En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 32 min 29 sec
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 3 heures 14 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 6 heures 12 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 9 heures 35 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 54 min 44 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 2 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 6 heures 23 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 7 heures 12 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 56 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 9 heures 7 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 19 heures 35 min
© Reuters
Le président de la Fed Ben Bernanke a annoncé qu'il décidait de faire passer le montant du programme de soutien à l'économie de 85 à 75 milliards de rachats d'actifs mensuels.
© Reuters
Le président de la Fed Ben Bernanke a annoncé qu'il décidait de faire passer le montant du programme de soutien à l'économie de 85 à 75 milliards de rachats d'actifs mensuels.
Bien joué Maestro

Pourquoi la décision de la FED de réduire sa politique de rachats d'actifs n'est pas du tout assimilable à la fin de son soutien à l'économie

Publié le 19 décembre 2013
Le président de la Fed, Ben Bernanke, a annoncé lundi 18 décembre qu'il décidait de faire passer le montant du programme de soutien à l'économie de 85 à 75 milliards de rachats d'actifs mensuels. Aussi étrange que cela puisse paraître de prime abord, les marchés ont accueilli la nouvelle avec sérénité.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la Fed, Ben Bernanke, a annoncé lundi 18 décembre qu'il décidait de faire passer le montant du programme de soutien à l'économie de 85 à 75 milliards de rachats d'actifs mensuels. Aussi étrange que cela puisse paraître de prime abord, les marchés ont accueilli la nouvelle avec sérénité.

Ben Bernanke a pu annoncer le 18 décembre qu’il réduisait le montant du programme de soutien à l’économie. Mais ce n’est pas tout, car la déclaration faite hier au soir est beaucoup plus favorable qu’elle n’y paraît.

Le montant du  Quantitative Easing, ou assouplissement quantitatif, passe ainsi d’un montant de 85 milliards de rachats d’actifs mensuels à un montant de 75 milliards, soit une réduction de près de 12 % du montant alloué.  Malgré cela, le Tapering, nom donné au ralentissement du programme, n’a pas eu l’effet escompté sur les marchés financiers, car celui-ci a plutôt bien pris la nouvelle.

Alors que s’est-il passé ? En réalité, Ben Bernanke est en train de troquer une méthode de relance monétaire contre une autre. C’est là qu’intervient la notion de Forward Guidance, qui n’est rien d’autre qu’une méthode permettant aux banquiers centraux de communiquer avec plus de précision les objectifs qu’ils se fixent, afin de donner aux acteurs économiques les moyens de "deviner" les prochaines actions de la Banque centrale.

Cette méthode a été introduite au mois de septembre 2012, et consistait alors à fixer une limite de taux de chômage à 6.5 % ainsi qu’une limite d’inflation à 2.5 %. Dès lors que l’un de ces deux objectifs est atteint grâce au soutien monétaire, les acteurs économiques doivent s’attendre à un resserrement monétaire. Ce qui donne une visibilité accrue aux investisseurs, qui peuvent ainsi compter sur le soutien de leur banque centrale aussi longtemps que ces deux points ne sont pas atteints. L’intérêt de cette méthode est que si l’économie est parvenue à réduire le chômage et revenir à une situation de plein emploi, les investisseurs auront tout intérêt à poursuivre leurs investissements, et ce, même sans un soutien monétaire. Car si le plein emploi est restauré, à quoi bon ne pas profiter de "l’économie réelle" ?

Et cette méthode a fonctionné à plein régime. Et même de façon bien plus efficace que les trois plans d’assouplissement quantitatifs d’ores et déjà déployés, dont les effets étaient mal jaugés par les investisseurs. Au bout de 15 mois d’action, le forward guidance a permis de faire baisser le taux de chômage à un niveau de 7 %.

Mais cette baisse du chômage devenait la source d’inquiétudes pour le marché. Le taux de 6.5 % s’approchait et l’économie n’était pas encore en situation de réelle stabilisation. En effet, le taux de chômage de 6.5 % n’était finalement pas assez ambitieux pour une économie américaine qui a déjà connu un taux de chômage proche de 4 % avant la crise.

C’est ainsi que le comité monétaire a déclaré dans son communiqué "Maintenant, le comité anticipe qu’il est approprié de maintenir la politique actuelle bien après que le taux de chômage est parvenu à passer sous la barre de 6.5 %, surtout si l’objectif de taux d’inflation continue à se maintenir sous le niveau fixé à long terme de 2.00 %."

L’objectif de taux de chômage disparait et les acteurs économiques peuvent compter sur leur banque centrale pour ne pas retirer son soutien, et ce aussi longtemps que le plein emploi n’est pas effectivement atteint et aussi longtemps que les chiffres de l’inflation ne viennent pas menacer le taux à long terme de 2.00 %. Inflation qui atteint actuellement un niveau de 1.2 %. Ce qui est une marge confortable.

La baisse du montant de quantitative easing n’est qu’un leurre, Ben Bernanke et la Fed sont bien là, et ils n’ont pas l’intention d’arrêter leur soutien, et ce aussi longtemps que le chômage ne sera pas totalement résorbé. La BCE mériterait d’apprendre la leçon.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 19/12/2013 - 18:48
10 minutes pour comprendre ou est notre vrai probléme
LE TEMPS QU’IL FAIT LE 19 DÉCEMBRE 2013
http://www.pauljorion.com/blog/

un petit cours basique qui demande 10 minutes d’écoute, mais qui parle des vrais problèmes de notre époque
et qui n’enlève a rien la responsabilité des politiques dirigeants ( de France et de Navarre)
Konfu Zi
- 19/12/2013 - 13:44
De l'inconvénient d'avoir Angela
C'est dommage qu'on n'ait pas la liberté de faire tourner la planche à billets comme les américains et les japonais. Ils sont en train de sortir de la crise, nous pas...
Gégé Foufou
- 19/12/2013 - 11:57
Bizarre votre calendrier, c'est laquel, inca, musulman, juif ???
Le lundi 18 décembre 2013 pas vu sur le mien, pourtant il est officiel, c'est celui de La Poste.....