En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 5 heures 7 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 6 heures 8 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 7 heures 18 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 8 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 11 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 4 heures 48 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 5 heures 21 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 10 heures 20 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 11 heures 58 min
© Reuters
Les anomalies génétiques permettent à certains humains de surclasser les autres.
© Reuters
Les anomalies génétiques permettent à certains humains de surclasser les autres.
X-men

La génétique rend-elle toute égalité illusoire ? Partie 2 : les champions, ces mutants

Publié le 24 décembre 2013
Avec
Deuxième épisode de notre série sur les liens entre l'égalité sociale et la génétique. La recherche en génomique de la performance a mis en évidence 200 anomalies permettant à certains humains de surclasser les autres dans des disciplines sportives, tel ce skieur de fond finlandais qui produisait 30% de globules rouges de plus que la normale.
Gérard Dine est professeur de biotechnologies à l’École Centrale de Paris, président de l'Institut Biotechnologique de Troyes et chef du service d'Hématologie et d'Immunologie de l'Hôpital des Hauts-Clos de Troyes.Maxime Bilodeau est kinésiologue et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Dine est professeur de biotechnologies à l’École Centrale de Paris, président de l'Institut Biotechnologique de Troyes et chef du service d'Hématologie et d'Immunologie de l'Hôpital des Hauts-Clos de Troyes.Maxime Bilodeau est kinésiologue et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deuxième épisode de notre série sur les liens entre l'égalité sociale et la génétique. La recherche en génomique de la performance a mis en évidence 200 anomalies permettant à certains humains de surclasser les autres dans des disciplines sportives, tel ce skieur de fond finlandais qui produisait 30% de globules rouges de plus que la normale.
Avec

Atlantico : On connaît la théorie des 10 000 heures, selon laquelle on ne peut atteindre l’excellence sportive que grâce à un entraînement intense et prolongé. Pourtant l’exemple de personnes présentant des particularités génétiques vient battre en brèche cette théorie, tel Eero Mäntyranta, champion de ski finlandais né en 1937, qui devait sa supériorité sportive à un taux anormalement élevé de globules rouges. En quoi cette particularité lui permettait-elle d’être plus fort que les autres?

>>>>>>> A lire sur le même sujet : La génétique rend-elle toute égalité sociale illusoire ? Partie 1 : les défis pour l'éducation

Gérard Dine : On ne peut pas être champion sans entraînement, mais on ne peut pas non plus être champion si on ne bénéficie pas des prédispositions minimales de la performance. Certaines de ces prédispositions minimales sont génétiques, et l’un des exemples les plus fracassants est Eero Mäntyranta, que l’on appelait le "Finlandais volant". Il présentait une anomalie de production des globules rouges au niveau de son récepteur à l’EPO dans la moelle osseuse : à niveau d’EPO normal, il produisait sans inconvénient 30 % de globules rouges en plus.  Sa supériorité était indiscutable, puisqu’il se trouvait dans la même situation qu’une personne dopée à l’EPO. Sauf qu’en 1964 on ne savait pas produire de l’EPO, et on ignorait également les raisons de cette anomalie dans la production de globules rouges. Il a fallu 30 ans pour découvrir son anomalie génétique, et on s’est même aperçu qu’il comportait une dizaine d’anomalies à peu près comparables, donnant un avantage sélectif aux personnes pratiquant un sport d’endurance. Ces gens sont donc des "mutants" qui  bénéficient d’un avantage indéniable sur les autres sportifs.

Maxime Bilodeau : Les globules rouges sont les transporteurs d’oxygène de l’organisme. Lorsqu’elle fait son entrée dans les poumons, l’oxygène se fixe aux globules rouges, et plus particulièrement sur l’hémoglobine, une protéine contenant du fer qui donne sa couleur et sa texture caractéristiques au sang. Ensuite, les globules rouges acheminent le précieux gaz à l’ensemble des tissus et organes du corps, dont les muscles, qui en ont crucialement besoin pour se contracter. En fait, c’est grâce à la présence d’oxygène dans le milieu musculaire que la production d’énergie par voie dite aérobie y est possible. Dans les sports d’endurance, où le métabolisme aérobie est prédominant, les performances sont donc intimement corrélées à cette capacité qu’a l’organisme d’apporter aux muscles actifs tout l’oxygène requis. On comprend donc mieux l’avantage pour un athlète comme Mäntyranta de posséder naturellement un taux anormalement élevé de globules rouges – on dit qu’il avoisinerait les 65 % supérieur alors qu’il est d’environ 40 à 45 % chez le commun des mortels. On comprend mieux également pourquoi certains athlètes moins favorisés à la loterie génétique n’hésitent pas à gonfler artificiellement ce taux en s’injectant de l’EPO ou encore de leur propre sang.

