En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 1 heure 14 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 4 heures 28 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 6 heures 26 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 50 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 7 heures 22 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 53 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 9 heures 9 sec
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 9 heures 7 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 4 heures 7 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 7 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 8 heures 14 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 50 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 10 heures 6 min
© Reuters
Un quart du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se retrouve aujourd’hui opposé à la politique poursuivie par l’autorité monétaire européenne.
© Reuters
Un quart du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se retrouve aujourd’hui opposé à la politique poursuivie par l’autorité monétaire européenne.
Mémoire courte

Révolte à la BCE : quand Berlin refuse au sud de l'Europe la politique monétaire et budgétaire qui a rendu possible le "miracle allemand"

Publié le 12 novembre 2013
Des membres de la Banque centrale européenne s'élèvent contre la décision présentée par Mario Draghi d’abaisser les taux directeurs à un niveau sans précédent de 0.25%.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des membres de la Banque centrale européenne s'élèvent contre la décision présentée par Mario Draghi d’abaisser les taux directeurs à un niveau sans précédent de 0.25%.

Dans son édition du 10 novembre, Le Financial Times relate les dissensions actuelles au sein du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne. Parmi les 23 membres, 6 se sont élevés contre la décision présentée par Mario Draghi d’abaisser les taux directeurs à un niveau sans précédent de 0.25%. Cette "révolte" aurait notamment été le fait de deux représentants allemands, un Autrichien et un Néerlandais. Ainsi, un quart du conseil se retrouve aujourd’hui opposé à la politique poursuivie par l’autorité monétaire européenne.

L’opinion allemande est tendue face à ce qui est assimilé à un insupportable laxisme. Hans Werner Sinn, économiste vedette en Allemagne, a pu faire état de son mécontentement dans le quotidien Bild, accusant Mario Draghi "d’abuser le système européen en donnant des prêts à taux réduits pour les pays du sud, taux qu’ils ne pourraient obtenir sur les marchés". Le Financial Times fait également part des critiques de la presse locale, pointant le "diktat d’une nouvelle « Banca Italia » basée à Francfort".

Ces positions relèvent du fanatisme. Alors même que la BCE est aujourd’hui comptable d’une inflation de 0.7% au sein de la zone euro, c’est-à-dire une situation proche de la déflation, la position officielle de la Bundesbank est à la désapprobation. Selon elle, ce serait l’inflation qui menacerait la zone euro, alors qu'un taux de chômage de 12.2% ne semble pas la préoccuper. Une telle attitude peut être source d’interrogation sur la volonté réelle de la Bundesbank ; l’Europe doit-elle être une "grosse Allemagne" ?

Car si de nombreuses paroles apportent leur soutien à l’Allemagne "vertueuse", elles oublient l’origine de cette prospérité. Cette économie qui était qualifiée "d’homme malade de l’Europe" en 2002 est parvenue à rétablir un équilibre certain grâce au soutien de la Banque centrale européenne. En effet, l’autorité monétaire a pu tolérer une croissance nominale de l’ordre  4% entre la création de l’euro et l’année 2008. C’est bien au courant de cette période que l’Allemagne, contrainte de se réformer, a notamment procédé à la mise en place des fameuses lois Hartz. Ce corpus législatif a justement pu être adopté car il correspond à une logique économique : ce que le gouvernement prend d’une main est amorti par le pouvoir monétaire.

L’Allemagne semble oublier le régime monétaire qui lui a permis de redresser son économie, en croyant fermement que la seule vertu des honnêtes travailleurs locaux a permis le "miracle allemand". L’absurdité d’une telle croyance semble pourtant faire mouche au sein d’une Europe admirative et béate.

Car c’est bien l’efficacité d’un tel "Policy mix" (austérité budgétaire et relance monétaire) que l’Allemagne refuse aujourd’hui à l’ensemble de la zone euro. La contrainte est exercée de toute part. Tout d’abord l’austérité monétaire, avec une BCE qui ne permet qu’une croissance nominale de l’ordre de 2% (au mieux et négative au pire) depuis 5 ans. Puis, la réduction de déficits, l’assouplissement du droit du travail etc.…qui sont imposés aux pays les plus fragiles de l’Union. Ce qui s’apparente à une opération cardiaque menée sans anesthésie. La mise en place de telles lois dans un contexte d’austérité monétaires est en effet un acte de pure folie économique.

