En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

05.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 11 heures 10 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 19 heures 58 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 20 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 21 heures 55 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 12 heures 22 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 17 heures 9 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 19 heures 31 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 20 heures 5 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 20 heures 39 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 21 heures 24 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 21 heures 33 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 22 heures 3 min
© Flickr commons
Pour 65% des parents, le critère numéro un du choix du prénom de leur enfant est la sonorité.
© Flickr commons
Pour 65% des parents, le critère numéro un du choix du prénom de leur enfant est la sonorité.
Ad vitam eternam

Prince ou plouc : ce que le choix d’un prénom a vraiment comme impact sur une vie

Publié le 23 juillet 2013
Faire un bébé, aussi royal soit-il, est une chose. Choisir le prénom qu'il portera toute sa vie en est une autre. Attention à ne pas se laisser aller à une folie au moment de cette décision cruciale car votre enfant pourrait vous en vouloir pour toujours.
Stéphanie Rapoport
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphanie Rapoport est l’auteur de l'Officiel des prénoms ainsi que d’autres publications sur les prénoms. Elle anime le site meilleursprenoms.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faire un bébé, aussi royal soit-il, est une chose. Choisir le prénom qu'il portera toute sa vie en est une autre. Attention à ne pas se laisser aller à une folie au moment de cette décision cruciale car votre enfant pourrait vous en vouloir pour toujours.

Atlantico : Comment les parents choisissent-ils le prénom de leurs enfants ? Quels sont les éléments qui jouent un rôle déterminant dans cette décision ?

Stéphanie Rapoport : Suite à un sondage effectué sur meilleurprenoms.com, il apparaît que pour 65% des parents le critère numéro un est la sonorité. Vient ensuite l’accord entre le prénom et le patronyme, puis l’originalité.  Si on regarde le top 20 des prénoms actuels, chez les femmes on en compte 9 qui se finissent par "a", tandis que chez les hommes ils ont tendance à se terminer en "o", "éo" ou "el" (Gabriel, Raphaël, Maël, etc). On reste dans les prénoms très courts : 5 lettres, 2 syllabes. Les plus attribués correspondent à ce modèle, avec beaucoup de sonorités rondes, de juxtapositions de voyelles, et surtout des "a" pour les filles.

La génération des années 1980-90 a été très marquée par les prénoms américains inspirés des séries américaines comme Kevin, Jason ou Jennifer. Dans quelle mesure les références culturelles des parents influencent-elles leur choix ?

Il a été sociologiquement démontré que ces prénoms issus des séries américaines ont été des marqueurs d'un milieu social plutôt ouvrier. Il est vrai que les porteurs de ces prénoms qui recherchent aujourd’hui un emploi ou évoluent socialement n’en sont pas spécialement ravis, car ils sont très conscients de la connotation sociale qui y est associée. J’ai reçu des commentaires de la part de personnes s’appelant Kevin ou Jennifer, et qui disent bien qu’elles ne sont pas heureuses de porter ces prénoms, très stigmatisés par la presse, entre autres. On ne peut pas faire de généralités, néanmoins la tendance est réelle. Par exemple, sur le CV le prénom donne une indication immédiate de l’origine sociale.

Faut-il encourager les futurs parents à peser toutes les implications de leur choix de prénom pour l’avenir de leur enfant ?

Prenons l’exemple de la chanteuse Adèle. C’est un prénom élégant, souvent choisi par les classes supérieures, et qui passe très bien dans tous les milieux. Le problème des Kevin et Jennifer vient du fait qu’avant l’arrivée de ces séries américaines en France, ils étaient pratiquement inconnus chez nous. Ils ne pouvaient pas ne pas être associés aux séries. Si aujourd’hui on appelle son enfant Rihanna ou Shakira, les oreilles vont immédiatement se dresser, puisque ces noms n’existaient pas avant elles. Si on veut être sûr de donner un prénom passe-partout en France, mieux vaut miser sur le classique ou le rétro. On peut être sûr qu’ainsi l’enfant n’aura jamais aucun souci - ce qui n'interdit pas la recherche d'originalité, bien entendu.

Les parents se rendent-ils compte de la responsabilité qui est la leur au moment de prénommer leur enfant ?

Avant, on appelait les gens par leur nom de famille. Aujourd’hui, le prénom est tellement  fondateur de l’identité que les parents se rendent tout à fait compte de leur responsabilité. La question du prénom est d’ailleurs beaucoup plus médiatisée que dans le passé.

Beaucoup de parents sont-ils amenés à regretter leur choix de prénom ? Quelles sont les causes de ces regrets ?

Un sondage nous a permis de savoir que 97 % des parents ne regrettent pas leur choix. Il est très difficile pour un parent de procéder à une telle critique : on s’habitue naturellement au prénom que porte son enfant, au point qu’on dit souvent qu’il le porte bien. Parmi les 3 % qui disent regretter leur choix, les raisons avancées sont, à proportions à peu près équivalentes : trop répandu, trop rare, trop original, trop connoté socialement. 6% de ceux qui regrettent estiment avoir inventé le prénom de leur enfant.

Une étude de référence menée en 1946 aux Etats-Unis a mis en avant une corrélation entre l'estime qu’on a de soi et le prénom que l'on porte. Pour être heureux, faut-il avoir un prénom facile à porter ?

Ceux qui portent mal leur prénom sont complexés, et cela transparaît dans toutes les démarches qu'ils peuvent être amenés à faire. Psychologiquement, ne pas aimer son prénom peut avoir pour effet d’aigrir la personne. Car détester son prénom, c’est se détester soi-même. 

Des études ont été menées dans plusieurs pays, montrant que des personnes affublées d’un prénom compliqué ou négatif, et donc a priori handicapant, ont une réaction extrêmement positive qui leur permet de très bien s’en tirer. Une famille américaine avait appelé son cinquième enfant Loser (Perdant), et le sixième, Winner (Vainqueur). Chose incroyable, ledit Winner est maintenant en prison, et Loser mène une carrière réussie de policier. Il s’est parfaitement accommodé de son prénom, et demande même à ce qu’on ne cherche pas à en changer la prononciation. De nombreuses études montrent qu’un prénom compliqué peut tout à fait façonner de manière bénéfique un enfant.

Tout est question de tempérament. J’ai la conviction profonde qu’un enfant costaud psychologiquement qui a un prénom excentrique s’en sortira très bien parce que justement, il se renforcera dans sa personnalité. Son prénom l'amenant à être davantage au cœur de l'attention, il mettra en exergue ses qualités. A l’inverse, une personne fragile, qui n’a pas confiance en elle, et qui a un prénom farfelu, en souffrira énormément.

Un jeune Pierre et un jeune Léonidas partent-ils dans la vie avec les mêmes chances ?

Avec Pierre ou Louis, il n'y a pas de prise de risque, tandis qu’avec Léonidas les choses sont plus incertaines. Cependant, si l’enfant appelé Léonidas est costaud, il se fera remarquer, ce qui pour lui sera un atout. Le problème fondamental étant qu’on ne peut pas connaître la personnalité de l’enfant à naître.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Soleil
- 24/07/2013 - 10:43
Important
C'est important de bien réfléchir au prénom que portera toute sa vie notre enfant.
Inconnu
- 23/07/2013 - 20:24
"Plouc"
Le titre correspond bien à l'article.
Jean-Francois Morf
- 23/07/2013 - 20:15
Leurs prénoms de rois ont un peu aidé leur carrière:
Darius Rochebin obtient sans problème des interview avec tous les grands de ce monde, malgré que la TV suisse romande ne soit qu'une toute petite TV...