En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Brad Pitt et Angelina Jolie bientôt mariés ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 25 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 23 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 9 sec
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 57 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 27 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 47 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 7 heures 41 min
© Reuters
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français.
© Reuters
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français.
Ce qu’on perd en perdant l’industrie

La France des villes cassées : le vrai bilan de 30 ans de désindustrialisation

Publié le 19 décembre 2013
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français, de sorte qu'une fracture a tendance à se créer entre les métropoles qui ont su anticiper les changements en se spécialisant et les régions périphériques, isolées. Troisième épisode de notre série "Ce qu’on perd en perdant l’industrie".
Jean-Louis Levet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Levet est économiste.Son dernier livre est Réindustrialisation j'écris ton nom, (Fondation Jean Jaurès, mars 2012).Il est également l'auteur de Les Pratiques de l'Intelligence Economique : Dix cas d'entreprises paru chez Economica en 2008 et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français, de sorte qu'une fracture a tendance à se créer entre les métropoles qui ont su anticiper les changements en se spécialisant et les régions périphériques, isolées. Troisième épisode de notre série "Ce qu’on perd en perdant l’industrie".

Atlantico : Existe-t-il des disparités territoriales en France en matière de désindustrialisation ?

Jean-Louis Levet : il faut remette en perspective ce processus de désindustrialisation. L'industrie est revenue dans le débat public depuis le milieu des années 2000 avec le débat sur les délocalisations, et  l'État français a alors  encouragé en particulier la création de pôles de compétitivité, puis avec la crise financière de 2008, lorsque le pays s'est rendu compte que quand l'industrie se fragilise, c'est l'ensemble de notre potentiel économique qui se fragilise également. Ces deux effets ont montré qu'un pays sans industrie a du mal à se construire un avenir. Et c'est évidemment la même chose avec les régions.

Bien sûr, suivant le territoire, que vous soyez en Bretagne, en Lorraine ou en Rhône-Alpes, les activités – et donc l'impact de la désindustrialisation - seront différentes. Un territoire comme le Nord a joué un rôle très important dans la dynamique des première et deuxième révolutions industrielles. Mais cette région est un exemple de reconversion de son activité manufacturière, par exemple dans les transports. D'autres régions en revanche, comme la Bretagne avec l'agro-alimentaire, sont en train de changer de modèle économique. A Toulouse, l'aéronautique connaît un essor régulier depuis des années avec la croissance du trafic aérien.

A lire également dans la série "Ce qu’on perd en perdant l’industrie" :

>>> La désindustrialisation nous condamne-t-elle à vivre dans un désert d’innovations ?

>>> Pourquoi la désindustrialisation pourrait bien ne pas nous faire perdre que des usines mais aussi... la démocratie

La présence de telle ou telle industrie a donc un impact, voire des impacts sur le territoire sur lequel elle se situe. Cela signifie-t-il que, de facto, la désindustrialisation d'une région a obligatoirement une répercussion sur son territoire ?

Le territoire se transforme inévitablement avec la désindustrialisation lorsqu’elle a lieu mais cela dépend avant tout de la conception économique du territoire. Il y a deux types de conceptions :

Soit on considère que le territoire (quel que soit son périmètre) est une plate-forme offshore de la mondialisation et on instaure une concurrence terrible par le bas, par les coûts entre les territoires qui entraîne un nomadisme des entreprises et une précarisation des emplois. C'est ce qui s'est passé dans les années 90 quand l'ensemble de l'Europe a fait le choix du marché unique sans stratégie technologique et industrielle globale, ce qui a favorisé la délocalisation de certaines industries depuis certaines régions comme la Lorraine ou l'Alsace vers des pays à plus faibles coûts de production.

Soit on perçoit le territoire comme un espace collectif qui se construit. C'est le cas par exemple en Rhône-Alpes, où tout un ensemble d'acteurs de la production se mobilise autour de projets communs. La désindustrialisation se pose alors en termes de transition : il n’y pas de désindustrialisation à proprement parler, c’est-à-dire de pertes de substance en termes d’innovation et d’emplois, mais une transition à conduire et à maîtriser, c’est-à-dire passer d'un modèle économique à un autre. Ce qui n'a évidemment pas les mêmes conséquences sur le territoire.

Peut-on parler d'abandon de territoires dans le premier cas ? Est-ce qu'il y a de fait une sous-exploitation de certains territoires français du fait de la désindustrialisation ?

