En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 24 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 57 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 20 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 46 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 57 min
© Reuters
François Hollande en visite dans l'entreprise Qooq.
© Reuters
François Hollande en visite dans l'entreprise Qooq.
Made in succès

Oprah Winfrey est fan de leur tablette numérique culinaire : portrait de Qooq, l'entreprise bourguignonne qui cartonne tout en s'étant relocalisée

Publié le 06 décembre 2013
Récemment canonisée par le gourou de la télé américaine, la tablette culinaire Qooq rencontre un succès phénoménal alors que la tendance "Made In France" peine à décoller. Portrait d'une entreprise française qui s'en sort en dépit de la crise.
Jean-Yves Hepp
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Hepp est fondateur et PDG de Qooq, entreprise française spécialisée dans les tablettes numériques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Récemment canonisée par le gourou de la télé américaine, la tablette culinaire Qooq rencontre un succès phénoménal alors que la tendance "Made In France" peine à décoller. Portrait d'une entreprise française qui s'en sort en dépit de la crise.

Atlantico : En ces temps de difficultés économiques, les responsables politiques s'inquiètent de la bonne santé des entreprises françaises, et tout particulièrement de celles qui donnent dans le désormais fameux "Made in France". Au-delà des grands débats, votre entreprise Qooq est un exemple actuel de "l'entreprise à la française" qui marche bien. Quels sont selon vous les fondements de votre réussite ?

Jean-Yves Hepp : C’est peut-être trop de nous définir comme un modèle de l’entreprise française qui marche. Nous pouvons dire à la rigueur que nous rencontrons pour l’instant un beau succès d’estime. Nous sommes une petite entreprise qui se bat à la fois pour développer des concepts nouveaux mais aussi pour valoriser effectivement le Made in France. Néanmoins, nous sommes encore loin d’être un poids lourd du secteur et notre force réside pour l’instant dans notre capacité de réaction et d’innovation, ce qui peut expliquer la reconnaissance dont nous sommes gratifiés actuellement, en France comme à l’étranger.

Votre tablette a récemment bénéficié d’une promotion non négligeable en rentrant dans la liste d’Oprah Winfrey, célèbre présentatrice américaine qui énumère chaque année les produits à ne pas rater. La mobilité de votre entreprise peut-elle expliquer cette petite réussite ?

Cet exemple est effectivement lié à notre capacité de réactivité puisque j’ai pu rencontrer lors d’un voyage à New-York l’équipe de la rédaction de l’émission d’Oprah. On m’a avoué à cette occasion qu’elle avait beaucoup apprécié notre tablette, regrettant simplement qu’elle n’existât pas dans la couleur qu’elle souhaitait (vert-pomme en l’occurrence) et qu’aucun chef américain ne soit présenté par l’application. Peu après cette conversation, dès mon retour en France, nous avons immédiatement produit une tablette convenant à ces critères pour lui renvoyer au plus vite. Ce processus aurait pu prendre bien plus de temps dans d’autres entreprises, plus grandes donc souvent de fait moins réactives.

En tant que dirigeant d’une jeune entreprise innovante, vous avez droit à plusieurs aides de l’État. En quoi ce système a pu vous bénéficier et en quoi pourrait-il être amélioré ?

Je pense que les mécanismes qui ont été mis en place sont les bons mais les procédures pour en bénéficier sont particulièrement lourdes. Par ailleurs, les contrôles répétés peuvent vite peser sur l’efficacité de l’entreprise, pour finir par devenir assez handicapants au quotidien. Lorsque l’on subit trois contrôles C.I.R.  (Crédit Impôt Recherche) annuel alors que nous sommes déjà habilités par le ministère de la Recherche, il est clair que cela peut finir par épuiser les ressources humaines de la boîte. En même temps, nous sommes bien obligés de reconnaître que l’on trouve peu de pays où des mécanismes d’aides aux jeunes entreprises innovantes sont aussi développés. En somme, on peut dire que des structures comme le C.I.R. sont de très bons moyens de stimulation de l’innovation mais que ces procédures de contrôles pourraient être allégées, puisque ces dernières mobilisent du personnel et du temps de production.  

