En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 min 53 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 16 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 5 heures 54 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 24 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 30 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 8 heures 10 sec
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 33 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 9 heures 18 sec
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 51 min 15 sec
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 4 heures 45 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 6 heures 51 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 27 min
© Reuters
Le problème de la France, c’est le poids des dépenses publiques (plus de 56 % du PIB), parce que cela implique que l’Etat se mêle de tout, qu’il intervient pour tout, qu’il contrôle tout.
© Reuters
Le problème de la France, c’est le poids des dépenses publiques (plus de 56 % du PIB), parce que cela implique que l’Etat se mêle de tout, qu’il intervient pour tout, qu’il contrôle tout.
Plus simple, plus efficace

Recul de la création d'entreprise : les 5 mesures essentielles à prendre pour aider les Français à entreprendre

Publié le 23 août 2013
Les créations d'entreprises dans notre pays sont en fort repli avec une baisse de 1,4% entre juin et juillet selon les derniers chiffres publiés par l'Insee. Tour d'horizon des mesures qui pourraient relancer l'initiative entrepreneuriale française.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les créations d'entreprises dans notre pays sont en fort repli avec une baisse de 1,4% entre juin et juillet selon les derniers chiffres publiés par l'Insee. Tour d'horizon des mesures qui pourraient relancer l'initiative entrepreneuriale française.

Pour encourager la création d’entreprise, il faut certainement agir sur les fondamentaux économiques (fiscalité, droit du travail, etc.) mais aussi sur les esprits (valoriser la prise de risque et l’initiative plutôt que la carrière morne de la fonction publique). Voici cinq propositions, parmi d’autres :

1 - Faire de la simplicité la règle et de la complexité l’exception : généraliser l’auto-entrepreneur

Créer une entreprise et la faire vivre, cela demande énormément d’énergie : il faut trouver les clients, répondre à leurs demandes efficacement, traiter avec les fournisseurs ou les prestataires. Dans cette course folle, les entrepreneurs ne devraient pas avoir à perdre des heures pour comprendre des formulaires fiscaux et sociaux absolument ubuesques.

En France, la complexité des régimes sociaux et fiscaux est la règle. La simplicité est exceptionnelle, dérogatoire et toujours présentée comme une faveur accordée par l’Etat : c’est le cas du statut d’auto-entrepreneur, des régimes favorables aux services à la personne et emplois à domicile, etc. C’est exactement l’inverse qu’il faut faire : les régimes social et fiscal devraient être d’une simplicité enfantine ! Cela suppose par exemple de revoir totalement le droit du travail ! Il faut généraliser la simplicité !

Par exemple, il faudrait envisager de :

  • Instaurer un guichet unique et organiser une simplification radicale des formulaires : on crée son entreprise, on a un contact (qui répond) dans l’administration une fois par an.
  • Faire du statut d’auto entrepreneur la norme pour toutes les entreprises.

  • Négocier le temps de travail et les normes sociales au niveau de l’entreprise.

  • Permettre à un auto entrepreneur de passer des contrats de prestation avec un autre auto-entrepreneur.

  • En matière fiscale, avoir une taxation faible à la fois des revenus et de la transmission

2 - Réduire les impôts

L’entrepreneur qui se lance dans l’aventure rencontre presque les services fiscaux et sociaux avant ses clients. Quand il parvient à dégager des bénéfices, une bonne partie lui est prise par l’impôt. S’il souhaite embaucher, il doit payer une fortune en charges qui ne vont pas dans la poche du salarié. Ces charges excessives tuent l’initiative. Les recettes publiques dépassent 50 % du PIB en France ! C’est décourageant de faire un business plan avec des prévisions d’embauche.

Il faut aller vers une fiscalité réduite sur les entreprises : cela contribuera à dynamiser la croissance. Plus fortes, les entreprises auront plus de commandes, embaucheront et dépenseront.

3 - Réduire drastiquement le poids de l’État dans l’économie : une dépense publique minuscule, des fonctionnaires résiduels

Le problème de la France, c’est le poids des dépenses publiques (plus de 56 % du PIB), parce que cela implique que l’Etat se mêle de tout, qu’il intervient pour tout, qu’il contrôle tout. On y perd considérablement en efficacité. Et on n’y gagne que de la lourdeur et de la pesanteur. Réduire la dépense publique est favorable à la croissance, notamment dans les récessions comme le montre l’économiste Alesina.

