En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 6 heures 23 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 8 heures 25 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 9 heures 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 11 heures 20 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 13 heures 54 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 14 heures 42 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 16 heures 27 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 3 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 10 heures 45 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 13 heures 43 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 15 heures 26 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 16 heures 31 min
© BBC
Un femme ayant pratiqué le binge drinking souffre d'une insuffisance hépatique, dont le symptôme est un ventre similaire à celui d’une femme enceinte.
© BBC
Un femme ayant pratiqué le binge drinking souffre d'une insuffisance hépatique, dont le symptôme est un ventre similaire à celui d’une femme enceinte.
Ravages

Trentenaires avec des corps de vieillards : la vraie facture du binge drinking

Publié le 12 novembre 2013
Neurones brulés pour toujours, difficultés à se déplacer, visites toutes les trois semaines à l'hôpital : non, ceci n'est pas le quotidien de vieillards grisonnants, mais de trentenaires qui ont cédé aux sirènes du binge drinking.
Mickaël Naassila
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Naassila est professeur de physiologie et de biologie cellulaire dans le Groupe de recherche sur l'alcool et les pharmacodépendances à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Neurones brulés pour toujours, difficultés à se déplacer, visites toutes les trois semaines à l'hôpital : non, ceci n'est pas le quotidien de vieillards grisonnants, mais de trentenaires qui ont cédé aux sirènes du binge drinking.

Atlantico : La chaîne de télévision britannique BBC a suivi le quotidien d’une femme de 35 ans qui, après avoir pratiqué le binge drinking à haute fréquence pendant plusieurs années, se retrouve avec une insuffisance hépatique, dont le symptôme est un ventre similaire à celui d’une femme enceinte, contenant 23 litres de fluide qu’elle doit faire drainer à l’hôpital toutes les trois semaines. Cela est-il plus courant qu’on ne le pense, et quelles sont les autres conséquences physiques ?

Mickaël Naassila : Ce cas est plus répandu qu’on ne le pense. Des malades alcooliques présentent assez couramment ce type de symptôme clinque ; e cas de cette femme n’est pas très étonnant.

Le binge drinking est un facteur aggravant en matière d’insuffisance hépatique et de maladie alcoolique du foie, car il augmente la toxicité. C’est également le cas au niveau cérébral : à quantité égale d’alcool ingurgité, le binge drinking est plus toxique qu’une autre modalité de consommation. Les dommages seront indéniablement plus importants au niveau cognitif (apprentissage et mémorisation) pour ce type de buveur que pour un autre qui boirait autant mais de manière plus étalée dans le temps.

Pourquoi le binge drinking est-il plus dommageable qu'une consommation égale mais plus étalée dans le temps ?

Parce que la consommation massive en très peu de temps  entraîne des phénomènes de type inflammatoire, tant au niveau périphérique que cérébral. Sur ce dernier plan, notamment, le fait de monter très haut dans les niveaux d’alcoolémie, pour ensuite redescendre très vite à zéro, est particulièrement toxique. Cela s’apparente au phénomène des sevrages chez l’alcoolique : cette période entraîne une toxicité. L’incidence neurotoxique est alors très forte.

Le documentaire évoque également le cas d’une femme d’une trentaine d’années qui,  après s’être longtemps adonnée au binge drinking, connaît des problèmes moteurs...

Ce symptôme vient compléter le tableau des effets de l’alcoolisme chronique : tout le système périphérique est touché, et donc  les fibres nerveuses. Il s’agit d’une complication d’un cas de cirrhose  tout ce qu’il y a de plus classique, qui certes touche les binge drinkers, mais aussi les alcooliques en général.  Ne nous trompons pas : le binge drinking est un phénomène visible, mais les effets dont nous parlons concernent toutes les formes d’alcoolismes.

Hommes et femmes sont-ils égaux en termes de conséquences corporelles ?

Comparativement à l’homme, à consommation égale, la toxicité et les dommages sont plus importants chez la femme, tant au niveau cérébral que physique. Des études récentes d’imagerie cérébrale chez les jeunes entre 20 et 30 ans démontrent ce fait.

Quels sont les effets du binge drinking sur la fécondité ? Aggravent-ils également la chose ?

La consommation d’alcool porte atteinte à différents niveaux sur la fonction de reproduction (fertilité, libido), que ce soit chez l’homme ou la femme. Quant à la relation entre ces effet et le binge drinking plus précisément, les études manquent.  Et si elles manquent, c’est parce que la prise en compte de la problématique de l’alcool n’est pas du tout à la hauteur du problème de santé publique que nous connaissons aujourd’hui. Rapporté au nombre d’habitants, la France occupe le bas du tableau des pays riches dans le traitement de la question de l’alcoolisme. La médiatisation est forte, mais peu de choses sont faites pour réagir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pguillermo
- 10/11/2013 - 21:19
Que l'auteur parle Chinois
Binge drinking.

Y en marre de l'anglais. Que les Ricains s'écroulent et qu'on emploie enfin les expressions chinoises !
L'auteur pourrait se mettre enfin au gout du jour. Quel ringard
jurgio
- 10/11/2013 - 14:27
Une occasion unique pour les archéo-socialistes
d'augmenter la taxe sur les alcools !
Inconnu
- 10/11/2013 - 12:22
Les méfaits idéologiques de nos dirigeants.
Ne sont pas pour rien dans le développement de comportements confinant au suicide. La désespérance induite par l'exclusion de fait de la société, de certains, en est un symptôme.
Leur échelle des valeurs s'étend de la compétition financière au profit de quelques uns à l'omerta orwellienne sur la liberté d'expression.
C'est la liberté de ne rien pouvoir dire ou faire, à l'encontre des profiteurs et de leurs victimes collatérales.