En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 17 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 18 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 9 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 26 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 47 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 44 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 10 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 39 min
© Flickr/Bart Fields
"Ce rapport a pour vocation d’attendrir les Commissaires européens".
© Flickr/Bart Fields
"Ce rapport a pour vocation d’attendrir les Commissaires européens".
Noël en avance

1,7% en 2015, 2% en 2016 et 2017 : Bruxelles risque d'avoir du mal à croire aux prévisions de croissance française

Publié le 02 octobre 2013
Après que SFR a rendu public l'incident ayant entrainé l'annonce d'une "fausse" baisse du chômage, ce sont les prévisions de croissance du gouvernement qui laissent dubitatif.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après que SFR a rendu public l'incident ayant entrainé l'annonce d'une "fausse" baisse du chômage, ce sont les prévisions de croissance du gouvernement qui laissent dubitatif.

Le gouvernement croit-il au père Noël ? Ce n’est pas impossible en regardant les prévisions de croissance et pour les prochaines années qu’il a adressé à la Commission de Bruxelles. En effet, selon le rapport économique et financier établi par le gouvernement, la croissance du produit intérieur brut (PIB) sera de 1,7% en 2015 puis de 2% par an en 2016 et 2017. Toujours optimistes, les autorités françaises ont annoncé que le taux de prélèvements obligatoires diminuera en 2017, à 45,8% du PIB après 46,1% entre 2014 et 2016. Dans les prévisions adressées en avril à Bruxelles dans le cadre du programme de stabilité, les prélèvements obligatoires devaient rester globalement stables, à 46,5% jusqu’en 2016, avant une légère baisse, à 46,3% en 2017. De même, le gouvernement prévoit que les dépenses publiques se contracteront de 3 points de PIB entre 2013 et 2017. Le déficit public serait ramené de 3,6 à 1,2 % de 2013 à 2017.

Ce rapport a pour vocation d’attendrir les Commissaires européens et démontrer que la France est sur la bonne voie. Il n’est pas certain que la Commission de Bruxelles prenne pour argent comptant les prévisions idylliques françaises.

Pour obtenir la réduction du déficit public, le gouvernement fait le pari du retour de la croissance qui permet d’augmenter les recettes en volume tout en diminuant leur poids par rapport au PIB. Cette solution est fréquemment utilisée pour réduire la dérive des comptes ou pour minimiser les impasses. Ainsi, le Conseil d’Orientation des Retraites et la Commission Moreau ont, en matière de retraite, procédé de même en retenant dans les faits un taux de croissance de 2% et un taux de chômage moyen de 7%.

Cette croissance virtuelle permet également au gouvernement de souligner dans le rapport sur le sujet de la réduction du déficit public que « L’effort portera uniquement sur la dépense en deuxième partie de législature ».

Comment le gouvernement peut-il retenir un tel taux de croissance quand la croissance de 2013 devrait être nulle et que celle de 2014 devrait se situer entre 0,6 et 0,9 % ? Ces prévisions sont établies en se fondant sur le niveau de croissance passé et en intégrant un rattrapage économique par rapport aux dernières années. La sortie de la récession de l’Europe du Sud est également prise en compte. La direction de la prévision du ministère de l’Economie repose sur des modèles d’inspiration keynésienne qui valorise le rôle de la consommation et minimise l’impact des prélèvements obligatoires. Une autre analyse est possible. En effet, le sous-investissement des entreprises depuis quatre ans réduit leurs capacités de rebond et de réponse face à une demande extérieure. La France tire peu profit des reprises d’activité à la différence de l’Allemagne. S’il n’y a pas d’amélioration du taux d’emploi et compte tenu des faibles gains de productivité, la croissance potentielle se situe autour de 0,7 %. Cette croissance est celle de l’économie française en dehors de chocs extérieurs positifs ou négatifs. En intégrant la meilleure santé de la zone euro, nous pouvons envisager une croissance de 1 à 1,2 % dans les prochaines années. Or, une telle croissance serait insuffisante pour régler les problèmes de déficit.

Certes pour atteindre un taux de croissance de 2 %, le gouvernement admet qu’il faudra moderniser le marché du travail. Or pour le moment, à l’exception de l’accord interprofessionnel du début de l’année, les mesures prises aboutissent plus à alourdir le coût du travail qu’à fluidifier le marché du travail. De même, le gouvernement attend une reprise de l’investissement mais n’incite guère les entreprises à se projeter dans l’avenir.

La France a obtenu un délai de deux ans pour revenir sous la barre des 3 % de déficit public. En l’état actuel des réformes mises en œuvre, sans coup de pouce du destin, l’objectif apparaît difficilement atteignable sans un nouveau tour de vis fiscal. Avec la série d’échéances électorales à venir, le gouvernement essaie de montrer un visage plus lisse en la matière. Il n’en demeure pas moins que les économies annoncées ne sont pour le moment pas à la hauteur des engagements pris. La question est de savoir si l’Europe et les marchés seront séduits par les talents d’illusionnistes des autorités françaises.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gliocyte
- 03/10/2013 - 09:15
De toute façon
L'UE est une utopie, on en voit chaque jour les effets pervers. Le gouvernement peut raconter n'importe quoi, Bruxelles fronça au plus les sourcils mais ça n'ira jamais plus loin. Même pas digne d'une mauvaise série B. On ne tue pas la poule aux oeufs d'or!!! La France a versé 21 milliards€ en 2010 à l'UE qui lui en a reversé 14 Milliards! 7 Milliards € ont servi au fonds structurel pour payer les fonctionnaires de l'UE qui ne produit rien. 7 milliards pour des fonctionnaires qui prônent des mesures dont ils s'exemptent!
Pour rire (jaune)/ Les frais de voyage, déplacement, hôtel de M Barroso se sont élevés en 2010 à 730 230€, soit 200 j de déplacement sur 230 j ouvrables.
Ouvrez les yeux!
yavekapa
- 03/10/2013 - 00:28
Et
si on demandait à la mère Denis comment elle gérait son budget ?
Firenze
- 02/10/2013 - 21:56
Bruxelles fera semblant d'y croire
comme d'habitude. Que peut-elle faire d'autre ?