En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 1 heure 38 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 2 heures 10 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 39 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 47 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 51 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 50 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 3 heures 4 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 5 heures 24 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 heures 25 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 7 heures 12 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 13 heures 35 min
Chacun sa route, chacun son chemin

Les PME sont-elles en train de s'en sortir sans les banques ?

Publié le 15 juillet 2013
Alors que les banques européennes sont encore soupçonnées de pouvoir faire exploser la zone euro, les PME, notamment françaises, pourraient bien être en train de se passer d'elles. D'autres canaux de financement trop peu utilisés pourraient même se révéler bien moins contraignants pour les entreprises.
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les banques européennes sont encore soupçonnées de pouvoir faire exploser la zone euro, les PME, notamment françaises, pourraient bien être en train de se passer d'elles. D'autres canaux de financement trop peu utilisés pourraient même se révéler bien moins contraignants pour les entreprises.

Le financement de l'économie est un ingrédient essentiel du cocktail de compétitivité nationale. Si les entreprises peuvent se financer à des taux bas, la rémunération des créanciers et des actionnaires ne constitue pas un facteur limitant de la volonté d'investissement. Ceci est d'autant plus vrai en France où la faiblesse des marges des entreprises notamment industrielles a fondu ces dernières années, de 34% en 2000 à 22% en 2012, réduit les possibilités d'autofinancement, celui-ci étant passé de 82% à 64% sur la même période. Le taux d’autofinancement des sociétés françaises a même atteint un plancher depuis vingt-cinq ans.

Les études ont été nombreuses pour savoir quel type de financement prédominait en France, financement direct dans lequel le prêteur et l’emprunteur sont en relation par le biais des marchés de capitaux ou financement indirect où il existe un intermédiaire entre le prêteur et l’emprunteur. Le marché intermédié représente encore 67 % des encours contre moins d’un tiers pour le financement direct pour les sociétés non financières.

Cette importance du crédit bancaire est le fruit de la faiblesse des autres sources de financement l’apport de fonds propres extérieurs ou l’endettement obligataire. 550.000 entreprises ont été créées en France en 2012, soit autant qu'en 2011. Seulement 14% de ces entreprises ont débuté leur activité avec un capital supérieur à 40 000 euros et 21 % avec moins de 2 000 euros de capital. Pourtant l’endettement bancaire se révèle bien souvent un mode de financement plus contraignant que l’apport de capitaux propres du fait des demandes de et des clauses dans les contrats de dette.

Le capital investissement, investisseur au capital des entreprises, est relativement bien installé en France et les financements apportés exprimés en pourcentage du PIB situent notre pays dans la moyenne des pays européens. Mais là encore, la différence se fait dans la faiblesse des structures dédiées aux premiers stades de la vie de l’entreprise, capital-risque, capital-amorçage et capital-développement qui se situent loin derrière leurs compétiteurs internationaux.

Le FIBAMY (French Internet Business Angel Money Yardstick) a été créé suite au projet de loi de finance 2013 pour obtenir un indicateur objectif du niveau d’investissement dans l’Internet français. Le dernier rapport a montré une hausse de 80% des montants investis au premier semestre 2013, pour un montant total de 15 millions d'euros, alors qu'ils étaient en baisse de 40% au dernier trimestre 2012. Ce mouvement devrait se poursuivre dans les prochains mois alimenté par la croissance des levées de fonds qui ont doublé. 

La médiatisation du mouvement des Pigeons a sans doute aidé ainsi que les signaux positifs envoyés par la réforme de la taxation des plus-values de cession. La création de nouveaux fonds soutenus par le Fonds National d’Amorçage a aussi contribué à ce mouvement. Au passage, la hausse des montants provenant des fonds ISF-PME apporte des éléments en faveur du maintien de ce dispositif.

Ces bons chiffres doivent être nuancés car le montant engagé est extrêmement faible. 20 milliards d’euros de l’épargne nationale servent au financement des entreprises françaises, les montants en question n’en représentent que 0,15% et ils ne concernent que les sociétés travaillant sur le développement d’Internet. Comme le précise Jean-David Chamboredon, en tête du combat des Pigeons, « A PIB égal, les investissement des business angels aux Etats-Unis sont 30 fois plus importants qu’en France ». En outre, les levées de fond auprès des investisseurs institutionnels sont en baisse or ils devraient être la porte d’entrée principale du financement des entreprises en croissance en orientant l’épargne longue des ménages.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 15/07/2013 - 15:10
Les PME "ont intérêt" à s'en sortir sans les banques !
Ne serait-ce que pour leur survie !
C'est plutôt comme ça qu'il faut voir le problème.
Les banques ont totalement changé de nature et de métier.
Si au départ elles servaient au développement de l'économie réelle , ce n'est plus le cas.
Aujourd'hui les banques jouent avec l'argent de leurs clients comme avec l'argent emprunté, à se goinfrer en obligations, actions et spéculations pour assouvir leur voracité sur le dos et contre l'intérêt de leur propres clients.
Les banques jouent pour leur pomme, et donc contre les autres.
On arrive dans un système, où l'économie réelle va devoir se développer hors système bancaire, qui n'en fait plus partie.
ledevois
- 15/07/2013 - 11:56
les p me c'est la France l'industrie c'est ailleurs
il est un fait que moins elles empruntent et mieux elles s'en sortent -- c'est un fait que j'ai vécu ,
de plus en plus en France les petites entreprises ne sont plus le fait d'un patron mais d'actionnaires ,de coopératives , et c'est plus que certain qu'il vaut mieux dans ce pays être p d g que patron , -- l'un se faisant un salaire décent et l'autre le distribuant pour s'en sortir