En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 4 heures 4 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 11 heures 9 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 12 heures 4 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 36 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 15 heures 17 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 15 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 10 heures 6 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 12 heures 2 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 12 heures 16 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 15 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Soyons en adéquation

10,5% de chômage mais 132 000 postes qui ne trouvent pas de preneurs : les explications

Publié le 26 décembre 2013
Selon le Medef, plus de 130 000 emplois seraient inoccupés en France. La faute à une inadéquation entre les qualifications des travailleurs et les besoins des entreprises. Un constat qui relance le débat sur la formation et l'apprentissage.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le Medef, plus de 130 000 emplois seraient inoccupés en France. La faute à une inadéquation entre les qualifications des travailleurs et les besoins des entreprises. Un constat qui relance le débat sur la formation et l'apprentissage.

Atlantico : Dans un récent rapport, le Medef estime à plus de 130 000 le nombre de postes vacants en France, sur les 830 000 procédures de recrutement engagées depuis le début du troisième trimestre. Comment cela s'explique-t-il ? 

Philippe Crevel : Il y a toujours eu une inadéquation entre les offres proposées et les profils disponibles sur le marché du travail. Cela est lié notamment au problème de la formation : certains employeurs ne trouvent pas les profils liés aux postes qu’ils ont de disponible. D’autre part, il y a également des demandeurs d’emplois qui ne sont pas prédisposés à accepter des postes qui ne sont pas forcément en phase avec leurs qualifications.

Pour éclairer ces deux aspects, il convient de distinguer les postes à haute qualification, dans des domaines techniques tels que l’ingénierie ou la science, qui connaissent des déficits. Il existe d’autres domaines où l’on peut noter un déficit de la demande : dans la restauration par exemple, cas classique, où il est fréquent que des restaurateurs ne trouvent pas, sur le marché du travail, des salariés disponibles ayant tous leurs papiers, ce qui les poussent à embaucher des travailleurs sans-papiers, de façon illégale donc, pour faire face à leurs besoins. Ceci s’explique, dans le cas de la restauration, par le fait qu’il s’agit de métiers peu rémunérateurs, souvent difficiles, qui attirent donc peu.

Quelle(s) sont les causes du paradoxe qui existent entre le taux de chômage en France à l'heure actuelle (10,5%), et ce phénomène significatif des emplois non pourvus ? 

J’insiste encore une fois sur ce problème de l’inéquation entre l’offre et la demande de travail, qui fait que la formation, d’une manière générale, ne permet pas de fournir aux entreprises les travailleurs dont elles ont besoin. Il s’agit là d’un phénomène ancien en France, qui est plus criant en période de crise, lorsqu’il y a un fort taux de chômage comme c’est le cas aujourd’hui.

L’autre problème réside dans la rémunération et la progression sociale : certains emplois, peu qualifiés et qui ne débouchent pas sur une évolution de carrière, ne sont pas attractifs, ce qui explique que les travailleurs aient peu d’appétence à leur égard.

A cela s’ajoute la différence qui peut exister entre les allocations chômage et les rémunérations, relativement faibles, proposées. Il n’y a donc pas d’incitation à retourner sur le marché du travail pour occuper des postes peu rémunérateurs et à faible progression sociale.

Quels facteurs peuvent inciter aujourd'hui certains Français à ne pas occuper ces emplois ? 

Comme je viens de le dire, il y a bien évidemment le niveau des allocations chômage et de la couverture sociale, mais également les faibles niveaux de rémunération ; la faute n’est donc pas à mettre que sur le dos des demandeurs d’emplois.

Il y a également le fait, je pense, que l’on serait prêt à accepter aujourd’hui des emplois dans un premier temps peu intéressants, à la condition qu’ils puissent jouer leur rôle d’ascenseur social et déboucher ainsi, à terme, sur des emplois à plus forte qualification. On retombe là sur le problème de la formation en entreprise et de celui de l’apprentissage. S’il y a aujourd’hui plus de 130 000 postes inoccupés en France, c’est en partie lié au problème de l’apprentissage. Le taux de chômage des jeunes s’établit aujourd’hui à 25% ; ce sont principalement des jeunes sans qualification. C’est en partie la faute des pouvoirs publics, mais également celle des entreprises qui n’ont pas mis en place des structures d’apprentissage en leur sein. En Allemagne, se sont les entreprises qui forment les apprentis et les employés pour occuper des postes à plus forte qualification ultérieurement.