Les fonctionnaires font certainement leur travail avec bonne conscience (pour la plupart au moins), mais de fait ils sont des rentiers : ils vivent protégés par un statut qui leur épargne les fluctuations de la vie mais aussi les préserve des stimulations qui encouragent la création, l’efficacité et l’activité. On comprend qu’ils ne veuillent pas de l’économie de marché. Le statut de fonctionnaire devrait être réservé à quelques fonctions régaliennes : police, justice, diplomatie. Tout le reste peut se faire par des personnes travaillant sous un régime de droit privé, susceptibles d’être licenciées si elles ne sont pas efficaces – si les fonctionnaires le sont tous, comme le prétendent les syndicats, alors ils n’ont rien à craindre : personne ne sera viré !

4 - Favoriser la concurrence

En France, les rentiers sont nombreux et se battent pour préserver leurs privilèges :  c’est le cas des fonctionnaires mais aussi des taxis, des avocats ou des pharmaciens quand ils défendent leurs plates-bandes becs et ongles et que cela aboutit à écarter les nouveaux entrants de façon arbitraire et à faire payer plus cher les consommateurs. Cette logique de rente est aussi celle que défendent le gouvernement (voir les drives, les auto-entrepreneurs et tant d’autres victimes) et Louis Gallois qui n’a de cesse de réclamer des subventions pour que le contribuable finance des grands patrons à la tête d’entreprises inefficaces. Il faut rompre avec ce capitalisme de connivence !

La règle du marché, c’est que le meilleur doit gagner. Le meilleur, c’est celui qui produit mieux, c’est celui qui innove. Seule la dynamique concurrentielle permet de les récompenser. C’est vers ce capitalisme du mérite, des compétences que nous devons aller.

5 - Rénover totalement l’Education nationale et la formation des élites française : des écoles indépendantes et supprimer l’ENA

L’école française est régie depuis le ministère de manière uniforme. Ce fonctionnement ne laisse pas de place pour l’individualisation de la prise en charge et encore moins pour l’innovation. Les élèves sont brimés et rien n’est fait pour que les plus fragiles réussissent. Le système fonctionne comme une « machine à trier » (titre d’un excellent livre) qui met sur le bord de la route tous ceux qui ne sont pas capables de suivre. Le summum de cette aberration, c’est l’ENA, qui recrute les élites de l’Etat - lesquelles, en raison du poids du public, régissent ensuite toutes les activités. Et comme ils partent dans le privé, ils perpétuent ce capitalisme de connivence qui sclérose l’économie et engendre la défiance des Français.

Les écoles doivent être autonomes ! Les professeurs doivent être libres d’adapter leurs méthodes et les directeurs de recruter leurs équipes. La formation des élites doit être revue : l’ENA doit disparaitre. De toute manière, les postes de la fonction publique se réduisant, toutes ces intelligences seront contraintes de se tourner vers le privé, ses impératifs de résultats et sa réalité économique !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 24/08/2013 - 20:21
Tant que
l'on en découdra pas avec le système soviétisant à la française, rien ne bougera. C'est aussi simple que cela.
jerem
- 23/08/2013 - 19:56
elle est tellement grosse la ficelle
"Permettre à un auto entrepreneur de passer des contrats de prestation avec un autre auto-entrepreneur."

ah oui vider la société de robert avec les prestations versées au beau frere de robert , auto entrepreneur , pour les conseils en affaire qu'il apporte dans l'interet de l'entreprise ......

c'est marrant on est a deux doigt d'entendre l'echo avec l'exile belge qui s'excite sur l'abus de droit qui pourrait ne plus concerner que les manoeuvres effectuées dnas l'objectif unique de contourner l'impot .....

bien organisée la redaction ....

http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-lutte-contre-fraude-sert-pretexte-reecrire-code-fiscal-pour-ouvrir-nouvelles-voies-inquisition-au-fisc-h16-817284.html#comment-323970
jerem
- 23/08/2013 - 19:51
@ jean fume - 23/08/2013 - 14:05
manifestement les 49% d'auto entrepreneur n'ayant aucun chiffre d'affaire cela ne date pas des "socialos". manifestement l'air de contine des ump non plus.

mais on sait , il faut toujours plus de revenus pour dépenser toujours moins cher mais en achetant toujours plus et avoir des placements au maximum de rentabilité ......

Et ce paradis n'est pas en France ..... quel scoop !!!

il etre né qatari surement !