En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
"La première année n’a pour but que de vous sélectionner, de vous faire ingurgiter des tonnes de connaissances sûrement très intéressantes mais fort inutiles cette année-là."
Bonnes feuilles
Les études de médecine telles qu'elles sont conçues actuellement ne servent pas à grand chose
Publié le 20 juillet 2013
Avec Marc Magro
On l'imagine en super héros. L'urgentiste Marc Magro invite à l'accompagner de l'autre côté du miroir, avec ce que cela comporte de décisions à la hâte, de doutes, de mots à trouver, parfois de sentiment d'échec ou même de culpabilité. Extrait de "Médecin d'urgences" (1/2).
Médecin urgentiste au CHU de Nice et au centre hospitalier de Menton, Marc Magro est aussi médecin capitaine pompier à Nice, Antibes, Cagnes-sur-Mer et dans l'arrière-pays niçois. Il est déjà l'auteur de plusieurs romans parus aux Editions Glyphe.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Magro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Médecin urgentiste au CHU de Nice et au centre hospitalier de Menton, Marc Magro est aussi médecin capitaine pompier à Nice, Antibes, Cagnes-sur-Mer et dans l'arrière-pays niçois. Il est déjà l'auteur de plusieurs romans parus aux Editions Glyphe.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On l'imagine en super héros. L'urgentiste Marc Magro invite à l'accompagner de l'autre côté du miroir, avec ce que cela comporte de décisions à la hâte, de doutes, de mots à trouver, parfois de sentiment d'échec ou même de culpabilité. Extrait de "Médecin d'urgences" (1/2).
Avec Marc Magro

J’aimerais dire que les études de médecine sont passionnantes mais ce n’est pas le cas.

La première année n’a pour but que de vous sélectionner, de vous faire ingurgiter des tonnes de connaissances sûrement très intéressantes mais fort inutiles cette année-là. C’est d’abord un tour de force, une surenchère, une épreuve terrible pour ceux qui ont peu de mémoire, qui ne savent pas s’organiser et qui ne viennent pas de filières scientifiques.

Qui dit sélection, dit esprit de compétition. En amphithéâtre, certains redoublants vous le font tout de suite sentir. L’enjeu est crucial aussi. Cela coûte cher, voire très cher pour ceux qui suivent des cours privés ou particuliers. Parce qu’on leur a dit que ce n’était pas possible de réussir sans aide. De ce côté, j’ai toujours été naïf avec mon équation magique : Travaille régulièrement et tu ne seras pas moins con qu’un autre. Car une fois qu’on sait sa leçon, où est le problème ?

En fait, le problème, c’est la ténacité. Comment ne pas craquer, continuer alors qu’on aurait envie de tout abandonner, de sortir, de profiter de notre jeunesse parce qu’après c’est trop tard ? Bien sûr ce genre de réflexions est valable quelles que soient les études. Mais celles-ci ont une dure réputation. Réputation renforcée par la contrainte du numerus clausus, c’est-à-dire le nombre prédéfini d’étudiants en médecine potentiellement admissibles en deuxième année pour tout le territoire français.

Cette année il est de 8 000. Ce qui au bout du compte ne parera pas la désertification médicale de certaines régions. J’ignore comment ont évolué les contenus des cours, comment a évolué l’envie des profs de nous communiquer leur savoir. Je retiendrai seulement qu’il est pour moi beaucoup plus facile d’apprendre dès qu’il y a une sympathie ou une empathie au-delà de la qualité d’un pur savoir.

L’art d’enseigner la médecine n’est ni aisé, sûrement, ni donné à tout médecin, aussi. Je crois qu’on peut retrouver les mêmes difficultés, les mêmes failles dans le rapport médecin-patient. La connaissance semble être pour certains un privilège qu’on ne dispense qu’à soi-même.

En résumé, mes études ont été longues, voire interminables, pas toujours intéressantes, souvent mal adaptées aux pratiques, sans coordination avec les stages hospitaliers que je faisais. C’est vraiment dommage. Mais tout ceci n’empêche pas d’apprendre, d’avancer et d’y croire. La curiosité donne l’énergie suffisante pour aller chercher l’information qui manque, rencontrer les gens qui peuvent vous aider, vous passionner. Il y en a heureusement. Leur porte est ouverte.

Faut-il encore le savoir. Je dirai que tout ce que je sais, la faculté de médecine me l’a enseigné.

Mais ce que j’en ai fait, je l’ai appris avec les patients.

Extrait de "Médecin d'urgences", Marc Magro (First Edition), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 21/07/2013 - 00:03
et ailleurs ? c'est comment ? encore le nirvana ?
cela manque de comparaison , d'illustration des autres methodes ailleurs , pour voir .....

cela coute cher ? oui mais surement moins
Anemone
- 20/07/2013 - 20:21
1ere année
Dans la mesure où le bac n'est plus rien, la 1ere année est nécessaire afin de faire un tri !
Selon les dires des collègues de , SVT de mon conjoint, le niveau est tel, qu'ils sont inquiets pour leur prise en charge par ces médecins lorsqu'ils seront malades dans quelques années!
.
Dans la ville universitaire la plus proche de chez moi, 3000 inscrits la première année : 78 places pour médecine, 70 pour pharma, et je ne sais plus pour Sage femme, Kiné et dentiste.(250 environ toutes options confondues).
Et 250 ayant le droit de redoubler...Soit 2500 ...qui n’auraient pas du avoir le bac.
.
Aujourd'hui, il faut 1concours. De mon temps, comme disent les vieux, il y avait 1 concours pour médecine, mais pas pour Pharma :
40 reçus en juin et 40 en sept... Du pareil au même! (hormis que nous étions largement moins nombreux)
.
Ensuite, dès la 2eme année, on apprend des "choses" qui servent ... Même s'il est vrai qu'une fois sur le terrain des stages ou internats, on se rend compte qu'entre la pratique et la théorie il y a une marge...
.
En fonction des progrès de la science, nous devons nous adapter au niveau professionnel. Et tjs apprendre! C'est à ça que prépare la fac.
Vinas Veritas
- 20/07/2013 - 19:32
Médecin de l'homme
Quelle ne fut pas l'horreur de constater que, moi sorti d'une fac de pharmacie, j'avais aussi droit au titre merveilleux de "Docteur". ce titre j'avais autant le droit que le médecin de le porter, de l'afficher.
ce que j'ai appris de la fac, beaucoup de connaissances, certaines que j'utilise d'autre pas mais j'ai appris aussi à réfléchir et à penser devant un problème chaque fois différent et à appliquer le résultat de ma réflexion à chacun.
Certes, il y a de nombreux cas balisés et la solution se répète à l'identique mais ce n'est que le résultat d'un raisonnement libre et éclairé c'est à dire Libéral.
problème complexe ? alors là, les solutions tracées n'existent plus et il faut se mouiller le cul et se poser des questions, plusieurs, quitte à remettre en cause la connaissance pour la faire progresser au bénéfice de chaque malade non des malades en général.