En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 12 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 33 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 47 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 43 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 12 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 54 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 58 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 7 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 21 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 44 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 55 min
Faux ennemi

Pourquoi Amazon est loin d’être le seul responsable des difficultés des libraires

Publié le 02 octobre 2013
Le Syndicat de la librairie française (SLF) estime que le site Amazon se livre à un dumping visant à "étrangler" les libraires français, pour relever les prix une fois que toute concurrence aura été écartée.
Guillaume Monteux est le fondateur et président de miLibris, qui depuis 2008 développe une plateforme de distribution et de monétisation de l'information à destination du monde de l'édition et de la presse. miLibris est aujourd'hui la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Monteux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Monteux est le fondateur et président de miLibris, qui depuis 2008 développe une plateforme de distribution et de monétisation de l'information à destination du monde de l'édition et de la presse. miLibris est aujourd'hui la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Syndicat de la librairie française (SLF) estime que le site Amazon se livre à un dumping visant à "étrangler" les libraires français, pour relever les prix une fois que toute concurrence aura été écartée.

Atlantico : Le Syndicat de la librairie française (SLF) estime "qu’en cumulant la gratuité des frais de port, sans minimum d'achat, pour l'achat des livres sur son site, et un rabais systématique de 5%, Amazon finance une politique de dumping visant à étrangler ses concurrents, à contourner le prix unique du livre et à bâtir un monopole qui lui permettra dans quelques années d'imposer ses conditions aux éditeurs et de relever ses prix." Le site Amazon est-il effectivement en train de pratiquer une politique de dumping ?

Guillaume Monteux : Le prix unique du livre est défini par les éditeurs. Lorsque l’on parle de dumping ou de variations de prix, la variation s’opère autour d’un référent fixé par l’éditeur. Offrir des frais de port et une remise de 5% sur un livre d’environ 20 euros reste marginal. Ce que fait Amazon est plutôt en faveur des lecteurs. Les marchandises, que ce soit la musique, la vidéo ou le livre, rentrent dans un schéma de légalité. Moins cher est le livre et plus les gens l’achète. Baisser le prix n’est pas forcément contourner la loi du livre mais il y a un vrai problème de concurrence déloyale entre la librairie et Amazon. Ce problème se situe au niveau de l’évasion fiscale dont est accusé Amazon. Sur un même bien, l’un paye des impôts et des charges mais pas l’autre. Toutes ces grandes sociétés qui ne payent pas leurs impôts créent un phénomène de distorsion et c’est là le vrai problème. Comment la librairie peut résister aux astuces d’Amazon est une vraie question : Amazon n’offre pas les frais de port uniquement pour le livre. Pour ce qui est de la réduction de 5%, tous les sites et les libraires la font.

Le chiffre d’affaires des librairies indépendantes a reculé de 5,4 % entre 2003 et 2010. Ces difficultés sont-elles à mettre uniquement sur le compte d’Amazon ? Les modes de consommation des livres ont-ils changé ?

La part de marché de la librairie indépendante dans le livre global avoisine les 20%. Le marché du livre papier s’est plutôt bien comporté surtout si on compare l’industrie de la musique ou de la vidéo dans la même période. La librairie indépendante n’a pas subi de contre coup particulier d’autant que les attaques de la librairie indépendante viennent d’Amazon mais aussi des supermarchés dont les ventes en libre n’ont fait qu’augmenter. Les libraires affiliés aux maisons d’édition ainsi que les grands groupes n’ont cessé de développer leur librairie.

Ce chiffre est tout à fait honorable si on le compare aux autres produits culturels et face aux efforts marketing impressionnants déployés par les grandes surfaces et les maisons d’édition.

Le SLF avait lancé le site "1001libraires.com" pour faire face au web, cependant après 18 mois d’existence il a fermé en 2012. Quelles sont les raisons de cet échec ?

« 1001libraires.com » est un site dont la vocation était de rapprocher la librairie et les internautes. Le projet n’a pas marché car il a commencé trop tard alors que des sites en ligne puissants comme ceux de la Fnac, Virgin ou Amazon étaient déjà présents. Il n’apportait aucune innovation ni dans l’ergonomie ni dans les fonctionnalités du site. Quand on cherchait un livre c’était très compliqué, on n’avait pas la possibilité de flâner ni d’être conseillé par un libraire. La mauvaise expérience utilisateur, les fonctionnalités réduites, une incapacité à prendre en main l’internaute ont fait de ce site un site lambda dans lequel la dimension des libraires n’était pas mise en avant. Faire un vrai site de vente en ligne de livres coûte cher et parler avec des ingénieurs est compliqué pour le monde du livre. De plus, « 1001libraires » a raté le livre numérique. Il y avait sur le site des aberrations, par exemple deux fiches produit pour un même livre.

L’initiative de créer « 1001libraires » était pourtant bonne mais il fallait laisser des ingénieurs aider au projet. Le livre est une marchandise avant d’être un bien culturel, ce qu’Amazon a très bien compris.

