En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Logo de l'entreprise EDF.
Nous vous devons plus que la lumière

Augmentation des tarifs EDF : comment faire jouer la concurrence pour ne pas se ruiner ?

Publié le 16 août 2013
Tandis que la Commission de Régulation de l'Énergie avait d'abord envisagé une hausse des tarifs réglementés de 6,8 % à 9,6 %, le gouvernement a pris la décision de limiter cette augmentation à 5 %. Et la tendance devrait se poursuivre. Face à cette montée des prix, des fournisseurs alternatifs proposent des offres à prix fixe sur deux ans.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tandis que la Commission de Régulation de l'Énergie avait d'abord envisagé une hausse des tarifs réglementés de 6,8 % à 9,6 %, le gouvernement a pris la décision de limiter cette augmentation à 5 %. Et la tendance devrait se poursuivre. Face à cette montée des prix, des fournisseurs alternatifs proposent des offres à prix fixe sur deux ans.

Atlantico : À la mi-juillet, les pouvoirs publics ont annoncé une double augmentation des prix de l'électricité : une première hausse de 5% a pris effet le 1er août, elle sera suivie d'un second mouvement au 1er août 2014. Une troisième augmentation (toujours de 5) est également prévue. À l'arrivée, l'électricité pourrait donc s'apprécier de plus de 15%. Depuis 2007, le marché s’est ouvert à la concurrence et les concurrents d’EDF proposent des offres à prix fixe pendant deux ans. Faut-il faire jouer la concurrence pour enrayer cette hausse ?

Erwan Le Noan : La concurrence a cet avantage qu’elle incite l’ensemble des acteurs à être le plus efficace possible. Les hausses de tarifs d’EDF sont peut être justifiées : le problème, c’est que les consommateurs en doutent légitimement car l’entreprise ne subit pas vraiment de pression concurrentielle.

Il faut rappeler que cette hausse porte sur les tarifs réglementés, c'est-à-dire des prix qui ne correspondent pas à ceux du marché mais qui sont fixés par les pouvoirs publics. Il est donc encore plus difficile de juger de leur pertinence. Jusqu’à maintenant, on n’a rien trouvé de mieux que le marché pour savoir si un prix est "juste" ou non...

Ces offres à coût fixe sur deux ans sont-elles avantageuses pour le consommateur ou un rattrapage sur les prix est-il attendu passé ces deux ans ? Comment est-ce possible d’être moins cher ?

Les offres à prix fixe rassurent les consommateurs qui ont souvent en tête l’idée que des prix libres de l’énergie, ce sont des prix qui fluctuent très fortement. Dans le secteur de l’électricité, le fonctionnement du marché a ceci de particulier que c’est la dernière unité produite qui détermine le prix du marché. Ce qui permet aujourd’hui à l’électricité française de ne pas être trop chère, c’est le nucléaire : la construction d’une centrale est  coûteuse, mais l’énergie produite ensuite ne l’est pas trop. Par contre, quand arrive un pic de demande, les producteurs ont recours à des sources plus coûteuses, comme les énergies renouvelables, ce qui fait grimper les prix. Les partisans de la fin du nucléaire oublient souvent de rappeler que moins de nucléaire, ce sont des prix de l’électricité plus chers…

Il n’y a pas que la production qui entre en compte pour déterminer le prix au consommateur, mais aussi le transport et la distribution. Là, les différents acteurs du secteur peuvent se distinguer les uns des autres – même s’il est vrai que l’accès à la ressource première qu’est la production d’électricité est essentielle… et EDF n’est pas vraiment toujours très coopératif !

Encore peu de foyers osent opter pour un fournisseur alternatif. 6,2% des Français se sont tournés vers un concurrent d’EDF. Comment expliquer cette réticence ? Y a-t-il un manque d’information des consommateurs ?

Il est difficile d’expliquer ce phénomène par un seul critère. Le maintien des tarifs réglementés, relativement peu élevés et stables, joue certainement un rôle essentiel : il permet à EDF de capter des clients. D’autres facteurs entrent en jeu : l’image d’EDF dans l’esprit public français, c’est un peu l’entreprise publique par excellence, à qui on passe tout, alors même qu’elle aurait beaucoup à se faire pardonner (il suffit d’aller regarder du côté de son comité d’entreprise ou de lire les rapports de la Cour des comptes) ; le discours politique qui présente la concurrence comme étant la pire chose qui soit jamais arrivée sur terre depuis la disparition des dinosaures, alors même que c’est elle qui permet la croissance, a sorti des milliards de gens de la pauvreté et favorise le pouvoir d’achat et l’emploi …

Comment bien choisir son fournisseur et ainsi réduire sa facture d’énergie ?

Comme pour tous les produits : en comparant les prix, la qualité des offres… De nombreux sites existent qui accompagnent les consommateurs. Il ne faut pas avoir peur de la concurrence, ni des "nouveaux entrants", qui sont maintenant des entreprises bien installées, de grande qualité et de confiance. A chacun de prendre le temps de comparer.

Propos recueillis par Karen Holcman

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 16/08/2013 - 19:55
scinder les productions
virer les cégétistes de ce monopole abusif
icare73
- 16/08/2013 - 16:30
n'empeche que
@toucanL
n'empeche que l'argent du CE provient du client qui en paye une partie sur sa facture et ceci en fonction de la masse salariale...
Le CE d'edf et d'autres sont souvent sous la gérance CGTiste et quand on connait l'obscurité des comptes CGT et de ses antennes...il y à de quoi devenir hargneux
ToucanL
- 16/08/2013 - 11:23
Minable
Franchement si ce Monsieur est consultant en stratégie, on comprend pourquoi l economie francaise se porte si mal....
1) accuser EDF de ne pas faire d effort pour mettre a disposition sa ressource à des prix compétitifs, c est un peu fort. D abord le prix de l'AREN a été fixé par les pouvoirs publicscet pas EDF. Ensuite ce système est tout sauf vertueux. Vous connaissez beaucoup de secteur économique où un acteur produit pour ses concurrents qui n investissent pas un euro dans des moyens de production.
2) les attaques faciles contre le comité d entreprise. Faut il rappeler à ce monsieur que la gouvernance du CE est totalement indépendante de celle de l entreprise.