En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 19 min 11 sec
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 3 heures 50 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 13 heures 1 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 15 heures 19 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 16 heures 10 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 18 heures 48 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 4 heures 7 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 14 heures 54 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 15 heures 40 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 18 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 19 heures 12 min
© Reuters
Des élèves de l'école Polytechnique défilent.
© Reuters
Des élèves de l'école Polytechnique défilent.
Tri sélectif

Prépas et grandes écoles : pourquoi les critères de sélection sont loin de se limiter à ceux qu’on affiche

Publié le 08 juillet 2013
Les classes préparatoires et les grandes écoles sont en train de boucler leur recrutement, alors que les résultats du bac ont été publiés. Mais les notes sur le bulletin sont loin d'être le seul critère d'affectation des élèves dans les différentes formations d'excellence.
Julien Pompey est rédacteur en chef du bimestriel Orientations Magazine et du site internet www.e-orientations.comPierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Pompey et Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Pompey est rédacteur en chef du bimestriel Orientations Magazine et du site internet www.e-orientations.comPierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les classes préparatoires et les grandes écoles sont en train de boucler leur recrutement, alors que les résultats du bac ont été publiés. Mais les notes sur le bulletin sont loin d'être le seul critère d'affectation des élèves dans les différentes formations d'excellence.

A lire également sur ce sujet les deux derniers livres de Pierre-Henri d'Argenson :

 

- Guide pratique et psychologique de la préparation aux concours, (éditions Ellipses, 2013)

- Réformer l’ENA, réformer l’élite, pour une véritable école des meilleurs (L’Harmattan, 2008)

Réformer l’ENA, réformer l’élite, pour une véritable école des meilleurs (L’Harmattan, 2008).
Read more at http://www.atlantico.fr/users/pierre-henri-argenson#vKfIB94b0mtKW2sc.99
Son dernier livre est Guide pratique et psychologique de la préparation aux concours, (éditions Ellipses, 2013).
Read more at http://www.atlantico.fr/users/pierre-henri-argenson#vKfIB94b0mtKW2sc.99
Son dernier livre est Guide pratique et psychologique de la préparation aux concours, (éditions Ellipses, 2013).
Read more at http://www.atlantico.fr/users/pierre-henri-argenson#vKfIB94b0mtKW2sc.99
Guide pratique et psychologique de la préparation aux concours, (éditions Ellipses, 2013).
Read more at http://www.atlantico.fr/users/pierre-henri-argenson#vKfIB94b0mtKW2sc.99
Guide pratique et psychologique de la préparation aux concours, (éditions Ellipses, 2013).
Read more at http://www.atlantico.fr/users/pierre-henri-argenson#vKfIB94b0mtKW2sc.9

Atlantico : Les résultats du bac 2013 ont été marqués par une explosion des mentions "très bien". Dans ces conditions, la mention est-elle toujours un critère de sélection déterminant pour accéder aux prépas et aux grandes écoles ? En quoi ?

Julien Pompey : L’obtention d’une mention "très bien" au bac n’est pas déterminant pour intégrer une classe prépa ou une grande école, pour la simple raison que les jeux sont très souvent déjà faits avant même la divulgation des résultats. Une telle mention permet néanmoins d’accéder par exemple à l’un des six INSA (Institut National des Sciences Appliquées). Il faut cependant souligner qu’il est très difficile d’intégrer les grandes écoles de commerce les plus cotées, comme HEC, l’ESSEC ou l’ESCP Europe par exemple, sans un bac S et une mention très bien. Et ce, en raison du fait qu’un nombre relativement limité de prépas joue véritablement le jeu de la diversité…

Pierre-Henri d'Argenson : Dans l’immédiat la mention n’a en réalité qu’un rôle honorifique, parce qu’elle ne conditionne pas l’entrée à l’université, et parce que la sélection pour la plupart des prépas se fait sur dossier scolaire, avant même l’obtention du bac. A plus long terme elles peuvent parfois compter, mais l’essentiel est déjà joué. La dévaluation du baccalauréat a depuis longtemps été intégrée par l’ensemble du système éducatif, qui ne fie plus aux mentions, mais bien au niveau réel de l’élève tel qu’il apparaît sur longue période, et au lycée d’origine, qui concentre toute les stratégies éducatives des parents.

