En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Jean-Marc Ayrault a annoncé la création d'un "compte-temps pénibilité" dès 2015.
Science infuse
Etat, partenaires sociaux, corps médical... qui est le plus légitime pour définir ce qu'est un métier pénible au 21e siècle ?
Publié le 29 août 2013
Un nouveau dispositif va prendre en compte la pénibilité du travail pour permettre à certains un départ anticipé à la retraite. Mais la notion de pénibilité, bien que définie précisément dans la loi, est sujette à débat.
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Landier est expert indépendant, vice-président de l’Institut international de l’audit social et professeur émérite à l’Académie du travail et de relations sociales (Moscou).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un nouveau dispositif va prendre en compte la pénibilité du travail pour permettre à certains un départ anticipé à la retraite. Mais la notion de pénibilité, bien que définie précisément dans la loi, est sujette à débat.

Atlantico : Le Premier ministre a annoncé la création d'un "compte-temps pénibilité" dès 2015, qui sera basé sur les "dix facteurs de risque" de pénibilité définis par la loi - qui regroupent les contraintes physiques, de rythmes de travail et d'agressivité de l'environnement. Ces critères sont ils de bons indicateurs pour définir ce qu'est un "métier pénible" ?

Hubert Landier : La pénibilité du travail est une réalité qui, pendant longtemps, n’a pas été véritablement été prise en compte. Il ne s’agissait pas de réduire la pénibilité des tâches, mais de la compenser par des primes ou par une réduction de la durée du travail. Sauf exception, l’amélioration des conditions de travail n’a commencé à être un sujet de discussion et de négociation qu’au début des années soixante-dix. C’est à ce moment là qu’a été créée l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail). Mais à l’époque, on s’intéressait surtout aux conditions physiques de travail ; ce n’est que plus tard que l’on a commencé à s’intéresser à ses conditions mentales : charge mentale de travail, risques psychosociaux. Quoi qu’il en soit, la démarche du premier ministre s’inscrit donc dans une continuité.

La position gouvernementale sur la reconnaissance des métiers pénibles est-elle similaire à celle des syndicats, voire des représentants du corps médical s'exprimant sur ce sujet ? Y a-t-il consensus en France sur ce qui est "pénible" au travail ?

Comme tout référentiel, les critères adoptés par le gouvernement sont discutables. Les syndicats souhaitent tout naturellement les étendre alors que le patronat souhaite au contraire les restreindre. Il ne peut pas exister de définition définitive et absolue de la pénibilité. D’une part, une situation vécue comme stressante par l’un sera bien supportée par l’autre. D’autre part, le risque résultant notamment de la manipulation de certaines matières n’apparaît que progressivement ; ceci a été le cas, par exemple, de l’amiante. Compte tenu de l’évolution des techniques, il y en aura d’autres.

Qu'en est-il des autres formes de pénibilité, comme par exemple des temps de trajets très longs, ou une plus grande pression - notamment sur les cadres - en période de crise ? La pénibilité strictement "physique" ne dénote-t-elle pas d'une vision passéiste de ce qui est réellement usant dans le monde du travail ?

Effectivement, la pénibilité physique a laissé place à d’autres formes de pénibilité, et notamment à des formes d’organisation du travail porteuses de risques de stress. Il y a eu au cours de ces dernières années tout un débat sur les risques psychosociaux. Ceux-ci en effet sont liés au travail, mais également à la façon dont l’intéressé les supporte. Une personne en mauvaise santé, qui a des problèmes familiaux, qui doit supporter tous les jours de longs trajets entre son domicile et son lieu de travail, supportera plus difficilement la pression du travail qu’une autre. Le problème est celui d’un équilibre, aujourd’hui souvent difficile, entre les différentes dimensions de la vie de la personne.

Pourquoi la seule prise en compte de la pénibilité au travail passe par la possibilité de pouvoir partir à la retraite plus tôt, au lieu, par exemple, d'envisager un vaste plan pour rendre les emplois moins pénibles ? La pénibilité n'est-elle pas finalement instrumentalisées par les syndicats ou le monde politique pour influer le débat sur les retraites ?

