En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 7 heures 9 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 8 heures 59 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 28 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 11 heures 47 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 25 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 13 heures 1 sec
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 6 heures 54 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 7 heures 42 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 26 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 8 heures 48 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 30 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 heures 4 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 13 heures 11 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 14 heures 2 min
© DR
© DR
Jeux de vilains

Hunger Games marque-t-il l'entrée de la jeunesse dans l'ère du cynisme et de la noirceur ?

Publié le 11 novembre 2013
Après la love story vampirique et très gnangnan Twilight, les jeunes occidentaux se passionnent désormais pour une série de livres où des adolescents sont obligés de se battre à mort.
Sylviane Barthe-Liberge
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylviane Barthe-Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle anime et publie sur son site personnel : www.consultations-psychologue.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la love story vampirique et très gnangnan Twilight, les jeunes occidentaux se passionnent désormais pour une série de livres où des adolescents sont obligés de se battre à mort.

Atlantico : Le 27 novembre sort sur les écrans français Hunger Games - L’embrasement, deuxième volet de l’adaptation cinématographique de la saga littéraire à succès. L’histoire se situe dans une société futuriste où chaque année des jeunes gens s’affrontent jusqu’à la mort dans un jeu télévisé. L’héroïne, une jeune adolescente, participe à cette épreuve et devient le symbole de l’opposition au régime en place. Ces thèmes ont-ils une résonance particulière pour les adolescents ?

Sylviane Barthe-Liberge : L’adolescence est, par définition, une période d’opposition. Françoise Dolto appelait cette période, plus ou moins difficile, le « complexe du homard ». A l’image de ce crustacé, l’adolescent se trouve « piégé » entre deux changements de carapace. Il doit faire le deuil des vêtements infantiles (sous l’égide de l’insouciance) pour revêtir les vêtements adultes (parfois jugés trop grands de par les responsabilités qu’ils impliquent et donc angoissants). L’adolescent se débat dans ses conflits psychiques, se heurte à ses contradictions et celles de la société, et cherche à s’affirmer par l’opposition à l’ordre établi. En fait, il ne cherche qu’à trouver sa place.

Aussi, le thème du film n’est qu’une allégorie de l’autorité parentale et symbolise le combat psychique que mène l’adolescent dans son accession au statut adulte. Par exemple, la mort dans le jeu télévisé du film symbolise la « mort psychique » du statut infantile que l’adolescent doit abandonner.

Auparavant, les sagas destinées aux adolescents parlaient de sorciers (Harry Potter) ou de Vampires (Twilight). Les thèmes sont désormais plus sombres. C’est le cas avec Hunger Games mais également avec d’autres franchises à venir comme Ender’s Game ou Divergent. Cela signifie-t-il que, désormais, l’entrée dans la jeunesse est une entrée dans la noirceur ?

Les adolescents ont toujours été fascinés par le noir. La noirceur avait quelque chose de romantique (comme dans Twilight) mais elle n’est qu’un aspect du vécu psychique de l’adolescence. Et d’ailleurs, tous les adolescents ne sont pas à la recherche de cette noirceur.

Cet engouement pour des films plus violents, plus sombres, est peut-être à mettre en lien avec des manques de notre société. Il y a quelques années, nous avions – à l’instar des sociétés dites « primitives » - des rituels de passage pour entrer dans le monde adulte (comme le service militaire). L’opposition est un mécanisme qui participe à la construction de l’adolescent. Or, face à l’absence de ces rituels de passage, l’adolescent se trouve face à un « mur mou », inconsistant, sur lequel il ne peut que s’étioler. Alors que face à un mur dur, il rebondit.

Ainsi, par un phénomène de résilience, l’adolescent va chercher dans les films ce qui lui fait défaut dans son quotidien : le dépassement de soi à travers des épreuves qui mènent à la maturité.

Les adolescents d’aujourd’hui sont-ils plus préoccupés que leurs aînés ?

Il me semble que chaque génération d’adolescents a ses préoccupations, ses combats et ses luttes. Pas plus aujourd’hui, qu’hier et à priori que demain. Ils ont peut-être, pour certains, une vision plus accrue des difficultés sociales et économiques, mais vision sans doute biaisée par nos propres peurs d’adultes que nous leur transmettons plus ou moins inconsciemment.

Certes, nous sommes dans une grave crise économique. Certes, le chômage des jeunes est important. Mais je ne pense pas que l’ensemble de nos adolescents vivent plus « mal » que les adolescents du siècle dernier. De plus, ils ont des ressources, sont capables de grandes créativités, à condition que, nous, leurs aînés, leur fassions confiance.

Dans les sagas précédentes, les héros découvraient des mondes imaginaires qui leur permettaient de progresser. Dans les nouvelles, ils doivent affronter un système en place. Est-ce une métaphore de l’adolescence actuelle ?

Tout à fait. Mais il me semble que les adolescents sont autant attirés par le fantastique que par des scenarii plus réalistes. Ces nouveaux thèmes sont un phénomène de mode induit par les adultes (dont l’objectif est de faire un maximum d’entrées dans les salles obscures) en jouant sur un crédo bien connu de l’adolescence : « les adultes ne peuvent pas nous comprendre. Et pour pouvoir nous faire entendre, nous devons nous opposer au système en place, donc au système adulte ». Même s’il est plus facile de s’identifier au héro si la situation avec laquelle il se démène est réaliste. En fait, il s’agit toujours du phénomène d’opposition qui se joue à l’adolescence afin d’accéder (par des rites de passage) à la position adulte.

Ces films sont aussi plus violents que leurs prédécesseurs. Qu'y trouvent les adolescents ?

Plusieurs hypothèses peuvent être envisagées. Sans doute un écho à la violence psychique que représente la période adolescente. Peut-être également une manière d’appréhender des solutions à leurs difficultés, en s’identifiant à des héros qui font preuve de courage (ce que l’on n’a pas forcément à cet âge-là). Ou encore une façon de se dire que la réalité est peut-être moins « glauque » que ce qu’ils peuvent voir dans les films, donc une manière de relativiser leur quotidien.

Quoi qu’il en soit, le désir, l’excitation et le plaisir des réactions physiologiques (comme la montée d’adrénaline) sont primordiaux. Tout comme la recherche d’une distraction, d’une échappatoire au quotidien et l’envie de voir la destruction (fantasme bien connu des enfants et des adolescents).

Ces films ont-ils une vertu pédagogique ou servent-ils seulement d’outils à l’exorcisme des peurs adolescentes ? 

Dans ces films, les adolescents se confrontent à leurs peurs, mais aussi aux limites en se frottant au danger. C’est une manière pour eux de faire connaissance avec eux-mêmes en adoptant des attitudes contra-phobiques, c’est-à-dire une démarche active pour exorciser ses peurs en image. Un moyen symbolique de décharger sa violence interne. En fait, chacun va puiser dans telle ou telle scène ce qui va le plus entrer en résonance avec ses propres fantasmes.

En outre, ces films proposent une violation des normes sociales (normes qui condamnent la violence). Or, l’adolescence est une période où l’on teste les limites (les siennes, mais également celles de la société). Aller voir des films prohibés par la société (adulte), c’est indirectement sortir de ces normes, transgresser les codes établis. Ce serait un rite de passage, comme un autre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SteakKnife
- 11/11/2013 - 12:12
Hunger Games
C'est surtout un plagiat éhonté d'un film/roman japonais: http://fr.wikipedia.org/wiki/Battle_Royale_(film)