximum) et quand vous regardez le taux des prêts proposés aux clients, il environne les 4 % ! HONTE AUX BANQUES ! L'argent des français n'est plus en sécurité en banque et les épargnants ont le droit de retirer tous ses actifs. Et si la France retrouvait les francs, (comme dit Ignace) eh bien, cela se passerait comme lors du passage du franc à l'euro, dans les années 2000, quand un client arrive avec des espèces à convertir, ces espèces seront déclarées auprès des impôts ( il faut savoir que lors du passage du franc à l'euro en 2000, les français sont venus en masse auprès de leurs banques pour changer tous leurs francs en euro et les banques avaient l'obligation de transmettre toutes conversions et informations des clients aux centres des impôts)
MauvaiseFoi
- 28/12/2013 - 06:19
Réponse à la question
"Les deux, mon général".
ignace
- 28/12/2013 - 00:36
la saucisse intello.....Dmitry orlov l'effondrement

solutions au moment effondrement ,
http://www.les-crises.fr/les-cinq-stades-de-l-effondrement/

méfiance quand vous cachez vos billets en euros quand la France repassera au franc, il faudra les changer.....et là la chasse sera ouverte...dénonciation des voisins jaloux, ......traque fiscale , milices ........je vous fais confiance