En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 7 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 8 heures 14 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 9 heures 54 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 13 heures 39 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 13 heures 59 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 14 heures 40 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 7 heures 58 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 9 heures 4 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 13 heures 2 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 13 heures 52 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 14 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 15 heures 5 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 16 heures 47 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 17 heures 24 min
Bonnes feuilles

Pourquoi les Français accordent tant d'importance au travail tout en souhaitant voir sa place diminuer dans leur vie

Publié le 03 novembre 2013
Avec Yves Clot
De l'orientation professionnelle jusqu'à la retraite, les différentes étapes de la vie au travail sont l'occasion pour les spécialistes en sciences humaines de faire partager leurs réflexions sur le monde du travail. Extrait de "Le bonheur au travail ?" (1/2).
Yves Clot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Clot est professeur titulaire de la chaire de psychologie du travail, Conservatoire national des arts et métiers.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De l'orientation professionnelle jusqu'à la retraite, les différentes étapes de la vie au travail sont l'occasion pour les spécialistes en sciences humaines de faire partager leurs réflexions sur le monde du travail. Extrait de "Le bonheur au travail ?" (1/2).
Avec Yves Clot

La France tient sur la question du travail, en Europe, une place paradoxale. Les Français sont à la fois ceux qui accordent le plus d’importance au travail et ceux qui souhaitent le plus voir la place de celui-ci diminuer dans leur vie. C’est la marque d’une désillusion à la mesure d’une exigence forte et déçue. Malgré le chômage de masse, ils sont plus de 30 % à déclarer vouloir quitter leur entreprise si c’était possible.

Pourtant ils y restent. Mais celles et ceux qui travaillent sont « excédés » – au sens étymologique – par la répétition de situations où le travail n’est « ni fait ni à faire » et, de plus, sans pouvoir le dire avec une chance d’être entendus. Le travail est paradoxalement désorganisé sous l’impact d’organisations fragilisées par un « court-termisme » chronique. De plus en plus de salariés « y laissent leur santé ». Ils peinent à se reconnaître dans ce qu’ils font. Et ce qu’il faut faire malgré tout, parfois à leur corps défendant, n’est justement plus défendable à leurs propres yeux. C’est qu’au travail il ne suffit pas d’être reconnu par quelqu’un, encore faut-il se reconnaître dans quelque chose : une histoire commune, un produit soigné, une technique, un langage, une entreprise respectée, un métier vivant ou encore une carrière méritée. Sans ce « quelque chose », il est difficile d’être quelqu’un au travail. La reconnaissance est faussée quand elle ne reconnaît pas le travail lui-même.

Il est difficile d’y mettre du sien quand on fait régulièrement l’expérience que l’activité se déroule en dehors des règles de l’art ; quand le « bien faire » devient superflu ou méprisé, il n’y a plus de bien-être possible. Se battre pour travailler correctement, coûte que coûte, n’a qu’un temps. Vient le temps du renoncement et celui du ressentiment ou encore celui de la dérision qui n’arrange rien. Alors, « on en fait une maladie », pas toujours certes, mais de plus en plus souvent. On est diminué lorsqu’on ne peut plus, au moins de temps en temps, être fier de ce que l’on fait, faire autorité dans son travail, s’y « retrouver ». Le travail ravalé, la qualité empêchée sont la principale source de fatigue de nos « temps modernes » à nous. Car on est alors actif sans se sentir actif. Poussé à ne plus être ni dans ce qu’on fait ni à ce qu’on fait. Et là, le danger guette aussi bien le corps que l’esprit.

La dégradation de la qualité du travail dépasse maintenant le travail. Elle est devenue non seulement un problème de santé au travail mais une question de santé publique, un problème de qualité de la vie. Les scandales sanitaires, alimentaires, industriels se multiplient. Le travail « ni fait ni à faire » est dans nos assiettes, dans nos médicaments, dans la nature. Il « empoisonne » la vie en dehors du travail.

Le travail soigné n’est donc pas seulement favorable à la santé au travail. En développant le pouvoir d’agir de ceux qui le font sur leur propre travail, on peut « soigner » la santé publique. Il est donc temps de regarder notre travail – ce qu’il peut devenir – comme une solution pour la santé et pas seulement comme un problème..

Quelques chiffres

Conflits d’éthique dans le travail : 36,4 % des actifs occupés estiment qu’ils doivent « parfois, souvent ou toujours faire dans leur travail des choses qu’ils désapprouvent » : vente abusive, réaliser des licenciements, etc. Source : Dares, Drees, enquête « Santé et itinéraire professionnel », 2010.

Concernant la « qualité empêchée », 17,3 % des salariés disent n’avoir que « parfois » ou « jamais » « les moyens de faire un travail de qualité ». Source : Dares, Drees, enquête « Santé et itinéraire professionnel », 2010.

Extrait de "Le bonheur au travail ?", Sophie Prunier-Poulmaire  (Cherche midi éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 04/11/2013 - 01:23
Merci M Clot pour cet article
@la saucisse.......
Parler et écrire à propos du travail sans avoir JAMAIS travaillé ?,
c'est comme écrire des bêtises quand on n'a jamais réfléchi...
(J'ai travaillé 42 ans et vous la saucisse...combien ?)

Le travail alors s'il est nécessaire pour subvenir a nos besoins, et a ceux de la société, ne doit pas se transformer en tourment permanent
la saucisse intello
- 03/11/2013 - 11:28
Comment peut-on..............
Parler et écrire à propos du travail sans avoir JAMAIS travaillé ?