Un "superbébé" est né du temps de la RDA, à Berlin : fils d’une sprinteuse accomplie, il a hérité d’une mutation génétique très rare inhibant la myostatine, une protéine censée limiter la croissance musculaire. A 4 ans, il avait deux fois plus de muscles que les autres enfants de son âge. Cela veut-il dire qu’il existe des lignées de sportifs, qui ont moins à s’entraîner que d’autres?

Gérard Dine : L’existence de ce bébé a été révélée en 2004 par des scientifiques allemands qui travaillent sur le muscle. La connaissance en la matière a largement bénéficié des découvertes effectuées dans le cadre de la recherche sur la myopathie. Les myopathes présentent des anomalies génétiques qui empêchent les muscles de fonctionner, et les détruisent donc. D’autres anomalies ont l’effet inverse, à savoir de rendre les muscles plus performants. On se sert d’ailleurs de ces anomalies pour essayer de diminuer le déficit des enfants atteints de myopathie. Les essais sont encore en cours.

Ce garçon, pour revenir, à son cas, est issu d’un centre d’Allemagne de l’Est où les sportifs étaient rassemblés pour qu’ils se reproduisent entre eux. A l’époque on ne maîtrisait pas la génétique, on regroupait les gens sur des critères de performance musculaire et, tels des chevaux, on essayait de les faire se reproduire pour donner naissance à des lignées de champions. Ces deux exemples spectaculaires ont permis de créer la génomique de la performance, qui connaît actuellement de belles avancées, grâce notamment aux travaux de chercheurs australiens.

Maxime Bilodeau : La HERITAGE Family Study, une vaste étude en partie menée ici-même à l’Université Laval de Québec, a démontré qu’il existe bel et bien une variante interindividuelle en ce qui a trait à l’entraînabilité, c’est-à-dire à la réponse à un stimulus d’entraînement donné. Autrement dit, lorsque soumis à un même programme d’entraînement, deux individus ne connaîtront pas les mêmes améliorations de leurs qualités physiques, ce qui laisse penser qu’en effet, il existerait certains "chanceux" qui ont moins à s’entraîner que d’autres. Par contre, il convient de nuancer le portrait et de dire que la nature du sport pratiqué joue pour beaucoup dans cette question. Je m’explique : moins un sport exige la mise en place de stratégies cognitives complexes, plus le fait de posséder un bagage génétique favorable à une discipline donnée compense la nécessité de s’entraîner, et vice-versa. Un sauteur en hauteur doté d’un centre de masse élevé et d’un tendon d’Achilles particulièrement long – deux caractéristiques "physiques" très avantageuses en saut en hauteur – nécessite moins d’entraînement pour réussir facilement dans son sport que, disons, un escrimeur qui doit accumuler d’innombrables heures d’entraînement pour assimiler l’ensemble des schèmes cognitifs nécessaires à l’atteinte d’une certaine expertise en escrime.

Aujourd’hui les niveaux d’entraînement sont extrêmes, et l’accompagnement des sportifs de haut niveau, particulièrement poussé. Au point qu’on se demande s’il est possible d’aller plus loin dans ce domaine. Par conséquent, est-ce le facteur génétique qui permet aux meilleurs sportifs d’être au-dessus du lot? Finalement les Bolt, Nadal, Jordan, Lomu et autres Pelé ne sont-ils que des anomalies génétiques ?

Maxime Bilodeau : Chaque cas d’athlète en est un unique, ce qui rend la généralisation particulièrement périlleuse, pour ne pas dire impossible. En fait, pour être plus juste, il faudrait dire que c’est une part infiniment variable d’inné, mais également d’acquis, qui permet aux meilleurs d’être les meilleurs. Autrement dit, un cheval, même s’il est, disons, de pur-sang, ne sera jamais le plus rapide ni le plus endurant s’il ne profite pas d’un environnement un tant soit peu adéquat pour le stimuler. De la même manière, un mulet restera toujours un mulet, et ce même s’il dispose d’un environnement optimal à tous les points de vue. Pour répondre à votre question donc : oui, les meilleurs athlètes possèdent fort probablement un bagage génétique qui contribue à leur excellence sportive, mais c’est ignorer la réalité que de ne considérer que ce dernier dans l’équation. 

Gérard Dine : On ne peut pas affirmer à 100 % que ces sportifs sont des anomalies génétiques, mais on ne peut pas non plus le nier. La réussite dans une discipline résulte du mariage entre  les prédispositions et l’adaptation par l’entraînement. Il faut que ces prédispositions soient repérées précocement et développées harmonieusement, car paradoxalement ces personnes peuvent être plus fragiles, et nécessitent par conséquent des entraînements non pas quantitatifs mais qualitatifs. Cela, on le voit bien dans les disciplines chronométriques, qui sont individuelles. Dès qu’on rentre dans la technique et le collectif, les choses sont plus délicates à analyser, mais quelque part ces prédispositions jouent un rôle entre l’inné et l’acquis. Et sur les exemples cités dans la question, on ne peut pas nier que c’est la part génétique qui fait la différence. Le contre-exemple du dopage va  dans ce sens en cherchant à reproduire chimiquement ce qui était l’avantage de Mäntyranta.

