En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 2 heures 51 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 7 heures 4 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 11 heures 19 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 52 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 10 heures 42 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 10 heures 50 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 11 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 11 heures 24 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 21 heures 5 min
© Reuters
La reconnaissance du vote blanc comme une véritable expression politique pose question.
© Reuters
La reconnaissance du vote blanc comme une véritable expression politique pose question.
Feu la majorité ?

Reconnaissance du vote blanc : une bonne idée théorique potentiellement dangereuse en pratique

Publié le 28 novembre 2013
En décidant de reconnaître le vote blanc, le gouvernement risque par extension de causer de sérieux problèmes de légitimité aux élus en finissant par reconnaître qu'il n'est plus nécessaire, de fait, d'être élu à la majorité des suffrages exprimés pour occuper un mandat.
Dominique Reynié est professeur des Universités en science politique à l’Institut d’études politiques de Paris et directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Populismes : la pente...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Reynié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Reynié est professeur des Universités en science politique à l’Institut d’études politiques de Paris et directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Populismes : la pente...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En décidant de reconnaître le vote blanc, le gouvernement risque par extension de causer de sérieux problèmes de légitimité aux élus en finissant par reconnaître qu'il n'est plus nécessaire, de fait, d'être élu à la majorité des suffrages exprimés pour occuper un mandat.

Atlantico : Les députés ont débattu ce 28 novembre de la reconnaissance du vote blanc comme une expression politique à part entière d'ici les échéances de 2014, et décidé de le reconnaître après les prochaines municipales. Peut-on dire que cette mesure, si elle était appliquée, aurait un impact productif sur la vie politique française ?

Dominique Reynié : Cela peut-être perçu comme la reconnaissance d'une démarche très particulière, celle d'une abstention civique qui chercherait à s'exprimer sans pourtant faire un véritable choix politique. Le but est ici de faire en sorte que le vote blanc se distingue du bulletin nul (gribouillé, raturé, déchiré) qui est davantage considéré comme une "erreur" tandis que le premier comportement s'inscrit dans le civisme. On cherche donc ici à valoriser le vote blanc pour saluer malgré tout le souhait de participer à la procédure, sans participer à l'élection. On peut considérer qu'il y a plusieurs raisons de faire un tel choix : il peut s'agir d'une volonté de montrer que l'on ne se reconnaît dans aucune candidature, ou au contraire être le résultat d'une réelle hésitation entre deux candidats, parmi d'autres motivations. C'est bien le problème du vote blanc, dans le sens où il est pratiquement impossible à interpréter de par sa nature plurielle et indertéminée
 

Cette mesure, en traitant le problème en bout de chaîne, semble ignorer les racines mêmes du détournement de certains citoyens de l'exercice électoral. Peut-elle être efficace sans être accompagnée en parallèle d'une réforme des institutions de la Ve République ? 

Votre question sous-entend que le vote blanc est mathématiquement un rejet du système, et la réalité est bien plus complexe. Pour prendre un exemple explicite, le "record" du nombre de scrutins blancs et nuls, aux élections présidentielles de 1969, a été atteint dans un contexte pluriel, puisque le rapport était droite-droite au second tour entre Poher et Pompidou (vote blanc d'hésitation, NDLR) et que les communistes ont refusé de choisir un candidat (vote blanc de contestation). Cette pluralité des causes se retrouve aussi pour les présidentielle de 1995 et de 2012, qui ont aussi connu un fort taux de votes blancs et nuls (respectivement 6 % et 5.8 %, 2012 étant un record en volume avec 2.15 millions de bulletins concernés).
 
