En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

06.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 32 min 6 sec
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 1 heure 1 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 1 heure 46 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 6 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 46 min 56 sec
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 1 heure 18 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 3 heures 14 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 5 heures 31 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 6 heures 36 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 15 heures 47 min
© Reuters
"La célébrité contemporaine n'est plus forcément dite "classique", c'est-à-dire associée à un talent particulier (art, chanson, cinéma, politique) mais au "buzz" médiatique."
© Reuters
"La célébrité contemporaine n'est plus forcément dite "classique", c'est-à-dire associée à un talent particulier (art, chanson, cinéma, politique) mais au "buzz" médiatique."
Cherchez le lien

De Zahia à Nabilla, portrait d’une France que la culture people rend schizophrène

Publié le 13 juin 2013
Sofia Coppola a choisi pour son dernier film des adolescents friands de la culture people, fascinés par le monde des paillettes et des starlettes. De Nabilla à Mélenchon, les personnalités qui nous captivent sont d'un éclectisme surprenant, voir schizophrénique.
Valérie Gorin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Gorin travaille au département de sociologie de Genève. Elle a travaillé dans le cadre du projet "l'information people, un oxymore ". Elle contribue de façon ponctuelle dans le cadre des cours de sociologie des récits et des sociologie de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sofia Coppola a choisi pour son dernier film des adolescents friands de la culture people, fascinés par le monde des paillettes et des starlettes. De Nabilla à Mélenchon, les personnalités qui nous captivent sont d'un éclectisme surprenant, voir schizophrénique.

Atlantico : Le dernier film de Sofia Coppola "Bling Ring" met en scène une bande d'adolescents complètement fascinés par le luxe, la célébrité, les stars et notamment Paris Hilton tandis qu'en France les stars qui buzzent sont Nabilla ou Zahia. Comment expliquer cette fascination pour des icônes qui ont basé leur image sur la futilité, les gourderies et les frasques diverses et qui se transforment à une vitesse folle en stars à caprices ?

Valérie Gorin : Parce que cela correspond à un changement dans la célébrité contemporaine, qui n'est plus forcément dite "classique", c'est-à-dire associée à un talent particulier (art, chanson, cinéma, politique) mais au "buzz" médiatique qui sera suscité. Cette forme de célébrité que l'on dit souvent éphémère voire poubelle parce qu'elle dure peu de temps (puisque basée sur aucune légitimité culturelle ou professionnelle et dépendante d'une visibilité médiatique que l'on sait très variable), est apparue avec les télé-réalités il y a 10 ans. Elles ont créé ces célébrités de toute part, par la simple exhibition d'individus "lambda" (ils sont comme tout le monde), qui sont soudainement devenus des "people". Ça donne l'impression à toute personne que la célébrité a un côté facile. Aujourd'hui, pour être connu il faut surtout être vu (et les nouveaux médias sociaux y jouent un rôle, voire connu pour ses frasques. On appelle cela la célébrité "trash". Cela a commencé avec les frasques de Britney Spears ou Lindsay Lohan, et cela s'étend à la manière dont on parle des célébrités en général. Le trash fascine, parce que d'une certaine façon ça rend les stars plus proches de nous, car plus faillibles, risibles, donc plus humaines, moins glamour et moins lointaines. Et médiatiquement, c'est une stratégie qui fonctionne car ça permet de construire du feuilleton, de "broder" autour des frasques de la star, de maintenir le public en haleine, d'imaginer la suite, etc. Si vous associez en plus célébrité à sexe et scandale (Zahia) et plastique (Nabilla), vous obtenez un cocktail explosif.

Comment expliquer que, dans le même temps, des personnalités comme celle de Jean-Luc Mélenchon, qui prône l'inverse de ce que véhiculent les stars de télé-réalité, exerce également une certaine fascination, du moins dans les médias ?