La fermeture de certaines entreprises, sans création d’autres opérateurs,  va forcément entraîner la destruction d'emplois. Quand on regarde l'ensemble de la carte européenne, on voit qu'il y a une concentration forte de population active  autour de certaines agglomérations. Cela crée une inégalité territoriale entre des centres dynamiques et des zones qui se retrouvent de plus en plus à la périphérie. Ce phénomène d'inégalité est croissant en France, comme de multiples travaux l’ont montré.

Cela se traduit évidemment par un taux de chômage plus fort dans certaines régions. Dans ces zones-là, l'emploi est moins durable, le revenu par habitant est moins important ou en tous cas plus inégalitaire entre les plus riches et les moins riches, l'accès au marché du travail est plus difficile pour les jeunes et pour les seniors, la précarité est plus importante et donc la mobilité est plus difficile pour les actifs, etc.

Est-ce que ce phénomène d'inégalité ne concerne que l'économie ? La désindustrialisation de certaines régions entraîne-t-elle une scission entre deux France ? En termes de sécurité par exemple, les atteintes à l'intégrité physique ont augmenté de 14,5 % dans le Bas-Rhin en 2012, de 2,6 % la même année dans le Haut-Rhin, de 6,9 % en Moselle...

De nombreuses études confirment la création d'une fracture entre certaines régions. Il y a des zones  qui ont une forte densité d'entreprises  comme les régions Midi-Pyrénées ou Rhône-Alpes, et d'autres où ce n'est pas le cas, comme la Lorraine par exemple qui fait de gros efforts pour recréer des dynamiques de développement endogène. D’un côté de grandes villes se métropolisent, se spécialisent dans des activités à forte valeur ajoutée, concentrent les principaux centres de décision économique et attirent ainsi des emplois très qualifiés ; c’est le cas de Paris, Lille, Bordeaux, Lyon, Nantes, Toulouse ou encore Grenoble. De l’autre, de plus en plus de Français touchés par les difficultés économiques et la précarité vivent au-delà des banlieues, dans des territoires périurbians, industriels (où le foncier est moins cher pour l’implantation de sites industriels) et ruraux. Cette "France périphérique" vit avec le lourd handicap d’être ainsi éloignée des marchés territoriaux de l’emploi.

Les inégalités entre territoires se retrouvent également au niveau culturel. Si la désindustrialisation s'accompagne d'un affaiblissement économique, une ville peu riche aura mécaniquement moins les moyens de développer toute une série de services (culture, aides à l’éducation, services à la personne, etc.).  Pareillement, la solidarité est moins facile dans ces zones. Les services publics peuvent être moins développés, notamment en termes sanitaires, et c'est évidemment le rôle des pouvoirs publics d'agir pour réduire ces inégalités au niveau national en favorisant en particulier le développement d’entreprises par une politique fiscale ambitieuse en faveur de l’investissement, une mobilisation des territoires par une évolution de la décentralisation, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ams
- 21/12/2013 - 18:51
Dernier de la classe
L'industrie c'est la frange de l'économie la plus exposée à la globalisation ( 80% des exportations). C'est donc un bon indicateur des capacités d'adaptation d'un pays à la mondialisation. Le bilan de la france dans ce domaine est accablant : en % du PIB nous sommes le pays europeen ou l'industrie a le plus reculé; la France est bon DERNIER ex aequo avec la Grece en terme de poids de l'industrie en Europe. L'industrie Francaise est morte. C'est un fait
mx
- 20/12/2013 - 04:58
Petit exemple
En France on a pas arrêter de dénigrer le travail manuel, un professionnel qualifier trouve des offres d'emplois de 8,... a 15 € de l'heure en Suisse pour le même travail c'est 15 a 25 € de l'heure !!!!!!!
Quand on fait une demande de prix en France le produit est plus cher qu'en Suisse , chercher l'erreur ?
Exemple la chaud de fond, une ville perdue sur un flanc de montagne ou la vallée de joux qui sont des viviers d'emplois impressionnants, quand je compares a la France et tout son potentiel, je ne comprend pas ? on a vraiment un très gros probleme dans ce pays et depuis trop d'années, beaucoup d’électeurs devraient aller voir ailleurs et regarder se qui s'y passe.
biturige
- 19/12/2013 - 19:57
l'acte d'accusation
bonsoir ,l'acte d'accusation des méfaits accumulés depuis plus de 35 ans par les gouvernants ,les syndicats et consorts va être conséquent :De la casse de la métallurgie par monsieur Giscard-d'Estaing ,puis à l'ère Mitterrandesque ,à la ruine de nos Ports et de la flotte marchande ,de celles des PM par les suivants Gauche & Droite confondues ;toujours aidées par les syndicats complices ;il y a de quoi faire pour les tribunaux d'exception qui devront sanctionner tous ces malfaisants ....Je rêve ,? Peut-être pas .