En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
SOS

Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en mer ?

Publié le 30 juillet 2013
Scénario catastrophe : vous avez besoin que les secours viennent vous récupérer en mer. Mais une fois sain et sauf qui paye l’addition ?
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Scénario catastrophe : vous avez besoin que les secours viennent vous récupérer en mer. Mais une fois sain et sauf qui paye l’addition ?

Tous les ans, de nombreux vacanciers font appel au service d’urgence pour les sortir de situations délicates : nageur bloqué par le courant, bateau en rade etc. En France, les secours aux personnes sont gratuits a priori…

Les Sapeurs-Pompiers offrent la gratuité des secours d’urgence uniquement, tous les déplacements qui ne sont pas jugés "urgents" sont facturés. L’addition se disperse la plupart du temps entre l’assurance maladie et les mutuelles, cependant l’usager peut se retrouver à payer le reste si sa couverture n’est pas optimale. Le montant varie en fonction des gestes du médecin – en cas d’intervention du SAMU –  et des médicaments prescrits.

Pour les personnes sauvées des eaux l’intervention des secours est gratuite pour les accidentés car les frais sont pris en charge par les municipalités. Cependant les opérations de remorquages sont facturées au propriétaire de l’embarcation. La facture est établie selon un barème qui prend en compte la taille du remorqueur et le temps d’intervention.

"Au delà de 300 mètres à partir du rivage, les frais de sauvetage ne sont plus à la charge de la commune car nous nous trouvons sur le domaine de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM). Si le sauvetage des personnes reste gratuit (la SNSM vit grâce aux dons), le sauvetage du matériel est entièrement à la charge du capitaine du navire en détresse", précise Kevin B., Pompier de Paris.

Si le sauvetage a lieu en montagne, les choses se passeront en revanche différemment. Rendez-vous demain pour en savoir plus.

Manon Hombourger
La rédaction remercie Kevin B., qui intervient pour le site Protegor, pour ses explications.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

07.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
enfer
- 31/07/2013 - 10:20
@tan
Je suis absolument d'accord avec vous...Je rajouterais le type en panne de carburant, qui a 2 voiles sur son pèche promenade et qui pleure assistance par un temps de curé.Le plus beau, c'est le poivrot, de retour de piste avec 3 amis, les 300cv à fond, l’œil rivé sur le traceur qui est monté sur une roche à 45 nœuds...Grosse casse physique, heureusement pas de mort, et miraculeusement les 300 l d'essence n'ont pas pété, chapeau au constructeur...Tout ça parce que les courants ne sont pas dans tous les GPS
jerem
- 30/07/2013 - 20:50
@boutonnet1 - 30/07/2013 - 16:25
avec un bémol ; le choix et la responsabilité .....

on voit aussi ce que donne la plus grosse rente routiere avec le controle technique qui maintenant serait a envisager chaque année .... le foutage de gueule pour entretenir des rentes .

ou l'autre arnaque en devenir , le casque pour vélos. 35 ans que chaque année que le nombre de morts diminue par rapport a l'année précédente et on nous fait du passage au lavage de cerveau en assimilant un coureur du tour de france ou cycliste sportif sur une départemental a fossés et le cidatin sur son goudron.....

Et surtout aucune education pour ces quelques crétins qui circulent en velib n'importe ou (passage clouté, trottoir) , n'importe comment (de front, a contre sens) ......

comme pour la route on l'on fait des campagnes d'affichage de misere pour rappeler l'existence de cet equipement de serie : les clignotants . pareil pour le respect des distances et les regles d'espacement avec les longues des bandes pointillées .... mais il faut dépenser des fortunes tous les 6 mois pour nous parler encore de la vitesse et de l'alcool . Aucune mesure , aucune education, juste de la culpabilisation
boutonnet1
- 30/07/2013 - 16:25
Et les assurances privées ?
Chacun de nous à une assurance RC. Pour pratique le ski l'hiver, il faut une asurance. Pour faire de l'alpinisem il faut une assurance, pour la plongée il faut une assurance etc etc. Que chaque inprudence qui déclenche une intervention de secours soit sanctionnée par une action contre l'asurance de l'imprudent, je n'ai pas dit de la victime, là c'est autre chose. Actuellement personne ne sent concerné puisque tous les sauvetages sont plus ou moins gratuits. Il est même tout à fait normal, pour certain, qu'un sauveteur perde la vie pour tenter de venir le sauver Pour rendre les gens résonables il faut les toucher au porte feuille. Si les assurances privées étaient mises systèmatiquement à contribution, ce sont elles qui rendraient les gens prudents en fonction des tarifs.