En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 2 heures 17 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 4 heures 9 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 18 heures 27 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 30 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 21 heures 28 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 23 heures 11 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 35 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 2 heures 28 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 3 heures 21 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 19 heures 14 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 21 heures 2 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 49 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 23 heures 24 min
Sex and the Chinese City

Des cours de sexualité pour Chinoises en pleine transition économique

Publié le 15 septembre 2013
L'économie de la Chine change, ses mœurs aussi. Le sexe reprend une place centrale, mais des années d'ignorance ont laissé les jeunes femmes désarmées face aux rapports sexuels.
Jean-Luc Domenach
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Domenach est spécialiste de l'Asie. Il a notamment écrit Comprendre la Chine aujourd'hui (207) ou encore Mao, sa cour et ses complots. Derrière les murs rouges (2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économie de la Chine change, ses mœurs aussi. Le sexe reprend une place centrale, mais des années d'ignorance ont laissé les jeunes femmes désarmées face aux rapports sexuels.

Atlantico : Comment expliquer que les Chinoises en viennent à prendre des cours de sexualité ? Que viennent-elles y apprendre ?

Jean-Luc Domenach : Les Chinoises en sont là car la société chinoise est prude, c'est sans doute une des plus prudes du monde. Les choses ne sont pas dites et les femmes sont dominées. Et bien entendu, ce sont les Chinoises qui en sont les premières victimes. Les jeunes femmes sont les plus tenues par les parents et surtout les mères. Elles interdisent le plus possible les rencontres, la liberté des relations et forcément, cela bloque l'apprentissage et l'expérience. La société chinoise a connu une légère évolution il y a une quinzaine d'années mais elle a été limitée aux milieux libéraux (professeurs, avocats,...). En revanche, chez les cadres du parti ou chez les professions dites "d'autorité", les filles sont tenues durement. La société chinoise est de toute façon globalement très hypocrite quand cela parle de sexe. Elle bride mais autorise des cours de sexualité. La femme vient y apprendre ce qu'on lui a caché pendant des années et qu'elle découvre, souvent mal, une fois marié. Frustrée ou apeurée devant une intimité et des rapports dont elle ignorait l'existence. Le choc est parfois violent. Du coup, ce genre de "cabinets" (et ils fleurissent en ce moment) permet d'aborder les choses facilement et sans trop de tabous pour les préparer à la sexualité. C'est aussi un outil pour moderniser le statut de la femme souvent vu en Chine comme innocente et naïve.

Pour autant, le gouvernement est de plus en plus prêt à lâcher du lest dans ce domaine car finalement, c'est un domaine moins gênant que la politique. Le sexe, l'éducation sexuelle, on peut la cacher, on peut passer sous silence ce genre d'occupation ou justement dire qu'il s'agit d'éducation. Ce n'est pas quelque chose de nouveau, il y a même une littérature officielle à mi-chemin entre l'éducation et la santé en passant par un peu d'éducation sexuelle.

Dans ce "cabinet" qui reçoit des femmes pour les éduquer, on constate qu'il n'y a que des femmes car le problème majeur de la Chine, ce n'est pas la sexualité mais les femmes et la façon dont elles sont - ou pas- considérer.

La vraie révolution de la chine, ça sera quand la femme sera libérée car pour le moment elle a une condition effroyable. Elle est tenue par les mâles mais surtout par sa mère. Les Chinoises doivent sans cesse rendre des compte à leurs mères qui exigent des rapports précis sur ce qu'elles font. Cette situation a atteint un tel niveau que toute une série de femmes brillantes choisissent carrément de faire leur vie sans mariage pour être loin du joug matriarcal. Étant suffisamment riches, elles se payent ensuite des jeunes messieurs pour assouvir leurs envies.

Quel rapport la société chinoise a-t-elle à la sexualité ? Quels en sont les principaux tabous ?

