En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

06.

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

07.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

05.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 9 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Nomination
Antiterrorisme : Laurent Nuñez sera nommé patron de la "task force" de l’Elysée
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : La ballade du soldat Odawaa" de Christian Rossi et Cédric Apikian, ambiance crépusculaire pour ce western moderne

il y a 13 heures 8 min
light > Justice
Taxes
Apple remporte une victoire importante face à Bruxelles
il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
AJ+

Désirer une Noire, c'est du racisme !

il y a 14 heures 59 min
décryptage > International
"Avec Castro, à l’heure du crime"

Les connexions castristes du tueur de Dallas : questions sur l’assassinat de John F. Kennedy et ses relations avec le gouvernement cubain

il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 19 heures 35 sec
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 8 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Fin du quinquennat
Retrouvez l'intégralité du discours de politique générale de Jean Castex
il y a 10 heures 18 min
pépites > Politique
Premier ministre
Discours de politique générale : retrouvez les principales annonces de Jean Castex à l'Assemblée nationale
il y a 12 heures 37 min
pépites > Politique
"Premier ministre bis"
Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex
il y a 13 heures 26 min
pépites > Faits divers
Incidents lors de la Fête nationale
14 juillet : un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention à Etampes
il y a 14 heures 9 min
décryptage > International
Panorama

COVID-19 : la pandémie s’étend et se politise aux États-Unis

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 19 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
Bilan nippon

Abenomics, point d’étape : ce qui est acquis, ce qui reste à faire dans la tentative du sauvetage de l’économie japonaise

Publié le 22 décembre 2013
Perçue comme salvatrice par certains et vigoureusement critiquée par d'autres, la politique économique japonaise, surnommée "Abenomics" du nom de son initiateur, est un engagement puissant. Pourtant, la route est encore longue...
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Perçue comme salvatrice par certains et vigoureusement critiquée par d'autres, la politique économique japonaise, surnommée "Abenomics" du nom de son initiateur, est un engagement puissant. Pourtant, la route est encore longue...

Le Japon s'est assigné une tâche très ambitieuse en souhaitant redynamiser sa croissance et sortir définitivement de la déflation qui caractérise son économie depuis le milieu des années 1990. La stratégie de Shinzo Abe, le Premier ministre élu à la fin de l'année 2012, est de mettre en œuvre une série de stratégies visant à changer durablement la dynamique de cette économie. Sa stratégie repose sur trois composantes appelées les trois flèches. La première, associée à la politique monétaire, doit permettre de sortir de la déflation, la seconde reflétant la politique budgétaire doit permettre de retrouver un rythme de croissance plus fort et la troisième flèche est celle des réformes structurelles qui doivent permettre de pérenniser cette dynamique dans la durée.

Pour l'instant, les deux premières flèches sont à l'œuvre. Le taux d'inflation tend vers 1% et le taux d'inflation sous-jacent est repassé en territoire positif. L'économie japonaise change même si cette évolution des prix est encore éloignée de l'objectif de 2% que s'est fixé la Banque du Japon.

Les ménages sont interrogés et considèrent effectivement que l'inflation va continuer de progresser. Ce changement dans les anticipations est important car il reflète le changement de perception par les ménages de leur environnement. En France, au milieu des années 1980, la campagne pour la désinflation en France s'était appuyée avec succès sur le changement des anticipations. A l'époque, il fallait réduire l'inflation, aujourd'hui au Japon il faut faire en sorte qu'elle s'accélère. Les ménages semblent l'avoir intégré même si les salariés se trouvent un peu pris en défaut car leur salaire ne suit pas cette accélération des prix. De fait, ils subissent une perte de pouvoir d'achat. Cela ne crée pas cependant encore de défiance vis-à-vis de la politique menée.

Du côté de l'activité, la croissance est positive et forte même si elle est un peu moins vive au 3ème trimestre qu'en début d'année. Cela ne remet pas en cause la stratégie adoptée mais doit néanmoins être une alerte car le ralentissement vient d'un moindre investissement productif et d'exportations qui s'exportent mal. La moindre accumulation de capital peut n'être que passagère car les anticipations d'investissement contenues dans l'enquête trimestrielle Tankan de la Banque du Japon restaient positives. D'une manière générale la dynamique d'activité est bonne mais n'est pas "explosive". On reviendra sur les exportations plus loin.

La véritable question est l'inscription dans la durée de l'ensemble de ces éléments tout en prenant en compte le fait que la population active tend à se réduire.

Il y a ici plusieurs points à observer.

Le premier en relation avec la population suggère qu'une croissance de 2% qui est l'objectif d'Abe se traduira par une croissance de l'activité par emploi plus rapide au fur et à mesure de la réduction de la population. En effet, le taux de croissance de l'économie est la somme de la hausse de la productivité et de la hausse de l'emploi. Si ce dernier se réduit du fait du vieillissement de la population alors pour avoir une croissance du PIB de 2% il faut une progression très rapide de la productivité dans la durée, probablement de l'ordre de 2.5%. C'est un chiffre considérable qui semble difficilement atteignable dans une économie vieillissante.

