En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 8 sec
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 3 heures 2 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 19 heures 4 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 19 heures 48 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 20 heures 36 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Economie
Vidéo Betbeze

Bourse, le coronavirus est derrière nous

il y a 23 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

il y a 23 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 49 min 51 sec
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 3 heures 25 min
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 19 heures 39 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 21 heures 31 min
décryptage > International
Poker

Les Etats-Unis et "l'art" incertain de la dissuasion nucléaire

il y a 22 heures 45 min
rendez-vous > Culture
Atlantico Lettres
Soif de père
il y a 23 heures 37 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Comment le mauvais traitement médiatique de l’information scientifique pollue le débat sur le glyphosate et menace l’avenir de l’agriculture

il y a 23 heures 51 min
© iStockphoto
Les meilleurs résultats scolaires des aînés seraient dus à des différences en termes d’éducation.
© iStockphoto
Les meilleurs résultats scolaires des aînés seraient dus à des différences en termes d’éducation.
Privilèges

Comment les parents font souvent de leurs aînés de meilleurs élèves à l'école que les cadets

Publié le 24 octobre 2013
D’après une étude des économistes américains V. Joseph Hotz and Juan Pantanow, les meilleurs résultats scolaires des aînés seraient dus à des différences en termes d’éducation de la part des parents.
Marie Duru-Bellat est chercheur à l'Observatoire sociologique du changement et enseigne à Sciences Po. Elle a notamment publié Le mérite contre la Justice (2009, PUF) et Sociologie de l'école (2012, Armand Collin) aux côtés d'Agnès van Zanten.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Duru-Bellat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Duru-Bellat est chercheur à l'Observatoire sociologique du changement et enseigne à Sciences Po. Elle a notamment publié Le mérite contre la Justice (2009, PUF) et Sociologie de l'école (2012, Armand Collin) aux côtés d'Agnès van Zanten.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’après une étude des économistes américains V. Joseph Hotz and Juan Pantanow, les meilleurs résultats scolaires des aînés seraient dus à des différences en termes d’éducation de la part des parents.

Atlantico : Le rôle de l’éducation différenciée entre aînés et suivants dans les résultats des enfants mis en lumière par cette étude est-il un enseignement nouveau ?

Marie Duru Bellat : Non il s’agit d’un effet classique du rang de naissance que l’on observe en France depuis au moins 30 ans ! Mais l’étude, même si elle ne porte que sur les familles d’au plus 4 enfants, ne peut contrôler totalement, quelles que soient les sophistications statistiques, l’effet de la taille de la famille (être de rang 3, c’est toujours être membre d’une famille assez nombreuse). On y lit d’ailleurs que  l’aîné d’une famille de quatre réussit par exemple moins bien que le 2nd d’une famille de deux enfants ; en effet, le nombre d’enfants, et la difficulté d’éduquer une famille nombreuse, influe sur les résultats scolaires, sachant de plus que ces familles nombreuses sont plus répandues dans les milieux socioéconomiques défavorisés. Or cette étude (à l’instar de bien des études américaines) ne prend pas compte de l’origine socio-économique de la famille.  Cette caractéristique est pourtant bien plus importante : la réussite des enfants dépend beaucoup plus de la situation professionnelle des parents et du niveau d’éducation qui l’accompagne que de leur rang dans la fratrie.

Est-il statistiquement exact que les aînés présentent en moyenne de meilleurs QI et résultats scolaires que leurs frères et sœurs ? 

Qu’est-ce que mesure vraiment le QI ? Les anglo-saxons l’utilisent volontiers, car ils mettent en avant un certain déterminisme génétique. Mais qui peut croire que les aînés hériteraient de gènes leur permettant de mieux réussir à l’école telle qu’elle se présente aujourd’hui ? C’est bien évidemment absurde. Certes, on peut faire l’hypothèse que les potentiels diffèrent entre les enfants mais dès leur première heure, leur développement cognitif se fait dans un milieu social particulier, plus ou moins stimulant et donc ce qui serait une intelligence innée et héréditaire reste une notion abstraite et inobservable. Les résultats d’un enfant dépendent de fait de tous les outils cognitifs qu’il a appris à développer avec des parents plus ou moins formateurs, notamment selon leur niveau personnel d’éducation. Tous les apprentissages sont sociaux, et de multiples travaux de psychologues montrent que les stimulations et les manières d’élever un enfant sont différentes et plus ou moins efficaces  selon les milieux (je me permets de renvoyer à l’ouvrage que j’ai coédité avec M.Fournier : L’intelligence de l’enfant ; l’empreinte du social, Sciences Humaines éditions, 2004).

Par conséquent, s’il est vrai que l’on observe des différences de compétences très tôt, celles-ci s’expliquent d’abord selon les milieux sociaux et secondairement en fonction du rang de naissance. Car on n’élève pas les enfants de la même manière selon qu’il soit le premier ou le Nième.

Hotz et Pantanow soutiennent justement l’idée que ces différences sont liées à une éducation plus souple des parents pour les enfants suivants. Que faut-il en penser ? Quelles autres théories permettent d’expliquer ce phénomène ?

