En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 35 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 8 heures 17 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 52 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 7 heures 57 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 9 heures 3 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 34 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 11 heures 56 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 30 min
Cette reprise des discussions entre Israéliens et Palestiniens sera, comme à l'accoutumée, parrainée par les Américains.
Cette reprise des discussions entre Israéliens et Palestiniens sera, comme à l'accoutumée, parrainée par les Américains.
Réel espoir ou vaine tentative ?

Reprise des discussions entre Israël et l’Autorité palestinienne : pourquoi, cette fois-ci, ça pourrait être différent

Publié le 30 juillet 2013
Depuis lundi 29 juillet au soir, Israéliens et Palestiniens tentent de trouver un nouveau terrain d'entente en vue d'un accord de paix. Alors que le processus est à l'arrêt depuis trois ans, il semblerait que, cette fois-ci, un espoir puisse être envisagé, tenant à la convergence de certains intérêts majeurs entre les deux parties.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.Frédéric Encel est professeur de relations internationales à l’ESG...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani et Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.Frédéric Encel est professeur de relations internationales à l’ESG...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis lundi 29 juillet au soir, Israéliens et Palestiniens tentent de trouver un nouveau terrain d'entente en vue d'un accord de paix. Alors que le processus est à l'arrêt depuis trois ans, il semblerait que, cette fois-ci, un espoir puisse être envisagé, tenant à la convergence de certains intérêts majeurs entre les deux parties.

Atlantico : La création de l'Etat de Palestine, le tracé des frontières, le statut de Jérusalem, les droits des réfugiés : autant de questions épineuses devant être réglées dans le cadre du processus de paix, mais sur lesquelles les deux parties sont totalement opposées. Ces nouvelles négociations peuvent-elles œuvrer en faveur d'une véritable reprise du processus de paix ? En quoi pourraient-elles se démarquer des précédentes ?

Ardavan Amir-Aslani: La première chose qu’il faut rappeler est que ces négociations sont une première depuis 2010, Israël ayant toujours rappelé que le dialogue israélo-palestinien était secondaire tant que la menace de la nucléarisation de l’Iran continuait de planer sur ce pays. Le fait que ces négociations reprennent est peut être une indication de la disparition de l’urgence du contentieux nucléaire iranien à l’aune de l’optimisme international suscité par l’élection du président modéré iranien, Hassan Rouhani.

En tout état de cause, il est vrai que toutes les négociations antérieures ont échoué. En dehors du problème de tracé des frontières entre le futur État palestinien et Israël,  qu'il s'agisse de celui de 1967 ou pas, la question du droit au retour des réfugiés palestiniens de 1948 et leurs millions de descendants, ainsi que le souhait palestinien d’avoir Jérusalem-Est pour capitale, représentent des sujets particulièrement épineux. Pour les Israéliens, le droit au retour des réfugiés équivaut à un suicide démographique ; pour ce qui est de Jérusalem, ils ne sont guère disposés à remettre sur le tapis le principe de Jérusalem-capitale. Les Palestiniens, qui ne peuvent ignorer cette réalité démographique, essaieront de tirer une indemnisation financière faute d’obtenir le droit au retour qui s’avère n’être qu’un vœu pieux. La question de Jérusalem-Est, ou plutôt une banlieue avoisinante de cette dernière, avec un accès souverain au dôme d’Al-Aqsa, peut faire l’objet d’une discussion.

Frédéric Encel : Je suis relativement optimiste, du moins sur le court terme, au regard de la convergence d’intérêts qui existe entre Israël et l’Autorité palestinienne. Celle-ci est favorisée par l’affaiblissement du Hamas, et donc par un rapport de force favorable des deux parties face à ce dernier. En l’espace de près de deux ans et demi, le Hamas a perdu le soutien de la Syrie et de l’Iran, mais également et surtout, l’appui extrêmement précieux des Frères musulmans égyptiens qui étaient au pouvoir en Egypte jusqu’à ces dernières semaines. La reprise en mains du Sinaï, qui jouxte la bande de Gaza, par l’armée égyptienne particulièrement hostile au Hamas,  représente une véritable valeur ajoutée pour l’Autorité palestinienne qui considère le Hamas comme un ennemi mortel.

