En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 4 heures 24 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 5 heures 21 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 18 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 20 heures 11 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 23 heures 58 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 18 heures 14 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 19 heures 39 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 21 heures 8 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 1 jour 34 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 1 jour 2 heures
Bonnes feuilles

Maisons closes : la cadence infernale des prostituées à la Belle Epoque

Publié le 05 octobre 2013
Sacre du printemps et facéties du pétomane, ménagères en lutte contre la vie chère et sommes colossales englouties dans des bals somptueux… : les quatre vingt-sept notices de ce dictionnaire illustre le monde de la Belle Epoque, rendu fascinant par ses évolutions, ses excès et ses contrastes. Extrait de "La France de la Belle Epoque" (1/2).
Jacqueline Lalouette est professeur d'histoire contemporaine à l'université Lille III.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacqueline Lalouette
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacqueline Lalouette est professeur d'histoire contemporaine à l'université Lille III.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sacre du printemps et facéties du pétomane, ménagères en lutte contre la vie chère et sommes colossales englouties dans des bals somptueux… : les quatre vingt-sept notices de ce dictionnaire illustre le monde de la Belle Epoque, rendu fascinant par ses évolutions, ses excès et ses contrastes. Extrait de "La France de la Belle Epoque" (1/2).

Les maisons de tolérance, communément appelées « maisons closes » - parce que leur porte devait rester fermée et leurs fenêtres constamment obturées - jouaient un rôle important dans la vie urbaine. Alors qu’elles étaient nombreuses sous le Second Empire, leur nombre ne cessa de décliner jusqu’en 1914, au profit des maisons de rendez- vous ; ainsi, Dijon perdit cinq maisons de tolérance entre 1892 et 1902, date à laquelle il n’en n’existait plus que quatre, deux de 1re catégorie et deux de 2e.

Mais il y avait maison et maison. À part la présence de « femmes publiques », il n’existait rien de commun entre les établissements luxueux et les petits « bordels » de dernière catégorie. À Paris, le Chabanais abritait trente-cinq pensionnaires, toutes très stylées, grâce aux leçons de maintien dispensées par la maîtresse ; les richissimes clients étaient reçus dans des chambres décorées à la mode vénitienne, turque, russe, mauresque… Le prince de Galles, futur Édouard VII, y avait ses habitudes dans la « chambre indienne », où siégeait sa « chaise de volupté ». D’autres « bordels » parisiens attiraient aussi une clientèle fortunée, La Fleur blanche, le One Two Two… Dans ce type de maisons, étaient organisés des spectacles consistant en tableaux vivants comme « La visite au sérail », mais aussi en fessées et flagellations ; photographiées, ces séances punitives étaient reproduites sur des cartes postales vendues sous le manteau. En 1906-1907, il existait rue Lepic une maison spécialisée dans les fessées, dont les jeunes femmes étaient recrutées spécialement.

Trois autres maisons possédaient une « salle de torture », équipée de menottes et de colliers de fer. Mais ce bric-à-brac érotique des maisons de luxe ne rend pas compte de la vie quotidienne de la grande majorité des prostituées travaillant en maison. Pour les maisons de tolérance, la Belle Époque correspond à une période de « néoréglementarisme », caractérisée par le contrôle sanitaire des prostituées et l’enfermement de celles qui étaient atteintes d’une maladie vénérienne. Les filles devaient toutes être inscrites sur un registre ad hoc et posséder une carte sanitaire délivrée par le service des moeurs compétent, faute de quoi elles étaient considérées comme des « insoumises ». Certaines étaient isolées. D’autres vivaient dans des maisons closes fonctionnant avec l’accord des autorités municipales, qui y trouvaient un intérêt financier ; ces établissements étaient considérés comme un « mal nécessaire », y compris « par plusieurs moralistes et même par certains membres du clergé », écrivit Victor Marchand, maire de Dijon, en 1892. En principe, seules des femmes pouvaient tenir une maison, mais cette règle n’était pas toujours respectée ; elles n’obtenaient le sésame obligé qu’à la condition de présenter un certificat de moralité et de probité, et, pour les femmes mariées, une autorisation de leur époux.

Dans chaque commune, un règlement, très strict, se rapportait à la prostitution. Celui de Dijon, établi en 1888, comprenait soixante- seize articles répartis en quatre titres : « Des femmes publiques », « Des maisons de tolérance », « Service de santé », « Des filles isolées ». Les fenêtres de tous les établissements dijonnais devaient être garnies de contrevents empêchant de voir ce qui se passait à l’intérieur, la porte fermée et signalée par « une lanterne en verre rouge, portant le numéro très apparent de la maison » ; il était interdit « d’y donner à boire et à manger ». L’arrivée d’une pensionnaire devait être signalée le jour même au commissariat de police par la maîtresse de la maison, qui devait prouver que la nouvelle venue était « reconnue saine » ; la tenancière devait aussi déclarer chaque départ. La municipalité fixait, pour chaque maison, le nombre de femmes publiques admises à y travailler ; celles- ci étaient « logées, nourries, habillées et entretenues aux frais des maîtresse de maisons ». Chaque lundi, elles étaient « visitées à domicile » par un docteur du service de santé, qui recevait un franc, la même somme étant versée au receveur municipal.