Outre les personnalités qui sortent du lot, on constate des tendances : les Éthiopiens et les Kényans dominent le marathon, les Jamaïcains, le sprint. D’où vient cette supériorité dans ces disciplines sportives? D’autres populations, auxquelles on ne penserait pas forcément, présentent-elles également des facilités pour certaines disciplines?

Maxime Bilodeau : Ce sont là d’excellents exemples de populations qui, à cause d’un environnement et d’une culture donnée, développent un taux anormalement élevé de champions. Par exemple, les Kényans, et plus particulièrement ceux originaires de la tribu des Kalenjins, doivent leur supériorité en partie au fait qu’ils habitent et s’entraînent sur de hauts plateaux quasi désertiques situés à environ 2000 mètres d’altitude. Jumelez cela au fait que la course de fond représente, pour de nombreux Kényans et leur famille, une porte de sortie de la pauvreté relative dans laquelle la majorité de la population de ce pays est plongée, et vous obtenez un vaste bassin d’athlètes non seulement taillés pour soutenir des efforts de longues durées, mais également, et surtout, extrêmement motivés pour courir. Une analyse similaire, mais, j’insiste, non identique, s’applique aux Jamaïcains pour qui le sprint est un sport national, ou encore aux Canadiens pour qui le hockey sur glace fait aussi partie intégrante de la culture nationale.

Quant à savoir s’il existe des populations "cachées sous le tapis" en ce qui a trait à la domination dans certaines disciplines, je ne pense pas que ce soit actuellement le cas, à tout le moins, pas dans le sens d’une domination d’ordre génétique. Par contre, qui sait si, un jour, la métamorphose de l’environnement immédiat d’une population ne l’influencera pas au point de la voir développer de nombreux athlètes de pointe dans une discipline donnée? Seul le temps nous le dira.

Gérard Dine : dans le jargon des spécialistes, on parle de "pression de sélection". Les populations humaines, qui sont une, se sont développées dans des environnements différents. Par exemple, les athlètes sprinteurs issus des régions nord du Cameroun et du Nigéria, étaient des hommes des forêts, qui dans ce milieu devaient déployer une importante puissance musculaire. Les africains de l’est ont été séparés par le grand rift et se sont retrouvés à vivre dans la savane sur de hauts plateaux au-dessus de 2 000 mètres d’altitude. Les potentiels de survie se sont adaptés et, dans le cadre sportif, amènent à faire la différence. Grâce à la biologie et la génétique on arrive à analyser la différence entre les populations africaines de l’ouest et de l’est, qui ne réussissent pas dans les mêmes disciplines. On est dans un cas flagrant d’adaptation à l’environnement.

Selon les chercheurs australiens, les gènes pouvant présenter un intérêt sportif sont au nombre de 200. Il faut ramener cela à chaque discipline : en football par exemple, la performance est conditionnée par des facteurs beaucoup plus imbriqués, et donc plus compliqués à analyser. Il faut savoir également que des prédispositions permettent d’être apte à la préparation à la performance, et aussi à la récupération, notamment au niveau des tendons, des muscles et des cartilages. Il faut donc avoir les gènes pour fournir l’effort, mais aussi les gènes pour tolérer la performance.

Pour éviter toute polémique éthique, les officiels sportifs britanniques ont choisi comme axe non pas de rechercher les gènes qui permettent d’améliorer la performance, mais de soigner mieux les sportifs de haut niveau. C’est parce que les enjeux sont importants et que les financements sont importants dans le sport de haut niveau que l’on cherche à optimiser ainsi la performance sans pour autant recourir à la dérive du dopage.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 25/12/2013 - 10:09
mais dites moi...
"couille molle" on peut rien y faire ?..non plus qu'a sa bande de branquignoles..a lire cet article je me dis que les génétiquement cons et abrutis que sont les socialo..le restent !!..
pascalou2
- 24/12/2013 - 17:36
bonjour
article interessant

certe, qui fait un peu la part belle a la genetique par raport au caliter mental d un sportif ....

dans les sport individuel ça joue beaucoup ....dans les sport collectif c est plus equilibrer , le genetique n est rien sans les qualiter psycho .....lol

ça rassurera ,de savoir que l humaine est social et donc savoir jouer collectif est aussi important que votre "code "de depart ...

pascalou

amateur de science

pascalou
ignace
- 24/12/2013 - 15:30
sport et genetique...le gag
La génétique est tellement importante dans le sport, qu'ils se chargent comme des mulets pour gagner
et ceci dans tous les sports