En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 8 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 9 heures 46 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 18 heures 3 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 18 heures 43 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 9 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 10 heures 12 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 12 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 14 heures 44 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 17 heures 9 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 18 heures 30 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 18 heures 58 min
 En 1995, alors que les millions du service public lui sont tombés dessus telle une pluie providentielle, Jean-Luc Delarue se balade dans tout Paris avec une clé en or massif.
 En 1995, alors que les millions du service public lui sont tombés dessus telle une pluie providentielle, Jean-Luc Delarue se balade dans tout Paris avec une clé en or massif.
Bonnes feuilles

Une clé... en or massif : comment Jean-Luc Delarue perdit contact avec la réalité et tomba dans la paranoïa

Publié le 26 juillet 2013
Catherine Rambert brosse un portrait sans concession de la star de la télévision disparue Jean-Luc Delarue, qu'elle côtoya pendant vingt ans. Extrait de "Jean-Luc Delarue, fragments de vérité" (1/2).
Journaliste et scénariste, Catherine Rambert est l'auteur de plusieurs livres dont Petite philosophie du soir (Éditions 1). Chez First, elle a déjà écrit Petite philosophie de l'amour (2012).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Rambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste et scénariste, Catherine Rambert est l'auteur de plusieurs livres dont Petite philosophie du soir (Éditions 1). Chez First, elle a déjà écrit Petite philosophie de l'amour (2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Rambert brosse un portrait sans concession de la star de la télévision disparue Jean-Luc Delarue, qu'elle côtoya pendant vingt ans. Extrait de "Jean-Luc Delarue, fragments de vérité" (1/2).

« Comment voulez-vous qu’un type qui se fait faire une clé en or reste normal ? » me lance un ancien de Canal.

L’anecdote est sidérante. En 1995, alors que les millions du service public lui sont tombés dessus telle une pluie providentielle, Jean-Luc se balade dans tout Paris avec une clé en or massif ! Cette clé, il l’a fait fabriquer par un bijoutier parisien spécialement pour lui. Elle ouvre la porte d’entrée des premiers locaux de Réservoir Prod. Dans toutes les soirées, au milieu d’une foule ébahie, il l’exhibe et s’amuse de sa lubie. Les beautiful people, qui en ont vu d’autres, sont sidérés devant tant de mauvais goût. Pour Jean-Luc, inconscient du malaise qu’il provoque, cette clé est à présent le symbole de sa magnificence. Il est désormais le roi dans son royaume, le seigneur dans son château, qu’il ferme tous les soirs avec sa clé magique, sa clé d’or. Pour les autres, elle traduit déjà un comportement irrationnel et une perte de contact avec la réalité.

Toute la folie de Jean-Luc résumée dans une clé en or.

Mais une clé, fût-elle d’or, n’ouvre pas la porte du bonheur…

 (...)

Puis il s’est mis à voir des ennemis partout. Au début des années 2000, Réservoir Prod, je l’ai dit, vit une expansion tous azimuts qui coïncide avec le développement de la paranoïa de Jean-Luc. Il se renferme sur lui-même. Il répond moins à la presse, tolère plus difficilement les critiques, s’enferre dans un mutisme absurde pour un soi-disant « grand communicant ». Les rumeurs les plus folles courent à son propos dans Paris, les malentendus se multiplient, et il reste mutique.

C’est aussi la période où, en coulisses, il devient ingérable et n’arrive plus à se tenir, ni à se contenir. Dans les pince-fesses professionnels, il n’est pas rare de le croiser les yeux vitreux et la voix pâteuse. Lors d’une réception à l’Hôtel de Ville en présence de Bernadette Chirac, il ne peut contenir une crise de vomissements subite… derrière les rideaux de la grande salle de réception ! Moment de gêne et d’embarras. Jean-Luc est exfiltré aux toilettes le temps de se ressaisir. Dieu merci, la presse n’aura pas vent de l’incident, et Mme Chirac, magnanime, fera mine de n’avoir rien vu. Dans la voiture qui le ramène à Réservoir, Jean-Luc, piteux, se fait passer un savon par un membre de son équipe, qui ose lui dire que trop, c’est trop ! Il promet que cela ne se produira plus. Dans les jours qui suivent, tel un petit garçon ayant une bêtise à se faire pardonner, il sera irréprochable, sérieux, ponctuel. « Il adorait presque qu’on l’engueule, se souvient un membre de son staff, amusé. À ses yeux, cela voulait dire qu’on l’aimait, qu’on le protégeait. Jean-Luc nous était très reconnaissant de lui dire la vérité. D’ailleurs, les problèmes survenus plus tard avec les uns et les autres n’ont eu aucun rapport avec la franchise que l’on pouvait avoir avec lui. »

Malgré ces périodes de rédemption, tous ceux ou presque qui ont travaillé avec lui relatent ses dérapages verbaux de plus en plus fréquents, ses colères inouïes pour des riens, des comportements hiératiques, ses absences du bureau pendant plusieurs jours. Des jours entiers de silence durant lesquels son équipe apprend à fonctionner sans lui. Celui qui fut un bourreau de travail délègue de plus en plus – doux euphémisme : il se relâche, travaille moins.

