En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 1 heure 31 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 2 heures 3 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 33 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 40 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 44 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 45 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 43 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 2 heures 57 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 5 heures 18 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 heures 18 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 7 heures 5 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 13 heures 28 min
© Reuters
Soldat français de la Première Guerre Mondiale, reconstitution.
© Reuters
Soldat français de la Première Guerre Mondiale, reconstitution.
La Der des Der, qu'on disait

Centenaire de la Première Guerre mondiale : mais quel sens la mémoire collective lui donne-t-elle aujourd’hui ?

Publié le 07 novembre 2013
L'année 2014 sera consacrée à la commémoration de la Grande Guerre, dont ce sera le centenaire. Entre le silence qui a suivi ce traumatisme dans les premières années et sa redécouverte depuis les années 80, notre conscience collective a connu beaucoup de mutations.
Bruno Cabanes enseigne l’histoire de la guerre à l’Université Yale (Etats-Unis) depuis 2005. Il est l’auteur de nombreux travaux sur la Première Guerre mondiale, notamment La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920) ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cabanes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cabanes enseigne l’histoire de la guerre à l’Université Yale (Etats-Unis) depuis 2005. Il est l’auteur de nombreux travaux sur la Première Guerre mondiale, notamment La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920) ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'année 2014 sera consacrée à la commémoration de la Grande Guerre, dont ce sera le centenaire. Entre le silence qui a suivi ce traumatisme dans les premières années et sa redécouverte depuis les années 80, notre conscience collective a connu beaucoup de mutations.

Atlantico : Le Centenaire de la Grande Guerre est lancé ce jeudi 7 novembre par François Hollande. A l’heure où les derniers témoins du conflit ont quasiment tous disparu, quel sens donne-t-on aujourd’hui à la guerre de 1914-1918 ? Comment s’inscrit-elle dans notre inconscient collectif?

Bruno Cabanes : La disparition des derniers acteurs du conflit, depuis quelques années, marque effectivement un tournant majeur. Cela dit, dans le même temps où la Première Guerre mondiale s'éloigne de nous, on compte, chaque année, un nombre croissant de visiteurs sur les champs de bataille et dans les musées consacrés à la Grande Guerre. Les films, les romans sur 14-18 connaissent un grand succès, comme le dernier en date: le superbe roman de Pierre Lemaître, Au revoir là haut, sur le retour des soldats français en 1918, qui vient de recevoir le Prix Goncourt. En novembre 2003, le Nouvel Observateur titrait: "14-18. Pourquoi ils nous hantent". Sans reprendre exactement les mêmes termes, sans doute excessifs, on assiste bien à un investissement mémoriel dans la Première Guerre mondiale, qui s'inscrit lui-même dans ce que mon collègue de Yale, Jay Winter, et d'autres historiens de la mémoire ont appelé l’explosion mémorielle, le “memory boom”.

Du début du XXème siècle à aujourd’hui, la mémoire collective française s’est forcément transformée. Comment notre perception de ce conflit a-t-elle évolué entre 1918 et 2013 ?

