En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 31 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 2 heures 19 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 59 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 14 heures 1 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 46 min 42 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 11 heures 14 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 39 min
© Reuters
"On considère aujourd'hui qu'on peut s'alimenter comme si l'être humain était une machine qui devait se contenter d'absorber de l'énergie."
© Reuters
"On considère aujourd'hui qu'on peut s'alimenter comme si l'être humain était une machine qui devait se contenter d'absorber de l'énergie."
Bon appétit !

A quoi ressemblera votre assiette dans 20 ans 

Publié le 09 décembre 2013
A mesure que la science évolue, nos assiettes changent. La cuisine n'est plus qu'une affaire de tabliers et de toques, les blouses blanches et les tubes à essai s'y invitent volontiers. Zoom sur notre nouveau mode de consommation et les nouvelles tendances alimentaires.
Périco Légasse est journaliste et critique gastronomique. Il est aujourd'hui rédacteur en chef de la rubrique "art de vivre" à l'hebdomadaire Marianne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Périco Légasse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Périco Légasse est journaliste et critique gastronomique. Il est aujourd'hui rédacteur en chef de la rubrique "art de vivre" à l'hebdomadaire Marianne.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A mesure que la science évolue, nos assiettes changent. La cuisine n'est plus qu'une affaire de tabliers et de toques, les blouses blanches et les tubes à essai s'y invitent volontiers. Zoom sur notre nouveau mode de consommation et les nouvelles tendances alimentaires.

Atlantico : Nous sommes pressés, les pauses déjeuners sont écourtées quand elles ne sont pas sautées. Pour ne pas plonger dans la "malbouffe", nous consommons des bouillons tous prêts à incorporer dans nos plats, nous achetons des fruits déjà épluchés et coupés, nous prenons des compléments alimentaires…  Jusqu'où notre mode de vie peut-il modifier l'apparence mais surtout le contenu de nos assiettes ?

Périco Legasse : C'est une question de choix de vie.

 On considère aujourd'hui qu'on peut s'alimenter comme si l'être humain était une machine qui devait se contenter d'absorber de l'énergie. On va de plus en plus vers le "prêt-à-manger" après le prêt-à-porter. Je ne sais pas où cela va s'arrêter parce que pour l'instant on a des produits qui sont décortiqués, pelés, cuits… J'imagine le moment où on aura le produit pré-digéré. Déjà sur le plan des consistances, quelques fois, c'est pré-mastiqué ; c'est-à-dire que ce sont des poudres, des gélatines… Le système dentaire sert de moins en moins. Le but de ce processus est de consacrer de moins en moins de temps possible à l'alimentation et de pouvoir l'assimiler le plus rapidement possible. C'est un choix de vie qui fait abstraction de la culture de l'aliment : l'organisme est une voiture dont il faut faire le plein de carburant et c'est tout. L'agroalimentaire met à la disposition du consommateur un conditionnement, une préparation simple et rapide. En effet, les produits seront conditionnés de telle manière qu'il ne faudra qu'ouvrir une barquette et avaler le plat semblable à une pâtée ou une purée (quelque chose de très peu solide). Et ensuite, vous partirez vite devant l'écran de votre télévision, vous regarderez des spots de pubs qui vous vendront d'autres produits à consommer encore plus rapidement. Voilà vers quoi tend la société de consommation : elle veut que le citoyen soit une machine à consommer, à dépenser son salaire pour consommer des produits préfabriqués, industriels – que ce soit dans l'alimentaire, dans les loisirs… C'est une façon du monde contre laquelle le citoyen-consommateur peut, à défaut de s'insurger, ne pas se laisser manipuler. L'alimentation la plus simple et la moins chère peut consister à aller chercher à un endroit précis un produit brut, à l'acheter dans sa fraîcheur, ou sortant d'usine, transformé par lui, chez lui, avec le même résultat mais en consacrant un peu plus de temps, et pas forcément plus d'argent. D'ailleurs, à mon avis, ces produits-là sont moins chers que les produits industriels. Un produit transformé par l'industrie revient plus cher au kilo qu'un produit brut.

