En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Sous les jupes des hommes…

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 5 heures 19 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 37 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 11 heures 6 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 15 heures 3 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 16 heures 18 min
décryptage > International
CCG

Sables mouvants dans le Golfe : le dernier sursaut du Roi Salmane pour la paix

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Environnement
Convergences

Retraites : l’heure de la divagation des luttes a sonné

il y a 18 heures 35 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 6 heures 8 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 7 heures 44 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 10 heures 31 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 11 heures 46 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 14 heures 50 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 15 heures 25 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 17 heures 50 sec
décryptage > Social
Sauver les retraites, oui. Mais lesquelles…?

Mais qui croit encore que la France dispose du meilleur système de retraites au monde ?

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Science
Parker Solar Probe

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

il y a 19 heures 26 min
Bonnes feuilles

L'écrasante responsabilité des partenaires sociaux dans le désamour des Français pour le travail

Publié le 07 septembre 2013
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (1/2).
Jean-Michel Hieaux est vice-président d’Havas Paris. Il a publié aux mêmes éditions Les Nouveaux gladiateurs, essai sur l’entreprise et sa communication (2003).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Hieaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Hieaux est vice-président d’Havas Paris. Il a publié aux mêmes éditions Les Nouveaux gladiateurs, essai sur l’entreprise et sa communication (2003).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (1/2).

Les partenaires sociaux n’ont de partenaires que le nom. On ne s’en étonnera pas, dans ce pays qui dresse les populations les unes contre les autres depuis des siècles, où la lutte des classes, insidieuse sous nos rois, formalisée par l’étonnant Fouché, magnifiée par la Révolution, relancée par Babeuf, exacerbée par les exactions de Barras, n’a jamais cessé d’exister. Tous les riches sont des salauds, les patrons sont riches donc les patrons sont des salauds. Voici le syllogisme qui règle nos relations sociales et qui régit les rapports entre les directions des ressources humaines et les instances représentatives du personnel. Chaque fois qu’une entreprise se voit contrainte de réduire la toile pour faire face à une baisse d’activité ou éviter, avant qu’il ne soit trop tard, une sortie du marché, la guerre est déclarée.

Si la victoire finale appartient presque toujours au patron, c’est quand même lui qui décide, la législation a fourbi les armes pour que les syndicats aient l’avantage dans chacune des batailles. Si bien que les combats s’éternisent et quand ils s’achèvent enfin, il est déjà trop tard. L’entreprise s’est encore fragilisée, souvent trop pour que les repreneurs pressentis, effrayés qui plus est par un climat devenu délétère, aient envie de conclure. Dès qu’un comité de direction envisage une réorganisation débouchant sur ce que l’on appelle pudiquement aujourd’hui un plan de sauvegarde de l’emploi (hier un plan social), la course d’obstacles commence. Elle va donner la migraine aux responsables des ressources humaines et les convaincre une fois encore que prudence est mère de sûreté et que si l’on parle un jour d’envie, ce sera beaucoup plus tard.

Le chemin de croix débute par la convocation du comité d’entreprise (CE), accompagné d’un ordre du jour. Avant la réunion, rien ne doit filtrer, sinon c’est le délit d’entrave assuré et la condamnation par le tribunal. Alors que la direction est réduite au silence, les syndicats, eux, n’hésitent pas à communiquer, même pendant la réunion du CE. Les iPhone et autres BlackBerry sont faits pour cela. Les textos et les mails affluent chez les salariés, parfois directement à la presse, et provoquent dès le début une levée de boucliers. Pendant la réunion du CE, le DRH explique le projet de la direction et livre l’ensemble des arguments qui l’ont inspiré. Il faut l’avis des instances représentatives du personnel (IRP), c’est une obligation légale ; on l’attendra longtemps. Pendant des mois, CE après CE, tract après tract, revendications après revendications, souvent mêlées de débrayages, de référés et d’appels à la grosse caisse des médias, l’affaire traînera.

Durant ces allers-retours, les juristes et les stratèges de l’entreprise rédigent avec la DRH le livre 2 et le livre 1 du plan de sauvegarde. Le premier (le livre 2, allez comprendre pourquoi) expose avec tous les détails possibles les raisons économiques qui ont poussé à prendre une telle disposition. On trouve tout sur le marché : les acteurs du secteur et leurs forces, l’état de l’entreprise et ses faiblesses, les projections sur les prochaines années si rien n’est fait, les scénarios alternatifs et leurs limites. Le second (donc le livre 1, on l’aura compris) expose l’ensemble des mesures d’accompagnement qui seront proposées (départs volontaires, plan de reclassement, primes de déménagement, etc.).

S’ils le souhaitent, les syndicats peuvent demander une contre-expertise du livre 2. Ils en chargent alors un cabinet spécialisé, la plupart du temps recommandé par leur centrale mais… obligatoirement payé par l’entreprise. Quant au livre 1, il fera l’objet de nombreuses négociations qui permettront encore de ralentir le processus. À la fin, le CE finit par « rendre son avis » et l’entreprise en fait ce qu’elle veut. Entre-temps, le climat se sera détérioré, les salariés désinformés en permanence seront totalement démotivés, sinon désespérés, et leur élan cassé. Les RH, si elles ne sont pas épuisées, auront perdu le peu d’optimisme qu’elles avaient peut-être encore sur la nature des rapports humains. Alors l’envie, comme nous le disions, ce sera pour plus tard.

Extrait de "La France en panne d'envie", Jean-Michel Hieaux, (Michalon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

01.

Sous les jupes des hommes…

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aristotic
- 08/09/2013 - 10:29
Partialité quand tu nous tiens !
C'est moi ou derrière la critique des "partenaires sociaux" on ne lit que la critique des syndicats? Le comportement du patronat, lui, est évidemment au-dessus de tout reproche et ne justifie jamais qu'existent ces barrières juridiques !
@prochain: 90% de fonctionnaires chez les syndiqués d'entreprises privées ? On ne mélangerait pas un peu tout, là?
prochain
- 07/09/2013 - 12:33
Partenaires que de nom
Représentativité que de nom...les syndiqués sont fonctionnaires à 90% ce qui explique la "répartition" actuelle.
Poste et revenus garantis à vie (67 ans) pour les Uns le chômage c'est pour les autres. La "représentativité irréfragable" (7% des salariés 90% de fonctionnaires) n'a pas de sens, les syndicats n'ont pas de légitimité à parler au nom des salariés du privé.
Légitimité que de nom en trompe l'oeil. La honte.