Il est souvent rétorqué à cet argument que les cigales du sud auraient dû se réformer au même moment que l’Allemagne. Il devrait être inutile de rappeler que si cela avait été le cas, la croissance en Europe n’aurait pas été si forte et le rétablissement Allemand serait toujours en attente.

Malgré les résultats calamiteux de cette politique, un taux de chômage jamais atteint au sein de la zone euro et les perspectives peu encourageantes des élections européennes de 2014, rien ne change. L’Allemagne est aussi responsable de cette situation que les pays qui en sont les victimes. Il est en effet tout à fait incompréhensible de constater le renoncement des autorités italiennes, espagnoles, grecques, portugaises, mais surtout françaises. François Hollande se contente d’un silence coupable alors qu’il lui appartiendrait, dans une logique européenne de tandem franco-allemand, de siffler la fin de la partie.

Bien évidemment, les pays du sud doivent se réformer, la France doit se réformer, mais une telle ambition ne pourra être efficace que si elle est soutenue par la Banque centrale européenne. Aucune économie n’est jamais parvenue à procéder aux ajustements nécessaires sans le soutien de son autorité monétaire, pas même l’Allemagne. Mais c’est pourtant bien le programme qui est administré, plus ou moins de force, à tous ces "fainéants du sud", France comprise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 13/11/2013 - 07:56
@breiz
La suède est 18eme à l'indice de la liberté économique et 4eme à l'indice de démocratie. Non seulement l'économie est plus souple et efficiente mais l'argent est bien mieux dépensé.
.
La France, elle, est 62eme derrière le Pérou, le Costa Rica, la Thaïlande et 29eme pour la démocratie entre l'Afrique du Sud et la Slovénie. C'est une oligarchie corporatiste.
.
http://www.heritage.org/index/ranking
http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie
breiz
- 13/11/2013 - 04:59
Pourquoi les allemands, scandinaves tournent mieux que nous ...
Ma femme est Suedoise , ma fille y etudie , je connais bien l'allemagne ... pourquoi tout marche mieux la haut vers le nord ... elementaire ... un civisme plus grand , moins raleur , plus bosseur , donc moins paresseux et deplus des syndicats qui dfendent les travailleurs et non les partis politiques .... mais encore , une administration du 21 eme siècle alors que la France en est restee qu'au 18eme siècle .... et des gouvernements vraiment representatives de leurs populations .... chez nous un parlement de fantoches assistant un gouvernement de nuls ...il n'y apas photo les Teutons ou Viking ont le sens de la performance et non du blabla
Ilmryn
- 13/11/2013 - 00:58
@EOLE - Ce qu'on ne voit pas
Par EOLE - "une partie importante de la crises est due aux excédents commerciaux de certains pays"
.
Ce n'est pas entièrement faux mais c'est au même titre qu'un virus qui tue un animal dans la nature: la cause première est bien un affaiblissement de l'animal. Et la maladie pour les pays du sud c'est l'étatisme corporatiste à outrance dont découle tous les reste: perte de compétitivité, chômage, impôts très élevés, dette. Si la PME française a de la peine c'est bien à cause des 65% de taxes et de la régulation à outrance qui lui interdit toute adaptation.
.
D'autre part le constat des salaires Allemand n'a pas non plus une grande signification, le monde n'est pas figé, les gens ont des trajectoires dans le temps, les petit boulots mal payés sont souvent des portes d'entrée dans le marché ou des opportunités temporelle pour des gens qui gagnent moins dans leurs pays.
.
L'autre solution c'est de faire comme en France: exclure les gens du marché du travail et les mettre à la charge de tous le monde. Ainsi le jeune peut ramer pendant des années sans aucun travail mais la morale est sauve: il n'y a pas de job mal payés (en fait ils sont au noir et c'est encore pire)