En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Flickr
L’article 13 prévoit de donner accès à de nombreuses informations.
Éditorial

Dictature numérique ? La loi de programmation militaire française est au moins aussi dangereuse que les pratiques de la NSA

Publié le 10 décembre 2013
L'article 13 de la loi de programmation militaire qui autorise la surveillance du réseau internet devrait être voté ce mardi en seconde lecture au Sénat.
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'article 13 de la loi de programmation militaire qui autorise la surveillance du réseau internet devrait être voté ce mardi en seconde lecture au Sénat.

Il y a quelques mois, la révélation de l’existence du programme de l'agence de renseignement américaine NSA de surveillance généralisée de l'Internet a provoqué un scandale international. Le très probable vote aujourd’hui, en deuxième lecture au Sénat, de la loi de programmation militaire française n’intéresse pas grand monde.

Pourtant, à y regarder de plus près, le texte qui encadre les crédits des forces militaires de la France (hors ceux des opérations extérieures comme l’intervention actuelle en République Centrafricaine dont le budget, comme pour toutes les « opex », sera imputé à la solidarité interministérielle) inclut un passage hautement liberticide qui n’a pas grand-chose à envier aux pratiques des espions de l’oncle Sam.

L’article 13 de cette loi de programmation prévoit en effet d’autoriser la surveillance du réseau internet par plusieurs acteurs de l’Etat français sans passer par l’avis ou l’autorisation d’un juge. C’est déjà possible aujourd’hui en matière de lutte contre le terrorisme. Cet article 13 élargit très considérablement le champ d’intervention de l’Etat puisque cela sera également le cas demain pour la police, la gendarmerie et… le ministère de l'Economie et des finances. Chacun d’eux pourra exiger un accès aux données détenues par les fournisseurs d'accès Internet et par les hébergeurs pour des motifs aussi larges que flous. Le texte parle en effet de lutte contre la criminalité, contre la délinquance organisée et de préservation du « potentiel scientifique et économique de la France ».

L’article 13 prévoit de donner accès à de nombreuses informations. Sont concernées les « informations ou documents traités et conservés par les réseaux ou services de communication électronique », ainsi que « les données techniques de connexion à des services électroniques et à la localisation des terminaux ». En clair, si vous surfez sur Youporn « comme tout le monde » dixit Laurent Wauquiez (qui affirme depuis avoir seulement voulu faire de l’humour), la police pourra savoir non seulement quelle vidéo porno vous avez visionnée mais à quelle heure et depuis quel ordinateur…

Pire encore, le projet de loi autorise l’Etat à surveiller vos données sur internet « sur sollicitation du réseau et transmis en temps réel par les opérateurs ». En gros, le texte donne le feu vert à des systèmes électroniques d'écoute connectés directement et en permanence sur les infrastructures télécoms d'opérateurs, pour ne rien laisser passer de vos données. Bienvenue chez George Orwell !

Les associations d’internautes, des syndicats d’opérateurs et d’hébergeurs tentent depuis quelques jours de tirer la sonnette d’alarme, tout comme – et c’est plus original – les organismes publics censés veiller au respect des libertés individuelles. Gilles Babinet, nommé par le ministère de l’Economie numérique responsable des enjeux du numérique pour la France auprès de la Commission européenne, explique dans une interview aux Echos qu’avec ce texte, « nous sommes à deux doigts de la dictature numérique ». Pour sa part, le Conseil national du numérique, dont la fonction est précisément d'accompagner et de conseiller le gouvernement dans ses décisions concernant le digital, ne juge « pas opportune » cette extension des modalités d'accès aux données sans un large débat public préalable. Le président de la Commission des lois au Sénat, le socialiste Jean-Pierre Sueur, tente de son côté de défendre le texte en rappelant que cet article 13 ne sera effectif qu’après un décret d’application qui devrait être soumis à la Commission nationale informatique et liberté. La CNIL qui, il y a dix jours, regrettait officiellement de n’avoir été ni consultée ni saisie du contenu de ce texte.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

05.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
un_lecteur
- 15/12/2013 - 01:34
Nous progressons
Avec Mitterrand, déjà : affaire des écoutes de l'elysee
http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_écoutes_de_l%27Élysée
20 ans après, il y a eu condamnation (amnistiée)
Aujourd'hui ce serait légal.
Le changement c'est maintenant.

vangog
- 11/12/2013 - 00:40
@jeanfume "grandfrère" n'a pas besoin de décrypter
vos données pour pénétrer dans votre intimité...
Il a simplement besoin de connaître les adresses des sites cibles et un bon programme statistique.
Ceux qui sont visés ne sont pas les organisateurs ni les gros bénéficiaires de systèmes frauduleux, incapables d'être tracés derrière leurs différents proxy et sociétés écrans, mais les citoyens français...
L'état PS veut tout simplement détecter le volume de leurs transactions, les échanges interbancaires, les adresses IP etc...
Un crible statistique avant de lancer des investigations plus poussées...
Un système où plus vous cripterez, plus vous serez suspect!
jean fume
- 10/12/2013 - 22:52
Si le but de la manip, est de vérifier si Laurent Wauquiez,
"surfe ou pas sur Youporn « comme tout le monde » ", ça ne va pas bien loin.
Sinon, comme toute action entraine une réaction (normale et en sens inverse), c'est les communications cryptées qui vont fleurir.
Face à tout système dictatorial, les gens entrent naturellement en résistance et se protègent. L'histoire confirme qu'à ce jeu là, les dictatures n'ont jamais le dernier mot.