Aujourd'hui, le consommateur a le choix entre du sur-mesure tout prêt ou il décide d'acheter librement son alimentation en fonction de ce qu'offre le marché

Comment les goûts alimentaires évoluent-ils d'une génération à l'autre ? Quelle est actuellement la tendance à l'œuvre et comment pourrait-elle évoluer dans les prochaines années ?

La tendance industrielle majoritaire, celle mise au point par l'industrie agroalimentaire, est tournée vers le succès : une saveur sucrée, basique, une saveur simple, facile à absorber, et, donc addictive – c'est la saveur de l'enfance. Et on sucre tout y compris les plats salés.

L'autre tendance, aujourd'hui, est de retrouver le goût des choses, c'est de se soucier de savoir d'où vient le produit, quelle forme il a, à quel saison on le cultive, comment l'accommoder. On apprend à le cuisiner avec des nuances aromatiques, gustatives. On lui donne différentes texture. On veut comprendre ce que l'on mange, il y a de la curiosité, on recherche la diversité dans son alimentation.

La société est partagée entre ces deux tendances. La première tendance citée gagne des adeptes même s'il y a une résistance, et cette résistance perdurera toujours dans une frange de la population (entre 5 et 10%, ces chiffres évolueront peut-être).

Outre les changements de comportement alimentaire, quels facteurs pourraient nous contraindre à revoir le contenu de nos assiettes ?

 La démographie planétaire fait en sorte que nous ne pourrons pas continuer à consommer de cette façon (par exemple des viandes qui nécessitent des cultures intensives demandeuses de céréales, d'eau). L'humanité sera contrainte – pourvu qu'elle ait laissé les cultures en l'état – de manger des produits de la saison et de l'endroit. On ne pourra pas importer un produit au-delà de 100 km. Il y aura, dans cette perspective, évidemment des zones avantagées. Par exemple, nous mangerons mieux en Espagne, en France, en Italie, aux Etats-Unis, plus généralement, dans les pays de zone tempérée, qu'au Groënland ou dans le sud de l'Australie.

 L'humanité ne survivra pas si elle ne fait pas attention à sa manière de cultiver la terre.

Comment va-t-on nourrir 10 milliards d'individus demain ? On le pourra, très paradoxalement, qu'en abandonnant la productivité. Pour que l'on puisse nourrir tout le monde, il faut que l'on respecte la terre. A force de la saturer, elle ne pourra plus rien donner. On sera obligé de manger juste ce dont on aura besoin. Le manger tout, tout le temps, partout, toute l'année sera terminé. On mangera ce qu'il y aura à l'endroit et au moment donné.

Certains de nos aliments pourraient-ils disparaître ? Quels substituts alimentaires sont en cours de recherche ?

Beaucoup d'aliments ont déjà disparu : beaucoup de variétés animales domestiques, beaucoup de variétés maraichères. Mais il en reste encore énormément, il faut les préserver. Néanmoins, si l'agriculture industrielle telle que conçue aujourd'hui n'est pas remplacée par une agriculture respectueuse de l'environnement, nous connaîtrons la disparition d'autres variétés : ces variétés ne seront plus cultivables, on ne trouvera pas les surfaces ou l'état des sols sera tels qu'on ne pourra plus les produire, auquel cas on sera obligé de développer une alimentation artificielle. L'agroalimentaire, aujourd'hui, a les moyens de tout reproduire artificiellement. Des gens envisagent déjà l'option de créer de la viande avec des éléments biochimiques. A la place des campagnes, nous aurons des machines et des bioéléments chimiquement transformés en aliments et distribués dans les grandes surfaces. C'est une solution possible qui est pour moi synonyme de fin de l'humanité car je ne pense pas que l'être humain puisse vivre de manière épanouie en ne se nourrissant pas des produits donnés par cette terre mais par des machines. On est un peu dans la sociologie-fiction mais le problème, à mon avis, va se poser assez vite…

Depuis une vingtaine d'année, des gens effectuent des recherches notamment avec le projet européen Inicon qui part du principe qu'il pourrait ne plus avoir dans certaines régions de la planète de production agricole naturelle, et, qui réfléchit à une alimentation artificielle. Une alimentation artificielle qui aura les mêmes goûts qu'une alimentation naturelle grâce à des essences ou des arômes de synthèse. On a d'ailleurs pu reproduire artificiellement la totalité des goûts et des saveurs de la planète. On envisage que certaines populations, un jour, ne se nourriront que par ce procédé.

