En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 1 heure 1 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 2 heures 8 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 3 heures 12 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 10 heures 38 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 11 heures 14 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 22 heures 24 sec
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 1 heure 46 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 2 heures 46 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 3 heures 33 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 11 heures 3 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 11 heures 27 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 22 heures 55 min
© Reuters
"Seule une relance monétaire tendant à soutenir la demande intérieure permettra une sortie de crise durable"
© Reuters
"Seule une relance monétaire tendant à soutenir la demande intérieure permettra une sortie de crise durable"
Les caves se rebiffent

Vent de révolte à Bruxelles contre l’absence de volonté politique des dirigeants des Etats membres

Publié le 15 novembre 2013
La fronde des technocrates vient aujourd’hui remplir le vide laissé à Bruxelles par François Hollande. La vacuité des réponses apportées par le Président français a obligé certains responsables à prendre la main.
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fronde des technocrates vient aujourd’hui remplir le vide laissé à Bruxelles par François Hollande. La vacuité des réponses apportées par le Président français a obligé certains responsables à prendre la main.

15 novembre 2013 ; voici 18 mois que François Hollande est président de la République. Depuis la date de son investiture, la situation de la France ne s’est pas améliorée, elle s’est même dégradée. Chômage en hausse, crispation de la société, les résultats tant espérés se font toujours attendre. Et pour cause, il semblerait que le diagnostic de base opéré sur l’état du pays soit erroné.

L’analyse du président et de son entourage repose avant tout sur le caractère cyclique de la crise que traverse le pays. Après la pluie, le beau temps et les jours heureux. Cette analyse bucolique du désastre économique que nous traversons tranche assez largement en comparaison des drastiques mesures anti-crise mises en place à travers le monde. Bien que la déflation se fasse de plus en plus menaçante, laissant planer un risque économique majeur sur l’ensemble de la zone euro, le diagnostic reste lui immobile.

Cet isolement idéologique n’est pas sans conséquence. L’absence de réponse adéquate de la part de la France pèse lourdement dans le traitement européen de la crise. Alors que la construction européenne repose historiquement sur le souffle de la contradiction du tandem franco-allemand, celui-ci n’est plus. En restant figé sur un diagnostic simpliste, le président laisse une Europe orpheline de toute proposition d’envergure. L’Allemagne se porte bien et la France ne joue pas son nécessaire rôle d’emmerdeur. Cette situation inédite pose un problème au monde entier, car cette union européenne à la dérive reste encore la première zone économique mondiale.

Face à cette absence, la semaine écoulée aura été témoin de la réaction de certaines personnalités européennes, souvent issues de la technocratie. Cet épisode en plusieurs étapes vient de se dérouler sous nos yeux, masqué par les innombrables péripéties de la politique intérieure.

Le 7 novembre dernier, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, abaissait les taux directeurs afin d’offrir un soutien nécessaire à l’activité intérieure européenne. Cette décision aura été prise malgré le désaccord marqué des membres allemands, hollandais et autrichiens de l’autorité monétaire. Et cette situation marque une évolution : la position officielle de la BCE commence à s’émanciper du rigorisme naturel d’une politique monétaire calquée sur celle du deutschemark.

Quelques jours plus tard, c’est au tour de Jose Manuel Barroso de pointer les excès de la politique menée en Allemagne ; des excédents commerciaux excessifs nuisent à l’ensemble de la zone euro s’ils ne se traduisent pas en une source d’activité supplémentaire. Pour la première fois, ce sujet est abordé frontalement et marque un tournant dans le diagnostic de crise opéré en Europe.  La grande récession est aujourd’hui également perçue comme une crise de la demande intérieure.

