En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 46 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 57 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 46 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 15 heures 8 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 12 heures 16 sec
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 51 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 21 heures 1 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
© Flickr / Le Jhe
"Les continentaux peuvent avoir le sentiment que beaucoup de Corses semblent souffrir de persécution."
© Flickr / Le Jhe
"Les continentaux peuvent avoir le sentiment que beaucoup de Corses semblent souffrir de persécution."
Bonnes feuilles

Pourquoi les Corses sont-ils mégalomanes et paranos ?

Publié le 28 juillet 2013
Paradoxaux, paresseux, hostiles... Si vous comptez partir en vacances en Corse, petit conseil : informez-vous d'abord sur ce peuple pas comme les autres. Extrait de "Ils sont fous ces corses" (1/2).
Robert Colonna d’Istria, Corse, historien et écrivain, a publié de nombreux livres, récits de voyage ou reportages. La Corse à laquelle il a consacré une quinzaine d’ouvrages demeure un de ses sujets de prédilection.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Colonna d’Istria
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert Colonna d’Istria, Corse, historien et écrivain, a publié de nombreux livres, récits de voyage ou reportages. La Corse à laquelle il a consacré une quinzaine d’ouvrages demeure un de ses sujets de prédilection.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paradoxaux, paresseux, hostiles... Si vous comptez partir en vacances en Corse, petit conseil : informez-vous d'abord sur ce peuple pas comme les autres. Extrait de "Ils sont fous ces corses" (1/2).

Un continental peut s’étonner, par exemple, de ce que, à propos de n’importe quel fait de société, ses interlocuteurs insulaires le ramènent inévitablement à la Corse. Qu’il parle de politique, de religion, d’art, de faits divers, d’expéditions lunaires, toute conversation revient toujours à la Corse. Comme à une idée fixe. Comme à une obsession. Invariablement. Pour en dire quoi ? Même pas que la Corse est au centre du monde, mais qu’il n’y a qu’elle. Qu’elle résume le monde, est le monde, et permet d’illustrer à peu près n’importe quel propos… Sans doute la Corse, le thème de la Corse, l’intérêt pour la Corse rassurent-ils ceux qui y vivent. Sans doute, surtout, ont-ils la crainte, s’ils parlaient d’autre chose, s’ils s’intéressaient à autre chose, que cela contamine leur cadre de vie, leur patrie, la terre de leurs ancêtres, leur passion, la Corse, à quoi ils tiennent par- dessus tout.

Le contenu et la présentation des journaux sont éclairants. Si l’on regarde, par exemple, ce que titraient, le 28 février 2013, Var-Matin et Nice-Matin, deux gros titres dominaient la une : le départ du pape Benoît XVI et celui de Stéphane Hessel, mort à quatre-vingt-quinze ans. Le même jour, Corse-Matin – dont les lecteurs ne sont pas moins catholiques ou indignés que les autres – met en avant un éboulement de terrain sur une route de montagne, un gérant de gîtes ruraux blessé par chevrotine (accident ou tentative de meurtre ?), la victoire d’une association locale de défense de l’environnement contre EDF. Rien – sauf le billet de Philippe Bouvard, commun aux trois éditions du titre –, rien en dehors de la Corse. Comme si le reste du monde n’existait pas.

On peut parler de n’importe quoi, il se trouve toujours, quoi qu’il se dise, un interlocuteur pour objecter : – Oui, mais chez nous, en Corse… Et, à propos d’un comportement étrange, bizarre, inquiétant, anormal, il se trouve toujours un interlocuteur pour commenter : – Ce n’est pas normal pour les autres, mais pour nous, oui… Tout cela, cet inépuisable narcissisme, parce que la Corse est une île. Et une montagne. Milieux qui, s’ils ont des mérites sur le plan géographique – paysages admirables qui plaisent aux touristes et aux contemplatifs –, sont néanmoins connus pour générer des sentiments de réclusion. Dans une île ou dans une montagne, on se sent enfermé, on a tendance à se replier, à ignorer le monde, à rester entre soi, à vivre, en définitive, au rythme de ses lubies et de ses obsessions. Folie ? Sentiment d’être assiégé ? Refus de la loi des autres ? Forte indépendance d’esprit ? Chacun appréciera.

Paranoïa ?

Les continentaux peuvent avoir le sentiment que beaucoup de Corses semblent souffrir de persécution. D’une propension à se croire victimes, attaqués, brimés, à se plaindre.

