En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 22 min 46 sec
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 3 heures 4 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 5 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 6 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 7 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 9 heures 40 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 10 heures 44 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 2 heures 44 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 3 heures 50 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 6 heures 21 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 6 heures 43 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 11 heures 17 min
© Reuters
L'enfant est devenu roi dans les familles au détriment du couple.
© Reuters
L'enfant est devenu roi dans les familles au détriment du couple.
Sales gosses

Condamné pour une fessée : avons-nous perdu le sens commun par excès de bonnes intentions ?

Publié le 16 octobre 2013
Un habitant de Limoges a été condamné à 500 euros d'amende pour avoir donné une fessée déculottée à son fils de 9 ans.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un habitant de Limoges a été condamné à 500 euros d'amende pour avoir donné une fessée déculottée à son fils de 9 ans.

Comment trouver le juste équilibre entre la sanction des cas avérés de maltraitance et les situations qui relèvent d’un choix d’éducation ? On pourrait évoquer la problématique en partant de l’autre extrémité, tant il est devenu fréquent que des parents expriment leur réelle difficulté à maintenir les cadres éducatifs qu’ils croient justes avec des enfants modernes qui n’ont aucun mal à montrer l’exemple de leurs camarades non-assujettis à la moindre règle.

Oui, les parents tentant de fixer des limites strictes sont minoritaires dans notre paysage social, se sentent coupables et leurs enfants sont marginalisés de par leur bonne éducation. Et l’on a tous fait des compliments, un jour ou un autre, à des parents, pour la bonne tenue de leurs enfants, dans un commerce ou un restaurant, tellement cela est devenu rare. Pour autant, la fessée fesses nues à neuf ans ne se justifie pas, ni à neuf ans, ni à deux ans d’ailleurs, mais il faut bien séparer les deux ingrédients majeurs de cette histoire : la discipline et les fesses nues. Punir ne doit pas humilier et fesser n’est pas forcément faire violence. Si la majorité des Français et les juges n’auraient pas réagi face à une ordinaire fessée comme il en voit chaque jour, la société est devenue extrêmement sensible à tout ce qui pourrait tenir de la perversion à l’égard des enfants. En cela, les fesses nues sont bien une grave erreur de jugement de la part de ce papa aux intentions sans doute éducatives. Mais l’acte, aux yeux du public et dans les faits, est humiliant et renvoie au fétichisme sexuel, à la jouissance éventuelle du bourreau comme de la victime, à un univers qui ne devrait avoir aucun rapport avec l’enfance.

Du dévoiement de la "discussion"

Oui, il faut préférer discuter avec son enfant, surtout avec un enfant de neuf ans, mais il ne faut pas dévoyer le sens de cette discussion comme le font très souvent les enfants et surtout les adolescents d’aujourd’hui. La discussion est souvent vécue comme une occasion pour l’enfant de rallier, à l’usure, le parent à son point de vue. En réalité, la vertu de la discussion est d’amener l’enfant au compromis, donc à la frustration, ce qui est hautement éducatif avec des enfants d’aujourd’hui habitués à vouloir et à avoir, le plus souvent, tout et tout de suite. Mais également, c’est à l’adulte d’avoir le dernier mot et d’imposer sa vision des choses si la discussion s’éternise et que les arguments de l’enfant deviennent de mauvaise foi. ( Si ce sont les arguments de l’adulte qui deviennent de mauvaise foi, c’est une autre histoire Ndlr ). Mais qui n’a pas eu ce sentiment d’épuisement face à la discussion qui traîne des heures et descend dans les basses ? Alors parfois, la fessée tombe. Pour ne pas être humiliante, elle ne doit pas mettre en jeu la force physique très supérieure de l’adulte, elle doit intervenir dans le feu de l’action, être suivie d’un "file dans ta chambre" bien senti et surtout, surtout, ne pas être un moyen récurrent, quotidien, employé à tout bout de champ.

En fait, plus que l’affirmation de la force de l’adulte et la marque de son manque d’argument, elle symbolise la limite, au-delà de laquelle on ne doit pas discuter, la limite du vocabulaire qu’on peut pas utiliser pour parler à son père ou à sa mère, la limite au-delà de laquelle la violence du ton employé ou de l’intensité des décibels ne sont plus acceptables. Et dans ce cas, la fessée n’est nécessaire au mieux qu’une fois dans l’enfance et l’enfant connait la limite pour de bon, mais cela bien avant neuf ans.

Le divorce et la culpabilité

Il y a une alchimie complexe dans nos sociétés modernes, avec ce rapport à trois, père, mère, enfant, avec un affrontement fréquent entre pères et fils, pour savoir qui est le préféré de la belle : la maman. De ces affrontements qui découlent de nos mauvais positionnements les uns par rapport aux autres. L’enfant est le centre du foyer et c’est bien normal, pense-t-on. Non, le couple devrait être le centre du foyer car il est destiné à perdurer par delà les enfants. Ce sont les enfants qui doivent partir, pas les conjoints. Et ces enfants, placés au centre, en position de toute puissance, mobilisant les énergies et les affections de leurs parents, entrent logiquement dans un comportement dominant, préemptant la mère et entrant en conflit avec l’autre dominant, le père, lequel invoque fréquemment cette trop grande symbiose mère/enfant qui se fait à son détriment, comme l’une des causes de la séparation. Comment dès lors, s’étonner que ce garçon mal positionné, en sentiment de supériorité, se permette de tenir tête à son papa ? Mais cela va empirer encore, car une fois la séparation effective, chaque parent, pétri d’un vague sentiment de culpabilité, va s’appliquer à diminuer les contraintes de cet enfant qui "souffre" déjà du divorce, afin de s’adjuger ses faveurs. L’enfant saura d’ailleurs vous dire, papa ou maman, est plus gentil que toi, ou "je ne t’aime plus", si vous tentez de maintenir des cadres éducatifs stricts. Et ce sera encore pire, si vous faites "couple" avec l’enfant en ne lui cachant rien de votre vie d’adulte ou en dormant avec lui au prétexte de le réconforter. La mise en place d’une quelconque autorité va devenir illusoire et la recomposition d’une autre famille difficile.

