En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 28 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 20 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 29 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 5 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 6 heures 45 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 11 heures 41 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 14 heures 41 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
D’importantes tensions existent entre les communautés juives et musulmanes.
© Reuters
D’importantes tensions existent entre les communautés juives et musulmanes.
De pire en pire ?

Crispations communautaires, propos racistes et visibilité grandissante du fait religieux : état des lieux des tensions entre juifs et musulmans en banlieue

Publié le 17 juillet 2013
Dans l'enseignement secondaire mais aussi dans le supérieur, des propos racistes et antisémites de plus en plus libérés témoignent d'un accroissement des tensions communautaires.
Sophie Ferhadjian est agrégée d’histoire, enseignante dans le secondaire dans un lycée appartenant au système éclair et chargé de mission et des études au Haut Conseil à l’Intégration. Elle a co-écrit Les territoires perdus de la Républiques,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Ferhadjian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Ferhadjian est agrégée d’histoire, enseignante dans le secondaire dans un lycée appartenant au système éclair et chargé de mission et des études au Haut Conseil à l’Intégration. Elle a co-écrit Les territoires perdus de la Républiques,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'enseignement secondaire mais aussi dans le supérieur, des propos racistes et antisémites de plus en plus libérés témoignent d'un accroissement des tensions communautaires.

A lire également : 
Polémique sur de jeunes juifs orthodoxes qui auraient refusé des femmes comme surveillantes des épreuves du brevet en Seine-Saint-Denis : pourquoi ça ne s’est pas passé comme on vous l’a dit
et
Pourquoi les rapports entre établissements publics et confessionnels ne sont pas aussi simples que peuvent le laisser penser les discours officiels

Atlantico : Quel est aujourd’hui l’état des relations communautaires en Ile-de-France et plus particulièrement dans les départements de banlieue ? Peut-on parler d’un climat délétère entre les communautés juives et musulmanes ?

Sophie Ferhadjian : En tant que professeur et que membre du Haut Conseil à l’intégration, ce que j‘ai vu et les dire de mes collègues font clairement apparaître que d’importantes tensions existent entre ces communautés. Depuis dix ans, depuis la publication de Les territoires perdus de la République, il me semble clair que ces tensions ont nettement augmenté.

Il y a une parole antisémite ainsi que des propos racistes de plus en plus libérés, les jeunes ont de moins en moins l’impression que c’est grave. De plus, on constate une crispation communautaire, une façon de se recentrer sur les siens plutôt que de s’ouvrir. A l’intérieur même de chaque communauté on sent un repli vers le religieux et donc une réaffirmation dans la sphère publique de toute la dimension religieuse.

Cela prend parfois des formes anodines mais quand nous auditionnons par exemple l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), on note ce repli identitaire et communautaire au sein de l’Université et pas uniquement dans  le secondaire. Ce phénomène s'est généralisé car lorsque nous avons publiés Les territoires perdus de la République, l’augmentation des actes antisémites et la difficulté à évoquer la religion se concentraient dans l'enseignement secondaire.

Diriez-vous que les élèves juifs, qu’ils reçoivent une éducation religieuse ou qu’ils fréquentent des établissements privés, subissent une pression particulière ? De quelle ampleur est-elle ?

Ma fonction et mon expérience ne me permettent pas de livrer d’informations sur l’enseignement juif privé, mais seulement sur le cas de l'enseignement public. Dans le public, nous avons noté une fuite des élèves de confession juive vers l’enseignement privé à cause, surtout dans le secondaire, d’insultes antisémites et de violences particulières mais aussi à cause d’un retour à la foi. On pourrait penser que ce retour à la foi est en bonne partie dû à ces actes de violence mais si on regarde le phénomène de manière plus global ce n’est pas évident.

Ces persécutions se constatent dans le public, dans les quartiers sensibles que les journalistes aiment à appeler « populaires ». Les actes et les propos antisémites émanent dans ces quartiers davantage de gens issus de la communauté musulmane. Sans vouloir excuser quoi que ce soit, les musulmans sont surreprésentés dans ces quartiers ce qui provoque un effet mathématique.

Quelle est la position, même officieuse, de l’Education nationale sur le sujet ? Certains établissements et inspecteurs procèdent-ils à des arrangements de faits, toutes communautés confondues, pour apaiser ces tensions ?

Il n’y a aucune information officielle à ce sujet et s’il y en a cela ne remonte pas jusqu’à nous. Pour ma part, j’ai surveillé des examens et dans les établissements où j’ai travaillé, le principe de laïcité et la loi Debré ont toujours été respectés. Pour être honnête, nous n’avons jamais été confrontés à un élève qui aurait souhaité porter un signe distinctif religieux au brevet des collèges. Il faut savoir cependant que le Bac ne pose pas le même problème puisqu’il s’agit du premier examen de l’enseignement supérieur. On peut donc aisément imaginer un ou une élève qui serait venu tout l’année sans voile ou sans kippa venir avec le jour du Bac.

Qu’auriez-vous honnêtement fait si vous aviez été dans un tel cas ?

C’est une question complexe. Sur le plan personnel, en tant que femme, que professeure et que transmetteur de savoir, cela m’affecte toujours qu’un individu préfère se soumettre à la loi de Dieu qu’à celle du savoir qui selon moi est émancipateur. Bien sûr, chacun est libre de ne pas partager cet avis à la condition que sa croyance ne soit pas imposée aux autres.

