En direct
Best of
Best Of
En direct
L'Espagne a des défis à relever...
Effet domino ?
En Espagne, "le scénario du recours à l’aide financière est peu probable"
Publié le 13 avril 2011
Alors que le Portugal s'est finalement résolu à solliciter l'aide financière de l'Union Européenne en échange d'un plan d'austérité qui devrait être adopté en mai, l’Espagne apparait pour certains comme le prochain pays en ligne de mire. Pourtant, d'importantes mesures de redressement ont été adoptées et la situation parait pour l'instant stable.
Thibaut Mercier est économiste chez BNP Paribas, spécialiste des pays périphériques de la zone euro : Irlande, Portugal, Grèce et Espagne.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Mercier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibaut Mercier est économiste chez BNP Paribas, spécialiste des pays périphériques de la zone euro : Irlande, Portugal, Grèce et Espagne.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Portugal s'est finalement résolu à solliciter l'aide financière de l'Union Européenne en échange d'un plan d'austérité qui devrait être adopté en mai, l’Espagne apparait pour certains comme le prochain pays en ligne de mire. Pourtant, d'importantes mesures de redressement ont été adoptées et la situation parait pour l'instant stable.

La Grèce, l'Irlande et maintenant le Portugal ont eu recours à l'aide financière de l'UE et du FMI. Pour quelles raisons l'Espagne est-elle considérée par certains comme le prochain pays sur la liste ?

Ce qui est sûr, c’est que beaucoup de responsables européens disent finalement que le Portugal est le dernier domino à tomber. Évidemment, les politiques espagnols disent la même chose. Aujourd'hui on voit finalement que sur les marchés, les taux espagnols ne bougent pas et restent à 5,2%, ce qui est certes à un niveau relativement élevé : il y a une prime de risque qui a augmenté si on la compare à ce qu'elle était il y a deux ans. Mais la situation est quand même stable. On a l'impression qu'il y a quand même eu un découplage entre, d'un côté, les pays périphériques qui sont maintenant sous le giron du FMI et de l'UE (La Grèce, L'Irlande, le Portugal), et de l'autre côté l'Espagne, qui serait plus proche d'une économie comme celle de l'Italie.

C'est aussi une question de taille : le Portugal, l'Irlande et la Grèce sont petits pays : le PIB portugais doit être autour de 150 à 170 milliards d'euros, tandis que le PIB espagnol est de 1.000 milliards. Vous voyez un peu l'ordre de grandeur… Je pense qu'il y a effectivement plus de chance qu'un recours à l'aide financière ne se produise pas.

 

Selon Dominique Strauss-Kahn, le Directeur général du Fonds monétaire international, la situation de l'Espagne est "clairement différente" de celle de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal. Il a évoqué, dans le quotidien espagnol El Païs des mesures "correctes" de la part du gouvernement espagnol pour redresser la situation financière du pays. Pourtant, les prévisions de croissance et de réduction du chômage ont été revues à la baisse…

Oui, car les prévisions étaient très optimistes avant. Il est clair que l'Espagne a des défis à relever : on ne peut pas l’inclure, au sein de la zone euro, dans les pays qui vont le mieux., c'est indéniable. On voit bien que les taux sont élevés, ce qui traduit des inquiétudes qui sont fondées. C'est un pays qui connait un taux de 20% de chômage et qui a connu une bulle immobilière. Le secteur bancaire y est en partie très fragile : les caisses d'épargne sont aujourd'hui en train de se restructurer. Il est certain qu'il y a des problèmes.

Le modèle de croissance espagnol était fondé sur le crédit pas cher et sur l'immobilier, un secteur qui employait beaucoup de gens. Ce modèle s'est effondré quand le pays s'est retourné, ce qui l'a conduit dans une récession qui a duré au moins deux ans, le chômage a explosé car les personnes qui travaillaient dans l'immobilier et dans toutes les activités connexes n'ont plus eu de travail. C'est le côté noir de la situation.

Mais le gouvernement a pris le problème à bras le corps. Il a fait voter une réforme du travail très importante pour redonner aux entreprises plus de flexibilité, avec l’idée de générer de l'activité. Il y a eu réforme des retraites : ce n'est pas une chose facile à mettre en œuvre. Le paysage bancaire a été réformé, avec un programme de concentration des caisses d'épargne, dont le nombre a été très réduit. Pas mal de choses sont faites pour régler les problèmes.

Sans compter un détail important : L'Irlande a recapitalisé son système bancaire à hauteur de 70 milliards d'euros, ce qui équivaut à 50% de son PIB,  c’est énorme. Si la même somme devait être employée en Espagne, cela reviendrait à moins de 7% du PIB. L'ampleur du choc n'est pas la même.

 

Ces rumeurs ont-elles des conséquences sur la confiance des marchés ?

Oui, cela nourrit des inquiétudes. A cause de comportements moutonniers, les taux augmentent et cela fait croitre les difficultés d'un pays. C’est un peu auto régulateur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Samedi de violences : l’Etat manque-t-il des moyens pour maintenir l’ordre ou ce gouvernement enchaîne-t-il les erreurs de stratégie ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires