En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 3 heures 35 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 31 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 27 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 9 heures 43 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 24 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 9 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 4 heures 52 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 12 heures 56 min
© Reuters
La France est l'une des plus grandes puissances agroalimentaires du monde.
© Reuters
La France est l'une des plus grandes puissances agroalimentaires du monde.
Retour à la terre

L'avenir est dans le pré : et si nous avions tout intérêt à devenir la ferme du monde ?

Publié le 17 juin 2013
La France peut-elle faire repartir son économie en se focalisant sur son secteur primaire ? Dans un monde où les échanges de marchandises sont de plus en plus fluides, l'idée est tentante pour notre pays, l'une des plus grandes puissances agroalimentaires de la planète.
Lucien Bourgeois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lucien Bourgeois est économiste spécialiste des questions d'agriculture et de politiques agricoles sur lesquelles il a publié plusieurs ouvrages. Il est également conseiller du président de l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France peut-elle faire repartir son économie en se focalisant sur son secteur primaire ? Dans un monde où les échanges de marchandises sont de plus en plus fluides, l'idée est tentante pour notre pays, l'une des plus grandes puissances agroalimentaires de la planète.

Atlantico : Dans un récent article du Business Insider, les États-Unis était décrit comme devenant "la grande ferme industrielle de la Chine" à cause du rachat de plusieurs géants de la production porcine. En France, pays d’agriculture et de gastronomie, le concept pourrait en séduire plus d’un. Diriez-vous que cela a économiquement et commercialement un sens ?

Lucien Bourgeois : Commercialement, la première des choses à dire, qui fait qu’une telle logique n’aurait que peu de sens, est qu’aujourd’hui presque aucun pays n’est prêt à mettre totalement sa sécurité alimentaire dans les mains d’un autre pays. Ainsi, le terme de ferme du monde ne pourrait pas fonctionner puisque tous les pays produisent au moins une partie de leur alimentation. Aucun pays ne sera donc importateur de produits agricoles sur le long terme car le risque est trop grand. Au début des années 2000, il se disait que le Brésil pourrait être cette fameuse "ferme du monde" mais la crise de 2008 nous a montré que même cet immense pays ne serait pas capable d’assurer une stabilité de sa production agricole et de la fournir à des pays clients. De plus en cas de crise, un pays peut ne plus être capable d’importer mais cela ne l’empêche pas de consommer sa production domestique.

Cela me mène à cette phrase qui à mon sens résume parfaitement la complexe question d’une politique agricole "Un humain doit se nourrir trois fois par jour et il faut un an pour produire un grain de blé". Ces quelques mots expriment l’immense complexité de ce secteur qui d’un côté nécessite un niveau de planification qui est celui d’une industrie lourde, et de l’autre côté doit satisfaire un besoin primordial et quotidien. Il est donc très complexe, il y a une contrainte temporelle ahurissante qui rend donc improbable d’imaginer une économie entièrement centrée sur l’agriculture et ou encore un pays qui se passe d’agriculture comme d’autres ont renoncé à avoir une armée. Ce mythe a pourtant déjà existé en France du coté des céréaliers. Dans une prospective à laquelle j’avais participé il y a quelques années, nous avions proposé un scenario dans lequel la France se focalisait effectivement sur l’agriculture comme source principal de revenus. Cette stratégie prenait du sens dans le cas de grandes famines ou de catastrophes en Inde ou en Chine mais jamais sur la longueur. Ces pays ont de plus une gestion de la sécurité alimentaire de plus en plus performantes. Ce scenario mettait surtout en avant la production céréalière qui est un marché peu rentable en termes de marges.

Maintenant, au sens purement économique du terme, je pense que produire que des céréales ou autant de céréales comme nous le faisons aujourd’hui est une stratégie perdante. Ainsi, dans l’état actuel des choses, avec la politique agricole qui est la notre, il tiendrait de la blague de se recentrer sur l’agriculture. Ce qu’il faudrait faire pour pouvoir se recentrer sur notre agriculture est de se focaliser sur la valeur ajoutée. Il nous faut sortir de la logique de production de matières premières que sont les céréales ou le lait, il faut se préoccuper de ce qui créé de la valeur et que nous pouvons vendre en tant que produits transformés : le poulet ou le porc. L’agriculture représente aujourd’hui 750 000 employés mais pourrait en représenter beaucoup plus avec une politique agricole qui s’axerait sur la création de valeur.

L’agriculture ne représente que 2% du PIB de la France et ne peut donc en aucun cas être le point central de notre économie mais il reste des opportunités non négligeables. Les Pays-Bas ont par exemple un solde de commerce extérieur de 26 milliards d’euros tandis que le notre est de 12 milliards et celui de l’Allemagne a un déficit de 13 milliards sur le plan agricole et agroalimentaire. Jusque là rien de choquant, la Hollande exporte plus et achète moins sauf que la Hollande a dix fois moins de terres exploitables que nous. Il y a donc clairement des dollars à trouver sur ce marché surtout que notre solde positif est essentiellement dû à l’exportation des vins et boissons. Sans quoi il est roche de zéro. Donc les céréales, les oléagineux et autres "spécialités françaises" ne compensent pas nos déficits de café, de poissons etc. Les Pays-Bas y arrivent sans boissons, nous pourrions aussi à condition de se spécialiser sur la valeur ajoutée. Mais nous préférons continuer de gaver les céréaliers de subventions et laisser filer la situation.

Dans quelle mesure la France pourrait-elle aujourd’hui augmenter sa capacité agricole ? Est-elle actuellement en sous-régime de production agricole ?