Davantage que la personnalité et la volonté de John Kerry, cette reprise des négociations est largement induite par le contexte géopolitique régional. Cette volonté s’est traduite, du côté israélien, par la libération d’une centaine de prisonniers palestiniens de longue date, un geste rare qui mérite d’être souligné. Du côté palestinien, Mahmoud Abbas à renoncer à son exigence de longue date du gel des constructions dans les implantations comme préalable à tout retour à la table des négociations.

Les récents évènements politiques survenus à la fois en Israël (arrivée au pouvoir d'une nouvelle coalition, avec toujours à sa tête Benjamin Netanyahou) et en Palestine (la démission du Premier ministre Rami Hamdallah), auxquels s'ajoutent les affrontements de novembre dernier entre Israël et la bande de Gaza (opération Pilier de Défense) n'ont-ils pas contribué à radicaliser les positions des deux parties ? Ces conditions sont-elles réellement favorables à la reprise des négociations ?

Ardavan Amir-Aslani: Ce qui est favorable pour le climat est le coup d’Etat contre Morsi. La chute des Frères musulmans au Caire a privé le Hamas, dirigé par eux, d’un grand allié. Aujourd’hui, la bande de Gaza est redevenue l’enclos fermé qu’elle était à l’époque de Mubarak. L’affaiblissement conséquent du Hamas renforce la carte de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas qui se trouve renforcée dans son positionnement vis-à-vis d’Israël.

Israël de son côté se trouve de plus en plus menacé par une forme particulière de l’islam djihadiste que je qualifie d’islamo-fascisme, à l’instar des mouvements comme Al-Nusra ou Al-Qaeda. Le Golan en Syrie, qui était pendant 42 ans un havre de paix, est maintenant en proie à des incursions régulières de la part des rebelles. Si demain, la Syrie devait être morcelée en plusieurs États, dont un islamiste, cette frontière perdrait sa tranquillité. Pareillement, les Israéliens s’interrogent sur ce qu’il adviendra de la Jordanie si les Frères Musulmans devaient y prendre le pouvoir. Elle risquerait de se transformer en un Gaza géant car les Palestiniens représentent 80% de la population de ce pays.

Ainsi, il y a maintenant urgence pour les Israéliens de régler le conflit palestinien pour que ce conflit cesse d’envenimer l’antagonisme des islamo-fascistes. Donc, le moment est peut être opportun. Curieusement, il en va différemment avec le Hezbollah, qui lui aussi est engagé contre les rebelles islamistes en Syrie. D’ailleurs, depuis que le Cheikh Hassan Nasrallah, le chef de ce mouvement, a dit que les fusils du Hezbollah étaient sur le point de se tourner contre les islamistes syriens, il y a eu comme un cessez-le-feu entre le Hezbollah et Israël puisque ces mêmes fusils ne sont plus orientés en direction de l’armée israélienne, le Tsahal.

Frédéric Encel : Ces questions se posent bien entendu. Toutefois, je tiens à préciser que la démission du Premier ministre de l’Autorité palestinienne est une question purement interne. D’ailleurs, celui-ci était davantage réputé pour sa gestion pragmatique des questions sociales et économiques, Mahmoud Abbas s’occupant personnellement du dossier israélo-palestinien. Concernant l’opération Pilier de défense, je tiens à rappeler que les combats ont opposé Israël au Hamas, une entité palestinienne complètement distincte de l’Autorité palestinienne. Par conséquent, ces combats n’ont pas de réelles incidences sur la conduite des négociations par Abbas côté palestinien.

Concrètement, quels intérêts ont chacune des trois parties (Israël, Autorité palestinienne et Etats-Unis) à entreprendre cette reprise des négociations ?

Frédéric Encel: Hormis les intérêts communs que j’ai évoqués entre Israël et l’Autorité palestinienne, à court terme, il n’y a pas plus d’intérêts à reprendre les négociations aujourd’hui, qu’il y a six mois ou six ans. En revanche, pour les Américains, l’intérêt est absolument permanent. Il convient de bien garder en tête que, plus il y a d’apaisement entre Israéliens et Palestiniens, plus la coalition politique entre le camp occidental et la plupart des pays arabes contre l’Iran est réalisable. Pour les Américains, il est donc important de montrer au monde arabe que le dossier palestinien constitue toujours une priorité. Ceci est la principale raison pour laquelle Obama a souhaité remettre sur les rails ce processus de paix gelé depuis maintenant plus de trois ans.

