En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 2 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 3 heures 33 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 4 heures 25 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 10 heures 20 min
décryptage > High-tech
Intrusion malveillante et vol de données

Comment protéger votre smartphone d’un piratage à la Jeff Bezos

il y a 10 heures 57 min
pépites > Santé
Lutte planétaire
Coronavirus chinois : l’OMS indique qu’il est "trop tôt" pour déclarer une urgence internationale et qu’il n’y a aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 1 heure 43 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 2 heures 50 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 3 heures 50 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 10 heures 1 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Santé
Impact

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

il y a 11 heures 12 min
light > Science
Images rares
Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes
il y a 22 heures 27 min
De gré à gré

Les grandes banques mondiales ont-elles réussi le (vrai) casse du siècle en manipulant les taux de change ?

Publié le 05 novembre 2013
Avec
Barclays, RBS, Citigroup, JP Morgan, UBS, HSBC, Deutsche Bank : toutes ces banques ont pour point commun d'être visées par différentes enquêtes portant sur de possibles manipulations sur le marché des changes. Des opérations discrètes qui durent 15 à 30 minutes par jour.
Joseph Leddet est économiste et consultant financier indépendant. Il intervient par ailleurs régulièrement dans les médias (presse écrite, radios, télévisions…), et il publie le bimensuel la "Gazette des Changes" depuis une douzaine d’années.Eric...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Leddet est économiste et consultant financier indépendant. Il intervient par ailleurs régulièrement dans les médias (presse écrite, radios, télévisions…), et il publie le bimensuel la "Gazette des Changes" depuis une douzaine d’années.Eric...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barclays, RBS, Citigroup, JP Morgan, UBS, HSBC, Deutsche Bank : toutes ces banques ont pour point commun d'être visées par différentes enquêtes portant sur de possibles manipulations sur le marché des changes. Des opérations discrètes qui durent 15 à 30 minutes par jour.
Avec

Atlantico : L’affaire du marché du Forex touche sept banques internationales dans plusieurs pays européens, Hong Kong et les Etats-Unis, soupçonnées de malversations sur le marché du Forex depuis plusieurs années. Qu'est-ce qui leur est concrètement reproché ? Des banques européennes et françaises pourraient-elles également être impliquées ?

Joseph Leddet : Cette affaire touche en premier lieu le Royaume-Uni mais aussi Hong Kong, les États-Unis et la Suisse. Il faut en effet savoir que Londres est la principale place du marché des changes avec environ 40% des échanges mondiaux qui représentent au total près de 5 300 milliards de dollars par jour. Toutes les demi-heures, un fixing est réalisé, permettant de donner une photographie à un instant « T » des parités entre les 21 principaux couples de devises mondiales. Ces taux servent ensuite pour d’autres opérations boursières, notamment de valorisation de portefeuille. Or, ces références s’établissent entre les cambistes de quelques banques internationales. Des manipulations auraient donc eu lieu au moment de ces fixings. Mais a priori, il n’y aurait pas de banques françaises parmi les grands établissements qui participent à ce fixing.

Eric Lamarque : Il semble que les faits aient débuté en 2007/2008, soit au même moment que les manipulations sur le Libor. L’accumulation de ces affaires donne le sentiment que cette période restera vraiment celle d’une fuite en avant, d’une perte évidente de repères et d’un sentiment d’impunité. C’est aussi la période où les profits des banques étaient les plus affectés par la crise. Les traders, pour maintenir leurs revenus et leurs bonus, étaient donc prêts à tous pour s’assurer des gains toujours confortables malgré le contexte. Quant au montant de cette manipulation il est quasi impossible d’en donner une évaluation crédible tout simplement parce qu’il est quasi impossible de dire aujourd’hui quels taux de change nous aurions eu en l’absence de manipulation.

Quel peut être son impact et ses conséquences sur le reste de l’économie ? Cette nouvelle affaire pourrait-elle s'avérer être le vrai casse bancaire de ce début du siècle ?

Joseph Leddet : Cette affaire aura finalement un impact très minime à mon avis, car les cours des changes ne sont en fait que très légèrement déformés au profit des banques intervenantes dans ce fixing. Par ailleurs, ces ententes ne peuvent en général durer qu’un quart d’heure ou une demi-heure au maximum par jour, au moment du fixing. Car ensuite, le taux ainsi « fixé » ponctuellement, évolue.

L’impact de la manipulation est donc noyé dans les fluctuations des cours. Le marché des changes varie tout le temps, donc la notion de gain ou de perte pour les responsables de cette fraude me semble très relative. Les conséquences sur l’économie sont également limitées car les décalages entre les taux pratiqués et les taux de référence sont permanents sur ce marché de gré à gré. C’est même la règle du jeu. De plus, les gains réalisés par les banques intervenantes ne sont pas significatifs. Ce système leur permettait simplement d’être sûres de réaliser une petite marge sur des opérations quotidiennes.

Eric Lamarque : Il n’y a pas de risque véritable pour l’économie de mon point de vue. Comme je le disais précédemment, c’est l’accumulation de ces scandales qui sape les efforts faits pour améliorer l’image des banques depuis la crise. Dans le domaine de la finance, les amalgames sont rapidement faits et même si l’on ne parle que de sept banques, le public l’assimile à une pratique régulière de tout le secteur.