– J’ai parfois du mal, commente une de mes amies, à distinguer dans ces jérémiades ce qui est une demande d’amour de ce qui n’est qu’une marque d’hostilité ou d’agressivité. Les Corses croient peut-être que le reste du monde est un vert paradis, peuplé de personnes et d’institutions bienveillantes, gentilles, aimables, efficaces. On pourrait s’y croire à l’abri, en sécurité– c’est le cas…– mais on se sent aussi facilement délaissé, dans une île, menacé, en péril, et l’État – ou les autres incarnés en cette entité abstraite et commode, l’État – est coupable, forcément, par ses intentions et ses actes, par ses actions ou par son inaction, par sa nature même. Calculateur, pervers, tordu, il est responsable – et coupable, donc – de ce qui vous arrive. Cercle vicieux : persécuté, on a tendance, inquiet, à suspecter l’autre, à craindre qu’il ne vous en veuille. On se persuade que, par rapport au reste du monde – au continent –, on a la plus mauvaise part, etc. Ce n’est évidemment pas très fructueux. C’est ainsi.

Toutes les îles poussent-elles à la paranoïa, ou bien la Corse se distingue-t-elle en la matière ? Mystère.

Mégalomanies des îles

L’indépendance de la Corse, depuis quelques années, est à la mode. Beaucoup en rêvent. Mais quelques-uns s’interrogent sur la capacité d’une île d’un peu plus de trois cent mille habitants, sans industries, à garantir – seule – à sa population un niveau de vie qui, peu ou prou, au cœur de l’Union européenne, est aujourd’hui un des plus élevés du monde. Un bon esprit d’indépendantiste croit avoir trouvé la solution :

– On déclare la guerre aux États-Unis. Comme cela, les Américains débarquent sur l’île, nous mettent la pâtée, détruisent tout. Puis, comme ils font partout dans le monde, ils nous envoient des millions de dollars pour reconstruire le pays. On est sauvés…

– C’est pas mal ta solution, objecte un autre, mais si nous gagnons ?

En Corse, les mégalomanes ne manquent pas. À leur décharge, ils ont un modèle prodigieux, en la personne de Napoléon, devenu, parti de pas grand-chose, empereur des Français, maître d’une bonne partie du continent, fondateur d’une lignée royale… Depuis deux cents ans, ses imitateurs sont nombreux. Et si tous n’ont pas atteint les altitudes impériales, ceux qui ont bien ou très bien réussi dans leur domaine ne manquent pas.

L’excellent Jacques Laurent – qui était Corse par une de ses grands-mères, soeur du vaillant général Grossetti, héros de la Marne et de Verdun – a merveilleusement défini ses compatriotes : « Le Corse cultive, à défaut d’orangers, la fierté d’être pauvre et le souvenir de celui de ses fils qui, ayant daigné lever le petit doigt, a aussitôt conquis l’Europe. Napoléon est un souvenir et un alibi. Aucun Corse ne doute que, s’il voulait s’en donner la peine, il ne l’égalerait. Mais pourquoi ? » Toutes les philosophies du monde, les religions et les insoupçonnables vertus de la contemplation – pour ne pas dire de la paresse – tiennent dans cette interrogation : pourquoi ?

– La mégalomanie est un art.

– Et l’absence de volonté de passer à l’acte une source de « folie » ?

Extrait de "Ils sont fous ces corses", Robert Colonna d’Istria, (Editions du moment), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Dire straits
- 28/07/2013 - 23:46
Corse où je suis née...
La Corse, on l'aime et on l'accepte telle qu'elle est, avec ses particularités, ou bien on n'y met pas les pieds!
Déjà, il y a trop de non-insulaires qui y achètent des terrains et font construire, trop de touristes qui souvent ne respectent rien, trop de musulmans. Tous ces gens-là doivent comprendre que les Corses, s'ils les tolèrent, ne les aiment pas particulièrement, donc, ils ont plutôt intérêt à se tenir à carreaux en Corse, car peut-être bien que les Corses sont mégalos et paranos, et alors? C'est cela qui fait leur force, non?
Et vive Pascal Paoli, le vrai père de la Corse!
Temüdjin
- 28/07/2013 - 20:46
@parano mégalo ...
Entendez-vous par là un "Visitez la Corse, vous n'en reviendrez pas" ? :)
Beaumanoir
- 28/07/2013 - 20:24
Les US declarent la guerre a la Corse...
s' ils gagnent ils couvriront la Corse de dollars...mais s' ils perdent (après tout napoleon savait se battre) ?

En fait ce theme a deja ete etudie dans un fim merveilleux "La souris qui rugissait"