En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 26 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 17 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 15 heures 1 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 15 heures 55 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 32 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 18 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 16 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 36 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 42 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 22 heures 53 sec
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français.
© Reuters
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français.
Ce qu’on perd en perdant l’industrie

La France des villes cassées : le vrai bilan de 30 ans de désindustrialisation

Publié le 19 décembre 2013
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français, de sorte qu'une fracture a tendance à se créer entre les métropoles qui ont su anticiper les changements en se spécialisant et les régions périphériques, isolées. Troisième épisode de notre série "Ce qu’on perd en perdant l’industrie".
Jean-Louis Levet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Levet est économiste.Son dernier livre est Réindustrialisation j'écris ton nom, (Fondation Jean Jaurès, mars 2012).Il est également l'auteur de Les Pratiques de l'Intelligence Economique : Dix cas d'entreprises paru chez Economica en 2008 et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La désindustrialisation a un impact sur le territoire français, de sorte qu'une fracture a tendance à se créer entre les métropoles qui ont su anticiper les changements en se spécialisant et les régions périphériques, isolées. Troisième épisode de notre série "Ce qu’on perd en perdant l’industrie".

Atlantico : Existe-t-il des disparités territoriales en France en matière de désindustrialisation ?

Jean-Louis Levet : il faut remette en perspective ce processus de désindustrialisation. L'industrie est revenue dans le débat public depuis le milieu des années 2000 avec le débat sur les délocalisations, et  l'État français a alors  encouragé en particulier la création de pôles de compétitivité, puis avec la crise financière de 2008, lorsque le pays s'est rendu compte que quand l'industrie se fragilise, c'est l'ensemble de notre potentiel économique qui se fragilise également. Ces deux effets ont montré qu'un pays sans industrie a du mal à se construire un avenir. Et c'est évidemment la même chose avec les régions.

Bien sûr, suivant le territoire, que vous soyez en Bretagne, en Lorraine ou en Rhône-Alpes, les activités – et donc l'impact de la désindustrialisation - seront différentes. Un territoire comme le Nord a joué un rôle très important dans la dynamique des première et deuxième révolutions industrielles. Mais cette région est un exemple de reconversion de son activité manufacturière, par exemple dans les transports. D'autres régions en revanche, comme la Bretagne avec l'agro-alimentaire, sont en train de changer de modèle économique. A Toulouse, l'aéronautique connaît un essor régulier depuis des années avec la croissance du trafic aérien.

A lire également dans la série "Ce qu’on perd en perdant l’industrie" :

>>> La désindustrialisation nous condamne-t-elle à vivre dans un désert d’innovations ?

>>> Pourquoi la désindustrialisation pourrait bien ne pas nous faire perdre que des usines mais aussi... la démocratie

La présence de telle ou telle industrie a donc un impact, voire des impacts sur le territoire sur lequel elle se situe. Cela signifie-t-il que, de facto, la désindustrialisation d'une région a obligatoirement une répercussion sur son territoire ?

Le territoire se transforme inévitablement avec la désindustrialisation lorsqu’elle a lieu mais cela dépend avant tout de la conception économique du territoire. Il y a deux types de conceptions :

Soit on considère que le territoire (quel que soit son périmètre) est une plate-forme offshore de la mondialisation et on instaure une concurrence terrible par le bas, par les coûts entre les territoires qui entraîne un nomadisme des entreprises et une précarisation des emplois. C'est ce qui s'est passé dans les années 90 quand l'ensemble de l'Europe a fait le choix du marché unique sans stratégie technologique et industrielle globale, ce qui a favorisé la délocalisation de certaines industries depuis certaines régions comme la Lorraine ou l'Alsace vers des pays à plus faibles coûts de production.

Soit on perçoit le territoire comme un espace collectif qui se construit. C'est le cas par exemple en Rhône-Alpes, où tout un ensemble d'acteurs de la production se mobilise autour de projets communs. La désindustrialisation se pose alors en termes de transition : il n’y pas de désindustrialisation à proprement parler, c’est-à-dire de pertes de substance en termes d’innovation et d’emplois, mais une transition à conduire et à maîtriser, c’est-à-dire passer d'un modèle économique à un autre. Ce qui n'a évidemment pas les mêmes conséquences sur le territoire.

Peut-on parler d'abandon de territoires dans le premier cas ? Est-ce qu'il y a de fait une sous-exploitation de certains territoires français du fait de la désindustrialisation ?

