En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 44 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 43 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 52 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 28 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 58 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 35 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 56 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 59 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 11 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 13 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 11 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 35 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 7 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 38 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 45 min
Bas de laine

Baisse du taux d'épargne des Français : confiance en l'avenir ou épuisement des matelas anti-crise ?

Publié le 27 décembre 2013
Passé de 15,9% à 15,7% au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français inquiète certains prévisionnistes. Une baisse qui est en partie due à la stagnation des revenus professionnels et à la hausse des prélèvements.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Passé de 15,9% à 15,7% au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français inquiète certains prévisionnistes. Une baisse qui est en partie due à la stagnation des revenus professionnels et à la hausse des prélèvements.

Atantico : Alors que les indicateurs économiques laissent envisager une croissance atone pour 2014, la baisse de l'épargne des ménages en inquiète certains. Passé de 15,9 à 15,7 % au second semestre 2013, le taux d'épargne des Français laisse penser que l'un des derniers matelas financiers de l'Hexagone tombe en désuétude. Qu'en est-il concrètement ?

Philippe Crevel : Avec les Belges et les Allemands, les Français figurent parmi les fourmis de l’Union européenne. La baisse enregistrée au cours de l’année 2013 n’est en rien catastrophique. Sur ces vingt dernières années, le taux d’épargne a varié de 15 à 16,4 % du revenu disponible brut. Il avait atteint un maximum de 16,4 % en 2009 en pleine crise financière. Après une légère décrue, il était reparti à la hausse en 2011 et 2012 avec le problème des dettes souveraines. Sa baisse depuis quelques mois est liée à la politique du gouvernement qui joue du bâton fiscal et de l’arme des taux. L’assujettissement au barème de l’impôt sur le revenu d’un grand nombre de produits financiers et le relèvement des prélèvements sociaux à 15,5 % ont conduit certains ménages à réduire leur effort d’épargne.
 
Par ailleurs, le gouvernement a réduit le taux de rendement du Livret A qui est passé de 1,75 à 1,25 %. Même si cette baisse est imputable à la diminution de l’inflation, les épargnants sont assez sensibles à la valeur faciale du rendement de leur épargne et se détournent depuis l’automne du Livret A. Un rendement à 1,25 % a, en effet, conduit de nombreux Français à laisser une partie de leur argent sur leurs comptes courants.

Le recul du pouvoir d’achat constitue l’autre grande raison du recul de l’épargne. Mais dans les faits, il n’y a pas de réel divorce entre les Français et leur épargne. 95 % des Français ont un Livret A. 62 % des ménages ont un contrat d’assurance-vie. L’encours du premier s’élève à 260 milliards d’euros et celui du second s’élève à plus de 1 450 milliards d’euros. Depuis le début de l’année, la collecte du Livret A et du Livret Développement Durable reste positive pour plus de 18 milliards d’euros et celle de l’assurance-vie atteint 12 milliards d’euros.
 

Peut-on paradoxalement voir dans cette annonce un fait plutôt positif, puisque cela sous-entendrait que la consommation résiste en dépit de la baisse du pouvoir d'achat   ?

Le gouvernement attend beaucoup de la baisse du taux d’épargne pour maintenir la consommation qui représente près de 60 % du PIB. En effet, cette baisse permet de compenser la diminution du pouvoir d’achat qui a atteint 0,9 % en 2012 et qui a été de 0,1 % au troisième trimestre de 2013. Du fait de la stagnation des revenus professionnels, du fait de l’augmentation des prélèvements, les Français n’ont pas d’autre solution que de puiser dans leur bas de laine pour maintenir autant que possible leur niveau de vie.
 
Cette baisse de l’épargne obère l’avenir car aujourd’hui, la France souffre d’un problème d’offre. Au troisième trimestre 2013, le taux de marge des entreprises est de 27,7 %, soit le niveau le plus bas depuis 1985. Elles ne peuvent pas investir et donc bâtir la croissance de demain. Or, elles manquent de fonds propres et elles éprouvent de plus en plus de difficultés pour accéder aux crédits bancaires. La diminution de l’épargne restreint donc la capacité de financement des entreprises. La politique du gouvernement est schizophrène, car d’un côté il dissuade les Français d’épargner en pesant sur les taux et en augmentant les impôts ; de l’autre il demande à ces mêmes Français de placer leur argent sur un contrat d’assurance-vie, sur un PEA voire sur un Livret A en relevant le plafond à 22 950 euros.
 