Il ne faut pas non plus se tromper sur le sens du message politique que représente le port du voile. Comme l’a notamment écrit Abdelwahab Meddeb, il représente un positionnement de la femme qui est bien particulier et affirmé. De plus, nous sommes dans un établissement public où la laïcité doit s’appliquer surtout quand c’est pour un petit arrangement.

La France est une République laïque, indivisible et sociale, c’est dans la constitution. A partir du moment où l’on commence à déroger, on met le droit dans un engrenage dont on ne sait pas où il s’arrêtera. Prenons un exemple plus neutre mais très parlant : les cantines scolaires. Toute mon enfance, j’ai déjeuné à la cantine puis j’ai continué en tant que professeur. Il y a toujours eu un plat sans porc et cela n’a jamais posé problème. Mais à présent, il faut que les légumes ne soient pas en contact avec la viande. Puis les plats végétariens ne suffisent pas, il faut des plats de viandes hallal ou casher. Puis, il faudrait des assiettes compartimentées pour que les aliments ne se touchent pas entre eux ou encore la garantie que les couverts n’ont pas été en contact avec telle ou telle chose et ainsi de suite. Au départ, nous avons donc un accommodement : le plat sans porc, tout simple, et on arrive à une situation délirante dans laquelle sont revendiquées des choses toujours plus nombreuses. Ensuite, on arrive à la remise en cause du poisson le vendredi alors "le poisson tourne" pour éviter que l’on reproche l’influence de l’héritage catholique de la France.

Est-il désormais presque devenu impossible de mettre dans une même salle d’examen des élèves juifs et musulmans ?

Je pense qu’il y a des tensions mais que cela dépend du message que l’on veut faire passer. J’entends par là qu’il faut choisir une règle respectée sans transiger. Tout le monde doit pouvoir passer un examen ensemble sans se préoccuper de questions religieuses pour quelques heures. Nous sommes dans un endroit laïc où tout le monde doit être traité de la même façon. 

Au niveau de la gestion d’une salle des examens, on comprend que parfois on veuille faire des aménagements pour apaiser les tensions car s’il y a un problème, cela remonte à la hiérarchie qui ne soutient pas toujours ses troupes.

Il y a dans certaines zones un niveau de tension tel que des problèmes pourraient subvenir à cause de la mixité religieuse et culturelle. Mais cela posera d’autant plus de problèmes que l’institution se montrera trop souple. C’est le manque d’intransigeance qui mène aux tensions puisqu’il laisse exister le problème. J’ai toujours enseigné en ZEP et c’est la même chose lorsque l’on veut tenir une classe. Il faut fixer des règles et ne jamais transiger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lionel75
- 18/07/2013 - 18:57
"Tensions entre Juifs et Musulmans"
J'aime bien ce titre : cela fait croire que des Juifs envoient de grenades sur les épiceries Halal, font brûler des mosquées, des écoles musulmanes et assassinent à bout portant de tout jeunes enfants musulmans à la porte de leur école !!!

Ce qui est un mensonge éhonté !

Les "tensions" sont du même ordre que les pogromes qui ont lieu ici ou là et qui aboutissent à tuer du "Juif". Effectivement, il y a "tension" quand on craint pour sa vie et celles de ses enfants, quand chaque site plus ou moins juif doit être protégé par un sas blindé, par des CRS postés en permanence.

Je ne suis pas sûr que le terme "tension" convienne : il y a une haine criminelle d'un côté et la peur au ventre de l'autre ...
saintu
- 18/07/2013 - 11:18
@golvan
Vous confondez tout mon brave garçon ! Les catholiques ne sont pas la religion catholique ! Que vous le vouliez opu pas, la religion catholique est une religion de paix et d'amour ! Après ce qu'en ont fait les hommes c'est une autre histoire ! Ne confondez pas le catholicisme et l'Inquisition ! L'inquisition est une dérive des hommes, pas de la religion !
Par contre que vous le vouliez ou pas, l'Islam est une religion de haine !
Il suffit pour s'en apercevoir de lire le Coran (il en existe des traductions en Français ou en anglais) et là vous verrez qu'Allah par la voix du prophete prône la haine de l'infidèle et invite ceux qui veulent gagner leur paradis à tuer l'infidèle ou qu'il soit !
Tenons nous en au texte, rien qu'au texte !
Je n'ai pas lu la Thora mais je ne crois pas que cette religion incite au meurtre, au viol et à la pédophilie. Les quelques juifs que je connais parmi mes relations et amis, ne me semblent pas vindicatifs comme peuvent l'être certains adeptes d'une certaine religion !
Je ne connais pas de juifs traitant les femmes comme elles sont traitées par l'Islam ! Pas plus que je ne connais d'enfants juifs ou catholiques forcés au mariage dés l'age de 9 ans !!
anakyn
- 18/07/2013 - 10:35
Et les Chrétiens alors ?
On parle de tensions entre Musulmans et Juifs dans les banlieues, mais quid des menaces, brimades et autres agressions subites par des catholiques dans ces mêmes banlieues ?
Quid des églises profanées et des cours de catéchisme perturbés par des jeunes musulmans haineux aux cris de Allah Akhbar ?

Ah oui ! J'oubliais : M. VALLS et ses comparses du Gouvernement nient cet état de fait, sur ordre express de Mimolette, lequel ne peut sacquer les Chrétiens et plus particulièrement les Catholiques (Il n'a pas eu un mot de compassion pour la jeune catholique décédée dans un accident de bus en Guyane)