En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Les caries sont apparues il y a à peine 6 000 ans.
Evolution perpétuelle
Caries, problèmes de dos... : non, l'évolution n'a pas que du bon
Publié le 16 août 2013
L'homme moderne n'a rien à voir avec l'homme de Neandertal. Dans sa morphologie, au niveau de son intellect et de son comportement, les évolutions sont multiples. Cinquième et dernier volet de notre série "Evolution perpétuelle".
Marie-Antoinette de Lumley est paléoanthropologue, membre de l’Institut de Paléontologie Humaine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-Antoinette de Lumley
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-Antoinette de Lumley est paléoanthropologue, membre de l’Institut de Paléontologie Humaine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'homme moderne n'a rien à voir avec l'homme de Neandertal. Dans sa morphologie, au niveau de son intellect et de son comportement, les évolutions sont multiples. Cinquième et dernier volet de notre série "Evolution perpétuelle".

Atlantico : L’évolution humaine va-t-elle nécessairement vers un mieux ? Comporte-t-elle des effets pervers, dont l’espèce humaine se serait bien passée ?

Marie-Antoinette de Lumley : L’aspect morphologique de l’homme est très évolutif. Son corps a beaucoup changé au fil du temps, il s'est développé. Cela se constate tout d’abord par une réduction de nos dents. Celles-ci deviennent de moins en moins robustes notamment parce qu’on mastique moins qu’à l'époque préhistorique où les hommes mâchaient même de la viande crue. A mon sens, ce phénomène peut être rangé du côté des aspects négatifs. Les dents deviennent plus petites, la mâchoire devient plus courte, les dents se chevauchent les unes sur les autres… Ces problèmes, les hommes préhistoriques ne les connaissaient pas. Ils avaient des dents de très bonne qualité. Par exemple, les caries sont un phénomène très moderne. Elles sont apparues il y a très peu de temps. A peine 6 000 ans. Au cours des différentes études que j’ai pu mener, je n’ai jamais vu une carie sur un homme préhistorique. C’est au moment où l’homme est devenu sédentaire qu’elles sont apparues. Elles sont la conséquence de l’alimentation humaine. L’homme a commencé à manger des céréales, à avoir une alimentation beaucoup plus sucrée. Dès lors, les caries ont fait leur apparition. Mais l’évolution humaine est telle que désormais les enfants recommencent à avoir de moins en moins de caries.

Une autre partie du corps humain a beaucoup changé à travers les siècles : la colonne vertébrale. On observe actuellement beaucoup de colonnes vertébrales en excroissance ou avec un certain  nombre de traumatismes. Cela peut être la conséquence de l’activité pratiquée. Par exemple, un homme qui travaille sur un chantier et qui se sert régulièrement d’un marteau-piqueur ou d’un engin de ce type aura plus de problème de dos. En effet, les nombreuses secousses et autres vibrations ressenties entraîneront des altérations et une surcroissance osseuse. Alors que l’homme préhistorique marchait sur ses membres inférieurs et n’avait donc pas ce problème-là.

En revanche, côté positif, la mortalité infantile était très importante à l’ère préhistorique. De ce point de vue, l’évolution est incontestable. Chez les hommes préhistoriques, on constate, sans pouvoir encore totalement l’expliquer à l’heure actuelle, que les enfants mouraient beaucoup vers 9-10 ans. En cause, les maladies infantiles comme la rougeole. Un autre taux de mortalité élevé se trouve au niveau de la tranche d’âge de 30-35 ans. Et chez les femmes, on constate une mortalité élevée entre 20 et 30 ans. Ce qui est certainement dû à des problèmes d’accouchement. Chez les Néandertaliens, on vivait en moyenne jusqu’à 40 ans. Désormais on ne compte plus le nombre de centenaires. De ce côté-là aussi le changement est impressionnant.

D’après le généticien Gerald Crabtree, de l’université de Stanford, l’homme aurait atteint son pic d’intelligence il y a plusieurs milliers d’années. Depuis, elle n’aurait fait que décliner. Cette hypothèse se vérifie-t-elle ? Pourquoi ?

