En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 7 heures 19 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 52 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 5 heures 15 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 11 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 53 min
© Flickr
Une séance de psychanalyse.
© Flickr
Une séance de psychanalyse.
Best of Mialet

La classe politique sur le divan : déni de réalité à gauche et phobies à droite

Publié le 14 août 2013
Les remarques de la gauche sur les phobies de droite, et de la droite sur le déni de réalité de gauche ne seraient pas sans fondements...
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les remarques de la gauche sur les phobies de droite, et de la droite sur le déni de réalité de gauche ne seraient pas sans fondements...

 Cet article a précédemment été publié le 17 mars 2013. Il est le dixième volet d'une série "best of", qui verra ces prochaines semaines la rediffusion d'articles marquants publiés par nos contributeurs cette année.

Décidément, la psychiatrie est à la mode. Après les condamnations pour phobies de toutes natures, ce sont les accusations de déni de réalité qui prennent le devant de la scène. L’action publique requerra bientôt un diplôme de psychiatre.

Prudence, toutefois, car ces diagnostics désignent une pathologie : le phobique, de même que celui qui nie la réalité, ont une adaptation perturbée au monde ; ils sont invalides. On ne discute pas avec eux, on les soigne. On les écarte - réservant aux seuls spécialistes le soin de maintenir un dialogue avec eux. 

Face à un candidat qui se proclamait normal, on pouvait le redouter... Nous y voilà : la "normalité" est devenue la valeur triomphante, et celui qui n’est pas dans la ligne est un fou. Son incohérence ne mérite même pas de se lancer dans de vaines argumentations. Le totalitarisme du "normal" s'installe et il paralyse le dialogue, ouvrant grand la voie à ceux qui ne dialoguent pas mais contestent - aux extrémistes. Merleau-Ponty avait raison de nous mettre en garde car, comme j’y avais fait référence à l'époque : "Le mythe de l’homme normal est un mythe nazi".

Abordons un moment le débat en professionnel pour remettre à leur place ces notions qu'on galvaude. En commençant par rappeler que le diagnostic est un constat établi sur l’observation de gens en souffrance : sa valeur n’est que fonctionnelle – il n’a d’intérêt que pour aider ceux qui peuvent bénéficier de soins. A cette remarque valable pour tous les diagnostics médicaux s'en ajoute une autre spécifique au diagnostic psychiatrique : son utilisation hors contexte - même métaphorique - n'est pas sans danger car elle disqualifie l'interlocuteur.

Prenons l’exemple de la phobie. Bien qu’on la qualifie de peur disproportionnée par rapport à son objet, elle représente pour nous autres psychiatres bien davantage qu’une peur : un tourment obsédant, une panique. Le phobique des chats ne se borne pas à ne pas aimer les chats – ce qui, après tout, est assez répandu ("normal") - il a, à la simple idée du chat une appréhension majeure, une angoisse qui limite son existence. Un de mes patients atteint de cette phobie ne parvenait plus à sortir de chez lui par peur de croiser l'animal, et tremblait à l'idée que je pourrais porter sur ma tenue, à mon insu, un poil de chat. Voilà ce qu’est la phobie : une angoisse paralysante qui, pour une raison ou une autre, a trouvé un support sur lequel se fixer. Qu’y a-t-il de commun avec les fameuses islamophobie, xénophobie, ou autres phobies tenues pour symptômes d'une effroyable maladie, le racisme ?

Plutôt que de céder à la facilité de l'anathème du diagnostic, ne serait-il pas plus heureux d'expliquer combien et comment le rejet de la différence et la peur de l'autre nous aveuglent ? Les recherches de la psychologie sociale ont montré que notre esprit était rempli de préjugés. Sans doute pour nous rassurer, nous nous raccrochons à des formules toutes faites pour appréhender ce qui nous est inconnu : "les jaunes sont sournois", par exemple. Quand il ne connaît pas le chemin, notre GPS nous trompe ; il nous indique, par défaut, des voies prédéterminées : des stéréotypes. Il faut nous lancer dans l'aventure de la rencontre et construire notre propre jugement sans trop tenir compte de ses alarmes. Les mêmes recherches de psychologie sociale voient le rapport à l'autre, quand il nous est étranger, comme une difficulté, sans doute parce qu'il menace notre identité. A ce titre, le racisme n'est que la pointe extrême d'un mécanisme de refus de ce qui diffère de nous en mettant notre identité en danger. Si l'on voulait à tout prix en faire une maladie, le racisme serait plutôt une forme d'autisme, un repli sur soi qui ne permet pas de s'enrichir de la différence. En revanche la peur de l'étranger est après tout une peur banale qu'il convient d'apaiser et non de condamner, en encourageant chacun à la dépasser, sans l'assimiler au racisme.

Venons-en à l'accusation que renvoie le camp adverse à ceux qui fustigent les phobiques : celle de "déni de réalité". Dans le domaine de la maladie, le déni de réalité semble un trouble plus grave encore que la phobie : pour l'adaptation au monde, mieux vaut avoir peur des chats que de les prendre pour d'inoffensifs lapins. Toutefois, la perte du sens des réalités comme en rencontre dans certaines maladies n'est pas à proprement parler un déni. En fait, le déni de réalité représente plutôt une dimension de notre fonctionnement psychique. Ceux qui travaillent sur l'attention savent bien que la réalité n'existe pas : le monde réel est trop riche pour être saisi dans sa totalité. Notre "réalité" est une reconstruction à partir de la masse de matériaux qui nous entourent et dans laquelle nous ne retenons que ce qui nous est utile. Cette reconstruction sera influencée par nos attentes. Ce qui explique pourquoi les performances dans la compréhension et la mémorisation d'un texte sont toujours bien meilleures si ce texte exprime des opinions conformes à nos idées politiques

Le déni de réalité est donc, comme le rejet de l'étranger, un aspect ordinaire du fonctionnement psychologique. Il peut néanmoins atteindre des extrêmes révoltants quand il se manifeste chez des gens qui ont pourtant le sens des réalités. Car même si la réalité est une reconstruction, nous parvenons à nous entendre les uns les autres, et c'est bien le signe qu’il y a une base d'interprétation commune, des évènements que tous interprètent de la même façon : des faits dont on dit très justement qu’ils sont "têtus".

