En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 22 sec
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 10 heures 47 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 21 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 12 heures 50 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 41 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 14 heures 58 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 36 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 3 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 15 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 32 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 33 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 4 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 47 sec
© REUTERS/Jack Hill/Pool
30 % des messages postés sur le réseau social provenaient des Etats-Unis, suivis par le Canada et l'Australie.
© REUTERS/Jack Hill/Pool
30 % des messages postés sur le réseau social provenaient des Etats-Unis, suivis par le Canada et l'Australie.
Né star

Tweet-tempête à 500 millions de personnes : mais pourquoi une telle frénésie pour un bébé qui ne devrait pas régner avant 2060 ?

Publié le 24 juillet 2013
La nouvelle de la naissance du nouvel héritier de la couronne britannique a enflammé les réseaux sociaux et les médias bien au delà des frontières du royaume.
Philippe Delorme est historien et journaliste. Spécialiste des familles royales, il est l'auteur d'une trentaine de livres sur le sujet, notamment Charlène et ces drôles de dames de Monaco, et William et Catherine, 150 ans de noces royales en Grande...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Delorme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Delorme est historien et journaliste. Spécialiste des familles royales, il est l'auteur d'une trentaine de livres sur le sujet, notamment Charlène et ces drôles de dames de Monaco, et William et Catherine, 150 ans de noces royales en Grande...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La nouvelle de la naissance du nouvel héritier de la couronne britannique a enflammé les réseaux sociaux et les médias bien au delà des frontières du royaume.

Atlantico : L'accouchement de la duchesse de Cambridge a été suivi par près de 500 millions de personnes sur twitter selon le site britannique Daily Mail. Comment expliquer cette frénésie ? 

Philippe Delorme :  S'il ne faut pas négliger l'importance des réseaux sociaux qui démultiplient les informations, les nouvelles et les événements, il existe une véritable affection du peuple britannique pour la famille royale qui y voit un élément de l'âme du pays. Cette famille représente leur histoire, dans laquelle ils se projettent fidèlement depuis toujours. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la famille royale a été particulièrement proche du peuple en restant à Londres.

Il est également essentiel de se souvenir que la reine d'Angleterre est aussi la reine de 16 autres pays dans le monde - Canada, Nouvelle-Zélande etc. - et  chef des 54 pays du Commonwealth. 

Justement, près de 30 % des messages postés sur le réseau social provenaient des Etats-Unis, suivis par le Canada et l'Australie. Comment expliquer que cette frénésie ne revête pas qu'une dimension nationale mais internationale ? 

Pour le Canada et l'Australie, c'est simple de l'expliquer : la reine d'Angleterre est aussi reine de l'Australie et du Canada. C'est une manière, pour ces pays, de se rattacher à leur histoire lointaine : ce sont des pays neufs qui ont des histoires relativement courtes - 2 /3 siècles - qui, en se rattachant à leurs origines européennes, obtiennent un supplément d'âme, un supplément d'histoire qui leur manque finalement beaucoup. 

C'est la même raison qui explique l'engouement des Etats-Unis pour la famille royale britannique : certes ils ont coupé les liens avec l'Angleterre colonialiste et ils se sont construits en réaction à cette monarchie, mais cela fait partie de leur passé et de leur histoire et ils en restent assez proches. Ce qui explique également l'engouement de ces pays pour la généalogie : beaucoup d'Américains et de Canadiens recherchent leurs origines européennes pour essayer de retrouver leurs racines. 

Dans les autres pays, comme en France par exemple, il y a un réel besoin de repères en période de crise. On a besoin de contes de fées, de familles idéales et d'histoires d'amour sincères. C'est finalement assez rare les vrais mariages d'amour au sein des familles royales, et ce n'est d'ailleurs que très récemment que les mariages au sein des monarchies sont des mariages d'amour et non plus des mariages arrangés comme l'était par exemple celui de Charles et Diana.

Il y a également une réelle nostalgie des valeurs dans notre pays, que l'on peut expliquer par la sécheresse des institutions républicaines, le manque d'incarnation et d'affection, trop souvent mis de côté par le politique, mais qui est pourtant primordial dans les relations du politique au peuple.

La politique n'est pas uniquement une affaire de compétences et de techniques mais aussi une affaire de cœur. Ce qu'on demande au pouvoir politique c'est de réunir les gens et de les faire vivre ensemble, et ce n'est pas possible sans sentiments. Le symbole - "ce qui rassemble" en grec - est un paramètre extrêmement important. Par exemple, s'il n'y avait pas de roi, il n'y aurait plus de Belgique à l'heure actuelle...