Grands chefs, industrie agroalimentaire et scientifiques sont-ils en train de revisiter nos plats traditionnels ? Si oui, quels sont les projets les plus fous ?

Ils ne revisitent pas. Les grands chefs apportent leur signature, leur nom, leur photo sur des produits industriels pour convaincre les consommateurs. Quant aux industriels cherchent à donner à leurs produits une légitimité, une valeur culturelle. Au final, le produit reste industriel.

Quand les grands chefs signent avec les industriels, c'est normalement pour apporter leur savoir. En fait, on se rend compte qu'il n'en est rien parce qu'ils ne contrôlent pas la production.

Le cuisinier catalan Ferran Adrià, lui, cautionne complètement la nourriture industrielle. Il met son savoir au service de l'industrie. Il est même à l'origine de la gastronomie industrielle. Il s'est demandé si toutes saveurs peuvent être reproduites par une machine. Il pense que oui et il l'a prouvé.

Il n'y en a qu'un qui a vraiment réfléchi là-dessus, c'est Michel Guérard. D'ailleurs ses projets n'ont pas aboutis parce qu'ils étaient coûteux. Il voulait vraiment allier haute cuisine et l'agro-industrie.

Comment imaginez-vous le contenu-type d'un déjeuner dans 20 ans ? Comment s'équilibreront plaisir et nécessité ?

Je pense qu'il y aura des fractures sociologiques et écologiques à tel point que certaines populations seront contraintes de se nourrir de façon technico-industrielle. A côté de cela, il y aura une élite qui se sera donnée les moyens et consommera des produits sortis du sol. Donc il y aura d'une part une partie de l'humanité qui se nourrira avec une alimentation à visage humain (en fonction des saisons), et, d'autre part ceux qui "iront à la pompe" pour apporter de l'énergie à leur organisme. Ces derniers ingurgiteront certainement des gélules ou des pastilles équivalant à un repas complet (avec toutes les calories, les vitamines, les matières énergiques nécessaires). Le repas ne prendra pas plus de 40 secondes. On peut imaginer qu'on vende des kits d'alimentation qui serait le repas de la journée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lennart
- 10/12/2013 - 04:04
Bof
Les émissions de télé parlant de "bouffe" se multiplient à la vitesse grand V ...tout comme ceux qui ont de moins en moins les moyens de se nourrir, alors pour ce qui il y aura dans nos assiettes dans 20 ans on s'en fout vivons l'instant présent pour ceux qui peuvent encore aujourd'hui bouffer à leur faim.
jacqueshenry
- 09/12/2013 - 13:40
Des oeufs artificiels !
La société Hampton Creek vient de créer une filiale dans la Silicon Valley financée entre autres investisseurs par Bill Gates pour la mise au point d'oeufs fabriqués à partir de protéines et de corps gras issus de plantes.
http://www.businessinsider.com/plant-based-eggs-from-hampton-creek-2013-12
Il y a déjà du poulet artificiel fabriqué à partir de soja, du lait également fabriqué à partir de soja, et bientôt des oeufs ... C'est tout bon pour l'industrie alimentaire, mais dans notre palais ???
ADB
- 09/12/2013 - 13:27
Science-fiction !
Quand je lis un tel article, je ne peux que me remémorer tous les articles parus sur ce sujet dans les années 50 ou 60, et me souvenir de la stupidité irréaliste de ces prévisions "à la gomme". Et je considère que le présent article est du même tonneau : irréaliste et au fond, tout à fait stupide.