En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Le buzz du biz
Injecter plus de concurrence, meilleur moyen de lutter contre les rémunérations abusives de certains patrons
Publié le 28 novembre 2013
Pour mieux résister aux nouveaux entrants et à la concurrence de l'innovation, les acteurs déjà en place profitent de leur connivence avec le pouvoir pour ériger des barrières à l'entrée des marchés. Ces techniques sont d'autant plus possibles dans un pays où l'Etat contrôle 57% de l'économie. Décryptage, comme chaque semaine, dans la chronique du "Buzz du biz".
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour mieux résister aux nouveaux entrants et à la concurrence de l'innovation, les acteurs déjà en place profitent de leur connivence avec le pouvoir pour ériger des barrières à l'entrée des marchés. Ces techniques sont d'autant plus possibles dans un pays où l'Etat contrôle 57% de l'économie. Décryptage, comme chaque semaine, dans la chronique du "Buzz du biz".

Si le marché et le libéralisme dominaient réellement le monde, comme on le prétend, il serait impossible de s’acheter une loi ou une réglementation. La concurrence l’en empêcherait. Heureusement pour les dinosaures et les rentiers, ce n’est pas le cas. C’est ainsi que naissent tant de contraintes qui limitent l’entrée sur le marché de nouveaux entrants.

Dans un livre de 1989 (La nouvelle économie industrielle), Henri Lepage écrivait que « les réglementations publiques, loin d’être mises en place pour servir les intérêts des consommateurs et des usagers, répondent à une logique de marché politique et ce sont une forme de protectionnisme, de restriction artificielle à la production dont la finalité est de faire apparaître des « rentes de rareté » qui sont ensuite partagées entre les entreprises ainsi protégées contre l’entrée de nouveaux compétiteurs plus dynamiques (…) ». En clair, les acteurs en place se servent de leurs amitiés et connivences pour établir des réglementations qui les protègent.

Dans une économie où l’Etat est puissant, les opportunités de collusion sont encore plus grandes. Par exemple, quand il représente 57 % du PIB comme en France… Quand les élites économiques, administratives et politiques sont les mêmes, le risque est accru. Par exemple, quand une ou deux écoles, comme Polytechnique ou l’ENA, forment le tout. Ou quand le directeur de cabinet du ministre de l’Economie peut prendre la tête d’un grand groupe de télécommunications, que le conseiller du président peut devenir le n°1 d’une banque majeure ou que, comme Jean-Marc Ayrault l’a annoncé, le n°2 d’une autre banque peut prendre la tête du ministère des Finances.

Le problème, ce ne sont pas les allers/retours public/privé, c’est l’étroitesse du vivier de recrutement et l’absence de transparence. Cette proximité est malsaine quand elle permet ici de demander plus de subventions (voir le rapport Gallois), là moins de concurrence (voir le rapport Beffa Cromme), c’est-à-dire au final plus de protections, plus d’argent récupéré sur le dos des consommateurs ou des contribuables.

Ces grands patrons qui demandent plus de flexibilité pour eux organisent, avec la complicité des élites administratives, leur confort industriel, c’est-à-dire leurs rentes. Ils trouvent des relais dans le discours néo-colbertiste, tout aussi spoliateur des consommateurs, d’Arnaud Montebourg, qui n’a jamais caché son peu de goût pour la concurrence et prétend régulièrement protéger les producteurs contre les consommateurs (il a le mérite de la clarté).

Il en ressort que les mieux connectés, les plus intrigants, les "vrais" membres du sérail obtiennent les lois qu’ils veulent et les réglementations qui les arrangent. Comme tous ces textes qui défendent les monopoles publics et les mastodontes industriels contre les innovateurs technologiques et industriels. Comme toutes ces réglementations qui fortifient les commerçants contre les nouveaux distributeurs en ligne. Comme pour les taxis aussi.

Ce capitalisme de copinage (ou crony capitalism) n’est pas propre à la France. Il existe ailleurs, comme aux Etats-Unis : récemment, Sheldon Adelson, magna des casinos du Nevada et parmi les 20 premières fortunes mondiales, s’est lancé dans une campagne contre les paris en ligne : il peut compter sur son statut de donateur majeur du parti Républicain…

La réponse instinctive de bien des lecteurs sera de suggérer une meilleure régulation et / ou le contrôle accru du financement de la vie politique (voire l’interdiction de dons importants), le tout par une autorité indépendante. Ce qui revient à traiter le problème par une autre version du problème (après tout, le régulateur indépendant ne l’est jamais vraiment et il est lui aussi manipulable, quand ce n’est corruptible - moralement).

Plus audacieuse, plus intrépide, plus stimulante, plus optimiste aussi la réponse du marché libre consiste à laisser faire, pour favoriser l’entrée de nouveaux entrants et l’innovation. Si la France renonçait à un peu de son copinage, un peu de ses régulations, un peu de ses connivences, elle pourrait encourager le mérite, l’aventure et l’innovation. Elle pourrait encourager le développement de nouvelles entreprises, leader de demain, champions nationaux de la performance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Européennes : soulagement teinté d’inquiétude pour les milieux d’affaires français
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 28/11/2013 - 20:57
camarades trolleurs, c'est par ici que ça se passe :
http://toujourspluslibre.com/
 
zouk
- 28/11/2013 - 17:39
Encore la connivence
Comment baser le même article à la fois sur la concurrence et la connivence.

Au moins d'un point de vue logique, je suis perplexe. Et du point de vue économique, venant d'un professeur d'économie ( mais à ScPo, c'est peut être une explication), c'est une monstruosité
SteakKnife
- 28/11/2013 - 16:57
Attendez y a un truc que je comprends pas
C'est pas justement à cause de la concurrence que les grosses boîtes proposent des salaires de plus en plus gros pour attirer les grands patrons? Proposer plus de salaire que le concurrent pour attirer les "meilleurs éléments".