Ardavan Amir-Aslani: L’intérêt israélien est clair. Comme dit plus haut, il s’agit de désamorcer la bombe à retardement que le conflit israélo-palestinien représente en tant que moteur de haine des islamistes de la région qui sont de plus en plus vindicatifs sur ces frontières. Pour l’Autorité palestinienne, il s’agira de profiter de la faiblesse du Hamas, conséquence de la chute de Mursi en Egypte, pour tenter de prendre la main sur la totalité des territoires palestiniens. Il faut savoir, en effet,  que la Palestine est aujourd’hui divisée entre la Cisjordanie et la bande de Gaza dirigée par le Hamas qui ne participe pas à ces négociations. Par ailleurs, le temps joue maintenant contre l’Autorité palestinienne depuis qu’Israël a autorisé le peuplement par des Juifs israéliens de la zone dite E1 qui, de facto, coupe la Cisjordanie en deux. Ainsi, faute d’accord avec Israël, l’avènement d’un État palestinien tenant à peu près d’un seul tenant s’avèrerait impossible, à moins de vouloir faire de la Jordanie la nouvelle Palestine.

L'un des principaux arguments invoqués par le secrétaire d’État américain, John Kerry, en faveur de la reprise du processus de paix israélo-palestinien, consiste à dire que cette dernière permettrait de contenir la déstabilisation de toute la région. Dans quelle mesure ?

Frédéric Encel: Je ne crois absolument pas à cette corrélation. Je persiste à dire que la déstabilisation du Moyen-Orient et du monde arabe n’est pas le fait du conflit israélo-palestinien. A ce titre, le printemps arabe en est la parfaite illustration puisque ce mouvement de contestations s’est déclenché sans aucun lien avec la question palestinienne. Néanmoins, on ne peut pas omettre d’évoquer, il est vrai, l’instrumentalisation de la part de certains dirigeants arabes dits "extrémistes", à l’instar de Bachar al-Assad ou bien de l’ancien pouvoir yéménite. Cette sémantique anti-israélienne n’a donc pas véritablement de fond. J’insiste sur le fait que les éventuelles avancées de ces négociations israélo-palestiniennes n’auraient aucune conséquence sur la situation syrienne ou égyptienne.

Ardavan Amir-Aslani: Le conflit israélo-palestinien, auquel il faut ajouter, par honnêteté, la corruption des pouvoirs en place et l’absence de démocratie, représente une des causes de la frustration des peuples arabes. Si la paix pouvait être négociée entre Israël et la Palestine, ce conflit amorcerait au moins sa sortie de cette trilogie de haine dans le discours arabe. Mais de là à considérer que la paix entre Israël et la Palestine stabiliserait le Moyen-Orient, c’est un peu tiré par les cheveux. En effet, les haines ancestrales qui secouent cette partie du monde pré-existent à la création même de l’Etat d’Israël. Prenez par exemple le conflit entre Chiites et Sunnites qui déchire nombre de pays, de la région du Bahreïn à la Syrie en passant par le Yémen.

Les monarchies du Golfe, Arabie-Saoudite et Qatar en tête, sont désormais les acteurs clés de la géopolitique du Moyen-Orient. Quels intérêts ont-ils à ce que ces négociations aboutissent ?

Ardavan Amir-Aslani: Dans la pratique, le conflit israélo-palestinien n’intéresse pas les pétromonarchies du Golfe persique qui sont plus préoccupées par l’émergence de l’Iran comme puissance régionale et ses conséquences régionales dans le conflit millénaire entre Chiites et Sunnites. A part le Qatar, qui s’était fait une spécialité dans le financement des mouvements islamistes à l’instar du Hamas, les autres pétromonarchies étaient relativement distantes par rapport au conflit israélo-palestinien. Leur espoir de paix se rapprocherait, au mieux, de l’espoir israélien, c’est-à-dire le désamorçage d’une mine symbolique qui attise l’attrait des islamistes pour des mouvements tels que les Frères Musulmans, principale source de danger sécuritaire pour elles. A cet égard, on a tous pu constater le versement des 12 milliards de dollars d’aides financières par les Émirats arabes unis, le Koweït et l’Arabie Saoudite aux putschistes du Caire, en guise de remerciements et d’encouragement pour le renversement de Mursi. Et ce, avec l’espoir que cet argent aiderait le pouvoir militaire à sortir le pays du chaos dans lequel il se trouve. A titre anecdotique, le Qatar, lui, avait versé 8 milliards de dollars, mais à Morsi !