L'autre point est finalement la dépendance plus marquée qu'imaginée de la dynamique externe du Japon à la Chine. Le Japon avait profité de la croissance très forte de l'économie chinoise, cela la pénalise désormais alors que le pays de l'Empire du Milieu remet en cause son mode de croissance hérité de Deng Xiaoping. L'affaiblissement de la devise nippone n'est pas suffisant pour l'instant pour provoquer une impulsion externe en raison de cette dépendance de demande vis-à-vis de la Chine.

Le troisième point est l'arbitrage qu'il faudra faire entre une épargne forte des entreprises et une épargne plus réduite des ménages. Ces derniers sont pénalisés par une réduction tendancielle de la part des revenus salariaux dans le PIB. Il faudra probablement faire des transferts de pouvoir d'achats pour qu'effectivement il y ait une demande solvable dans la durée. Cela prend du temps.

En d'autres termes, les instruments conjoncturels permettent à l'économie de retrouver une allure de croissance plus robuste. Cela se voit notamment dans les enquêtes menées auprès des chefs d'entreprise. Les indices des enquêtes Tankan ou Markit sont à un niveau élevé traduisant l'anticipation par les chefs d'entreprise d'une situation immédiate plus soutenue.

Simplement, on observe que tenir un rythme de croissance de 2% dans la durée ne sera pas chose simple si la population continue de vieillir. L'ouverture des frontières a ici une illustration simple et directe. Mais sur cet aspect, véritable réforme structurelle au Japon, pas de changement ni de calendrier annoncé. Il faudra aussi redynamiser le revenu des salariés. Cela peut passer par des transferts via l’État, par des augmentations de salaires, c'est d'ailleurs ce qu'ont proposé plusieurs entreprises japonaises récemment. Cela peut passer aussi par une revalorisation du travail féminin, autre réforme structurelle déjà discutée mais qui ne dispose pas non plus de calendrier. L'objectif est de disposer d'une demande interne plus robuste et plus soutenue afin de donner davantage d'autonomie à la dynamique productive et que celle-ci ne soit plus aussi dépendante des impulsions provenant de son voisin chinois.

La situation continuera de n'être pas simple à court terme. Le gouvernement a acté l'augmentation de la TVA au premier avril afin de commencer à rééquilibrer les comptes publics. Cela va affecter des ménages qui s'interrogent aujourd'hui davantage sur l'ensemble des réformes mises en œuvre. Cet objectif de rééquilibrage des finances publiques n'aura par ailleurs de sens que si effectivement la croissance tend vers 2% dans la durée. Les réformes de structure sont vraiment indispensables. Mais elles se font attendre.

Tout cela est surement un peu rapide et ne pourra pas s'inscrire dans la durée sans de véritables réformes qui modifient en profondeur la façon dont l'économie japonaise fonctionne. Car et c'est là l'interrogation : si l'économie nippone a connu cette longue période de faible croissance c'est que son modèle était épuisé ou mal adapté à l'environnement économique global. Vouloir remettre à flot cette économie avec juste des recettes conjoncturelles et sans faire de réformes structurelles est certainement illusoire.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Don't panic
- 22/12/2013 - 15:05
Des solutions douteuses
Bonjour à tous,
Avant tout, M. Waechter, merci pour cette synthèse ur l'état de l'économie japonaise. Je partage l'avis selon lequel les deux premières flèches ne suffisent pas.

J'irai cependant même plus loin : à elles seules,elles sont néfastes pour l'économie nippone ! En effet, un objectif de 2% d'inflation est un suicide pour l'épargne locale puisque les bons du trésor émis il y a encore un an à maturité dix ans rapportait un coupon de 0,7% par an. A 2% d'inflation, on aurait un retour réel de -1,3% par an ce qui impliquera une perte de confiance dans la dette publique locale, et une perte de pouvoir d'achat future. Par ailleurs, avec la politique budgétaire expansionniste voulue par Abe, les besoins d'emprunter de l'Etat vont augmenter alors même que la dette publique sera peu attractive pour les ménages japonais à moins d'une violente remontée des taux.

D'où ma question, le Japon est une économie vieillissante centrée sur l'épargne : la population diminuant, une inflation légèrement supérieure à 0 et une croissance nulle sont ils vraiment un problème per se ?

Amicalement,

Don't panic
MORVAN58
- 22/12/2013 - 12:13
@ Fort instructif
A l'auteur,
Avec nos remerciements pour cette synthèse instructive et éclairante dont j'ai plaisir, une fois de plus, à partager les termes.
Jean-Yves ARCHER
EOLE
- 22/12/2013 - 10:12
La croissance ne se décrète pas
Ce n'est pas une affaire d'émission de billets de banque mais de fécondation d'ovules.