L'image moderne du couple formé par William et Kate a-t-elle un impact ?

Bien sûr : déjà, c'est un couple qui s'aime, ce qui est finalement assez nouveau dans la famille royale : c'est réellement cette génération qui a inventé les mariages d'amour. Diana, il faut le rappeler, était une "oie blanche" choisie par la Reine pour son  jeune fils Charles, célibataire impénitent. Et on a vu comment ce couple a fini. Alors qu'au contraire, il y a une réelle sincérité dans le couple de Kate et William. Kate, en plus, n'est pas une princesse étrangère, mais c'est une  "fille du pays", qui vient d'un milieu plutôt aisé mais sans être de la haute aristocratie dont était issue Diana par exemple. C'est un peu la middle-class qui s'invite à Buckingham Palace. Beaucoup d'Anglaises se projettent bien évidemment plus facilement dans ce genre de mariage, plus que si Kate avait été une aristocrate de naissance. Kate et Willliam seront, je pense, beaucoup plus proches de leur enfant que ceux des générations précédentes, qui étaient élevés par des nurses et envoyés dans des pensionnats au bout du monde. Diana avait déjà d'ailleurs commencé à reprendre sa réelle place de mère dans l'éducation de ses enfants.

Faut-il voir dans cet engouement une marque de fascination particulière à l'égard de la monarchie britannique ? Comment expliquer qu'en 2013, un système monarchique, qui peut paraître anachronique, conserve un tel pouvoir d'attraction ? 

La monarchie britannique est la plus fastueuse car le roi et la reine sont encore sacrés. La cérémonie du sacrement est réellement un décorum qui vient d'une autre époque : carrosses, couronnes, manteaux d'hermine... Cet apparat est unique en son genre, et on le retrouve pour ainsi dire dans aucune autre monarchie : par exemple, l'intronisation du roi de Belgique il y a quelques jours était très discrète. La seule monarchie à laquelle on pourrait comparer la monarchie anglaise est la monarchie japonaise, qui a encore une véritable attache aux traditions et aux rituels anciens. 

Pour les Britanniques, cette famille royale est un miroir dans lequel le peuple peut se projeter, d'autant qu'il y a toujours plus ou moins un membre de la famille royale qui a son âge, à chaque génération.

Il y a aussi une réelle perte de sens des valeurs - notamment avec la mondialisation - ce qui fait que toutes les traditions disparaissent plus ou moins. Une telle tradition représente une sorte de phare dans la tempête qui permet de garder une idée de ce que l'on est, d'où l' on vient et où l'on va. Le jeu politique fonctionne de manière beaucoup plus sereine quand il y a, comme dans ces systèmes monarchiques, un personnage un peu hors du jeu, comme un arbitre dans un match de football. En plus, l'aventure nationale est incarnée dans une famille, comme un symbole de la continuité de l'histoire nationale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 23/07/2013 - 21:37
au fait
sur tweeter on ne suit pas un evenement, on le subit par la simple acceptation d'un lien ......
jerem
- 23/07/2013 - 21:36
Frenesie ? pauvreté creatrice des medias
un comique danse comme un cowboy au yeux brides , toute la planete doit s'emouvoir car des ados ont clique sur une videos, ' (on voit encore denisot emu de nous présenter le live - aussi emouvant que de recevoir whitney houston)

on continue avec un produit dérivé , le vendeur de poison qui nous donne son prix en chantant , nouveau delire mediatique

et on poursuit avec une bimbo qui a une remarque banale d'une intello siliconée dont son producteur montre décidemment un parcours sans vote des production AB des années 90 aux anges du sous sol des 2010....

Ah oui la frenesie limite l'indecence fuka des MEDIAS qui sont toujoursp lus nombreux pour elever toujours plus haut la masse
quesako
- 23/07/2013 - 20:54
La GB a conscience d'être encore une nation avec des valeurs !
C'est ce qui nous manque : on n'est plus des gaulois (cf affiches à Paris), on n'a plus le droit d'avoir sa culture pour ne pas "stigmatiser" ceux qui arrivent inexorablement à plus de 200 000 (officiels) par an, tout fou le camp et on n'a pas de gouvernement avec une vision, excepté des petits arrangements politicards.
Pauvre France : le déclin de puis les années 80 !
Que les britanniques ont la chance de pouvoir être fiers de leur pays !