Il est certain que le dopage artificiel de la consommation contribue à perpétuer le déficit commercial de la France ; le consommateur primant sur le producteur.

Existe t-il malgré tout un seuil que le taux d'épargne français ne devrait pas dépasser ? (10 % ou moins ?)

Le taux d’épargne des ménages comporte deux composantes, le remboursement du capital des emprunts immobiliers qui pèse environ 9 % du revenu disponible brut et l’épargne financière qui tourne autour de 6 %. La première composante n’est pas flexible car les Français ne peuvent pas arrêter de rembourser leurs emprunts immobiliers.

En outre, avec le renchérissement du coût du logement, les montants à rembourser ont tendance à augmenter. L’ajustement s’effectue donc sur l’épargne financière qui varie assez fortement en fonction de la conjoncture. Depuis 1993, le taux d’épargne financière a fluctué du simple au double. Il est peu probable que les Français se dégarnissent trop fortement. En période de fort taux de chômage, les ménages tentent de conserver un niveau minimum d’épargne de précaution. Le taux plancher se trouve, actuellement, entre 14 et 15 %. Il faut signaler que l’INSEE ne prévoit pas pour 2014 une forte baisse du taux d’épargne, qui devrait se stabiliser à 15,6 %.
 

Si l'on prend un large recul, on réalise que le taux d'épargne a fortement progressé en France pendant les Trente Glorieuses avant de décroître progressivement à partir de 1974, époque où il dépassait les 20 %. Faut-il voir finalement cette baisse de l'épargne comme un mécanisme profond de transformation de l'économie française ?

Le taux d’épargne atteignait 21 % du revenu disponible brut en 1978. Ce taux a progressivement décliné au cours des années 80 pour atteindre un minima de 11,1 % en 1987. Dans les années 60 et 70, les Français ont bénéficié de forts gains de pouvoir d’achat et se sont fortement endettés pour acquérir leur résidence principale. De ce fait, le taux d’épargne financière et les remboursements des emprunts immobiliers étaient au plus haut. Les banques prêtaient assez facilement car le taux de chômage était faible et que les augmentations de salaire augmentaient les capacités de remboursement des ménages ; en outre, l’inflation rongeait le montant des emprunts année après année.

Cette situation s’est complètement inversée avec la désinflation, avec la stagnation de la masse salariale et l’augmentation du taux de chômage. En revanche, les Français ne sont pas devenus des Américains, qui se caractérisent par un très faible taux d’épargne et un recours important au crédit à la consommation. Les Français restent très prudents en matière de crédits et conservent un fort volant d’épargne qui reste liquide et investi sur des produits sans risque. Il y a, en la matière, une grande continuité.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
nok
- 28/12/2013 - 09:52
IL VAUT MIEUX TENIR QUE COURIR !
Si les banques ferment leurs portes comme en 1929 ou comme en mars dernier à Chypre, il est évident que l'Etat fera main basse sur l'épargne des français, avec le droit totalitariste (qui le caractérise de plus en plus) car l'Etat lorgne sur l'épargne des français ! Mieux vaut tout retirer car l'épargne n'est plus rémunérée à sa juste valeur (1 à 2 % maximum) et quand vous regardez le taux des prêts proposés aux clients, il environne les 4 % ! HONTE AUX BANQUES ! L'argent des français n'est plus en sécurité en banque et les épargnants ont le droit de retirer tous ses actifs. Et si la France retrouvait les francs, (comme dit Ignace) eh bien, cela se passerait comme lors du passage du franc à l'euro, dans les années 2000, quand un client arrive avec des espèces à convertir, ces espèces seront déclarées auprès des impôts ( il faut savoir que lors du passage du franc à l'euro en 2000, les français sont venus en masse auprès de leurs banques pour changer tous leurs francs en euro et les banques avaient l'obligation de transmettre toutes conversions et informations des clients aux centres des impôts)
MauvaiseFoi
- 28/12/2013 - 06:19
Réponse à la question
"Les deux, mon général".
ignace
- 28/12/2013 - 00:36
la saucisse intello.....Dmitry orlov l'effondrement

solutions au moment effondrement ,
http://www.les-crises.fr/les-cinq-stades-de-l-effondrement/

méfiance quand vous cachez vos billets en euros quand la France repassera au franc, il faudra les changer.....et là la chasse sera ouverte...dénonciation des voisins jaloux, ......traque fiscale , milices ........je vous fais confiance