Le numérique a aujourd’hui contribué à accélérer beaucoup de choses, et cette rapidité entre en contraste avec le temps administratif qui fonctionne différemment. Il ne faudrait pas que les petites entreprises françaises innovantes soient en conséquence trop pénalisées face à des concurrents plus gros et mieux structurés pour répondre aux lourdeurs administratives.

Quels est l’état de votre concurrence à l’heure actuelle ?

Nous sommes un cas assez unique en Europe, ce qui fait que nos concurrents sont actuellement plutôt asiatiques ou américains. Sur la tablette Qooq uniquement, nous restons plus ou moins les seuls dans ce domaine même si Sony tente de se démarquer avec un produit analogue (comparée immédiatement avec notre produit du reste). La promotion d’Oprah Winfrey a aussi beaucoup aidé et nous pouvons dire que, sur ce domaine de niche que sont les tablettes culinaires, nous avons gagné nos gallons.

Nous souhaitons désormais nous imposer sur le domaine de l’éducation, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord nous pensons qu’il est nécessaire de se battre pour la « souveraineté numérique » de la France en termes d’éducation. La difficulté ici n’est pas tant de créer un produit qui soit équivalent aux Américains que de faire intégrer à la sphère publique les enjeux qui se trouvent derrière la maîtrise du système éducatif numérique, et par extension de la transmission des savoirs. Il ne s’agit donc pas tellement d’une question de compétition face aux rivaux étrangers mais plutôt de conserver une compétence numérique territoriale de formations des acteurs économiques de demain.

Vos tablettes se concentrent sur deux secteurs bien définis, la cuisine et l’éducation. Qu’est-ce qui a pu vous inviter à cibler des domaines aussi précis ?

Je répondrais en deux temps. Tout d’abord il est important de préciser que notre tablette culinaire, lorsqu’elle est sortie, était la première tablette au monde six mois avant le fameux Ipad. Notre champ de référence n’était donc pas le produit d’Apple puisqu’il n’existait pas encore à l’époque. A l’époque le mot tablette était d’ailleurs inexistant, Qooq étant alors qualifié de « coach culinaire tactile » : autrement dit le marché de la tablette était inconnu. Il y avait cependant un véritable besoin d’un outil de cuisine moderne capable d’accompagner les consommateurs au quotidien. L’objectif était alors de créer un produit-synthèse du livre, du magazine, de la télé ou encore de l’émission radio dans le domaine culinaire. Notre stratégie n’est donc certainement pas d’entrer en confrontation avec Apple, Samsung, et les autres acteurs du marché des tablettes.

En ce qui concerne l’éducation, il faut rappeler que l’on est loin d’un marché de niche puisque cela concerne entre 20 et 40% de la population selon les pays. Notre choix résulte d’une vision stratégique qui consiste à dire que dans l’école il est nécessaire de mettre à la disposition des enseignants des produits qui correspondent à ce qu’est l’école aujourd’hui. Ainsi, lorsqu’un enseignant dispense son cours via des outils numériques à une trentaine d’élèves, il ne souhaite pas forcément voir ceux des derniers rangs discuter sur Facebook. Nous souhaitons donc créer un outil qui soit capable de diffuser le cours et uniquement le cours du professeur s’il le souhaite, mais aussi capable d’ouvrir l’internet lorsque des travaux de recherche sont lancés, ou plus simplement de couper l’ensemble des tablettes lorsque le professeur repasse à un cour magistral. L’idée n’est donc pas tant d’attaquer un mini-secteur que de répondre aux nouveaux besoins de l’éducation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Boson
- 06/12/2013 - 10:38
Société Unowhy, produit Qooq, EMS éolane
Pour corriger par souci d'exactitude, la société de M. Hepp (superbe boite cela dit en passant) est Unowhy, le nom du produit tablette culinaire est effectivement la Qooq. Ne pas oublier le groupe industriel franco-français (EMS) éolane qui a refabriqué/réindustrialisé le produit en France en un temps record (Photo faite dans l'usine de Montceau les Mines en 2012).
pemmore
- 06/12/2013 - 10:19
J'en ai rèvé, ils l'ont fait, incroyable!
trop forts les français, un livre qui se tache, se lave se nettoie avec des milliers de recettes dans toutes les langues.
Quel cadeau génial pour noël à des cuistots amateurs!