Le problème du sexe remonte à la nuit des temps en Chine. Les gouvernements successifs que ce soit sous le confucianisme ou le communisme ont instauré une pruderie démentielle basée sur le silence, le secret et une discipline excessive. Du coup, le sexe semble inconnu mais dans certains milieux libres ou libérés, il y a une débauche invraisemblable. Les cadres communistes sont de grands débauchés, collectionneurs de maîtresses. Il y en a un récemment qui  a fait son mea culpa public et révélé qu'il avait 57 amantes. On ne se rend pas compte de la folie sexuelle qui règne en paradoxe complet avec la sévérité affichée.

Le tabou chinois, c'est la réjouissance qui existe dans le sexe. Il ne faut surtout pas dire que le sexe c'est bien. Malgré la politique communiste de l'enfant unique mise en place par le régime, le sexe doit être vu comme un instrument pour faire des enfants. Le sexe ne devrait servir qu'à ça, du moins dans le discours officiel. On a beaucoup de mal en Chine avec la notion de plaisir lié aux rapports. La société accepte cependant que les hommes jouissent, mais pour les femmes, c'est loin d'être le cas.

Comment ce rapport a-t-il évolué au cours du temps et sous quelles influences ?

Le sexe a toujours été enfermé et ignoré en Chine. Aujourd'hui, ça change progressivement notamment grâce aux films étrangers qui montrent des scènes d'amour et de sexe. Du coup, il y a une prise de conscience de la population chinoise de ce qui se passe ailleurs. Le tourisme, la présence des étrangers donnent un coup de fouet à la modernité physique. Et puis, il y a l'explosion d'une nouvelle mode, celle des couples mixtes. De plus en plus de femmes chinoises épousent des Occidentaux. Ce n'est pas que le sexe qui les pousse à faire ce genre de choix mais l'attitude générale des hommes chinois. Ils sont peu satisfaisants et leurs attitudes vis-à-vis des femmes ne poussent pas ces dernières à rester. Les étudiants chinois bénéficient pleinement de cette vague de modernité. Pas encore trop influencés, ils vivent normalement leur sexualité et se baladent dans la rue en couple, affichant à la face de la société leur désir.

La situation évolue donc peut-être que le pouvoir se dit qu'il faut essayer de canaliser cette sexualité et faire un effort pour que cela se fasse dans de bonnes conditions d'hygiène. Il y a un effort de récupération dans l'esprit de la santé publique. Pour autant, soyons lucides, on charge aussi ces "docteurs du sexe" de dire que l'amour c'est important et qu'il ne faut pas faire l'amour avec n'importe qui.

L'approche de la sexualité est-elle révélatrice de la modernité d'une société ?

S'assumer en tant qu'être humain pousse ensuite une société à grandir et à s'ouvrir. Les films, les livres, les attitudes, les comportements qui deviennent tolérés montrent bien que la société chinoise grandit. L'idée qui s'infiltre désormais c'est que la liberté sexuelle va de paire avec l'argent et de bonnes conditions d'habitat, modernes et assainies. Et difficile d'avoir ces conditions dans une société peu moderne.  En Chine, les femmes sont persuadées que dans les autres pays développées, la liberté sexuelle est signe de développement social et elles ont donc envie d'aller dans ce sens.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jeffhallen
- 17/09/2013 - 08:58
Ce Monsieur semble être resté
Ce Monsieur semble être resté bloqué à l'époque Mao... citant tout un tas d'exemples qui n'ont plus cours depuis assez longtemps maintenant.
Ravidelacreche
- 15/09/2013 - 12:09
Le sexe reprend une place centrale...
On voit tout de suite que c'est un expert de l'Asie! :o))
mich2pains
- 15/09/2013 - 11:10
DOUX EUPHEMISME !
" La Chine du temps du COMMUNISME (?) avait instauré , en matière de Sexualité , une .........DISCIPLINE....EXCESSIVE " (sic) !
Discipline excéssive , en bon français , se dit : DICTATURE !
Idem pour l'expression tartignole du genre : " A LA GAUCHE DE LA GAUCHE " qui , toujours en bon français , signifie l' EXTREME GAUCHE !
Précisons encore que dire que le COMMUNISME est une DICTATURE constitue un PLEONASME .
Demandez aux cadres actuels du PCF , eux le savent .....