En revanche, lorsqu’il revient à Réservoir, son esprit est toujours aussi affûté, rapide. Il rattrape son retard à la manière de ces élèves surdoués qui sèchent les cours pendant l’année scolaire, bossent comme des fous dans la dernière ligne droite et obtiennent à l’arrivée une meilleure note à l’examen que leurs petits copains plus consciencieux qui ne se sont pas dispersés. Son talent inouï le sauve et le protège. Avant ses émissions, il assimile en deux heures les fiches que ses assistants lui ont préparées pendant la semaine. Il n’a pas son pareil pour flairer les bons concepts dans les brainstormings et se révèle un as de la négociation quand il s’agit de « fourguer la camelote aux chaînes » au prix fort. En outre, s’il peut se montrer odieux avec la piétaille, il respecte sa garde rapprochée, qui le borde – il en est conscient – de tous côtés.

Toute la profession s’accorde d’ailleurs sur ce point : il s’est très bien entouré. Son staff est constitué d’un aréopage de professionnels sérieux et solides, aux compétences incontestables, et dont les tempéraments et les styles de vie sont à l’opposé des siens. Maria Roche, Gilles Bornstein (l’homme à l’oreillette), Michel Morinière, Franck Seurat… travaillent avec lui, mais ils ne font pas partie de la cour du boss.

« On ne sortait pas avec lui, ou alors uniquement lors de dîners ou de soirées exceptionnels qu’il organisait pour nous réunir. La plupart d’entre nous avions des vies très rangées par rapport à lui, avec famille et enfants. Et chacun sentait qu’il fallait lui résister et ne surtout pas l’accompagner dans ses nuits sans fin. D’ailleurs, ceux qui l’ont fait n’ont pas résisté. Ils ont été virés rapidement. Jean-Luc méprisait les larbins. Il utilisait les gens quelque temps, s’amusait avec eux et les jetait de façon assez cruelle quand il se lassait. Pour durer, avec lui, il fallait à la fois être proche et respecter une distance de sécurité. »

Autant il se tient et sauve les apparences devant sa garde rapprochée, dont il estime les compétences, autant dans le microcosme médiatique Delarue ne parvient plus à faire illusion. Les patrons de chaîne et les directeurs de programmes sont sidérés de voir à quel point l’homme est aux antipodes de l’image de gendre idéal qu’il s’est façonnée. Contre toute logique, il défie cette loi d’airain de la télévision selon laquelle on ne peut mentir à la caméra, cet impitoyable détecteur de mensonges et de faux-semblants. Sans doute parce que, même dans ses pires moments, il n’a jamais cessé de s’intéresser sincèrement aux « vrais » gens. L’alcool et la drogue troublaient son jugement et son comportement, mais j’ai toujours discerné chez lui une réelle empathie pour ses semblables. Pour paraphraser le titre du film d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, il a toujours eu « le goût des autres ». Je n’en dirais pas autant de certains de ses célèbres acolytes, en apparence plus drôles et plus sympathiques, mais en apparence seulement.

Néanmoins, le costume craque de toutes parts. Et ce même microcosme qui aime tant brûler ses idoles répète en boucle des anecdotes invraisemblables sur le mode de vie de la star. Comme toujours dans ces cas-là, l’origine de l’information est toujours floue : « Je connais quelqu’un qui connaît quelqu’un… » J’ai moi-même entendu tant de mythomanes, installés à des postes respectables dans la presse et dans les médias, colporter n’importe quoi. J’ai toujours accueilli avec circonspection ces racontars ineptes émanant de prétendus proches. Un ramassis de zozos bêtes et méchants qui s’étaient vaguement retrouvés à dîner chez lui et qui pensaient que cela suffisait pour compter parmi ses amis.

En les écoutant, je songeais en moi-même : « Des amis comme cela, je n’en voudrais pas comme ennemis. »

Extrait de "Jean-Luc Delarue, fragments de vérité", Catherine Rambert, (First Édition), 2013, 15.00 Euros. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

07.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
rolavite
- 27/07/2013 - 12:39
La Cocaine est un pilier
du déclin de l'humanité. Plus ça va et plus il yen aura !
géodith
- 27/07/2013 - 11:56
Tiens, tiens
Je me disais bien que cela faisait longtemps qu'il RIP..
Y a encore du fric à se faire sur son dos...
Alsacien
- 26/07/2013 - 16:54
veux pas être méchant...mais...
Une clé en or massif ça servirait juste à rien !
Quand on parle bijoux on ne précise jamais OR MASSIF, tout bêtement parce que c'est un métal mou, vraiment très mou, une clé telle que décrite se plierait à la première tentative de la faire tourner dans une serrure.

Pas important me diront certains, ben pour moi si.
Simple routier, ex Légionnaire, moi et ma femme nous avons, un CAP pour moi (+ le BEPC) et pour elle, le BEPC, un BAC, son diplôme d'infirmière.
On a trois fille, entre 18 mois et neuf ans et hélas, MILLE FOIS HÉLAS, l'école est déjà une fabrique à cons qu'il faut remplacer sans cesse, alors les journalistes pourraient peut être (parfois ?) vérifier la cohérence de ce qu'ils écrivent ce serait pas mal.