Elle est en sous-production car elle produit surtout de la matière première. Si on calcule en surface agricole utile par habitant, la France a, par habitant et non par agriculteur – deux fois plus de terres que l’Allemagne, l’Italie ou le Royaume Uni. Dans ce domaine là comme dans l’industrie, on voit que la France sous-exploite son potentiel, elle n’emploie pas autant que ce qu’elle pourrait car au-delà du commerce, une logique de réorientation vers l’agriculture de valeur ajoutée implique beaucoup de production et donc de métiers qui y sont liés, d’achat de matériel etc. C’est donc plusieurs pans d’économie qui sont lésés.

Une telle logique impliquerait-elle nécessairement une sortie de l’Europe, ou au moins de la PAC, politique agricole commune ? Celle-ci serait-elle au contraire le meilleur allié d’une stratégie de "tout agricole" ?

Non, sortir de l’UE ou de la PAC ne serait en aucun cas une nécessité et même si dans l’esprit des gens c’est Bruxelles le diable, cela n’est pas vrai. J’en veux pour preuve que la façon dont cette PAC est utilisée en France est très différente de la façon dont elle est utilisée dans d’autres pays européens. Si l’Allemagne a trouvé des marges de manœuvre, nous pouvons en faire autant. Mon propos n’est en rien politique mais Michel Barnier avait pris en main l’idée de favoriser l’élevage.

En France, il y aussi la dimension jacobine de l’organisation de notre territoire qui nous pose est problématique pour l’agriculture et qui nous empêche de la penser plus grande. Notre détestation de la régionalisation nous empêche souvent de faire preuve de bon sens dans les politiques agricoles locales. Paris a peur d’un népotisme des régions auxquelles pourtant, si on laissait de la liberté, réussiraient peut-être à faire comme des choses qui fonctionnent chez leurs homologues européennes que sont les provinces, les landers allemands etc. L’activité agricole est déjà très complexe alors ne lui mettons pas de bâton dans les roues.

Cette stratégie devrait-elle aller dans le sens d’une logique de volume, low cost, ou au contraire de produits dont il faudrait encore rehausser la qualité ?  

Je pense que l’essentiel est de chercher la valeur ajoutée en marquetant les produits, en ne vendant pas les mêmes partout et que chacun ait une qualité territoriale. On peut comprendre dans l’agriculture et l’agroalimentaire, encore plus qu’ailleurs, que l’origine géographique du produit en change la qualité – pas forcément meilleur mais différent. La diversification des produits ne doit pas correspondre à des rentes de situation mais à l’adaptation à la clientèle.

La question qualitative n’est pas nouvelle et la présence et la reconnaissance des différents label est un phénomène bien en place. Cependant, il faut aussi penser sur le nombre dans le sens où la très forte augmentation récente de la consommation de poulet en France a pris de cours l’industrie nationale au point que nous en importons d’Allemagne et de Belgique. Nous avons cependant forcément intérêt à ce qu’à terme un maximum de la production soit attachée au territoire pour la protéger de la concurrence et éviter la localisation. Pensez à la Romane Conti, un hectare de vignoble, connu dans le monde entier et dont le nom a même été repris comme titre d’un roman japonais. Évidemment, ce niveau d’excellence ne peut pas être obtenu partout et pour tout mais en liant l’agriculture au territoire, on la protège.  

L’amélioration des capacité agricoles de la France a déjà eu la peau de la diversité agronomique. Une telle stratégique ne risquerait-elle pas d’encourager encore ce phénomène ?

Je ne pense pas justement grâce à ce que je disais avant. C’est la diversité qui va nous ramener à la valeur ajoutée agricole. Non seulement nous devons mettre le territoire en avant, mais surtout le faire de manière justifiée, avec des races, des variétés, des capacités génétiques différentes et pas seulement le nom d’un endroit qui sonne bien à l’oreille. Donc plus nous prenons en compte l’importance du territoire et plus non reviendrons à la diversité. J’ai donc grand espoir que l’on redécouvre des produits, légumes ou viandes, en restaurant l’économie agricole. Il faut revaloriser la différence.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 16/06/2013 - 10:27
Concentrationnaire
Mon traitement de texte ne contient pas de correcteur d'orthographe !
Ganesha
- 16/06/2013 - 10:19
"A pris de cours"
"a pris de cours " encore un article dont la typographie a été réalisée à Madagascar !
A part cela, il y a de nombreux aspects qui sont passés sous silence : production de masse en utilisant des pesticides et des anabolisants interdits ? Elevage industriel d'animaux dans un univers concentracionnnaire ?
La Hollande est surtout spécialisée dans la culture sous serres, en utilisant utilisant ses réserves de gaz naturel pour les chauffer.
Le monde comporte de nombreux pays désertiques qui se sont offert une population trois ou quatre fois supérieure à ce que leur terre pouvait nourrir, mais ils se séparent en deux groupes bien distincts : ceux qui ont du pétrole à vendre, et ceux qui n'en ont pas !
fms
- 15/06/2013 - 18:18
pourquoi pas...
cet article montre encore que la France ne sait pas exploiter ses richesses, mais l'auteur oublie quelques points.
En Hollande, les coopératives sont beaucoup plus puissantes qu'en France, les producteurs ne se font pas dictés la loi par les distributeurs. Ils ont visés des niches exploitables sans vouloir tout produire ni tout faire. Leur agriculture est orientée vers l'export, les distributeurs achètent à l'internationale les produits que les agriculteurs hollandais ne veulent (peuvent) pas produire. La Hollande est déjà dans la mondialisation... pas la France, en tout cas pas ce secteur.