En outre, pour chaque visite ordinaire, à laquelle il n’assistait pas, l’agent de police « préposé à la surveillance des moeurs » percevait deux francs également destinés à la caisse municipale. Les femmes reconnues malades étaient envoyées dans une infirmerie spéciale, où on les traitait avec de l’onguent napolitain, des pilules de mercure et d’opium, du nitrate d’argent, du calomel, de l’alun et de la farine de lin. Certaines pensionnaires des maisons closes avaient elles- mêmes choisi d’exercer la prostitution, quelquefois poussées par le chômage : « quand la fabrique débauche, la débauche embauche ». D’autres y avaient été conduites par des entremetteuses, parfois leur propre mère, ou s’y étaient présentées pour prendre un emploi de domestique ou de serveuse qu’un rabatteur avait fait miroiter à leurs yeux. Vers 1900, le sénateur René Bérenger créa une Association contre la répression de la traite des Blanches et pour la préservation de la jeune fille. Il est difficile de savoir qui composait la clientèle de ces lieux, les archives étant généralement muettes sur ce point.

Toutefois, en 1892, le maire de Dijon décrivit les scènes qui se déroulaient régulièrement dans le quartier où étaient regroupées les neuf maisons de tolérance existant alors ; les soldats s’y rendaient « par groupes de quarante ou cinquante hommes à la fois, barrant les rues voisines, riant, plaisantant à haute voix, au grand scandale des voisins paisibles et au détriment des jeunes enfants » ; dans ces files d’attente se trouvaient aussi des ouvriers et « des gens de la campagne les jours de marché ». On imagine la cadence à laquelle travaillaient les pensionnaires… À Dijon, le règlement interdisait de recevoir les mineurs, mais, dans certaines villes, les jeunes gens âgés de dixhuit à vingt et un ans étaient admis auprès des femmes publiques, dont la clientèle comptait aussi des commisvoyageurs et des hommes « en ribotte ». Il existait, du moins à Paris, des « bordels d’hommes », par exemple celui qu’un M. Arsène tenait rue d’Aboukir en 1895. L’existence de telles maisons contraste curieusement avec la réprobation absolue qui frappait l’homosexualité masculine, alors que l’homosexualité féminine était tolérée.

Extait de "La France de la Belle Epoque, : Dictionnaire de curiosités", Jacqueline Lalouette, (Editions Tallandier), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DidierB
- 10/10/2013 - 16:21
Des lieux de violences et d'insécurités, repères du crime
L'expérience des maisons closes fut un ÉCHEC en France, même sanitaire, la syphilis continuant à gagner du terrain et les insoumises étaient de plus en plus nombreuses. La plupart des personnes prostituées haïssaient ces lieux où elles étaient maltraitées et où le taulier décidait de tout à leur place.

De plus les bordels favorisaient la traite en lui offrant des débouchés. Ils devinrent les REPÈRES DU CRIME ORGANISÉ, des lieux de violences, de trafics et d'insécurités, de règlements de comptes comme en Espagne (plusieurs attentats à la bombe, en Décembre 2012), ou comme aux Pays bas actuellement « les bordels sont aux mains des mafias étrangères". Louise 50ans de prostitution à Amsterdam (France info, histoire-du-jour, 2013-03-12).

” j'ai vécue [les maisons closes], c'est chose affreux, affreuse, c'est une prison” Marianne, 1990-06-17 journal TV

« j'ai travaillée dans les bordels légaux à Edimbourg, il y avait du trafic d’héroïne en bas, le proprio était brutal, un démon, il insistait pour que l'on n'utilise pas de capotes pour certains de ses clients. Si tu ne le faisais pas tu étais virée. » Fiona Broadfoot survivante
DidierB
- 07/10/2013 - 16:27
Déjà à cette époque, que de l'exploitation
On oublie de signaler qu’à coté des bordels de luxe, sévissaient des cloaques innommables où les prostituées étaient livrées à l’abattage (60 à 80 passes par jour), traitées comme du bétail, parquées sur des grabats immondes, comme le décrit Maupassant dans « la maison Tellier ».
Tous les moyens étaient bons pour que la prostituée ne puisse sortir de ce système : on lui faisait payer ses tenues, sa nourriture, elle vivait ainsi dans un endettement permanent, comme maintenant dans les bordels Allemands où seul 10% de l'argent revient aux prostituées, qui sont pour la plupart des étrangères analphabètes contraintes à la prostitution par leur « famille ». (Sabine Constabel, expert, Allemagne, audience publique au Bundestag le 2013/06/24).

« Quand les michets [les « clients »] (...) trouvent une femelle trop surmenée ou qu’ils en sont las, le propriétaire s’arrange pour que la fille doive à la maison une somme dont elle ne pourra jamais s’acquitter ; cela la fait esclave, alors on la troque dans tous les maquignonnages possibles. Il faut que le bétail aille dans l’étable où il sera plus profitable aux trafiquants. »
Louise Michel, la Commune de Paris et la prostitution.
cpamoi
- 05/10/2013 - 21:04
@isga : désinformation !
Le livre que vous citez comme étant un manuel évoquants des temps bordéliques, est en réalité une oeuvre de Pierre Louÿs, lequel est connu pour ses écrits érotiques, voire pornographiques.