En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Le camps des saints
La France malade de ces grands démocrates qui oublient la loi de la majorité quand elle ne leur convient plus
Publié le 27 octobre 2013
Avec
Dans l'affaire Leonarda, Harlem Désir, Claude Bartolone ou encore Jean-Vincent Placé ont fustigé la politique de Manuel Valls alors même qu'une écrasante majorité des Français sont en accord avec celle-ci. Un terrorisme de la bien-pensance qui finit par menacer la démocratie.
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), et de Qui choisir (First editions, 2012). Son nouvel essai, Je suis venu te dire que je m'en vais, paraît aux éditions Michalon le 7 novembre....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), et de Qui choisir (First editions, 2012). Son nouvel essai, Je suis venu te dire que je m'en vais, paraît aux éditions Michalon le 7 novembre....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'affaire Leonarda, Harlem Désir, Claude Bartolone ou encore Jean-Vincent Placé ont fustigé la politique de Manuel Valls alors même qu'une écrasante majorité des Français sont en accord avec celle-ci. Un terrorisme de la bien-pensance qui finit par menacer la démocratie.
Avec

Atlantico : Dans l'affaire Leonarda, Harlem Désir, Claude Bartolone ou encore Jean-Vincent Placé ont fustigé la politique de Manuel Valls et de François Hollande. "Il y a la loi. Mais il y a aussi des valeurs avec lesquelles la Gauche ne saurait transiger. Sous peine de perdre son âme" a écrit le président de l'Assemblée nationale sur Twitter tandis que le sénateur écologiste a carrément appelé les lycéens à poursuivre les manifestations. Pourtant, une écrasante majorité de Français sont en accord avec la politique du ministre de l'Intérieur. Ces élus sont-ils encore capables d'accepter la loi de la majorité ?

André Bercoff : Pendant que Bartolone, Placé et Désir protestent, l’écrasante majorité des députés socialistes demandent éperdument à Manuel Valls de les épauler pour leur campagne municipale. Par ailleurs, s’il faut placer les valeurs avant la loi, il faut immédiatement donner raison à tous les maires qui refusent, au nom précisément de leurs valeurs,  le mariage pour tous. La conscience n’est ni hémiplégique ni unijambiste, ni relative. Il faut arrêter l’hypocrisie des deux poids et deux mesures.

Les récents propos de François Fillon sur les alliances UMP/FN ont fait couler beaucoup d'encre, tant à droite qu'à gauche, d'aucuns dénonçant des propos infamants et indignes. Si l'on peut être en désaccord avec les déclarations de l'ex Premier ministre, faut-il pour autant laisser s'installer une chape de plomb sur certains tels sujets ?

André Bercoff : Aucune chape de plomb ne peut abolir ou endiguer la liberté d’expression. Le politiquement correct a transformé le débat en chambre sous vide, aseptisée, pasteurisée, où le principe de précaution a remplacé le principe de contradiction. Il y a là, je n’hésite pas à la dire, un fascisme du camp du Bien qui en vaut d’autres. Il faut en finir une fois pour toutes avec le reductio ad hitlerum, cet arbre usé qui cache la forêt des nouveaux totalitarismes. 

Jean François Kahn :  Cette opération de lynchage médiatique est effarante ! On peut dire qu’il a été maladroit, dans le sens ou l’on a probablement pas compris ce qu’il souhaitait nous dire, mais se comporter comme si M. Fillon venait de commettre un crime contre la raison ne se justifie pas.

Doit-on y voir une forme de terrorisme de la bien-pensance ? Cette "dictature du bien" finit-elle  par menacer la démocratie ?

Jean François Kahn : Certaines choses ne peuvent être dîtes, le politiquement correct venant censurer certains champs du discours public.

Lorsqu’ Eva Joly s’est interrogée de la nature militaire du défilé du 14 juillet ou que Georges Frêche a commencé a plaisanter sur l’équipe de France, ils se sont retrouvés face à un torrent d’injures et déchaînements, un peu comme s’ils venaient de réciter Mein Kampf par cœur. On est quelque part dans un système de chasse à la « petite phrase » qui instaure une espèce de censure par lynchage médiatique dès que quelqu’un dépasse « la ligne jaune ».

A l’inverse on note que des expressions extrêmement violentes y échappent totalement, comme lorsque l’on a parlé de « rafle » dans l’affaire Léonarda. Le terme a beau renvoyer à un extrémisme virulent, personne ne s’est offusqué dans Libération ou dans Le Figaro de tels propos. Dans la même veine, Cohn-Bendit n’a pas été particulièrement inquiété d’avoir comparé la rhétorique de M. Valls à l’égard des Roms à celle que tenait les nazis envers les Juifs. On ne peut donc pas tout dire, mais on ne peut s’empêcher de remarquer que dans certains domaines, on a tous les droits.

Cette logique de « guerre » politique, que partagent d’ailleurs tout les partis du FN au Front de Gauche empêche tout argumentaire puisqu’il est interdit sous peine d’oukaze de dire que celui de l’autre camp a possiblement raison sur un thème précis. Dans un tel contexte, le débat démocratique en devient forcément biaisé.

André Bercoff : Elle l’a pratiquement lobotomisée depuis près de trente ans, au nom des fausses valeurs, de l’aveuglement et de la surdité devant le réel. Selon l’expression de Brecht, les gouvernements divers, s’ils n’ont pas tous décidé de changer de peuple, ont totalement négligé, voire méprisé, une partie de celui-ci. Ils la qualifiaient de l’étiquette entre toutes méprisante de « Dupont-la-Joie ». Ils payent aujourd’hui le retour de ce refoulement.

Traduit-elle finalement une vision aristocratique du pouvoir selon laquelle les élites seraient seules à détenir le savoir et la vérité ?

André Bercoff : Elle traduit ce sentiment hélas fort répandu dans les sphères du pouvoir : nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous. Nous sommes vos parents, laissez-nous vous guider, nous qui sommes tellement intelligents et compétents. Au vu des résultats, on peut comprendre que ça ne marche plus.

Cette fracture entre le peuple et les élites se traduit politiquement par une forte poussée du FN. Dans ces conditions, comment le peuple peut-il se réapproprier la démocratie sans forcément se tourner vers les extrêmes ?

André Bercoff : Je pense, hélas, que cela passera par les extrêmes avant de retrouver un équilibre et une santé. Le ras-le-bol est immense mais trop fragmenté pour représenter aujourd’hui l’unité du Tiers Etat en 1788. Mais la nature ayant horreur du vide, nul doute que l’émiettement des protestations et des mécontentements ne trouve un prochain jour son dénominateur commun. Sinon, ce sera le chaos, avec toutes ses béances, ce que personne ne peut souhaiter.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (110)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
2bout
- 28/10/2013 - 18:07
Et pendant que l'on bavasse,
JM Ayrault convoque une réunion à Matignon demain sur l'écotaxe : Encore une belle reculade en vue. Mieux vaut des vieilles charrues bon-enfant que des tracteurs sur les préfectures.
2bout
- 28/10/2013 - 16:46
Le plus révélateur
sera toujours la manière dont on utilise l'insulte, quelque soit le niveau de culture ou d'éducation que l'on possède.
carioca
- 28/10/2013 - 16:13
le problème n'est pas...
... de savoir si on mange moins de porc qu'avant à la cantine, mais simplement que l'on en parle.. il n'y a aucune raison pour que les cantines scolaires, publiques, fassent des menus qui tiennent compte des particularités religieuses