En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Les Français votent plus pour les personnalités politiques que pour ce qu'ils défendent.
Bonnes feuilles
Crise d'égo : pourquoi les hommes politiques ont de plus en plus tendance à ne penser qu'à eux
Publié le 23 décembre 2013
Culte du terrain et de la proximité, hyper-réactivité à l’événement, mise en scène de soi... : les façons de faire de la politique ont profondément changé en quelques décennies. Sous l’influence toujours plus forte des médias et de la logique présidentielle, le champ politique apparaît de plus en plus comme affrontement entre des personnalités. Extrait de "L'ego-politique" (1/2).
Christian Le Bart est professeur de science politique à l’IEP de Rennes, membre du CRAPE-CNRS, et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Il a travaillé sur des objets de recherche divers comme les maires, les étudiants politiques,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Le Bart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Le Bart est professeur de science politique à l’IEP de Rennes, membre du CRAPE-CNRS, et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Il a travaillé sur des objets de recherche divers comme les maires, les étudiants politiques,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Culte du terrain et de la proximité, hyper-réactivité à l’événement, mise en scène de soi... : les façons de faire de la politique ont profondément changé en quelques décennies. Sous l’influence toujours plus forte des médias et de la logique présidentielle, le champ politique apparaît de plus en plus comme affrontement entre des personnalités. Extrait de "L'ego-politique" (1/2).

Même lorsqu’ils évitent les excès de la peopolisation, les médias contribuent à accréditer une vision individualisée de la politique par la place accordée aux ressources individuelles. Le centrement sur les personnalités conduit à une évaluation systématique des atouts et des faiblesses de chacun. Le rôle des sondages est ici décisif. La cote de popularité est désormais banalisée : elle constitue l’attribut élémentaire de toute personnalité politique. Elle sanctionne la visibilité. Les commentaires suscités par sa publication enferment le débat politique dans des considérations personnalisées : le Premier ministre est trop ceci ou trop cela, il a raison ou tort de dire ceci ou d’avoir fait cela, etc. Ainsi l’Observatoire de l’opinion Viavoice-Libération propose-t- il aux Français de répondre aux questions suivantes : « Diriez-vous que Jean-Marc Ayrault en tant que Premier ministre : est volontaire (oui ? Non ? NSP ?) ; est compétent ? Fait preuve d’autorité ? ». On retrouve ici les catégories molles de la psychologie ordinaire censées parler à tous et permettre à chacun d’avoir un avis sur le Premier ministre. Capital fluctuant, la popularité est ainsi objectivée à partir d’indicateurs quasi quotidiens massivement individualisés.

Le procédé n’est cependant jamais aussi net que pendant les campagnes électorales. Les ressources collectives et institutionnelles des candidats, en particulier celles que fournissent les partis politiques (investiture, réseaux, programme, financement…) semblent s’annuler, en particulier à l’échelle des « gros » candidats, ceux qui sont portés par les grandes formations politiques. Le commentaire porte alors sur les ressources individuelles : ainsi des débats sur l’« inexpérience » de François Hollande. Sera-t- il à la hauteur du rôle, lui qui n’a jamais été ministre ? Ou sur la « stature internationale » des candidats, elle aussi bien délicate à définir et à évaluer… Ce sont là des attributs individuels dont l’évocation nourrit un jeu infini de commentaires sur la personnalité du candidat, son parcours, son tempérament. Le suivi de la campagne se réduit tendanciellement au horse race reporting, chaque micro-événement donnant lieu à sondage et chaque sondage finissant par faire événement. Qui va gagner ? Qui sera le troisième homme de la campagne ? L’attention porte exclusivement sur la compétition individualisée et donc sur les compétiteurs dont chaque attitude donne lieu à exégèse infinie.

Une fois l’élection passée, c’est à peine si l’on constate un changement de ton. Les instituts de sondages ne suspendent pas leur activité, le souci d’évaluer les premiers pas des nouveaux gouvernants se substituant à celui de tester les candidats. François Hollande ne bénéficie d’aucun état de grâce, il ne bénéficie surtout d’aucun répit. L’échéance dite des « cent jours », totalement construite par les médias, invite à un premier bilan en forme d’évaluation personnelle. La personnalisation de la vie politique n’est ainsi plus cantonnée à la période électorale, traditionnellement marquée par l’effacement des institutions et le centrement sur les personnalités. C’est désormais l’intégralité du temps démocratique qui obéit à cette logique de campagne. Comme les politiques eux- mêmes, les journalistes politiques ne suspendent jamais la lecture électoraliste de la réalité.

Très vite s’impose, toujours par sondages interposés, la logique de l’évaluation personnalisée. Une telle mécanique fragilise les collectifs (couple exécutif et gouvernement). La cote de l’un peut mieux résister que celle de l’autre… L’univers politique devient ainsi placé sous le signe irrémédiable du salut individuel et de la compétition interindividuelle. Tels les enseignants distribuant des notes individuelles et obligeant leurs élèves à penser leur destin en termes individualisés, les médias obligent les politiques à toujours travailler au maintien de leur image. À l’échelle d’un gouvernement par exemple, s’il est évident que tous les ministres seront attentifs à la réussite collective de l’équipe, il est tout aussi évident que chacun d’entre eux sera attentif à sa propre popularité : car c’est sur cette base que s’établissent désormais les hiérarchies et les rapports de force intra-gouvernementaux.