L’hypothèse de ce généticien est difficile à démontrer. Tout dépend ce que l’on appelle intelligence. Mais comment peut-il comparer l’intelligence d’un homme de Neandertal avec celle d’un homme moderne ? Les situations sont incomparables, ce n’est pas le même domaine. Les hommes préhistoriques vivaient dans la nature et en harmonie avec celle-ci. Ils étaient obligés de s’organiser, de s’adapter aux conditions extérieures. A n’en pas douter, c’est faire preuve d’une forme d’intelligence. Il fallait qu’ils trouvent des solutions à différents problèmes, qu’ils s’organisent pour survivre. Mais on ne peut pas la comparer avec l'intelligence d'un mathématicien qui va trouver une formule pour résoudre un problème. Ce n'est pas du tout la même chose.

Le fait que les hommes aient segmenté leurs compétences en métiers les a-t-il rendus plus fragiles ? Aujourd'hui, un homme livré à lui-même est-il plus exposé que ne l'étaient ses ancêtres ?

Peut-être. Il y a des hommes qui ont fait l’expérience de vivre comme des hommes préhistoriques et qui s’en sont sortis. Mais en règle générale, je pense que le citadin n’est pas adapté pour vivre dans la nature. Cela demande une certaine forme d’entraînement. Naturellement, nous sommes plus fragiles. Nous sommes moins résistants aux températures extrêmes. A moins de vivre dans des pays où le climat est régulièrement froid ou chaud, l’homme a alors du mal à s’adapter. L’homme moderne à plus de mal à s’adapter à son environnement que l’homme préhistorique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
05.
Carla Bruni : "On a fait passer mon mari pour un bourrin inculte"
06.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
07.
Trois propositions pour changer le travail au bureau que proposent les happiness managers… et qui fonctionnent
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Monkeyman
- 16/08/2013 - 11:09
Le passage de l'adulescence à la mentalité adulte est prochaine
Un bilan, qui aurait dû être plus que célèbre, conséquent au sens le plus large, a été enterré à l’unanimité par les différent(e)s croyant(e)s, qu’ile/elles soient religieux/euses (dans le sens traditionnel) ou rationalistes binaires (C’est : « l’homme a été créé à l’image de Dieu » ou son symétrique « L’homme est un dieu en devenir », le D perdant de la hauteur ; le dualisme se transformant en système binaire)

Dans tous les cas, ce déni ou rejet ou refoulement a prouvé que nous étions « fractals », c. à d. répétitifs en l’absence d’évolution mentale, donc caducs.

*** Le fait que notre génome soit différent d’environ 1 % de celui du chimpanzé aurait pu nous inviter à mieux assimiler la nécessité et la légitimité d’utiliser notre corps, tout au moins de l’entretenir, de bouger, de l’activer ! Le yoga ou le principe des positions dans le calme et la relaxation aurait pu prendre toute on importance.

Tant pis !

Si jamais nous avions atterri, mis les horloges à l’heure, abandonné l’histoire du Père Noël, nous aurions pu évoluer, nous dépasser ! Mais ne faut-il pas laisser le temps au temps ? !

Voir Freud, le passage à la mentalité adulte !
SteakKnife
- 16/08/2013 - 10:59
Article intéressant mais...
...il faut préciser que Néandertal n'est pas notre ancêtre, mais plutôt notre cousin: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3a/Humanevolutionchart.png
White Rabbit
- 16/08/2013 - 10:57
Secret de famille antropo pas si logique que ça...
Bonjour Mme de Lumley, y a des trucs qui me sidèrent sur le tonton néandertal, limite qui font passer le sapiens pour le demeuré du village, je m'explique:
-la taille des pierres ; là où le sapiens se contente d'un éclat à la vas-vite, le néandertal lui en façonne une avec de multiples techniques (extraction du nucléus, profilage, façonnage) pour obtenir un outil parfaitement adéquat à l'usage.
-leur musculature était avant tout développé sur l'intérieur des membres (comme les artisans...) alors que pour ce sportif de sapiens c'est sur l'extérieur...
-les lobes frontaux... Récemment les chercheurs ont déterminé que le siège de la conscience "symbolique" y prenait source et que cela avait permis d'élaborer la préhension de divers systèmes de croyances parfaitement fonctionnels sur une base analogique, bé pour nous autres "Sapiens V2.0" ça consiste à dire que nous sommes des cousins légèrement déficient vis à vis de la compréhension de notre milieu comparé à ce brave Tonton ; il était plus organisé de son côté de la branche que nous de la notre...
Les guerres entre universitaires sur qui détient la vérité est bête à pleurer, à quand les évidences ???