Les librairies physiques se sont-elles suffisamment adaptées aux évolutions du secteur ? Devraient-elles développer de nouveaux services autour de la vente en ligne, ou autres,  pour continuer d’exister ?

C’est toujours compliqué car développer la vente en ligne est une activité en tant que telle avec des compétences et des investissements lourds. Les marges ne sont pas les mêmes puisque la marge pour un libraire qui vend des livres physiques est entre 35 et 40% et pour le numérique, la marge du distributeur a été plafonnée à 30%.

Il est difficile mais indispensable pour une librairie indépendante de se lancer dans le numérique. Il y a une vraie audience sur le net. Celui-ci fait venir aux biens culturels des gens qui s’en sont éloignés. Les lecteurs du numérique ne sont pas ceux du papier. On voit beaucoup de nouveaux lecteurs qui lisent en numérique alors qu’au début du livre électronique, c’était essentiellement les gros lecteurs. Amazon et les grandes enseignes de distribution ont très bien compris cela. La librairie a des choses à dire la toile mais, pour un libraire indépendant, il est difficile d’intéresser un lectorat internet car ce n’est pas son métier.

 Internet n’est ni loyal ni fidèle et dès qu’un site ne plaît plus à l’internaute, ce dernier se tourne vers un autre site. Le SLF doit réfléchir à forger une alternative aux gros libraires pour la librairie indépendante, mais rassemblée.

Aux Etats-Unis, certains observateurs démentent la crise des libraires. L’American Booksellers Association, qui rassemble des professionnels indépendants, enregistre par exemple une hausse du nombre de ses membres. La ville de Nashville, elle, après avoir perdu sa dernière librairie il y a deux ans, en a une toute nouvelle. Les Français devraient-ils s’inspirer de ce qui se fait aux Etats-Unis ?

Il faut se méfier de tirer des généralités à partir d’un exemple concret. Aux Etats-Unis, la librairie indépendante a été ravagée par des gros libraires comme « Borders » et aujourd’hui ces libraires s’insurgent auprès des pouvoirs publics parce qu’Amazon essaye de les tuer. Amazon se comporte de la même manière qu’eux se sont comportés auprès des libraires indépendants. On ne sait pas si la librairie indépendante va remonter aux Etats-Unis ou pas. Il n’ont pas la culture de la librairie indépendante comme nous l’avons en Europe.

Il faut faire une distinction entre la librairie et le libraire. La librairie fait énormément d’erreurs notamment sur les lois de l’internet (faux débat du cumul des frais de port et de la remise de 5%, « 1001libraires », le rapport à Amazon, etc) alors que les libraires sont des personnes exemplaires qui tentent chaque jour de faire partager leur savoir.

 Aux États-Unis, le libraire a un peu disparu et même si la librairie indépendante retrouve quelques couleurs comme à Nashville, je crains que les libraires ne soient écrasés par la vague du numérique qui va commencer par une vague de la vente en ligne du papier. Les libraires doivent trouver des ressources, des moyens et des idées pour revendiquer leur expertise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
isaie
- 05/10/2013 - 10:08
Et le conseil et les recherches?
Je dois dire qu'Amazon est peu fiable déjà si le livre recherché est imprimé à la demande. Cela je l'ai vu pour plusieurs personnes ayant commandé un livre que j'ai fait éditer.
Maintenant, pour écrire ce livre, il a fallu faire des recherches. Amazon en est totalement incapable mais le libraire avec lequel je travaillé a effectuer des recherches importantes qui m'ont permis de me documenter efficacement. Amazon ne le peut pas et ne le fera pas.
Maintenant, mon libraire me consent une remise de 5% après un certain nombre d'achat de livres (6). Je ne vois pas le bénéfice que je tirerais d'acheter mes livres sur Amazon.
VV1792
- 02/10/2013 - 21:38
Completement Ciceron. J'
Completement Ciceron. J' aimais, il y a 20 ans, farfouiller dans les rayons des librairies et trouver les livres qui n' avaient pas cours.. Maintenant il n' n' y a plus le temps, mais surtout, les libraires, il faut bien vivre, ne mettent plus sur le presentoir que ce qui se moule dans le politiquement correct, comme dans les Relay, ou pour acheter le VA, il faut chercher derriere la pile de challenge l' unique exemplaire..
Moralite, car Amazon ne s' emcombre pas de censure, on y va pour acheter les livres qui ne sont plus trouvables en librairie, exception faite, mais cela devient rare, vu la deliquenscence religieuse en France, des librairies religieuses..
ciceron
- 02/10/2013 - 18:53
Pas en raison du port gratuit
ou des taxes ou des rabais........
Juste le livre introuvable dans toutes les librairies, fnac ou autres......
Depuis je n'achète que sur internet et en plus je n'ai pas à me farcir un pédant qui croit en savoir plus que moi............
Et l'ami mich2pains a dit l'essentiel..............