En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 7 heures 1 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 7 heures 49 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 8 heures 35 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 10 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 10 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 13 heures 46 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 14 heures 24 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 14 heures 47 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 14 heures 49 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 7 heures 25 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 8 heures 12 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 9 heures 27 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 14 heures 48 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 14 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Décès 2.0

Tout ce que les réseaux sociaux ont changé dans notre rapport à la mort

Publié le 02 novembre 2013
Nous sommes tous immortels... sur les réseaux sociaux. En effet, sur ces derniers les profils sont presque impossibles à faire disparaître une fois leur utilisateur décédé, et bien souvent ce sont les proches qui continuent à les alimenter en photos et statuts afin de faire vivre le défunt.
Alain Sauteraud est psychiatre, spécialiste du  deuil et du trouble obsessionnel-compulsif. Il a écrit Comprendre et soigner les troubles obsessionnels compulsifs et Vivre après ta mort, psychologie du deuil, aux éditions Odile Jacob.  Il participe au...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Sautereau Sautereaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Sauteraud est psychiatre, spécialiste du  deuil et du trouble obsessionnel-compulsif. Il a écrit Comprendre et soigner les troubles obsessionnels compulsifs et Vivre après ta mort, psychologie du deuil, aux éditions Odile Jacob.  Il participe au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous sommes tous immortels... sur les réseaux sociaux. En effet, sur ces derniers les profils sont presque impossibles à faire disparaître une fois leur utilisateur décédé, et bien souvent ce sont les proches qui continuent à les alimenter en photos et statuts afin de faire vivre le défunt.

Atlantico : Alors que le nombre de pages Facebook d'utilisateurs décédés s’élèverait à 3 millions, un phénomène nouveau semble se développer : faire « vivre » ces gens en alimentant de photos ou de commentaires leurs profils sur les réseaux sociaux. Cela démontre-t-il un changement de notre rapport à la mort et à la fin de vie ? Cela peut-il empêcher le processus de deuil de se réaliser totalement  ?

Alain Sauteraud : Continuer à faire vivre un mort, par le biais de sites internet qui sont dédiés à un défunt ou par le biais d’une page Facebook, n’est en fait pas très  différent d’une « messe du souvenir » ou encore de se rendre régulièrement sur sa tombe, parfois plusieurs années après le décès. Il s’agit du même processus de deuil qui permet notamment de contourner un élément de la modernité face au deuil : l’éclatement géographique des familles. Ces plateformes permettent ainsi d’écluser la douleur et de la partager avec ceux qui sont loin.

Un album photo dans lequel vous exposez un « bon souvenir », une fête familiale par exemple, est une irruption du vivant au moment où ce dernier ne l’est plus au même titre que l’alimentation d’un profil Facebook. A chaque fois que des outils technologiques apparaissent, le débat est le même : la relation qui en ressort est elle viable, saine ? Lorsque le téléphone est apparu la question s’est posée de savoir s’il était possible d’entretenir une véritable relation entre humains par son biais. Des décennies plus tard, personne ne le conteste. Le rapport au deuil et à la mort ne m’en semble donc pas nécessairement modifié dans le fond, il ne le sont quand dans la forme, dans le support.

Il existe toutefois des déviances qui sont celles de certains sites qui commercialisent des services de messages préparés par la personne de son vivant et qui sont délivrés post-mortem. On se retrouve là avec une irruption d’un contenu inconnu, non contrôlé par les proches, envoyé par le vivant après sa mort mais pensé avant. Ce phénomène peut quant à lui réellement troubler le deuil mais nous ne savons pas encore quelle est son ampleur.

Un phénomène parallèle est celui de la publication sur les réseaux sociaux par les grands malades condamnés ou par leur famille de "posts" sur l’évolution de la maladie et la fin de vie. Comment analyser ce que certains voient comme une « théâtralisation » de la fin de vie ?