Bien entendu, il est juste que ceux qui ont travaillé toute leur vie dans des conditions pénibles et qui sont usés, comme le montrent les statistiques portant sur l’espérance de vie, puissent accéder à la retraite plus tôt. Mais le débat actuel sur les retraites, indépendamment de la pénibilité du travail, tend à occulter une question de fond : pourquoi les gens sont-ils si pressés de fuir leur travail et de prendre leur retraite le plus tôt possible ? C’est probablement que ce qu’ils font ne les intéresse plus, qu’ils n’y croient plus, que leur travail a cessé d’être une source de développement personnel, qu’il a cessé d’être porteur de sens. Et tant qu’on n’aura pas réfléchi à ce que doivent être les conditions de travail pour que celui-ci soit effectivement une source de satisfaction au lieu d’être seulement un moyen de gagner sa vie, le problème des retraites restera insoluble.

Il y a une histoire qui raconte la situation de trois tailleurs de pierre, sur un chantier sur les bords de la Seine, au Moyen Âge ; un passant demande au premier ce qu’il fait, et celui-ci répond : "je casse une pierre", le second, interrogé à son tour, répond : "je taille un bloc selon des côtes bien précises afin qu’il puisse venir s’insérer dans une structure" ; le dernier enfin, se contente de dire : "je participe à la construction d’une cathédrale". Il y a à notre époque trop de gens qui ont le sentiment de faire un travail pénible et sans intérêt et trop peu qui y voient une source de fierté et une contribution à la vie de la Cité. Ce n’est pas une question de pénibilité, c’est beaucoup plus profond. Et c’est ça le véritable problème.

Propos recueillis par Damien Durand

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Beaumanoir
- 30/08/2013 - 03:29
penibilite et regimes speciaux
Je ne suis pas sur qu' il y ait aujourdhui un lien tres clair... il etait la lors de l' utilisation massive du charbon a la SNCF. Mais maintenant il faudrait tout reviser. On devrait en particulier introduire une classe "danger mortel" c' est beaucoup plus serieux que simple "penibilite"
Le stress du a un travail "penible" est une chose, mettre sa vie en danger (armee, police, pompiers..) en est une autre.
D' autre part il ne faudrait pas mettre le probleme a l' envers.
Bien sur il faut que les gens don't l' esperance de vie est diminuee par leurs conditions de travail puissent arreter plus tot en prenant leur retraite.
Mais le vrai probleme c' est la prevention.
Par exemple quelles sont les professions qui conduisent le plus au suicide??? les professions medicales entre autres????
Ce n' est pas une reforme des retraites qui va regler ce probleme.

quesako
- 29/08/2013 - 21:05
Après les 60 ans, les 35H, la pénibilité sera le coup de grace !
ça va pourrir les relations dans les entreprises et augmenter encore le coût du travail.
- Si on a un métier pénible on demandera une augmentation
- chômeur, si on nous propose un emploi "pénible" on demandera d'avoir le choix de refuser sans être pénalisé
- si on est chef d'entreprise et que l'on ne trouve pas de "français" pour occuper un emploi "pénible" on va faire venir des immigrés
- si on est immigré et que l'on occupe un emploi "pénible", aidé par les syndicats et la gauche, on demandera d'être prioritaire pour la naturalisation !
etc, etc
c'est un pays communiste qui s'installe !
vangog
- 29/08/2013 - 13:34
Les gauchos pour gogos, ont ressorti leur serpent
de mer favori, la pénibilité, qui permet de noyer le poisson des inégalités croissantes entre régimes spéciaux et régimes de rigueur, et le report de l'âge de la retraite au même niveau pour tous!
Assistés par les syndicalistes mafieux, qui viennent danser le bal des faux-culs dans la cour de l'Elysée, ils font croire aux Français benêts qu'ils ont réformé dans la justice, alors qu'ils ont enfumé dans l'injustice...
Ces médiocres deviennent de plus en plus pénibles aux Français lucides!