Frédéric Encel : Avec l’Arabie-Saoudite et le Qatar, nous sommes en présence de régimes ultra-conservateurs, que l’on pourrait même qualifier d’extrémistes, un qualificatif qu’on évite d’employer en raison de la puissance énergétique que ces deux pays représentent. Aujourd’hui, le clivage principal au Moyen-Orient n’est pas celui mettant en opposition Israéliens et Palestiniens, mais celui, très violent, qui oppose Sunnites et Chiites. Parce que les Palestiniens sont sunnites, il s’agit pour l’Arabie-Saoudite, mais également pour le Qatar et les Emirats arabes unis, de parvenir à extirper cette entité d’une impasse dans laquelle ils se trouvent depuis fort longtemps. Par ailleurs, le Qatar est devenu le nouveau pourvoyeur de fonds du Hamas, comme nous l’avons vu en novembre dernier, remplaçant ainsi le rôle traditionnellement dévolu à l’Iran. L’objectif pour le Qatar est de mettre un terme aux liens d’allégeance entre l’Iran chiite et les Palestiniens sunnites.

Les monarchies du Golfe pourraient être favorables à un accord de paix entre Israël et le Hamas. Bien que reconnaissant l’Autorité palestinienne pour éviter de froisser les Américains, les entreprises que celle-ci mène en faveur du processus de paix ne présentent aucun intérêt majeur pour les Saoudiens et les Qataris. A leurs yeux, l’Autorité palestinienne se positionne trop sur une ligne occidentale, et donc pas assez conservatrice. 

Avec déjà six voyages au Proche-Orient à son actif, John Kerry se montre particulièrement entreprenant sur la résolution du conflit israélo-palestinien. Cette dernière semble être revenue en grâce dans les priorités de l'administration Obama. Pour quelle(s) raison(s) ?

Ardavan Amir-Aslani: Le Président Obama, qui n’est plus rééligible, souhaite régler ce conflit, le conflit israélo-palestinien, ainsi que celui du nucléaire iranien, les deux constituant ses deux chantiers majeurs de politique étrangère. Toutes les administrations américaines depuis 1948 se sont essayées à régler ce conflit, sans succès. Obama s’attèle à la tâche à son tour.

Frédéric Encel: Paradoxalement, je ne pense pas que les Etats-Unis aient véritablement impulsé cette reprise des négociations. Depuis maintenant un an et demi, on remarque l’effacement d’Obama sur le dossier. J’insiste donc sur le fait que c’est le contexte géopolitique local qui a favorisé la volonté des Israéliens et des Palestiniens de reprendre les négociations. Les Américains, une nouvelle fois, s’engouffrent dans une brèche favorisée par les seuls Israéliens et Palestiniens. Ceci avait déjà été le cas dans le cadre des Accords d’Oslo, lorsque Bill Clinton avait littéralement découvert l’existence de ces négociations israélo-palestiniennes qui lui ont été apportées sur un plateau en guise de parrainage.

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
denis11
- 01/08/2013 - 08:00
pince mi et pince moi sont en bateau...
Il y a deux logiques inconcilliables, d un cote, une culture biblique, occidentale puissante et assiegee, de l autre, une communaute arabo musulmane a la demographie galopante et chauffee a blanc, toutes deux en flagrant delit d hegemonie religieuse, culturelle et territoriale...La diplomatie americaine n est qu une planche savonnee qui donne l illusion d une main tendue...
Une farce, du grand guignol tragique...
Thot7
- 31/07/2013 - 08:33
Politique et religion
Si ces deux pays ne réagissaient que de manière politicienne, la paix pourrait se faire, mais les religieux de ces deux pays n'accepteront jamais, donc il n'y aura jamais la paix.
MichelT
- 31/07/2013 - 00:33
Tous les espoirs sont permis!
Voir: http://t.co/2T1KLuIFCW