Les réseaux sociaux étant par définition la mise à la disposition de beaucoup d’« amis » des informations instantanées, il ne me semble pas vraiment choquant de tenir au courant les gens de l’évolution d’une maladie - sans pour autant que l’on puisse parler de théâtralisation. Reste à savoir si cela relève de l’impudeur ou pas, et la question se pose plus généralement à propos de Facebook et de nombreux autres réseaux sociaux sur tous les autres sujets. Sociologiquement, on répand donc dans un monde virtuel des informations privées – deuil ou pas deuil. Ainsi, si on juge non choquant l’usage de ces réseaux, il n’y a rien de choquant non plus à parler de sa maladie, ou de celle d’un proche, sur ces supports.

L’idée a même été évoquée par certains informaticiens de créer des avatars des morts en concentrant des données les concernant pour recréer leurs personnalités. Essayons-nous de faire ainsi disparaître la mort en recréant nos défunts ?

Je ne connais pas ces recherches mais il ne s’agit là que de l’écriture d’une sorte de biographie. Quand nous essayons de réécrire la vie du Général De Gaulle ou de Napoléon, c’est ce que nous faisons. Nous recréons une histoire, des souvenirs. Encore une fois, que nous utilisions l’outil technologique nouveau pour cela ne me semble pas tellement différent de ce qui se faisait précédemment puisqu’il est clair que cela n’ira pas beaucoup plus loin que cela. Personne ne recréera concrètement un de ses proches par le biais d’un programme informatique aussi sophistiqué soit-il.

Les hommages aux morts ont existé dans toutes les sociétés et à toutes les époques. N’est-ce qu’une version moderne, une version 2.0, de cette tradition qui marque pour beaucoup le début de la civilisation ?

Certainement. Notre époque rend beaucoup plus difficile qu’auparavant la matérialisation du deuil, notamment, comme je le disais, à cause de l’éclatement des familles, les difficultés à se déplacer sur la tombe du proche et la disparition des cortèges funéraires. On peut donc même faire preuve d'un certain optimisme sur la question, chacun peut ainsi vivre son deuil par ce biais là.

Cette utilisation des réseaux sociaux permet-elle de vivre sa fin de vie, ou celle des autres, plus facilement ?

Ceux qui le font doivent nécessairement penser que cela leur fait du bien, sans quoi ils ne le feraient pas. Se pose ensuite la question de savoir qui sont ceux qui nous suivent sur les réseaux sociaux. Exprimer sur Facebook sa souffrance ou ses peurs pour se sentir moins seul, devant un public sélectionné – c'est-à-dire ceux avec qui on a décidé d’être "ami" - me semble assez naturel si on ne peut être entouré physiquement par les siens. Pour les réseaux sociaux comme Twitter, où les followers sont des inconnus, la question est autre… Voulons-nous vraiment exprimer cela devant eux ? Tout est fonction du réseau, du public et de que recherche celui qui poste.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yavekapa
- 01/11/2013 - 12:23
c'est quoi
un réseau "social" ? je me pose la question car suis pas encore mort !
je connais très bien le gouvernement "social" et ses méfaits, puisque la France sera bientôt à vendre pour un prix dérisoire (dernière proposition : le Qatar).
yt75
- 01/11/2013 - 11:32
net identity
ne pas oublier aussi la bataille actuelle autour de la "net identity", en particulier l'aspect "se logger avec mon compte fb, g+, twitter etc", qui pourrait aussi devenir un des services majeurs de fb, gg ou autre.

Par exemple lu un article (je ne le retrouve pas à l'instant), à propos d'une compagnie d'assurance Américaine qui obligeait quasiment ses clients à avoir un compte fb et à l'utiliser pour se logger sur son site. Dans ce cas la compagnie d'assurance sous traite à fb la partie identification/authentification de ses clients.

Et à ce sujet si l'on considère que le fait que cela se termine en deux ou trois monstres n'est pas forcément souhaitable, il serait peut-être temps de considérer les choses un peu sérieusement ...

http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/