La fermeture de certaines entreprises, sans création d’autres opérateurs,  va forcément entraîner la destruction d'emplois. Quand on regarde l'ensemble de la carte européenne, on voit qu'il y a une concentration forte de population active  autour de certaines agglomérations. Cela crée une inégalité territoriale entre des centres dynamiques et des zones qui se retrouvent de plus en plus à la périphérie. Ce phénomène d'inégalité est croissant en France, comme de multiples travaux l’ont montré.

Cela se traduit évidemment par un taux de chômage plus fort dans certaines régions. Dans ces zones-là, l'emploi est moins durable, le revenu par habitant est moins important ou en tous cas plus inégalitaire entre les plus riches et les moins riches, l'accès au marché du travail est plus difficile pour les jeunes et pour les seniors, la précarité est plus importante et donc la mobilité est plus difficile pour les actifs, etc.

Est-ce que ce phénomène d'inégalité ne concerne que l'économie ? La désindustrialisation de certaines régions entraîne-t-elle une scission entre deux France ? En termes de sécurité par exemple, les atteintes à l'intégrité physique ont augmenté de 14,5 % dans le Bas-Rhin en 2012, de 2,6 % la même année dans le Haut-Rhin, de 6,9 % en Moselle...

De nombreuses études confirment la création d'une fracture entre certaines régions. Il y a des zones  qui ont une forte densité d'entreprises  comme les régions Midi-Pyrénées ou Rhône-Alpes, et d'autres où ce n'est pas le cas, comme la Lorraine par exemple qui fait de gros efforts pour recréer des dynamiques de développement endogène. D’un côté de grandes villes se métropolisent, se spécialisent dans des activités à forte valeur ajoutée, concentrent les principaux centres de décision économique et attirent ainsi des emplois très qualifiés ; c’est le cas de Paris, Lille, Bordeaux, Lyon, Nantes, Toulouse ou encore Grenoble. De l’autre, de plus en plus de Français touchés par les difficultés économiques et la précarité vivent au-delà des banlieues, dans des territoires périurbians, industriels (où le foncier est moins cher pour l’implantation de sites industriels) et ruraux. Cette "France périphérique" vit avec le lourd handicap d’être ainsi éloignée des marchés territoriaux de l’emploi.

Les inégalités entre territoires se retrouvent également au niveau culturel. Si la désindustrialisation s'accompagne d'un affaiblissement économique, une ville peu riche aura mécaniquement moins les moyens de développer toute une série de services (culture, aides à l’éducation, services à la personne, etc.).  Pareillement, la solidarité est moins facile dans ces zones. Les services publics peuvent être moins développés, notamment en termes sanitaires, et c'est évidemment le rôle des pouvoirs publics d'agir pour réduire ces inégalités au niveau national en favorisant en particulier le développement d’entreprises par une politique fiscale ambitieuse en faveur de l’investissement, une mobilisation des territoires par une évolution de la décentralisation, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ams
- 21/12/2013 - 18:51
Dernier de la classe
L'industrie c'est la frange de l'économie la plus exposée à la globalisation ( 80% des exportations). C'est donc un bon indicateur des capacités d'adaptation d'un pays à la mondialisation. Le bilan de la france dans ce domaine est accablant : en % du PIB nous sommes le pays europeen ou l'industrie a le plus reculé; la France est bon DERNIER ex aequo avec la Grece en terme de poids de l'industrie en Europe. L'industrie Francaise est morte. C'est un fait
mx
- 20/12/2013 - 04:58
Petit exemple
En France on a pas arrêter de dénigrer le travail manuel, un professionnel qualifier trouve des offres d'emplois de 8,... a 15 € de l'heure en Suisse pour le même travail c'est 15 a 25 € de l'heure !!!!!!!
Quand on fait une demande de prix en France le produit est plus cher qu'en Suisse , chercher l'erreur ?
Exemple la chaud de fond, une ville perdue sur un flanc de montagne ou la vallée de joux qui sont des viviers d'emplois impressionnants, quand je compares a la France et tout son potentiel, je ne comprend pas ? on a vraiment un très gros probleme dans ce pays et depuis trop d'années, beaucoup d’électeurs devraient aller voir ailleurs et regarder se qui s'y passe.
biturige
- 19/12/2013 - 19:57
l'acte d'accusation
bonsoir ,l'acte d'accusation des méfaits accumulés depuis plus de 35 ans par les gouvernants ,les syndicats et consorts va être conséquent :De la casse de la métallurgie par monsieur Giscard-d'Estaing ,puis à l'ère Mitterrandesque ,à la ruine de nos Ports et de la flotte marchande ,de celles des PM par les suivants Gauche & Droite confondues ;toujours aidées par les syndicats complices ;il y a de quoi faire pour les tribunaux d'exception qui devront sanctionner tous ces malfaisants ....Je rêve ,? Peut-être pas .