En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 54 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 22 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 21 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 20 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 16 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 56 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 29 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 11 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 41 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 29 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 13 heures 1 min
Le buzz du biz

Injecter plus de concurrence, meilleur moyen de lutter contre les rémunérations abusives de certains patrons

Publié le 28 novembre 2013
Pour mieux résister aux nouveaux entrants et à la concurrence de l'innovation, les acteurs déjà en place profitent de leur connivence avec le pouvoir pour ériger des barrières à l'entrée des marchés. Ces techniques sont d'autant plus possibles dans un pays où l'Etat contrôle 57% de l'économie. Décryptage, comme chaque semaine, dans la chronique du "Buzz du biz".
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour mieux résister aux nouveaux entrants et à la concurrence de l'innovation, les acteurs déjà en place profitent de leur connivence avec le pouvoir pour ériger des barrières à l'entrée des marchés. Ces techniques sont d'autant plus possibles dans un pays où l'Etat contrôle 57% de l'économie. Décryptage, comme chaque semaine, dans la chronique du "Buzz du biz".

Si le marché et le libéralisme dominaient réellement le monde, comme on le prétend, il serait impossible de s’acheter une loi ou une réglementation. La concurrence l’en empêcherait. Heureusement pour les dinosaures et les rentiers, ce n’est pas le cas. C’est ainsi que naissent tant de contraintes qui limitent l’entrée sur le marché de nouveaux entrants.

Dans un livre de 1989 (La nouvelle économie industrielle), Henri Lepage écrivait que « les réglementations publiques, loin d’être mises en place pour servir les intérêts des consommateurs et des usagers, répondent à une logique de marché politique et ce sont une forme de protectionnisme, de restriction artificielle à la production dont la finalité est de faire apparaître des « rentes de rareté » qui sont ensuite partagées entre les entreprises ainsi protégées contre l’entrée de nouveaux compétiteurs plus dynamiques (…) ». En clair, les acteurs en place se servent de leurs amitiés et connivences pour établir des réglementations qui les protègent.

Dans une économie où l’Etat est puissant, les opportunités de collusion sont encore plus grandes. Par exemple, quand il représente 57 % du PIB comme en France… Quand les élites économiques, administratives et politiques sont les mêmes, le risque est accru. Par exemple, quand une ou deux écoles, comme Polytechnique ou l’ENA, forment le tout. Ou quand le directeur de cabinet du ministre de l’Economie peut prendre la tête d’un grand groupe de télécommunications, que le conseiller du président peut devenir le n°1 d’une banque majeure ou que, comme Jean-Marc Ayrault l’a annoncé, le n°2 d’une autre banque peut prendre la tête du ministère des Finances.

Le problème, ce ne sont pas les allers/retours public/privé, c’est l’étroitesse du vivier de recrutement et l’absence de transparence. Cette proximité est malsaine quand elle permet ici de demander plus de subventions (voir le rapport Gallois), là moins de concurrence (voir le rapport Beffa Cromme), c’est-à-dire au final plus de protections, plus d’argent récupéré sur le dos des consommateurs ou des contribuables.

Ces grands patrons qui demandent plus de flexibilité pour eux organisent, avec la complicité des élites administratives, leur confort industriel, c’est-à-dire leurs rentes. Ils trouvent des relais dans le discours néo-colbertiste, tout aussi spoliateur des consommateurs, d’Arnaud Montebourg, qui n’a jamais caché son peu de goût pour la concurrence et prétend régulièrement protéger les producteurs contre les consommateurs (il a le mérite de la clarté).

Il en ressort que les mieux connectés, les plus intrigants, les "vrais" membres du sérail obtiennent les lois qu’ils veulent et les réglementations qui les arrangent. Comme tous ces textes qui défendent les monopoles publics et les mastodontes industriels contre les innovateurs technologiques et industriels. Comme toutes ces réglementations qui fortifient les commerçants contre les nouveaux distributeurs en ligne. Comme pour les taxis aussi.

Ce capitalisme de copinage (ou crony capitalism) n’est pas propre à la France. Il existe ailleurs, comme aux Etats-Unis : récemment, Sheldon Adelson, magna des casinos du Nevada et parmi les 20 premières fortunes mondiales, s’est lancé dans une campagne contre les paris en ligne : il peut compter sur son statut de donateur majeur du parti Républicain…

La réponse instinctive de bien des lecteurs sera de suggérer une meilleure régulation et / ou le contrôle accru du financement de la vie politique (voire l’interdiction de dons importants), le tout par une autorité indépendante. Ce qui revient à traiter le problème par une autre version du problème (après tout, le régulateur indépendant ne l’est jamais vraiment et il est lui aussi manipulable, quand ce n’est corruptible - moralement).

Plus audacieuse, plus intrépide, plus stimulante, plus optimiste aussi la réponse du marché libre consiste à laisser faire, pour favoriser l’entrée de nouveaux entrants et l’innovation. Si la France renonçait à un peu de son copinage, un peu de ses régulations, un peu de ses connivences, elle pourrait encourager le mérite, l’aventure et l’innovation. Elle pourrait encourager le développement de nouvelles entreprises, leader de demain, champions nationaux de la performance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 28/11/2013 - 20:57
camarades trolleurs, c'est par ici que ça se passe :
http://toujourspluslibre.com/
 
zouk
- 28/11/2013 - 17:39
Encore la connivence
Comment baser le même article à la fois sur la concurrence et la connivence.

Au moins d'un point de vue logique, je suis perplexe. Et du point de vue économique, venant d'un professeur d'économie ( mais à ScPo, c'est peut être une explication), c'est une monstruosité
SteakKnife
- 28/11/2013 - 16:57
Attendez y a un truc que je comprends pas
C'est pas justement à cause de la concurrence que les grosses boîtes proposent des salaires de plus en plus gros pour attirer les grands patrons? Proposer plus de salaire que le concurrent pour attirer les "meilleurs éléments".