En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Tchernobyl, 25 ans après

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 24 min 25 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 53 min 50 sec
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 1 heure 53 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 2 heures 50 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 6 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 22 heures 57 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 32 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 52 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > High-tech
12 cyber-menaces

Nous avons peur que le Coronavirus fasse dérailler les prochaines élections mais personne ne soucie vraiment des cyber-menaces sur la démocratie qui sont pourtant bien plus graves

il y a 41 min 38 sec
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 20 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 18 heures 39 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 10 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 12 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 57 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 1 jour 1 heure
Bonnes feuilles

L'écrasante responsabilité des partenaires sociaux dans le désamour des Français pour le travail

Publié le 07 septembre 2013
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (1/2).
Jean-Michel Hieaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Hieaux est vice-président d’Havas Paris. Il a publié aux mêmes éditions Les Nouveaux gladiateurs, essai sur l’entreprise et sa communication (2003).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (1/2).

Les partenaires sociaux n’ont de partenaires que le nom. On ne s’en étonnera pas, dans ce pays qui dresse les populations les unes contre les autres depuis des siècles, où la lutte des classes, insidieuse sous nos rois, formalisée par l’étonnant Fouché, magnifiée par la Révolution, relancée par Babeuf, exacerbée par les exactions de Barras, n’a jamais cessé d’exister. Tous les riches sont des salauds, les patrons sont riches donc les patrons sont des salauds. Voici le syllogisme qui règle nos relations sociales et qui régit les rapports entre les directions des ressources humaines et les instances représentatives du personnel. Chaque fois qu’une entreprise se voit contrainte de réduire la toile pour faire face à une baisse d’activité ou éviter, avant qu’il ne soit trop tard, une sortie du marché, la guerre est déclarée.

Si la victoire finale appartient presque toujours au patron, c’est quand même lui qui décide, la législation a fourbi les armes pour que les syndicats aient l’avantage dans chacune des batailles. Si bien que les combats s’éternisent et quand ils s’achèvent enfin, il est déjà trop tard. L’entreprise s’est encore fragilisée, souvent trop pour que les repreneurs pressentis, effrayés qui plus est par un climat devenu délétère, aient envie de conclure. Dès qu’un comité de direction envisage une réorganisation débouchant sur ce que l’on appelle pudiquement aujourd’hui un plan de sauvegarde de l’emploi (hier un plan social), la course d’obstacles commence. Elle va donner la migraine aux responsables des ressources humaines et les convaincre une fois encore que prudence est mère de sûreté et que si l’on parle un jour d’envie, ce sera beaucoup plus tard.

Le chemin de croix débute par la convocation du comité d’entreprise (CE), accompagné d’un ordre du jour. Avant la réunion, rien ne doit filtrer, sinon c’est le délit d’entrave assuré et la condamnation par le tribunal. Alors que la direction est réduite au silence, les syndicats, eux, n’hésitent pas à communiquer, même pendant la réunion du CE. Les iPhone et autres BlackBerry sont faits pour cela. Les textos et les mails affluent chez les salariés, parfois directement à la presse, et provoquent dès le début une levée de boucliers. Pendant la réunion du CE, le DRH explique le projet de la direction et livre l’ensemble des arguments qui l’ont inspiré. Il faut l’avis des instances représentatives du personnel (IRP), c’est une obligation légale ; on l’attendra longtemps. Pendant des mois, CE après CE, tract après tract, revendications après revendications, souvent mêlées de débrayages, de référés et d’appels à la grosse caisse des médias, l’affaire traînera.

Durant ces allers-retours, les juristes et les stratèges de l’entreprise rédigent avec la DRH le livre 2 et le livre 1 du plan de sauvegarde. Le premier (le livre 2, allez comprendre pourquoi) expose avec tous les détails possibles les raisons économiques qui ont poussé à prendre une telle disposition. On trouve tout sur le marché : les acteurs du secteur et leurs forces, l’état de l’entreprise et ses faiblesses, les projections sur les prochaines années si rien n’est fait, les scénarios alternatifs et leurs limites. Le second (donc le livre 1, on l’aura compris) expose l’ensemble des mesures d’accompagnement qui seront proposées (départs volontaires, plan de reclassement, primes de déménagement, etc.).

S’ils le souhaitent, les syndicats peuvent demander une contre-expertise du livre 2. Ils en chargent alors un cabinet spécialisé, la plupart du temps recommandé par leur centrale mais… obligatoirement payé par l’entreprise. Quant au livre 1, il fera l’objet de nombreuses négociations qui permettront encore de ralentir le processus. À la fin, le CE finit par « rendre son avis » et l’entreprise en fait ce qu’elle veut. Entre-temps, le climat se sera détérioré, les salariés désinformés en permanence seront totalement démotivés, sinon désespérés, et leur élan cassé. Les RH, si elles ne sont pas épuisées, auront perdu le peu d’optimisme qu’elles avaient peut-être encore sur la nature des rapports humains. Alors l’envie, comme nous le disions, ce sera pour plus tard.

Extrait de "La France en panne d'envie", Jean-Michel Hieaux, (Michalon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aristotic
- 08/09/2013 - 10:29
Partialité quand tu nous tiens !
C'est moi ou derrière la critique des "partenaires sociaux" on ne lit que la critique des syndicats? Le comportement du patronat, lui, est évidemment au-dessus de tout reproche et ne justifie jamais qu'existent ces barrières juridiques !
@prochain: 90% de fonctionnaires chez les syndiqués d'entreprises privées ? On ne mélangerait pas un peu tout, là?
prochain
- 07/09/2013 - 12:33
Partenaires que de nom
Représentativité que de nom...les syndiqués sont fonctionnaires à 90% ce qui explique la "répartition" actuelle.
Poste et revenus garantis à vie (67 ans) pour les Uns le chômage c'est pour les autres. La "représentativité irréfragable" (7% des salariés 90% de fonctionnaires) n'a pas de sens, les syndicats n'ont pas de légitimité à parler au nom des salariés du privé.
Légitimité que de nom en trompe l'oeil. La honte.