Quels sont les autres critères de sélection ? Sont-ils limités à ceux qu’on affiche traditionnellement ?

Julein Pompey : Les critères de sélection pour intégrer une prépa ou une grande école sont relativement nombreux, et parfois différents d’un établissement à l’autre. La plupart du temps, pour réussir un concours ou présenter un dossier, il est nécessaire de présenter ses notes du cycle Terminale et de Première. Celles-ci sont bien souvent pondérées par le rang et le niveau de la classe. A ces critères s’ajoutent aussi les appréciations du proviseur ou des enseignants. Il est également prévu un entretien afin de vérifier non seulement la motivation et le profil de l’élève, mais également de plus en plus sa personnalité.

Pierre-Henri d'Argenson : Je distinguerai pour ma part trois grands critères de sélection dans le système éducatif français : indéniablement, il y a d'abord le niveau de culture. Ce critère a toujours été considéré comme "inégalitaire" et donc injuste, puisqu’il dépend beaucoup de son milieu d’origine. C’est vrai, mais il ne faut pas oublier que le système scolaire français avait été conçu à l’origine pour compenser "par le haut" cette asymétrie de dotation, à travers un parcours très structuré, probablement l’un des plus méritocratiques au monde. Les pédagogistes de 68 ont détruit ce système, et font mine de plaindre aujourd’hui une régression sociale dont ils sont entièrement responsables. Le deuxième critère, c’est le travail. Il n’y a pas de secret : un élève qui travaille finit par obtenir des résultats. Quoiqu’on en dise, notre système permet encore à ceux qui travaillent de gravir les échelons. Mais qui le leur dit ? La culture du déni, de l’excuse et de la discrimination positive ont profondément délégitimé l’effort. Enfin, il y a la psychologie. C’est le critère "invisible" de la réussite, parce qu’on n’en parle jamais, alors qu’il mériterait un enseignement à part entière. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai écrit un ouvrage sur la psychologie de la réussite aux concours. Il y a bien sûr des étudiants mieux dotés que d’autres, mais la psychologie, cela se travaille. Tout s’apprend, il faut en être absolument convaincu. Un système qui ne croit pas à cela ne croit pas non plus dans les jeunes qu’il forme. C’est malheureusement ce qui est en train d’arriver.

Le lycée d’origine de l’élève sélectionné est-il un élément déterminant ? Le bac étant un diplôme de plus en plus dévalorisé, existe-t-il une forme de sélection sociale à l’entrée des prépas et des grandes écoles ?

Julien Pompey : Le lycée d’origine est un élément important mais pas déterminant. En matière de sélection sociale, sans qu’il n’y ait de quotas officiels, les classes préparatoires comptent près d’un tiers de boursiers dans leurs effectifs. Du côté des grandes écoles, elles sont plus que jamais en quête de diversité ces dernières années. Dans cette perspective, les dispositifs se multiplient pour accélérer l’ouverture sociale des établissements. Mais les grandes écoles ne parviennent pas encore à former des jeunes issus de la diversité. A l’image des écoles d’ingénieurs, par exemple, où la parité n’est pas encore d’actualité et est loin d’être une réalité.

Pierre-Henri d'Argenson : On observe depuis longtemps un lien entre l’origine socio-professionnelle et l’intégration dans une prépa ou une grande école : on y trouve plus d’enfants de cadres ou d’enseignants que d’enfants d’ouvriers. Ce n’est pas propre à la France, mais nous devons être l’un des rares pays au monde  à en faire un sujet passionnel, et pas seulement depuis Bourdieu. Je dirais pour ma part la chose suivante : je ne partage pas l’obsession égalitaire d’une certaine gauche, qui est de nature totalitaire. En matière de correction autoritaire des inégalités sociales, Staline nous a donné une leçon magistrale qui anime toujours l’idéologie de certains courants. A force de faire de l’ouverture sociale le seul critère de fonctionnement de notre système éducatif, on a rejeté l’excellence en gardant l’élitisme, et on a ainsi obtenu le résultat inverse ce qu’on souhaitait : on a dévalorisé les filières techniques professionnelles, on a abaissé le niveau général et on a fait de l’école une impitoyable machine à trier. Pour ces idéologues, la seule chose qui compte est qu’il y ait 50% de fils d’ouvriers à l’ENA. En revanche le chômage, les filières universitaires bouchées, la désindustrialisation et la désertification rurale leur sont parfaitement indifférents. Je crois au contraire que l’école doit garder une vocation d’excellence pour tous, dans une approche de valorisation des ambitions de chacun. Nous avons là un immense chantier.