À partir du moment où l’appréciation du capital politique est individualisée, celle des stratégies politiques l’est aussi nécessairement. Les médias sollicitent au fond une vision de la politique qui emprunte beaucoup à l’individualisme méthodologique. Telle qu’elle est médiatisée, la vie politique apparaît d’abord comme le résultat de l’agrégation de comportements individuels, chaque acteur poursuivant des finalités individuelles (maintien des positions de pouvoir, conquête de l’opinion…). Il n’est certes pas absurde de lire la politique selon le modèle darwinien d’une compétition interindividuelle exacerbée. N’a-t- on pas ici même fait l’hypothèse de l’individualisation du champ politique ? Mais cette grille de lecture, devenant hégémonique, a évidemment ses faiblesses. A partir du moment où l’appréciation du capital politique est individualisée, celle des stratégies politiques l’est aussi nécessairement. Les médias sollicitent au fond une vision de la politique qui emprunte beaucoup à l’individualisme méthodologique. Telle qu’elle est médiatisée, la vie politique apparaît d’abord comme le résultat de l’agrégation de comportements individuels, chaque acteur poursuivant des finalités individuelles (maintien des positions de pouvoir, conquête de l’opinion…). Il n’est certes pas absurde de lire la politique selon le modèle darwinien d’une compétition interindividuelle exacerbée. N’a-t- on pas ici même fait l’hypothèse de l’individualisation du champ politique ? Mais cette grille de lecture, devenant hégémonique, a évidemment ses faiblesses, à commencer par l’oubli des solidarités institutionnelles. Les médias, précipitant le processus par la façon même dont ils en rendent compte, personnalisent à outrance le capital politique : le nom, le corps, la côte de popularité, les actes lourds passés, les positions institutionnelles, les réalisations individuelles (livres, réformes, discours…)… Systématiquement ils rabattent l’institutionnel sur le personnel, ainsi lorsqu’ils désignent une loi par référence à la personnalité politique qui l’a portée (en général le ministre compétent dans le secteur concerné). S’il n’est évidemment pas absurde de considérer, non sans faire quelque peu violence aux institutions, que le ministre fait la loi, il faut bien voir que du point de vue de la médiatisation du politique, c’est clairement la loi qui fait le ministre. Les intéressés ne s’y trompent pas, soucieux qu’ils sont de laisser une trace individuelle sous cette forme. Quand les grands élus urbains marquent leur passage par quelques grands projets urbains visibles concrètement (équipement culturel, transport public…), les ministres ont à cœur de nourrir la mémoire collective en donnant leur nom à une réforme lourde. Si donc la question demeure ouverte d’évaluer la part que peut prendre une personnalité politique à un processus décisionnel (et la sociologie de l’action n’a fait depuis trente ans que réduire cette place en cantonnant les supposés décideurs à un rôle souvent modeste), il est clair en revanche que l’imputation de ces processus profite à un nombre très limité de décideurs. Les représentations ordinaires (ici encore très liées aux schémas proposés par les médias) privilégient systématiquement l’imputation au politique. L’action de l’État devient le bilan du chef d’État, l’action sectorielle d’un ministère devient celui d’un ministre. L’individualisation de la responsabilité politique joue dans les deux sens : imputation positive qui permet au politique de récupérer à son profit tous les événements heureux constatés dans ce qui est supposé être son champ de compétence (secteur ou territoire) ; imputation négative qui transforme la personnalité politique en responsable de situations dramatiques sur lesquelles il n’a objectivement pas prise, qu’il n’a guère les moyens de prévenir… On a déjà dit combien la posture sarkozyenne de l’urgence s’était retournée contre le président pris au jeu de ses promesses et de son implication personnelle sur quantité de dossiers. Ajoutons ici que les médias accentuent cette tendance à l’individualisation de la responsabilité. François Hollande essaie un temps d’en revenir à une division classique du travail entre lui et le Premier ministre, comme pour éviter de trop s’exposer. Mais la pression des événements (et des médias) l’oblige à davantage s’impliquer personnellement, à engager plus nettement sa responsabilité personnelle. La stratégie de prudence et de retour à une présidence normale bute sur la propension des commentateurs à individualiser sur son nom la responsabilité de tous les faits sociaux constatés (crise, licenciements, insécurité…).

Extrait de "L'ego-politique - Essai sur l'individualisation du champ politique", Christian Le Bart, (Editions Armand Colin), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
07.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
arbat
- 24/12/2013 - 00:51
politique incestueuse!!
tout le monde sait que la reproduction incestueuse sur plusieurs générations finit par faire remonter a la surface toutes les tares enfouies d une lignée .
c est exactement ce qui arrive a nos élites qui ce reproduisent entre eux qui se cooptent les uns les autres non en fonction des compétences mais des copinages et des intetrets de leur milieu
pour ces gens la population ne sert q a se donner une légitimité par le vote rien de plus .
les besoins réels de la population ,ils s en foutent ,de toue façon cela ne les conçerne pas,pour cela ils deleguent a des sociétés privées amies
FATALITAS
- 23/12/2013 - 21:26
Ils se gavent sur notre dos,
Ils se gavent sur notre dos, cagnotte du sénat, non alignement des élus sur le régime général, pléthore d'élus, emplois fictifs, cumul des mandats, indemnités mirobolantes, et j'en passe et des meilleurs.
la saucisse intello
- 23/12/2013 - 13:20
@ un_lecteur............
Et parmi les militaires relégués au placard pour cause de personnalité trop brillante, n'oublions pas un certain colonel De Gaulle ! Savez vous que l'on surnommait gamelin "Baudelaire" ? A cause de ce vers "je hais le mouvement qui déplace les lignes" ! Tout un poème......c'est le cas de le dire !