Les torts sont donc partagés entre les pouvoirs publics, les entreprises, et un peu tout de même les demandeurs d’emplois même s’ils sont généralement les premières victimes du système. L’apprentissage doit véritablement être pris en charge par les entreprises, par les partenaires sociaux ; ce n’est ni le problème de l’Etat, ni celui des collectivités locales. Il faut, comme en Allemagne, que les partenaires sociaux mettent en place, avec le concours des entreprises, des structures au sein de ces dernières destinées à la formation. Si les entreprises ne sont pas satisfaites de l’Education nationale, elles n’ont qu’à se prendre en mains pour créer des structures de formation.

Quelles solutions pourraient être mises en œuvre afin de remédier à ce phénomène ? 

Hormis le problème de l’apprentissage que je viens de développer, on pourrait également envisager une amélioration de la structure du RSA et inciter davantage les chômeurs à retourner sur le marché de l’emploi. C’est toute la teneur du débat sur l’indemnisation du chômage ; les partenaires sociaux doivent se réunir sur le sujet. La France a une longue période d’indemnisation du chômage, ce qui n’incite pas les chômeurs à chercher un travail ; il y a donc quelque chose à faire là-dessus.

Il faut aussi que les entreprises communiquent plus efficacement sur leurs besoins. A cet égard, les entreprises et Pôle emploi, dont le rôle est un peu trop administratif, doivent jouer un rôle.

L'occupation de ces milliers d'emplois doit-elle être prioritaire sur la création d'emplois ?  

Les deux concourent à améliorer la situation du travail. Les emplois inoccupés ne sont que des emplois qui ont vocation à être créés. En France, on souffre d’un manque d’emplois dans les services, et en particulier dans les services de proximité, les services à la personne, la restauration ; on manque d’emplois également dans les services informatiques, le soutien aux entreprises. Ceci s’explique, encore une fois, par le nombre trop faible de personnes formées à ces matières et le salaire peu intéressant, ce qui peut inciter les jeunes à partir à l’étranger. Ces emplois non occupés concourent à la perte de croissance française

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
çàcloche
- 29/12/2013 - 06:59
le serpent de mer
a chaque fois on nous sort le même chanson,le problème c'est que pole emploi n'est pas dans son cœur de métier de proposer des formation et de trouver un travail à des chômeurs employables.
les embauches de salariées à pole emploi n'ont rien donner en terme de résultats,+ de chômeurs.
Harmaggedon
- 27/12/2013 - 11:27
encore un grand maître du "yaka" !
surtout quand je lis : "Si les entreprises ne sont pas satisfaites de l’Education nationale, elles n’ont qu’à se prendre en mains pour créer des structures de formation."...
Dans ce cas, il faudrait commencer par baisser les charges des entreprises, en diminuant par exemple, les dépenses publiques pour une Education Nationale plus adaptée aux fonctionnaires de ce corps qu'aux besoins de ce pays.
En Allemagne, ce sont bien les entreprises qui s'occupent de cette formation, mais ne sont pas étranglées, comme en France, par les charges !
De plus, dès les années 2000, la situation actuelle, était prévisible : 80% de bacheliers, pour une même classe d'âge, dans un pays où il n'existe pas de sélection d'entrée à l'université, ne pouvait qu’entraîner une disproportion dans la pyramide des emplois ! Est-ce que le marché de l'emploi nécessite 80% de cadres ? Surtout quand l'E.N. se montre incapable si ce n'est réfractaire à toute adéquation au monde réel, tout en "pompant" littéralement la dépense publique ?
Pourquoi rien que des enseignants au ministère de l'EN, et pourquoi pas, rien que des chefs d'entreprise pour l'industrie et le commerce ?
Il serait grand temps que ça change !
Blanche Debasenhaut
- 27/12/2013 - 10:59
A 43 ans, j'ai perdu un job bien payé et pointé au chômage
J'ai accepté un déménagement à 500 km et une rémunération en baisse de 30 % pour retrouver TRES VITE (6 mois) un nouveau travail à une époque où ça n'était déjà pas facile. Alors, je n'ai qu'un conseil à donner aux demandeurs d'emplois : GET OFF YOUR ASS !