Les systèmes d’admission parallèle, comme à Sciences Po, ont-ils permis une plus grande ouverture des grandes écoles ou ont-ils au contraire creusés les inégalités ?

Julien Pompey : Les admissions parallèles sont un véritable moteur de démocratisation et a permis aux grandes écoles d’intégrer davantage de diversité dans leur recrutement. En donnant notamment la possibilité à des profils universitaires d’intégrer une école de commerce ou d’ingénieurs, l’admission sur titre favorise l’ouverture sociale des grandes écoles.

Pierre-Henri d'Argenson : Je n’ai jamais été favorable à l’ouverture parallèle de Sciences Po, pour une raison, c’est qu’elle a permis, paradoxalement, de masquer et prolonger le vrai scandale de notre pays, à savoir que dans un certain nombre de lieux nous ne sommes plus capables de donner un niveau correct à des cohortes entières d’élèves. Sciences Po peut donc se vanter d’accueillir des étudiants "repêchés" par ses soins, pendant qu’on oublie tous les autres. C’est bien commode, car cela permet d’esquiver les vrais sujets : la destruction de l’école traditionnelle, dont nous payons aujourd’hui le prix ; l’immigration massive, qui interdit toute intégration dès lors que les populations sont ghettoïsées et n’ont plus de contact avec notre culture ; le consumérisme de masse, qui a profondément abîmé les valeurs collectives d’effort, de transmission, de fraternité, d’esthétique, de civisme. Nous vivons une crise de civilisation profonde, et c’est à cela que nous devons réfléchir.


La France a un discours hyper-égalitariste au niveau de l’enseignement général et un système hyper sélectif et homogène de formation de ses élites. Peut-on parler de reproduction des élites entre elles ? Quelles en sont les conséquences sur le dynamisme du pays et de la société française ?

Julien Pompey : En se basant sur des données datant des années 70-80, Pierre Bourdieu était arrivé à la conclusion que le système des grandes écoles assurait une reproduction des élites en France. A l’époque, moins de 5% des étudiants avaient un père ouvrier, et plus de 40% avaient un père cadre, ingénieur ou exerçant une profession libérale. Depuis, la situation n’a guère évolué, mais d’autres chiffres intéressants ont été révélés, comme l’évolution de l’origine sociale des élèves et des étudiants, de la Sixième à la prépa. Il en ressort notamment que l’origine sociale prédétermine le parcours scolaire des élèves, et ce dès l’arrivée au collège ! Il ne faut donc pas s’arrêter aux grandes écoles et aux classes préparatoires, mais se projeter bien plus tôt dans la formation des élèves.

Pierre-Henri d'Argenson : Notre niveau de reproduction des élites est élevé, avec un côté dynastique de plus en plus inquiétant, mais ne nous laissons pas aveugler par les idéologues égalitaristes, qui sont souvent issus eux-mêmes des élites, et qui détournent l’attention de tous vers le système scolaire, alors que le vrai problème réside dans le caractère totalement figé des possibilités d’ascension et de mobilité (et dont le système scolaire n’est que le reflet). Il y a une classe générationnelle au pouvoir, la génération 68, qui a totalement verrouillé le système derrière elle, et qui n’entend renoncer à aucun de ses privilèges, dans un monde qui pourtant se dégrade à vue d’œil. Les jeunes actifs en savent quelque chose, il suffit de voir le mouvement de départ à l’étranger de beaucoup de nos talents. Ma génération sait qu’elle n’aura pas de retraites, qu’elle ne connaîtra pas d’ascension sociale ou patrimoniale. Elle sait qu’à 25 ans tout est joué, tout est figé dans la carrière professionnelle. Elle sait que ses dirigeants économiques et politiques peuvent connaître échec sur échec, et pourtant se maintenir en place durant des décennies. Prenons l’exemple de Laurent Fabius : ministre en 1981, ministre en 2013 !

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Hammourabi
- 08/07/2013 - 22:36
Quotas
Il existe des quotas de boursiers en classe préparatoire. Ces quotas n'ont pas valeur contraignante, il est simplement fortement suggéré aux professeurs de les respecter.