Bruno Cabanes : Il y a effectivement des grandes charnières dans la mémoire collective de la Grande Guerre en France. Dans les années 1920 et 1930, la mémoire de la Grande Guerre est partout - et d'abord à travers la présence physique des anciens combattants, des "veuves de guerre" vêtues de noir, des mutilés de guerre à qui on donne des emplois réservés (par exemple de surveillants dans les établissements scolaires) ou des "gueules cassées". Le grand historien Raoul Girardet, récemment disparu, rappelait que dans son enfance, “les monuments aux morts étaient encore neufs”: il était né en octobre 1917. Les années 1920 et les années 1930 sont marquées par les cérémonies annuelles aux monuments aux morts, tous les 11 novembre à 11 heures, dans toutes les communes de France : le maire, les anciens combattants, les enfants des écoles, toute la population, réunis pour une cérémonie qui est autant une célébration des vivants qu'un hommage aux morts. Et avec cette mémoire de la Grande Guerre se développe aussi un fort pacifisme, qui va prendre de l'ampleur dans les années 1930. Puis vient la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme de la défaite de 1940, l'invasion et l'occupation, les violences massives contre les civils. Tous les rituels inventés après la Grande Guerre pour accompagner les deuils collectifs semblent incapables de dire l'expérience de la Seconde Guerre mondiale, et notamment la radicalité de l'extermination des Juifs européens. Les années d'après-guerre marquent un creux mémoriel très net. "Ce que nous appelons encore la 'Grande Guerre' disparaît sous la marée boueuse de 1940", constate François Mauriac. On assiste, certes, à une sorte de renouveau au moment du cinquantenaire de la Grande Guerre, célébré dans la France du général de Gaulle. Mais la Première Guerre mondiale n'intéresse plus grand monde, y compris dans le milieu académique. Les deux livres majeurs de la fin des années 1970, celui de Jean-Jacques Becker sur l'opinion publique française en 1914 et celui d'Antoine Prost sur les Anciens combattants, sont assez isolés dans une production historique peu abondante. Vient un très net regain d'intérêt depuis la fin des années 1980, qui excède largement le contexte français et se retrouve dans tous les pays occidentaux. C'est un phénomène difficile à expliquer, lié à la fois à l'arrivée à l'âge adulte de la troisième et de la quatrième génération (celle des petits enfants ou arrières petits enfants des soldats de 1914) et au "memory boom" dont j'ai déjà parlé. Les mémoires nationales de la Grande Guerre se doublent d'une mémoire familiale et locale très forte : la Première Guerre mondiale, c'est d'abord une histoire de famille.

Justement, chaque famille française compte au moins un poilu lors de la première Guerre Mondiale. Sur 8 millions d’hommes mobilisés, plus d’un million trois cent mille meurent au combat. Cette relation intime de chaque famille à la Première Guerre explique-t-elle le poids de la mémoire ? Pour quelles autres raisons le souvenir de cette guerre marque-t-il tant les Français ?

Bruno Cabanes : Oui, effectivement, la dimension familiale de la Grande Guerre a joué un rôle important pour la transmission de la mémoire du conflit. Mais il faut apporter une nuance, toutefois. La transmission de la mémoire s’est faite moins aisément, globalement, entre la génération des survivants et leurs enfants, qu’entre les survivants et leurs petits enfants. Dans un premier temps a prévalu le silence des témoins, même au sein des familles. C’est assez récemment, depuis une vingtaine d’années, qu’ont été exhumés les souvenirs familiaux de la Grande Guerre, lettres, casques, médailles, etc. Lorsque je travaillais sur ma thèse, il y a quinze ans, les correspondances de soldats publiées étaient peu nombreuses, à l’exception naturellement de combattants célèbres. On en compte maintenant des centaines, dont beaucoup de correspondances de parfaits inconnus, publiées à compte d’auteur. C’est aussi une caractéristique fascinante de la mémoire de la Grande Guerre : une mémoire des humbles, une mémoire locale, une mémoire exhumée de l’intimité des familles. Avec d’ailleurs, des mémoires spécifiques de plus en plus présentes : la mémoire des fusillés, la mémoire des soldats coloniaux, la mémoire des malgré nous alsaciens qui combattaient dans l’armée allemande…

De quels moyens les Français disposent-ils pour préserver cette mémoire collective?

