En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 min 55 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 2 heures 44 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 3 heures 23 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 11 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 18 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 5 heures 37 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 37 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 19 heures 54 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 32 min 27 sec
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 2 heures 55 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 10 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 12 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 5 heures 28 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 5 heures 49 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 20 heures 53 min
Erasme, où es-tu ?

D’auberge espagnole en casse-tête chinois… Mais pourquoi les programmes Erasmus ont-ils échoué à créer un sentiment européen chez les jeunes ?

Publié le 08 décembre 2013
Alors que sort "Casse-tête chinois", suite de la suite de "L'auberge espagnole" qui avait consacré les programmes Erasmus en France, l'Europe n'a jamais été à ce point rejetée par les Européens. Bilan d'un échec dans la création d'un sentiment communautaire européen.
Magali Ballatore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Ballatore est chercheur à l'Université catholique de Louvain, ses recherches concernent la mobilité intra-européenne des jeunes qualifiés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que sort "Casse-tête chinois", suite de la suite de "L'auberge espagnole" qui avait consacré les programmes Erasmus en France, l'Europe n'a jamais été à ce point rejetée par les Européens. Bilan d'un échec dans la création d'un sentiment communautaire européen.

Atlantico : Le programme Erasmus ne voit pas son succès auprès des jeunes étudiants se démentir. Pourtant, depuis presque dix ans, l'Europe peine à se faire aimer et enchaîne les rejets populaires. Le programme Erasmus a-t-il échoué a enclencher une dynamique d'identification à un espace européen, notamment chez les jeunes ?

Magali Ballatore : Le programme Erasmus est loin de bénéficier à une majorité de citoyens européens. Au départ conçu pour les étudiants, il n'a jamais concerné plus de 5% des inscrits de l'enseignement supérieur. Aujourd'hui Erasmus+ regroupe différents programmes européens, à différents niveaux des systèmes éducatifs, mais aussi des programmes qui concernent les stagiaires, les jeunes travailleurs, les enseignants, etc. Il n'en reste pas moins qu'en Europe la norme c'est toujours l'immobilisme et non la mobilité dans les mondes professionnels et scolaires (Courty, 2013). Erasmus n'a pas non plus été créé pour "enclencher une dynamique d'identification à un espace européen". Les objectifs explicites sont d'abord de soutenir la création d’un Espace européen de l’enseignement supérieur et aujourd'hui, avec le nouveau programme, de renforcer la contribution de l’enseignement supérieur et de l'éducation professionnelle au processus d'innovation. Des objectifs opérationnels sont aussi souvent mis en avant : améliorer la qualité et accroître le volume de la mobilité des étudiants et du personnel enseignant dans toute l’Europe, accroître le volume de la coopération multilatérale entre les établissements d’enseignement supérieur. Le fait d'accroître le volume de la coopération entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises est aussi évoqué dans le nouveau programme. Dans ce contexte, on ne peut pas dire que le programme Erasmus ait échoué à enclencher une "dynamique", qu'il n'a jamais vraiment explicitement cherché à créer.
 

L'attrait des jeunes pour le programme Erasmus est il vraiment le bon indicateur d'un attachement à une certaine idée de l'Europe ? Où s'arrête le simple goût de la mobilité et où commence réellement le sentiment européen ?

Quelle est cette idée d'Europe à laquelle vous vous référez ? Peut-on parler de "goût pour la mobilité" ou doit-on plutôt considérer le choix de faire un séjour Erasmus, comme une stratégie, un intérêt bien compris dans un enseignement supérieur européen de plus en plus stratifié ? Des stratégies de distinction, de personnalisation des parcours, ne sont-ils pas à l’œuvre, dans un contexte également ou la mobilité, la flexibilité sont encensées ? Qu'est-qu'un sentiment européen ?
 

Que manque-t-il selon vous à la formation des jeunes européens pour leur forger le sentiment d'une identité commune ? Erasmus, malgré son succès, n'est-il pas qu'un grain de sable face à l'ampleur de la tâche ?

En ce qui concerne "l'identité", je pense qu'il serait intéressant d'écrire un article, à l'instar du fameux article de Pierre Bourdieu, "l'opinion publique n'existe pas", de 1972, pour démontrer que l'identité non plus ! Le propos ne serait pas de remettre en cause de façon mécanique toute analyse sur les "identités", mais de procéder à une analyse rigoureuse des fonctions et des évolutions de la question politique de l'identité. Parler d'identité au singulier, engage implicitement des postulats. Premièrement, que tout le monde a une "identité" définie, stable, ou, autrement dit, que la production d'une identité stable est à la portée de tous. Et il est possible de contester ce premier postulat. Un deuxième postulat serait qu'il y aurait des identités bien séparées et séparables (un sentiment régional, national, supranational, qui ne pourraient pas se recouper ou qui devraient être définis à l'intérieur de frontières existantes, créées historiquement, socialement). Je pense que l'on peut démontrer que beaucoup de personnes cumulent des identités, jonglent avec elles, selon les circonstances, leurs histoires. Un troisième postulat implicite réside dans le simple fait de poser sans arrêt la question aux personnes, comme s'il y avait un consensus sur le fait qu'on devrait obligatoirement n'avoir qu'une seule identité, bien identifiable. Or les identifications multiples sont diffuses, changeantes, chez un même individu. Une personne peut se sentir à la fois méditerranéenne, citoyenne du monde et européenne ou d'ailleurs ne pas se sentir européenne ou française et être très bien "intégrée" en Europe et en France, participer à la vie collective, etc. Si vous constatez que les citoyens européens aujourd'hui ne croient pas (plus ?) en cette Europe politique, économique, sociale (?), ne s'y identifie pas, il faudrait chercher des éléments d'explication du côté de certaines politiques d'austérité (néo-libérales), de la mise en compétition généralisée qui s'accompagne pour beaucoup d'étudiants, de travailleurs et de chômeurs, d'une dégradation des conditions de travail; de la qualité des services publics et plus généralement de la qualité de vie en Europe. 

 

 

Y a-t-il des États qui ont su mieux que d'autres s'appuyer sur des programmes type Erasmus pour faire croître un sentiment d'attachement à l'Europe chez les jeunes, ou a-t-on au contraire un sentiment mitigé généralisé dans tous les pays ? 

 

Je ne sais pas de quel sentiment d'attachement vous parlez. Le programme Erasmus, dont ne bénéficie, encore une fois, qu'une minorité de jeunes citoyens européens, peut-il, doit-il participer à construire un sentiment d'attachement à l'Europe ? Si oui, à quelle Europe ?


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 10/12/2013 - 11:36
vous confondez étudiants et "peuple"
les étudiants sont massivement pro-européens
nervall
- 09/12/2013 - 10:17
ideologie pour idiots de village
l`europeiseme impose...comment le francais peut se sentir proche d`un roumain , bulgare, letton, slovene, lithuanien , chypriote et payer pour ses ratages dus a un euro deutchsmark fort , deja il supporte meme pas son voisin de palier , pathetique et completement fou cette ideologie utopiste
rudi11
- 09/12/2013 - 06:54
la preuve par l echec
que tous sont attachés à la nation.

l europe aurait du rester une association volontaire, pour la conduite de certains projets

la marche forcée vers l union ne sert en fait que les malhonnetes et trafiquants de toutes sortes, jouant sur la monnaie unique;

la rage de sauver cette monnaie de singe montre bien que les milliards de fraude sont l unique objet des soucis des dirigeants europeens