Dans le cas de Mélenchon, on a quelque chose de différent. Je ne le qualifierai pas de people (c'est-à-dire qui exhibe sa vie privée) mais comme un personnage public, qui plus est politicien. Dans son cas, c'est son attitude non "politiquement correcte" qui fait du buzz, suite à ses nombreux dérapages verbaux et les insultes. Il ne correspond pas au politicien classique très lisse, il assume parfaitement son franc-parler, il en joue même (parce qu'il sait très bien qu'il va créer le buzz avec ça), et cela casse complètement avec la classe politique française. On retrouve ici l'idée d'un personnage public rendu plus sympathique en quelque sorte parce qu'il sort du moule et qu'il assume le "coup de gueule" et le franc-parler.

Peut-on parler d'une forme de schizophrénie ?

Non, ce n'est pas de la schizophrénie, c'est simplement les deux extrêmes sur lesquels la célébrité (et plus récemment ce qu'on appelle le people depuis une quinzaine d'années) fonctionne. La célébrité se caractérise par son ambivalence entre ordinaire et extraordinaire. C'est-à-dire que les stars sont d'un côté suffisamment ordinaires pour qu'on se sentent proches d'eux (ce sont des humains, ils sont imparfaits, ils sont comme nous) et suffisamment extraordinaires pour nous faire rêver (ce sont presque des modèles, ils sont sublimes, on voudrait être comme eux). Cela a toujours été comme cela, à tel point qu'on les a comparés à des demi-dieux (dieux parce qu'ils font rêver, demi parce qu'ils ne sont pas complètement parfaits).

Comment l'expliquer ? S'agit-il d'un travers de la culture people ? Quels en sont les autres ressorts ?

Cela renvoie à l'ambivalence dont je parlais plus haut. Ce n'est pas un travers de la culture people, cela a toujours fonctionné ainsi. Ce qui a changé ces dernières années, sans conteste, c'est le goût plus prononcé pour les personnalités "trash", c'est-à-dire associées à des scandales, à des travers, voire à de la futilité. Non seulement ça les rend plus humaines (et ça nous rassure donc, parce que finalement on voudrait pouvoir se reconnaître dans ces icônes), mais ça permet surtout de comprendre comment fonctionne notre société. Le people est surtout un formidable moyen de mesurer, tester, comprendre nos valeurs, ce qui est permis, interdit, contesté, tabou. Quand les magazines ou les télés font état de différents scandales de people, en fait, ça permet de discuter d'où sont nos seuils, ce qui est tolérable : quand Britney conduit ivre morte avec son enfant sur les genoux, c'est tout le modèle de la mère qui est discuté. Quand Ribéry couche avec Zahia, c'est toute la question de l'adultère qui est discuté. Et Zahia elle-même permet en réalité de mesurer le modèle féminin (son corps, son métier). Si vous prenez le même scandale avec Ruby en Italie, c'est tout le comportement amoral d'une partie de la classe politique italienne qui est en fait discuté. On touche à chaque fois à une question de morale.

Donc pour résumer, les ressorts de la culture people actuelle fonctionne essentiellement sur l'hyper-visibilité (plus que le talent), le trash et le rapport à la morale que cela suscite. C'est le politiquement "incorrect" qui fait vendre maintenant (et qui finalement crée du changement).

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 13/06/2013 - 20:40
Mettre Melenchon et Nabilla dans le même sac,
il fallait y penser ! ça décoiffe !
Mais à la réflexion, ce n'est pas si saugrenu. Ils ont en commun d'être insignifiants et de faire beaucoup de bruit (du buzz). Ils utilisent les mêmes ficelles pour faire parler d'eux.
Ganesha
- 13/06/2013 - 18:27
Silicone
Les seins plastifiés de Nabilla et de Zahia sont très jolis à regarder, mais ne perdent-elles pas toute sensibilité avec ce traitement ?
Ganesha
- 13/06/2013 - 18:22
Racaille
Ce qui différencie Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, et quelques autres (Olivier Besancenot) de la racaille des politiciens de l'UMP et du PS.,c'est qu'ils nous parlent avec sincérité et nous révèlent des vérités que nous ne sommes pas censés connaître !