La question du déni de réalité a été magistralement abordée, là encore, par Merleau-Ponty. L'illustre phénoménologue a appliqué après-guerre ses conceptions de la perception à l'aveuglement manifesté par la communauté mondiale à propos des camps de concentration nazis : cette ignorance coupable relevait selon lui d'une sorte de "distraction" des intellectuels qui ne poursuivent que leurs idées et se montrent incapables de prêter attention aux faits qui les dérangent. L'ennui, c'est que le même Merleau-Ponty a, quelques années plus tard, ignoré les procès de Moscou et attaqué violemment le livre d'Arthur Koestler qui en rendait compte. Intellectuel communiste, comme tous l’étaient à son époque, Merleau-Ponty a fait malgré lui la démonstration de la validité de sa thèse : quelle que soit leur orientation, les intellectuels ont décidément bien du mal à percevoir les faits qui contrarient leurs idées...

A propos du rejet d’autrui comme à propos du déni de réalité, comme on le voit, tout est une question de nuance. Hélas, en formulant les propos sous une forme connotée par la maladie, on se replie dans un manichéisme simplificateur: malade/non malade ; fou/non fou. Et l’on se prive de la possibilité de s’expliquer. Car après tout, les remarques de la gauche sur les phobies de droite, ainsi que de la droite sur le déni de réalité de gauche ne sont pas sans fondements. Revenons à la maladie. Dans les troubles psychiques, l'adaptation à la réalité est la question centrale et l'on oppose les névroses qui ne supportent pas les contraintes de la réalité aux psychoses qui les effacent. Pour illustrer la différence, on recourt volontiers à l'exemple pédagogique suivant : le névrosé admet que deux plus deux égale quatre mais c'est insupportable ; le psychotique s’en affranchit en établissant que deux plus deux égale cinq. Si on les suit dans leurs diagnostics, nos deux camps manifesteraient donc tous deux une forme distincte d'intolérance (de racisme ?), l'un par rapport à la névrose, l'autre par rapport à la psychose. Or la névrose, c’est trop de réalité, et la psychose pas assez. Et si être vraiment normal, c’était avoir en soi un peu de ces deux folies et en souffrir suffisamment pour leur chercher un compromis ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jpblc
- 16/08/2013 - 09:22
Psys du chaos ?
Quelle arrogance, pour masquer un manque total de résultats et de raisonnement scientifiques ! Plusieurs millions de patients traités, et aucun guéris…,( des suicides ou des actes de violences commis par les personnes traitées, alors qu‘avant ces mêmes personnes n‘étaient pas insanes), ce qui leur fait engranger, à eux et aux laboratoires pharmaceutiques, des milliards de dollars, car les malades le sont à vie, avec une santé déclinantes car n'importe quel psychotrope ou traitement de choc ruine un peu plus la résistance du patient. S'attaquer sournoisement à nos politiciens, c'est , dans ce cas, continuer à faire durer l'illusion que la psychiatrie serait une solution chimique à nos maux ( "le Meilleur des Mondes"), et intellectuelle, et une solution philosophique ( rationnelle et efficace, concourant au développement de tous les individus et de la société).
vangog
- 15/08/2013 - 01:04
La normalité, selon ce penseur théoricien, c'est le
haut de la courbe de Gauss, avec à droite ceux qui ont peur de l'étranger, mais qu'on peut "apaiser", et, à gauche, ceux qui nient la réalité, mais c'est pas geave!
Ce qui est grave, par contre, pour ce penseur obtus, c'est les 20/80 de la courbe de Gauss, ces "extrêmes révoltants", qui ont definitivement viré dans le pathologique, et qu'il faut soigner en remettant à l'honneur ces fameux hôpitaux psychiatriques de l'époque socialiste, ou étaient rééduqués les anti-sociaux et autres ennemis du peuple.
L'histoire a montré que les socialistes ont fait partie de la majorité des 80/20, tant que les intellectuels négationnistes et autres gauchistes occidentaux comme Merleau-Ponty les protégeaient!
Ensuite, la courbe de Gauss s'est très vite inversée et la majorite des socialistes est devenu la minorité des totalitaristes, alors que la minorité des anti-sociaux est devenu la majorité des démocrates...
Si cet auteur avait integré d'autres dimensions à son analyse bi-polaire, et surtout le temps qui subit les accélérations fulgurantes de l'histoire, lorsque celle-ci a été trop longtemps retenue, il comprendrait que même les extrêmes sont utiles et que les courbes souvent s'inversent...
winnie
- 14/08/2013 - 19:29
J'me soigne !
Merci docteur ! prenait nous dont pour des jambons pendant que vous y êtes; le Français est raciste il doit se soigner ,pendant ce temps le muzzz nous bouffe la laine sur le dos .
Et bien non ce n'est pas du racisme cela s'appel défendre son territoire ses valeurs ses intérêts bref du patriotisme.