En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 1 min 58 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 1 heure 14 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire aurait été assassiné
il y a 1 heure 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 3 heures 42 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 6 heures 41 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 7 heures 19 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 7 heures 45 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 8 heures 44 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 49 min 52 sec
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 1 heure 32 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 2 heures 2 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 4 heures 50 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 6 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 7 heures 21 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 8 heures 28 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 8 heures 48 min
Bonnes feuilles

L'écrasante responsabilité des partenaires sociaux dans le désamour des Français pour le travail

Publié le 07 septembre 2013
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (1/2).
Jean-Michel Hieaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Hieaux est vice-président d’Havas Paris. Il a publié aux mêmes éditions Les Nouveaux gladiateurs, essai sur l’entreprise et sa communication (2003).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (1/2).

Les partenaires sociaux n’ont de partenaires que le nom. On ne s’en étonnera pas, dans ce pays qui dresse les populations les unes contre les autres depuis des siècles, où la lutte des classes, insidieuse sous nos rois, formalisée par l’étonnant Fouché, magnifiée par la Révolution, relancée par Babeuf, exacerbée par les exactions de Barras, n’a jamais cessé d’exister. Tous les riches sont des salauds, les patrons sont riches donc les patrons sont des salauds. Voici le syllogisme qui règle nos relations sociales et qui régit les rapports entre les directions des ressources humaines et les instances représentatives du personnel. Chaque fois qu’une entreprise se voit contrainte de réduire la toile pour faire face à une baisse d’activité ou éviter, avant qu’il ne soit trop tard, une sortie du marché, la guerre est déclarée.

Si la victoire finale appartient presque toujours au patron, c’est quand même lui qui décide, la législation a fourbi les armes pour que les syndicats aient l’avantage dans chacune des batailles. Si bien que les combats s’éternisent et quand ils s’achèvent enfin, il est déjà trop tard. L’entreprise s’est encore fragilisée, souvent trop pour que les repreneurs pressentis, effrayés qui plus est par un climat devenu délétère, aient envie de conclure. Dès qu’un comité de direction envisage une réorganisation débouchant sur ce que l’on appelle pudiquement aujourd’hui un plan de sauvegarde de l’emploi (hier un plan social), la course d’obstacles commence. Elle va donner la migraine aux responsables des ressources humaines et les convaincre une fois encore que prudence est mère de sûreté et que si l’on parle un jour d’envie, ce sera beaucoup plus tard.

Le chemin de croix débute par la convocation du comité d’entreprise (CE), accompagné d’un ordre du jour. Avant la réunion, rien ne doit filtrer, sinon c’est le délit d’entrave assuré et la condamnation par le tribunal. Alors que la direction est réduite au silence, les syndicats, eux, n’hésitent pas à communiquer, même pendant la réunion du CE. Les iPhone et autres BlackBerry sont faits pour cela. Les textos et les mails affluent chez les salariés, parfois directement à la presse, et provoquent dès le début une levée de boucliers. Pendant la réunion du CE, le DRH explique le projet de la direction et livre l’ensemble des arguments qui l’ont inspiré. Il faut l’avis des instances représentatives du personnel (IRP), c’est une obligation légale ; on l’attendra longtemps. Pendant des mois, CE après CE, tract après tract, revendications après revendications, souvent mêlées de débrayages, de référés et d’appels à la grosse caisse des médias, l’affaire traînera.

Durant ces allers-retours, les juristes et les stratèges de l’entreprise rédigent avec la DRH le livre 2 et le livre 1 du plan de sauvegarde. Le premier (le livre 2, allez comprendre pourquoi) expose avec tous les détails possibles les raisons économiques qui ont poussé à prendre une telle disposition. On trouve tout sur le marché : les acteurs du secteur et leurs forces, l’état de l’entreprise et ses faiblesses, les projections sur les prochaines années si rien n’est fait, les scénarios alternatifs et leurs limites. Le second (donc le livre 1, on l’aura compris) expose l’ensemble des mesures d’accompagnement qui seront proposées (départs volontaires, plan de reclassement, primes de déménagement, etc.).

S’ils le souhaitent, les syndicats peuvent demander une contre-expertise du livre 2. Ils en chargent alors un cabinet spécialisé, la plupart du temps recommandé par leur centrale mais… obligatoirement payé par l’entreprise. Quant au livre 1, il fera l’objet de nombreuses négociations qui permettront encore de ralentir le processus. À la fin, le CE finit par « rendre son avis » et l’entreprise en fait ce qu’elle veut. Entre-temps, le climat se sera détérioré, les salariés désinformés en permanence seront totalement démotivés, sinon désespérés, et leur élan cassé. Les RH, si elles ne sont pas épuisées, auront perdu le peu d’optimisme qu’elles avaient peut-être encore sur la nature des rapports humains. Alors l’envie, comme nous le disions, ce sera pour plus tard.

Extrait de "La France en panne d'envie", Jean-Michel Hieaux, (Michalon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aristotic
- 08/09/2013 - 10:29
Partialité quand tu nous tiens !
C'est moi ou derrière la critique des "partenaires sociaux" on ne lit que la critique des syndicats? Le comportement du patronat, lui, est évidemment au-dessus de tout reproche et ne justifie jamais qu'existent ces barrières juridiques !
@prochain: 90% de fonctionnaires chez les syndiqués d'entreprises privées ? On ne mélangerait pas un peu tout, là?
prochain
- 07/09/2013 - 12:33
Partenaires que de nom
Représentativité que de nom...les syndiqués sont fonctionnaires à 90% ce qui explique la "répartition" actuelle.
Poste et revenus garantis à vie (67 ans) pour les Uns le chômage c'est pour les autres. La "représentativité irréfragable" (7% des salariés 90% de fonctionnaires) n'a pas de sens, les syndicats n'ont pas de légitimité à parler au nom des salariés du privé.
Légitimité que de nom en trompe l'oeil. La honte.