Bruno Cabanes : Les passionnés de la Grande Guerre sont de plus en plus nombreux, les musées consacrés à 1914-1918 de plus en plus visités - notamment l’historial de la Grande Guerre de Péronne, qui marque vraiment un tournant de la muséographie, le mémorial de Verdun, particulièrement émouvant, en cours de restauration, ou le tout récent musée de la Grande Guerre de Meaux. En fait, avec les sites internet, les associations locales, les visites de champs de bataille, la mémoire collective de la Grande Guerre n’a jamais été autant entretenue. Pourtant, il ne s’agit pas seulement de mémoire, ou de garder précieusement les traces de la Grande Guerre. Ce qui frappe aussi, c’est l’abondance, la diversité et l’extraordinaire créativité des travaux des historiens, et aussi de beaucoup de jeunes historiens, sur la Première Guerre mondiale. Depuis un peu plus de vingt ans, ce champ de recherche est sans doute l’un des plus dynamiques en France comme à l’étranger : on travaille de plus en plus sur les origines lointaines de la violence de guerre de la Première Guerre mondiale et sur ses prolongements bien au-delà de 1919, sur des thématiques nouvelles comme l’histoire du corps et des sensibilités, l’histoire des femmes, l’histoire de l’environnement, l’histoire des relations d’autorité au sein des armées, l’histoire de la psychiatrie de guerre, avec des sources nouvelles comme les dessins d’enfants, les correspondances de guerre ou la photographie. La Première Guerre mondiale a tout simplement changé de visage. Grâce aux travaux des historiens, on se rend de mieux en mieux compte combien elle a marqué l’histoire du vingtième siècle, et combien la Grande Guerre a été une guerre totale.

Existe-t-il en France une mémoire collective spécifique de la Première Guerre mondiale ? Et qu’en est-il des autres pays belligérants de 1914-1918 ?

Bruno Cabanes : Il y a effectivement une mémoire spécifique de la Grande Guerre dans chaque pays, liée à l’importance des pertes (le poids des morts sur les vivants), à l’inscription de la guerre dans les paysages et à l’issue du conflit : victoire ou défaite. Les années 1920 et 1930 ont été cruciales de ce point de vue, avec l’instrumentalisation des “morts à la guerre” par le régime nazi ou dans l’Italie fasciste par exemple, ou l’oubli de la Grande Guerre en Russie. Dans d’autres pays, l’épreuve de la Grande Guerre marque une sorte d’accès à un statut international, c’est le cas de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande pour qui les grandes batailles du front occidental ou la bataille de Gallipoli sont des “baptèmes du feu”. À l’inverse, aux Etats-Unis, le véritable tournant, c’est la Seconde Guerre mondiale, même si je constate chaque année l’intérêt passionné de mes étudiants de Yale pour la Grande Guerre. Sur la place centrale de l’Université se trouve le monument aux morts de la Première Guerre mondiale, avec les noms des grandes batailles. En France, la Grande Guerre occupe vraiment une place à part, distincte des autres catastrophes collectives que le pays a traversées au Vingtième siècle. Le discours solennel prononcé par le Président de la République aujourd’hui montre bien qu’au-delà du caractère particulier du Centenaire, la Première Guerre mondiale n’est pas un conflit comme les autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (73)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lennart
- 08/11/2013 - 04:48
Et toi isga
que fais tu pour ton pays ?

2bout
- 07/11/2013 - 21:33
Pujadas, exceptionnel !
Qui a regardé "plus belle la vie" à 20 h sur France2 ? Personne ?
Il y avait un reportage sur le centenaire de la guerre de 14-18. (2013-1914 = 100 selon nos officiels. Bref.)
A l'issu de ce reportage, le "fayot en chef" nommé Pujadas a ajouté avant de faire une transition vers un autre sujet : "A noter, les deux grands-pères de François Hollande étaient des poilus." ! ! !

Equilibre
- 07/11/2013 - 20:29
@saintu
Je n'ai jamais douté de la consanguinité de certaines de nos têtes couronnées. C'était pour eux un moyen de sceller des alliances, en espérant de ne pas se faire attaquer par un royaume devenu "ami".
C'est plus le niveau où ils avaient été atteints par la consanguinité qui m'interpelle.
Parce que bon, nièce, grand-père, cela peut faire loin...
.
Tout à fait d'accord sinon. Tout ceci se passait en famille "élargie".