En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Malgré une large victoire, la chancelière allemande Angela Merkel a été contrainte de conclure une alliance avec le SPD pour former son gouvernement.
Chroniques germaniques
Quel impact pour l'Europe de l'accouchement difficile de la coalition gouvernementale d'Angela Merkel ?
Publié le 22 octobre 2013
Ayant accepté d'ouvrir les négociations pour former une coalition avec le parti d'Angela Merkel, le SPD entend faire plier la chancelière sur de nombreux sujets qui ont fait le succès de la chancelière, notamment au niveau européen. Une négociation qui risque d'être rendue encore plus complexe par la réforme des traités européens que préparerait madame Merkel.
Henrik Uterwedde est politologue et directeur adjoint de l'Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henrik Uterwedde
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henrik Uterwedde est politologue et directeur adjoint de l'Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ayant accepté d'ouvrir les négociations pour former une coalition avec le parti d'Angela Merkel, le SPD entend faire plier la chancelière sur de nombreux sujets qui ont fait le succès de la chancelière, notamment au niveau européen. Une négociation qui risque d'être rendue encore plus complexe par la réforme des traités européens que préparerait madame Merkel.

Atlantico : Malgré une large victoire, la chancelière allemande Angela Merkel est contrainte de conclure une alliance pour former son gouvernement, son parti n’ayant pas obtenu la majorité absolue. Avec les libéraux sur le banc de touche, c’est vers les sociaux-démocrates du SPD que s’est tournée la chancelière. A quel "prix politique" peut se conclure cette alliance ? Angela Merkel peut-elle, par exemple, céder sur l’instauration du salaire minimum comme réclamé par le SPD ?

Henrik Uterwedde : On est bien en Allemagne, où le clivage « gauche-droite » est plus que modéré… Les positions de la  CDU, centre-droit, et du SPD, centre-gauche, ne sont pas très éloignées, et les partenaires, pragmatiques, ont le sens du compromis. Angela Merkel pourra donc accepter des compromis sans trop d’états d’âme. Elle va certainement concéder l’instauration d’un salaire minimum, qui figure parmi les revendications principales du SPD et constitue pour ce dernier une valeur de symbole. Les négociations seront facilitées par le fait qu’un agenda social s’imposera de toutes façons au nouveau gouvernement : lutte contre l’emploi précaire et les « petites » retraites de misère, investissements dans les infrastructures publiques et dans l’éducation, etc.

Comment le passage d’une alliance avec les libéraux à une nouvelle avec des sociaux-démocrates peut-il modifier la politique de la chancelière au niveau européen ? Sur quel éléments économiques et sociaux ?

La présence du SPD au gouvernement pourrait apporter une tonalité nouvelle, plus compassionnelle au discours européen allemand, ainsi qu’à l’agenda européen de croissance et d’emploi. Rappelons que le candidat SPD avait mis l’accent sur la nécessité d’un « Plan Marshall » afin de promouvoir le développement économique des pays européens périphériques. Cela dit, je ne pense pas que la position allemande changera en profondeur. N’oubliez pas que le SPD a voté la règle d’or en Allemagne, qu’il partage le principe qu’une solidarité vers les pays en difficulté, et qu’il est lui aussi sous la pression des citoyens-contribuables qui sont vigilants sur les engagements financiers du gouvernement fédéral à l’échelle européenne.

Quels effets cette alliance aura-t-elle sur les autres pays européens, notamment la France ?

Une grande coalition CDU/CSU-SPD disposerait d’une légitimité aussi fraîche que large, ce qui renforcera la position de la Chancelière. Sous l’influence du SPD, la tonalité pourrait être un peu plus « accommodante » vis-à-vis des partenaires. Le président Hollande pourrait attendre beaucoup de compréhension mais le nouveau gouvernement allemand attendra aussi la poursuite des réformes et du redressement budgétaire en France.

L’émergence du parti anti-européen Alternative für Deutschland, pour lequel ont voté plus de deux millions d’Allemands, peut-il gêner le travail de la coalition qui se dessine sur les questions européennes ?

Ce mouvement témoigne de l’existence d’un courant eurosceptique en Allemagne, jusqu’alors limité dans son expression politique qui pourrait se cristalliser dans l’AfD. Le gouvernement devra en tenir compte : d’abord en  expliquant davantage le sens de sa politique européenne, ainsi que les avantages de l’union monétaire ; mais aussi en se montrant très prudent quand il s’agira d’engager de nouvelles ressources financières.

Angela Merkel préparerait selon Der Spiegel (voir ici) une nouvelle modification des traités européens, donnant notamment de plus forts pouvoirs à la Commission européenne pour faire respecter les engagements budgétaires et mettant en place un système "à l'allemande" pour favoriser export plutôt que la demande intérieure. Ces mesures sont-elles compatibles avec la nouvelle coalition ? Ces objectifs sont-ils réalisables politiquement ?

Il est trop tôt pour le dire. Pour l’instant, le gouvernement fédéral pointe les limites des traités européens actuels et renvoie à la nécessité de les modifier si l’on veut aller plus loin dans l’union bancaire ou dans la gouvernance effective de la zone euro. Mais il sait aussi que c’est politiquement très compliqué. En ce qui concerne le modèle économique, je ne pense pas que l’Allemagne veuille « imposer » son modèle de croissance par les exportations. Par ailleurs, ce modèle est en train de s’équilibrer un peu, la reprise allemande étant portée davantage par la demande intérieure, et la nouvelle politique sociale et d’investissements publics va conforter cette voie. Cela dit, le gouvernement allemand rappellera aussi les vertus d’une politique de l’offre et de la compétitivité dans les pays européens, sans laquelle tout soutien de la demande risquerait de tomber à l’eau.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
05.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 23/10/2013 - 18:55
UMPS == CDU / SPD ?
Voilà la droite qui gagne, la Droite du centre !


Puisse Merkel servir d'exemple à la droite française !
Satan
- 22/10/2013 - 22:44
J'ai entendu dans les médias que l'allemagne
c'était magnifique, que c'était le paradis et que tout le monde roullait en porshe? Pourtant Angela elle fait la grimace, c'est bizarre? On m'aurait menti?
texarkana
- 22/10/2013 - 16:44
victoire merkelienne à la Pyrrhus
Il fallait les voir, nos médias, qui parlaient d'une victoire "historique" (ben mon cococ!) de la CDU. En fin de compte, cette dernière n'a qu'une majorité relative et ne pourra gouverner sans les socio démocrates. Pour moi, ce n'est pas une victoire, mais un échec, même s'il n'est que relatif.