Ne pas légiférer pour ne pas déresponsabiliser

Bien sûr que l’autorité n’est pas à la mode et elle l’est d’autant moins que l’enfant est petit, fondus que nous sommes devant nos bébés parcourant la cuisine à quatre pattes et ébahis devant ses premiers sourires. Pourtant, c’est à ce moment qu’il faut commencer à apprendre à l’enfant, en couple, père et mère en accord, que tout ne lui est pas dû, faute de le voir à neuf ans affronter son père et entendre le disqualifier, au besoin avec l’aide d’un adulte acquis à sa cause.

Mais c’est surtout l’après qui est préoccupant dans une société où prévaut pourtant cette "loi du père" dont le géniteur vient d’être dépossédé et dont l’enfant aura forcément encore besoin. La médiatisation a montré à la France entière l’incurie supposée de ce papa, comme l’œil de la caméra d’une célèbre émission exhibait l’incurie de la famille à la terre entière. La justice risque d’avoir à se substituer à nouveau au rôle parental, de devoir remplir le rôle de ce père, disqualifié sans doute à vie, si la maman n’arrive pas à elle seule, à remplir les deux rôles parentaux. Il n’existe pas de loi pour interdire la fessée en France, le gouvernement ayant statué sur le fait que la loi existante interdisant les "violences sur mineurs" suffisait. Et c’est tant mieux, il y urgence à ne pas légiférer, à ne pas déposséder les parents de ce qui leur reste en matière d‘autorité, à ne pas imposer la responsabilité de l’action publique en lieu et place de la logique responsabilité des parents. Il y a bien de plus grandes violences faites à nos enfants dans la société moderne qu’une fessée de jeunesse bien sentie quand elle est nécessaire, sinon les plus de quarante ans seraient tous de grands polytraumatisés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ABCD
- 18/10/2013 - 01:06
Mademoiselle la juge...diplômée ENM
@gliocyte
Une fessée fesses nues n’a jamais dissous une famille. Une condamnation pour les mêmes faits a le pouvoir de le faire.
La dernière des rares punitions corporelles dont je me souvienne est une magistrale fessée sur fesses nues subie par ma sœur et moi-même alors âgés respectivement de 6 et 7 ans. En effet nous avions eu l’audace de faire du trampoline tous nus, et mon père, alerté par les rires, n’a pas du tout apprécié, d’où la fessée avant d’avoir eu le temps de se rhabiller.
Autre souvenir: j’étais dans le bureau de C.B., juge d’instruction à Briey (F) et lui demande qui elle a en prison en ce moment. Sa réponse fut : «seulement 3 individus, un fraudeur fiscal, un terroriste, et un pédophile». Elle a ajouté «pour le pédophile, c’est un père de famille qui aurait agressé sexuellement ses propres enfants. Mais je n’en suis pas sûre». Je lui ai répondu: «si la famille était unie avant votre intervention, au moins vous l’aurez désunie, même s’il y a finalement relaxe». Elle est restée coite. Je certifie l’exceptionnelle bêtise de cette garce. Le «terroriste» rencontré plus tard s’avéra avoir été victime de simple homonymie, et le fraudeur fiscal n’a rien eu à payer au final
gliocyte
- 17/10/2013 - 10:19
@adolf1
Mon raisonnement n'est pas vicié mais le vôtre, à mon avis, l'est. Vous étayez votre argumentation sur les fausses allégations d'agressions sexuelles. Si celles-ci existent sachez que la Justice se montre très exigeante en la matière et que bien souvent on peut lui reprocher de "minimiser" et de requalifier les crimes sexuels en délits, voire même de ne pas retenir la plainte. Je suis comme vous, un ardent défenseur de la famille, je n'admets pas que l'Etat s'immisce dans la famille, au travers du gender et autre, mais prendre cet exemple de la fessée déculottée pour défendre la famille n'est pas bien choisi, il va même à l'encontre du but recherché.
ABCD
- 17/10/2013 - 08:57
Le nez horrible des fossoyeurs de la Famille
@gliocyte
Eh bien justement en beaucoup de matières, l'expression "aller au bout du raisonnement" signifie en fait "vicier le raisonnement" et le dénaturer.
Il existe une intrusion tous azimuts des juges dans le domaine familial qui revient à très gravement perturber la société, car il ne vise plus à punir des abus mais bien uniquement à formater l'humanité à la morale présumée idéologiquement "correcte" du juge.
En l'occurrence, en France nous avons la morale à la Peillon qui réfute ouvertement celle du christianisme (entre autres). Les allégations d’attouchements illicites etc. ne sont devenus depuis longtemps qu’un prétexte au formatage forcé et à la destruction catastrophique de familles sur des soupçons et témoignages mal-étayés. La famille est l’ENNEMI objectif. Les faits ne sont pas intéressants en eux-mêmes.