Ce n’est pas nouveau. Si vous lisez les grands textes de la sociologie de la famille depuis 20 ans, leurs auteurs ont démontré que les valeurs éducatives des parents et la façon dont ils s’occupent de leurs enfants varient selon le rang de naissance. Dans quel sens ? Avec un aîné, ils mettent en avant des valeurs d’efficacité, de réussite et de dynamisme. Ils sont donc plus exigeants avec ceux-ci qu’avec les derniers, pour lesquels ils sont plus tolérants et prônent des valeurs sociales, d’intégration, de générosité, de créativité. Selon le rang de naissance, ce n’est pas le même enfant que l’on veut élever et les pratiques éducatives changent en fonction ! L’assertivité se cristallise souvent sur l’aîné, qui doit symboliser la réussite, alors que l’on devient plus cool avec les suivants, en se disant souvent qu’ils "réussiront différemment"

Les benjamins profitent-ils de règles éducatives moins strictes que leurs aînés ? Qu'est-ce qui poussent les parents à agir de la sorte ?

Souvent avec le premier, les parents "mettent le paquet" mais se donnent ensuite moins de mal car ils se rendent parfois compte qu’ils ont été trop dur avec leur aîné. Certains échecs les amènent donc parfois à modifier leur pratiques éducatives avec les suivants pour lesquels ils mettront en avant d’autres qualités, comme la socialisation ou la souplesse, nécessaires dans une famille nombreuse. 

La notion de stratégie éducative développée dans l’étude, selon laquelle les parents seraient intentionnellement plus sévères avec les aînés pour que les suivants en soit également impactés, me parait beaucoup trop rationalisée. A mon avis, il s’agit plutôt d’ajustement de la part des parents qui apprennent de leurs erreurs. En particulier dans nos sociétés où l’on pousse précocement les enfants pour se rendre compte ensuite que leur réussite dépend de bien d’autres aléas incontrôlables.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait jamais d’ajustement entre les pratiques parentales, d’un aîné à un enfant plus jeune. Par exemple, alors qu’on observe des différences d’objectifs éducatifs entre les garçons et les filles, en cas d’échec d’un aîné garçon, il arrive que les objectifs ambitieux qu’on avait pour lui se reportent souvent sur la/les filles plus jeunes, qui jouent alors le rôle de "garçons de substitution",  poussées dans des filières masculines pour compenser…

Ces résultats  peuvent paraître contre-intuitifs dans le sens où l’on pourrait penser que les conditions matérielles et économiques sont meilleures avec le temps et devrait favoriser les enfants suivants. Ne jouent-ils pas un rôle dans la réussite éducative ?

En fait, les conditions matérielles jouent surtout sur l’orientation des enfants dans le secondaire et les études supérieures. Elles interviennent donc souvent assez tardivement, alors qu’en matière de réussite scolaire, ce sont vraiment les premières années qui sont déterminantes. De fait, en France du moins, le niveau d’éducation joue plus que les conditions matérielles dans les résultats scolaires. Celles-ci ne deviennent prépondérantes que si elles sont extrêmes. 

Les aînés, en participant à l’éducation de leurs frères et sœurs, développent-ils leurs capacités d’apprentissages ce qui participerait à leurs bons résultats scolaires ?

Les psychologues ont démontré depuis les années 50 qu’apprendre en groupe peut être positif. On sait par exemple qu’un enfant qui est sur le point d’acquérir quelque chose et doit l’apprendre à quelqu’un d’autre, confirme sa maîtrise de cette chose. Avoir à aider un jeune frère ou une petite sœur joue sans doute favorablement sur la réussite scolaire, mais combien précisément, il est impossible de l’évaluer.

 
Propos recueillis par Pierre Havez
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
2bout
- 24/10/2013 - 14:47
@ Ohlala
Garçons / Filles ? Je ne comprends pas.
Ne jamais oublier qu'un enfant en besoin de connaissances qui n'est pas nourri finit par sombrer. Les classes de niveaux sont donc impératives pour extraire d'une masse quelques exceptions, mais l'on préfère le nivellement, le collectivisme, la médiocrité. Avez-vous déjà assisté à un conseil d'administration d'un Collège ? Les préoccupations des enseignants sont leurs statuts. Reste aux parents qui s'impliquent, la possibilité de "choisir" pour l'éducation de leurs enfants les quelques profs vraiment motivés qui sortent du lot.
ohlala
- 24/10/2013 - 13:30
à 2bout
juste analyse, mais par expérience aujourd'hui on éduque les garçons comme de filles et cela fausse tous, on les déconsidère!

les résultats d'un garçon dépendront des résultats de ses soeurs

d'autre part les professeurs n'aiment pas les enfants qui posent "problèmes", c'est la classe à trois vitesse, les bons qu'on privilégie, les moyens qu'on maintient et les autres qu'on ignore!

on ne privilégie plus le travail de fond qui pourrait élever le niveau général!


2bout
- 24/10/2013 - 10:38
Pardon
déstructurants et non pas destructeurs, d'où la nécessité (en tant qu'externe à l'EN) de s'impliquer dans le fonctionnement de l'école de ses enfants.