La réglementation particulièrement souple de ce marché et les montants colossaux qui y sont échangés quotidiennement ont-ils favorisé ces manipulations ?

Joseph Leddet : La réglementation sur le marché du Forex n’est pas si souple que cela. C’est un marché de gré à gré, mais qui obéit à des règles claires fixées par les banques centrales. Le Forex est un des plus vieux marchés financiers, il est donc très contrôlé et surveillé. En ce qui concerne les montants colossaux,  ils auraient dû au contraire empêcher les manipulations.
 

Eric Lamarque : Ce qui favorise surtout la manipulation, c’est quand il y a peu d’acteurs qui contrôlent une grosse partie des transactions. Nous avons alors affaire à un oligopole. Si on regarde le marché des changes, cette situation existe sur des monnaies « secondaires », au sens où les montants et volumes échangés sont beaucoup moins importants que pour l’euro contre le dollar ou le yen contre dollar. Dans ces deux derniers cas, sept acteurs ne peuvent pas à eux seuls influencer les cours. Par contre on a appris que dans certains cas, ils traitaient à eux seuls plus de 50 % des transactions sur certaines monnaies. La manipulation devient alors possible. Il ne s’agit pas d’un problème de réglementation mais plutôt de contrôle. Comme on le voie aujourd’hui il semble que la réglementation voulant que l’on ne s’échange pas d’informations n’ait pas été respectée. Donc la réglementation existe. Ce sont les systèmes de contrôle interne des banques qui n’ont pas permis d’éviter de telles pratiques, et le régulateur des marchés en question n’a pas su les détecter.

Sur le fond, les soupçons portent sur de possibles nouvelles ententes entre les différentes banques mondiales. Mais en quoi cette affaire de manipulation des taux de change se distingue-t-elle du scandale du Libor ? Est-elle plus, ou moins grave ?

Joseph Leddet : Cette affaire repose sur un principe identique à celle du Libor. Elle repose sur un petit groupe de cambistes qui se connaissent entre eux et dont le métier est d’établir tous les jours des prix officiels. Profitant de cette position, ceux-ci s’arrangent pour retourner l’opération à leur avantage afin de réaliser des gains pour leur établissement. Mais si cette malversation dure depuis des années, elle représente peut-être à la fin des gains importants.
 

Eric Lamarque : Nous sommes effectivement dans une logique proche de celle du Libor. Sauf que pour ce dernier la situation d’oligopole est normale puisque sa valeur ne se négocie qu’entre banques. Pour le moment ce n’est pas évident de dire laquelle aura le « coût » le plus important. La logique des deux affaires est identique : arriver à fixer des taux qui limitent votre manque à gagner ou assurent votre bénéfice. La question fondamentale est celle du contrôle des activités de marché et des pratiques des banques de financement et d’investissement qui opèrent sur les marchés financiers. Ce contrôle doit d’abord être le fait des banques elles-mêmes qui ont l’obligation de mettre en place des dispositifs de contrôle interne. Pour avoir étudié ce sujet auprès de nombreux acteurs, on constate les difficultés qu’ils ont à mettre en œuvre un dispositif de contrôle dans ces métiers. La masse des fonds négociés, la complexité des modèles de gestion de ces actifs rendent difficile un contrôle aussi étroit que sur la distribution de crédit. C’est pourtant, pour moi, le principal levier à mobiliser pour limiter l’apparition de tels scandales avant de réfléchir à de nouvelles régulations.

Comment expliquer que de tels agissements puissent encore avoir cours 5 ans après la crise ? Y a-t-il quelque chose de définitivement pourri au royaume bancaire ?

Joseph Leddet : Il est en fait assez probable que ces ententes existent depuis un certain nombre d’années et soient des séquelles du passé. En fait on peut même penser que ces investigations ont été permises par le scandale du Libor. Mais cette affaire ne reflète qu’une légère distorsion du marché des changes, qui demeure, à mon avis un marché difficilement manipulable et fonctionne très bien de façon globale. Les décalages mis en lumière sont en fait permanents dans un marché de gré à gré dans lequel les cours de changes proposés par les établissements bancaires déviennent toujours des taux de référence, puisque c’est comme cela que les banques réalisent leurs marges.

Propos recueillis par Pierre Havez
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Sophile
- 05/11/2013 - 16:28
Mais bien sur
Qu'ils sont là uniquement pour voler tous nos sous dans n'importe quel pays du monde. Voir le nom de ces banquiers et vous saurez où va votre argent. Ce n'est pas difficile, encore faut-il le dire, car tt le monde ne le sait pas encore.
Sophile
- 05/11/2013 - 16:26
@Keith
Le verbe "voire" !!!!??? le verbe "voir", voire est un adverbe.
naejnaej
- 05/11/2013 - 14:14
Que des voleurs et des magouilleurs!!
Mais pas grave, certains demandent qu'il y ai encore moins de règle et encore moins de contrôle.... "Certains" qui travaillent pour les banques(lobbyiste, économiste corrompus etc...) ou "certains" ahuris complètement manipulés...