Puis le 14 novembre, Peter Praet, économiste en chef de la BCE, déclarait que "si notre mandat est menacé (par la déflation), nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour parvenir à remplir notre mandat". L’économiste va encore plus loin en indiquant que le bilan de la BCE pourra être mis à contribution, ouvrant ainsi la voie au rachat de dettes, ou au "Quantitative Easing" afin d’éviter toute spirale déflationniste. Mais au-delà des questions techniques qui permettraient de venir soutenir l’activité en Europe, Peter Praet indique qu’il est prêt à l’affrontement à l’intérieur du conseil des gouverneurs. Praet affirme que "certaines décisions sont plus difficiles à prendre que d’autres" indiquant ainsi les tensions actuelles au sein du conseil, et poursuit : "une chose est claire, nous sommes capables de décider, et c’est bien ça le message". Le conseil des gouverneurs est divisé mais la majorité est aujourd'hui acquise à plus de soutien. Ici encore, et pour la troisième fois en une semaine, c’est bien la problématique de la demande intérieure européenne qui est visée. Le diagnostic évolue sur plusieurs fronts.

La fronde des "technocrates" vient aujourd’hui remplir le vide laissé par François Hollande. La vacuité des réponses apportées par le président français a obligé certains responsables à prendre la main.

Cette rébellion ne vient pas de nulle part. Les "technocrates" européens ne font rien d’autre que de se saisir de la nouvelle doctrine économique en cours depuis l’été 2012. En effet, sur la base de d’évolutions académiques, les politiques économiques des Etats-Unis, du Royaume-Uni et du Japon, entre autres, ont pu considérablement évoluer. L’analyse de la crise que nous traversons depuis l’année 2008 a ainsi été profondément  modifiée depuis le mois d’aout 2012, date à laquelle l’économiste Michael Woodford en a sacralisé le caractère monétaire. Diagnostic établi en premier lieu par l’économiste américain Scott Sumner. Les Etats-Unis, le Japon et le Royaume-uni en ont rapidement suivi les recommandations : seule une relance monétaire tendant à soutenir la demande intérieure permettra une sortie de crise durable. Cette action est un préalable nécessaire à toute volonté d’agir sur les autres paramètres que sont la dette, les déficits, ou encore  la fiscalité. Chacun de ces pays a pu, depuis lors, renouer avec la croissance et la création d’emplois tout en retrouvant des marges de manœuvre pour réduire leurs dépenses.

A une simple analyse cyclique défendue par l’exécutif français, les économistes opposent ainsi une vision globale et monétaire de la crise. Le président Hollande est marqué par son incapacité de s’emparer de travaux existants depuis plus d’un an, malgré leur application dans les plus grandes zones économiques, et ce avec succès. Afin de répondre au vide, certaines voix commencent à s’élever au niveau européen, et cela est heureux.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 16/11/2013 - 13:13
@l'enclume C'est aussi choisir d'exporter à 20% moins cher!
Mais vous pouvez choisir de conserver l'Euro nordiste, dont la parité actuelle est défavorisée par rapport aux dollars et Yuans et continuer à bouillir à petit feu dans la marmite de la dette et du chômage, si vous le désirez....
Non, la seule solution est celle du FN:
Compenser la dévaluation de 20% du retour à la monnaie nationale, par des baisses de taxes sur l'énergie et certaines matières premières, ces taxes servant essentiellement à payer la gabegie étatique des subventions communautaristes et autres dilapidations corporatistes.
evy
- 16/11/2013 - 07:53
le barrage sur le Nil
n'est pas ce que l'homme a fait de plus intelligent. L'homme a oublié qu'il n'était pas immortel. Les terres sont devenues infertiles et le sel remonte. L'homme a réduit les terres arables à une peau de chagrin. L'homme a contribué à appauvrir l'Egypte. L'homme contribuera à appauvrir l'Europe car l'homme ne s'adapte pas à l'homme mais impose son utopie. Les banques et l'argent gouvernent la planète et sûrement pas des politiciens.Les politiciens ne sont que les "petits soldats qui courent autour de l'argent afin d'en prélever un peu pour leur propre besoin.L'UE est une utopie pleine de socialistes au lieu d'économistes.
Casper
- 15/11/2013 - 21:14
jusque là tout va bien
.. pourquoi changer? de toutes manières, changer pour faire quoi? ...pour être plus sérieux, tous les français sont en fait les pigeons de politiciens polémistes qui n'ont que le pouvoir comme objectif et le réactivisme populiste de la masse des électeurs qui pensent punir à chaque tour le sortant ... on n'a que les empereurs qu'on mérite. Vive la France des râleurs qui ne changent rien même quand ils essaient ...radicalement.