Si l'on pose néanmoins la question en termes de régénérescence démocratique, en estimant que cette reconnaissance du vote blanc est un moyen d'agir plus largement contre l'abstention, on peut effectivement considérer que des réformes insitutionnelles soient aussi nécessaires. On peut ainsi s'autoriser à réfléchir sur le cumul dans l'espace (député-maire) et dans le temps (nombre de mandats autorisés), à l'arrêt obligatoire de l'exercice d'une fonction publique en cas candidature électorale, ainsi qu'à l'introduction d'une part de tirage au sort dans certaines élections. L'autre aspect essentiel est d'arriver à un système de gouvernement qui permettrait au politique de retrouver son efficacité dans son action publique. 
 

Si le vote blanc avait été pris en compte en 2012, aucun président n'aurait été élu puisque qu'il doit l'être à la majorité des suffrages exprimés selon la Constitution. Existerait-il un risque de blocage politique si cette mesure venait à être approuvée par le Parlement ?

Cela aurait aussi été le cas en 1995 puisque Chirac a obtenu 49.5 % des voix d'après ce mode de calcul, et Hollande l'est aujourd'hui avec 48.6 % des voix dans la même optique. Il faudrait néanmoins réussir à distinguer le vote blanc du vote nul pour s'en faire une idée plus précise, ce qui n'est pas le cas actuellement (un projet de loi avait proposé en 2003 leur séparation dans les chiffres publiés par le Conseil constitutionnel, mais il est resté lettre morte depuis, NDLR). Cependant il est clair qu'il apparaîtrait nécessaire de passer de l'élection par la majorité à l'élection par la pluralité des suffrages (le plus gros score l'emporte de fait) afin d'éviter une crise de régime en cas de minorité des deux candidats au second tour. Cela aura par extension des conséquences sur la légitimité du vainqueur lors de l'exercice de son mandat, puisqu'il pourrait risquer de ne pas être majoritaire.
 

Faut-il craindre par ailleurs une dérive du non-choix à travers cette réforme ?

C'est effectivement une conséquence envisageable, et c'est d'ailleurs pour cette raison que très peu de pays reconnaissent le vote blanc actuellement. On peut toutefois difficilement considérer que les électeurs se déplaceront massivement pour finalement ne pas choisir de candidat, puisque la majorité de l'abstention reste constituée de "ceux qui restent chez eux" (environ 7 millions  contre 2 millions de votes blancs et nuls en 2012, NDLR). 
 
Propos recueillis par Théophile Sourdille
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 29/11/2013 - 02:06
Largage par gravité
Pas au goût du jour : 200 milles marins minimum, soit grosso modo, avec une minuscule marge de sécurité, au moins 371 km.
Sans oublier le trafic maritime, le vent et les courants... sait-on jamais ?
Un passager clandestin a survécu dans les roues d'un train d'atterrissage d'un vol long-courrier sur un trajet transocéanique de plus de 8 heures. Et arrivé à bon port. D'accord, c'était un costaud. Mais quand même...
Le gorille
- 29/11/2013 - 01:54
Vote blanc décompté ... et non compté
On pourrait décompter le vote blanc : les politologues se feraient alors une joie alors d'en décortiquer la signification...
Mais sans le compter : par principe, ce bulletin n'élit personne. Donc l'électeur "blanc" (qui peut être jaune, noir, café au lait, bronzé, beurre ou encore rouge) ne choisit rien, ne construit rien et ne propose que le vide. A ce titre, ignorons-le superbement !
la saucisse intello
- 28/11/2013 - 20:20
@ cocotébo.....
Oui, bon, c'est vrai que vu le nombre, on aurait meilleur compte de les saucissonner par dix avec du barbelé bien serré et de les "ventiler" à la grenade Mk 2 quadrillée ! La 12,7 n'est pas mal non plus mais on va se ruiner en cartouches ! Ou alors, on les entasse dans la soute d'un C 160 Hercule, on ouvre la porte de soute, au signal le jockey met pleine sauce aux bourriques en même temps qu'il tire à fond le manche vers lui. Ca s'appelle "largage par gravité" ! Nota : Ne jamais opérer en dessous de 3000 mètres ni à moins de 100 km des côtes !