En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Une enquête du magazine 60 millions de consommateurs révèle que six crèmes solaires pour enfants sur 10 protégeraient moins que ce qu'elles affichent
Arnaque

Guerre des indices des crèmes solaires : les dessous de ce que vous en raconte la presse

Publié le 07 juillet 2013
Une enquête du magazine 60 millions de consommateurs révèle que six crèmes solaires pour enfants sur 10 protégeraient moins que ce qu'elles affichent.
Laurence Coiffard enseigne la pharmacie industrielle et la cosmétologie à l'UFR des sciences pharmaceutiques et biologiques de Nantes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Coiffard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Coiffard enseigne la pharmacie industrielle et la cosmétologie à l'UFR des sciences pharmaceutiques et biologiques de Nantes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête du magazine 60 millions de consommateurs révèle que six crèmes solaires pour enfants sur 10 protégeraient moins que ce qu'elles affichent.

Atlantico : Qu’est ce qui peut expliquer que le niveau réel de protection solaire proposé par une partie des crèmes solaires soit inférieur à celui qu’elles affichent ? Quelle est l’intérêt pour les industriels de surestimer la protection de leurs produits ?

Laurence Coiffard : Actuellement tous les indices de protection affichés sur les emballages des crèmes solaires ont été déterminé par les industriels "in vivo" c’est-à-dire testés directement sur le corps humain. C’est une technique à laquelle l’industrie cosmétique est extrêmement attachée précisément parce que elle lui permet d’obtenir des indices plus élevé que ce qu'elle pourrait obtenir avec la méthode "in vitro" , sur un support plastique.

Ce que nous avons déjà démontré et publié dans la littérature scientifique est que certains ingrédients tels que l'allantoïne ou le bisabolol et beaucoup de filtres eux-mêmes sont anti-inflammatoires et permettent donc d'augmenter artificiellement les indices de protections solaires déterminés "in vitro". En effet, la détermination in vivo de l’indice de protection est basée sur l’inhibition de l’apparition d’une rougeur. Il y a de nombreuses manières d’y parvenir, en particulier si la formule de la crème comprend des molécules à caractère anti-inflammatoire. Ces molécules peuvent être dénuées, en revanche de tout potentiel filtrant et de fait ne protège pas le corps humain des rayonnements UV.

Globalement le problème est que l’inhibition peut être réalisé par toute autre chose que l’action filtrante en particulier, ce que nous avons démontré pour la première fois. Il semble bien par des bruits de couloirs et des indiscrétions  que l’industrie était consciente du problème. Les industriels ne sont pas tout à fait de bonne foi et utilisent ces propriétés là depuis grosso modo une bonne vingtaine d’année. Ils ont tout de suite compris le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de la méthode (on peut très bien inhiber une rougeur par de tout autres moyens que simplement par des filtres). C’est-à-dire avoir besoin de mettre moins de filtres solaires tout en obtenant les même indices de protection. Simplement les anti-inflammatoires inhibent les rougeurs mais ne protègent aucunement contre les ultras-violets.

L’intérêt de cette procédure pour les laboratoires est tout simplement économique. Les substances inflammatoires que l'on substitue aux filtres peuvent être ajoutées en toute petite quantité (moins de 1%) tandis que les filtres nécessitent de 3% à 10% et leur production est plus onéreuse que les anti-inflammatoires. Effectivement en terme économique c’est très rentable. Ils produisent un cosmétique à moindre coût tout en maintenant l’indice élevé.

L’émergence de la filière biologique n’a-t-elle pas restreint l’efficacité des crèmes solaires en plébiscitant l’utilisation de composés minéraux au détriment de filtres organiques pourtant beaucoup plus performants ?

Oui c’est incontestable. Ils y ont participé ça c’est sûr. Beaucoup de discrédit a été porté sur les filtres biologiques "minéraux". Ce qui est sûr c'est que l'on ne peut pas obtenir d'indice 50 ou 50+ avec exclusivement des filtres minéraux.

Quelle est la part de responsabilité des autorités de santé ? N’est-ce pas leur rôle que d’évaluer l’efficacité des crèmes solaires mises sur le marché ?

Malgré les multiples alertes, on constate effectivement une absence totale de réaction de la part des autorités de santé, ce qui est grave. En réalité c’est un problème de statut des produits. Les crèmes solaires sont considérées par les autorités de santé française, l’ANSEM, comme des produits cosmétiques et donc elles ne font pas l’objet d’une demande d’autorisation de mise sur le marché. De ce fait les autorités de santé n’ont jamais à donner en amont un avis quel qu’il soit sur le produit.

Aux États-Unis par exemple les crèmes solaires sont considérés comme "médicament" et sont par conséquent soumise à des tests en laboratoire. Ce n’est pas le cas en France, ni en Europe.

A mon sens, là où les autorités de santé ne sont pas efficientes est que leur rôle de contrôle n’aboutit pas à des décisions qui ne devrait être que radicales c’est-à-dire le produit n’a plus le droit d’être mis en vente sur le marché tout simplement. Enfin les autorités de santé n’auraient pas trop de mal en principe à démontrer que le message de santé publique est qu’il ne faut pas exposer le bébé de moins  de 30 mois au soleil et par conséquent tout produit avec le message marketing "Baby"  destiné aux bébés, n’ont rien a faire sur le marché.

Quels sont les avantages de la technique pour tester l’efficacité des crèmes appelées "in vitro" c’est-à-dire testées sur un support plastique plutôt que  la méthode "in vivo" directement sur l’homme, méthode plébiscitée par les industriels du secteur ? Quelles sont ces avantages ? Doit-elle être généralisée ?

Tout d’abord la méthode "in vitro" est éthique, on n'irradie pas de cobayes humains lors des tests comme lors des tests "in vivo". Autant ça ne pose pas de problème lors d’essai de cosmétiques amincissants car cela ne pose aucun souci de santé publique, autant effectuer des irradiations solaires sur des humains pose des problèmes éthiques incontestables.

Outre ce premier avantage d'un point de vue scientifique il y a une multitude d’arguments de poids en défaveur de la méthode "in vivo" à savoir qu’elle ne traite pas le cœur du problème énoncé précédemment. La généralisation de la méthode "in vitro" paraît évidente au regard des biais de la méthode "in vivo".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

05.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Bria94
- 07/07/2013 - 11:49
Criminels
Ici on parle de bébés et c'est déjà suffisamment grave et que dire des personnes atteintes de cancer de la peau qui doivent mettre de la crème toutes les 2 heures, même pour marcher dans la rue?
On veut leur mort? Et le gouvernent qui considère que ce sont des produits de cosmétologie, on rêve! Ils s'imaginent peut être qu'on les met par plaisir.